Lomami (province)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kabinda (district))
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (septembre 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

image illustrant la République démocratique du Congo
Cet article est une ébauche concernant la République démocratique du Congo.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lomami et Kabinda.
Province du Lomami
Localisation du Lomami à l'intérieur de la République démocratique du Congo
Localisation du Lomami à l'intérieur de la République démocratique du Congo
Administration
Pays Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo
Chef-lieu Kabinda
Plus grande ville Mwene-Ditu
Sénat 4 sièges
Gouverneur Patrice Kamanda[1]
Fuseau horaire UTC+2
Démographie
Population 2 048 839 hab. (2006)
Densité 36 hab./km2
Rang 15e
Langue(s) Officielle : français
Nationale(s) : tshiluba
Géographie
Coordonnées 6° 08′ 01″ Sud, 24° 29′ 01″ Est
Superficie 56 426 km2
Rang 22e
Sources
Communes et territoires - Villes - Provinces

La province du Lomami est une province de la République démocratique du Congo. Elle est créée en 2015 à la suite de l'éclatement de la province historique du Kasaï-Oriental[2].

La province se situe au centre du pays sur la rivière Lomami.

Territoires[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La population est estimée à 2 345 000 habitants, située principalement dans les villes de Kabinda et Mweneditu. Elle est constituée de trois grandes ethnies (Songye, Luba et Kanyok). Il y a également les Kete à Kamiji et les Kanitshin à Luilu.

Économie[modifier | modifier le code]

Le district de Kabinda est principalement agro-pastoral, avec quelques activités d'exploitation artisanale du diamant à Lubao, Luputa, à Kabinda et à Wikong. Il y a également l'exploitation artisanale de l'Or dans l'ensemble du territoire de Luilu. Outre le diamant qui est intensivement exploité, d'autres substances minérales exploitables existent :

  • d'importants gîtes de roches carbonatées à Ngandajika.
  • les gîtes d'Or des environs de Mwene-Ditu et Luputa.

Il y a également du coltan à Luilu (près de la cite Luputa). Il faudrait signaler que le district était l'un des plus grands dans la production du coton[réf. nécessaire]. Cette industrie n'existe plus à cause du manque de marché dont elle disposait à l'époque colonial, principalement de la Belgique. Il existe un centre de recherche de coton à N’Gandajika. N'gandajika et Kamiji sont des grands centres d'agriculture qui desservissent la Province du Kasai-Oriental et principalement la ville de Mbujimayi dont la population est estimée à plus de 2 millions d'habitant. La ville de Mweneditu dispose des services bancaires, telles que la Banque Congolaise. Il y a également une forêt riche en bois au nord de Kabinda.

Transport[modifier | modifier le code]

Le transport ferroviaire est important à Mweneditu quoiqu'en état de délabrement très avancé[réf. souhaitée]. Le district n'a qu'un seul aéroport à Kabinda, mais qui est moins important quand il s'agit de désenclaver le district et sur standard national pratiquement non utilisé. Il existe dans le district les plaines de secours laissées par les Belges à Kabinda, Gandajika, et Muene Ditu. Ces plaines se trouvent dans un état de dégradation très avancée. Il n'existe pratiquement pas de service d'aviation dans l'ensemble du district et il doit dépendre de l'aéroport de Mbujimayi. Ngandajika et Lubao disposent également d'aérodromes utilises juste à de fins humanitaires par les ONG. Seul les vélos sont utilisés comme moyen de transport et comparativement à d'autres provinces ou la moto constitue la base principale du transport, le district demeure l'un des plus pauvres du pays et aura beaucoup de défis à relever, tel que la construction de la route Mbuji-Mayi -Kabinda ou encore asphalter la route sablonneuse qui relie Mweneditu à Kamina (Province du Haut-Lomami). Il faut aussi noter les érosions qui menacent les routes argileuses et peuvent causer les enclavements de certains villages. La capitale Kabinda est à 200 km de la gare ferroviaire de Mwene-Ditu qui permet une liaison avec Lubumbashi, capitale de la Province du Katanga, puis avec la Zambie. Le Bac à Lubao sur la rivière Lomami permet également de relier le district avec le district de Haut Lomami.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

L'électricité publique n'existe pratiquement pas sur l'ensemble du district, sauf quelques nantis et les missionnaires qui utilisent les groupes électrogènes. La SNEL offre un service inefficient et irrégulier à Mweneditu, avec un abonnement total qui ne dépasse pas 5 000 personnes pour une population de plus de 500 000 habitants. Le district n'est pas non plus desservi en eau potable, ce qui explique la grande prévalence de la poliomyelitis et d'aveuglement infantile. La REGIDESO, à l'instar de la SNEL offre des services de qualité médiocre à quelques abonnés dont le nombre ne dépasse pas les 3 000 âmes. Par manque d'électricité, la REGIDESO ne peut offrir une qualité de service comparable à celle de Kinshasa dans le district de Kabinda. Le Service National d’Hydraulique Rural (SNHR) est également présent en construisant des puits, sources et adduction d'eau à Mweneditu, Ngandajika, lubao et Kabinda. Beaucoup de ces sources ne sont plus opérationnelles faute de maintenance ; idem pour les puits équipés de pompes. La situation s'améliore de plus en plus à Luputa (une ville d'au moins 200 000 habitants) avec l'aide de la Communauté de Mormons qui installe l'eau dans la ville. Par ailleurs, la capitale Kabinda ne dispose d’aucun service collectif d’alimentation en eau potable, d’électricité ou d’éclairage public. Il existe néanmoins une centrale thermique qui tourne avec 3 cabines d’une puissance de 75 KVA chacune, mais depuis 1992 elle est inopérationnelle. Deux antennes de téléphonie cellulaire sont installées depuis 2003. Les services postaux ou bancaires sont inexistants. La province du Kasai Oriental a des projets d’électrification urbaine et rurale par les micros centrales dans les sites suivants:

Localisation rivière Site Capacité (en MW) Coût de l'investissement (en millions USD)
Ngandajika Luilu Kafumbu 7,4 17,2
Mwene Ditu Luilu Tshilomba 3 6,9
Lusambo Lubi Kalambayi 1 2,3
Mwene Ditu Mbuji Mayi Katambaye 13,9
katako Kombe Lomami Lomami 15

Un grand barrage au coût de 22 millions de Dollar US peut être érigé près des chutes de Mwangalayi sur la rivière Luilu.

Éducation[modifier | modifier le code]

Le district manque également d'institutions supérieures d'éducation, et par rapport au standard national, le niveau est moins compétitif, ce qui cause le district à perdre beaucoup de jeunes qui immigrent vers Mbuji-Mayi et Lubumbashi pour acquérir une éducation.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « RDC: liste de nouveaux gouverneurs de province élus », sur Radio Okapi,‎ (consulté le 21 septembre 2016)
  2. « Ancienne Province du Kasaï Oriental : les commissaires spéciaux entrent en fonction », sur Radio Okapi,‎ (consulté le 21 septembre 2016)