Khadja Nin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Khadja Nin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
BurundiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Autres informations
Site web

Khadja Nin est une chanteuse née le au Burundi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Jean Ntiruhwama, ancien ministre de l'Intérieur burundais sous le règne du Roi Mwambutsa IV, Jeanine Ntiruhwama est née à Ruvyagira, à proximité de Mutambu et Gitega. Elle passe une enfance paisible dans son Burundi natal. Petite et assez menue, tout le monde l'appelle "Ka Jeanine" (La petite Jeanine) pour parler d'elle. C'est donc ce sobriquet qu'elle choisit comme nom d'artiste au début de sa carrière, en l'épelant "Kadja Nin"[1]. Elle forme un groupe musical en 1973 puis part à Kinshasa en 1975 pour ses études. Quelques années après, elle quitte l'Afrique pour Paris en 1980, puis pour la Belgique, avec son fils et son mari qui décède[1],[2].

Le premier album sort en 1992, chanté en swahili. Mais elle se fait surtout connaître en France en 1995 grâce au tube Sambolera mali son, un titre du second album, Ya Pili (Le second)[1],[3]. Le troisième album est une compilation d'anciens et de nouveaux titres[1]. Jeanne Moreau réalise le clip illustrant sa chanson Mama, où elle évoque sa mère, sur son quatrième album Ya...[4]. Les textes de cet album sont en swahili ou en kirundi (pour le refrain du titre Mama). L'album comporte aussi une reprise d'un norceau du musicien gabonais Pierre Akendengué, Africa Obota, et d'un titre de Stevie Wonder, Free qu’elle renomme Sina mali, sina deni (Je ne suis ni riche ni endettée). Un autre morceau rend hommage à Nelson Mandela, et une chanson appelle à alléger l’embargo imposé au Burundi[1].

En janvier 2000, elle chante au Palais omnisports de Paris-Bercy avec Sting et Cheb Mami[5],[6]. Elle se remarie en 2006 avec le pilote automobile belge Jacky Ickx[1],[3], et ils s'installent à Monaco. Son fils unique, Vincent, est marié et vit en Belgique.

Discographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « Khadja Nin, la première star internationale de la musique burundaise », Iwacu,‎ (lire en ligne)
  2. Anne-Claire Dugas, « Nin, Khadja [Burundi 1959] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, (lire en ligne), p. 3187
  3. a et b Catherine Pacary, « Monsieur Afrique », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Claudine Mulard, « Jeanne Moreau célébrée par Hollywood », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Fara C., « Sting invite Mami et Khadja Nin », Radio France internationale,‎ (lire en ligne)
  6. Stéphane Davet, « Le charisme policé de Sting dans le frigo de Bercy », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]