EY (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

EY
logo de EY (entreprise)
Logo de EY.
illustration de EY (entreprise)
Tour First à La Défense

Création 1989
Forme juridique Private Limited Company
Slogan Building a better working world
Siège social Londres
Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni
Direction Carmine Di Sibio, Chairman (Monde)
Activité Audit financier, expertise-comptable, fiscalité, services transactionnels, conseil en stratégie
Produits Assurance
Consulting
Strategy & Transactions
Tax
Filiales Fondation d'entreprise EY pour les métiers manuels (d)
Partenaires Climate Innovation Centre (Ghana) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 298 965 (2020)
SIREN 449142348Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.ey.com

Chiffre d'affaires en augmentation US$ 40 milliards (2021)[1]

EY, aussi connu sous son ancien nom Ernst & Young et associés, est un cabinet d'audit financier et de conseil. Membre du Big Four, il est le troisième plus important réseau mondial en termes de chiffre d'affaires (après Deloitte et PwC, mais devant KPMG) en 2020[2], et fournit des prestations d'audit financier, de conseil (systèmes d'information, ressources humaines, organisation, finance, stratégie...), de cabinets d'avocats (notamment sur les questions fiscales)[3].

Bien qu'il définisse sa raison d'être comme la « construction d'un monde meilleur », le cabinet est impliqué dans une longue liste de scandales comptables et financiers au cours de son histoire, et est également particulièrement controversé pour ses conditions de travail (longues heures de travail, environnement stressant, salaires horaires faibles et inférieurs à ceux de ses concurrents, haut turnover, harcèlement, pratiques discriminatoires, condamnations régulières aux Prud'hommes...).

Histoire[modifier | modifier le code]

Harding & Pullein est fondée en 1849 à Londres, au Royaume-Uni. Il s'agit de la plus ancienne entreprise dont est issue Ernst & Young. Cette même année, l'Américain Frederick Whinney entre dans la profession et devient associé en 1859. Il renomme sa société Whinney, Smith & Whinney en 1894, avec l'aide de ses fils également dans la profession. En 1903, Ernst & Ernst est établi à Cleveland par Alwin et Theodore Ernst et en 1906 Arthur Young & Company est créée à Chicago. En 1965, Whinney, Smith & Whinney fusionne avec Brown, Fleming & Murray pour former la firme de comptabilité et de conseil Whinney Murray. Whinney, Smith & Whinney était une alliée proche d'Ernst & Ernst depuis les années 1940. En 1979 Whinney Murray, Ernst & Ernst, et Turquands Barton Mayhew se regroupent pour former Ernst & Whinney, créant ainsi le quatrième plus important cabinet d'audit mondial.

En 1989, le numéro quatre, Ernst & Whinney, fusionne avec le numéro cinq de l'époque, Arthur Young, pour créer Ernst & Young (EY)[4]. Ce rapprochement participe à la concentration du secteur de l'audit comptable, qui a vu passer en quelques années dix principaux acteurs à quatre appelés les Big Four. Le réseau a ensuite créé sa propre activité de conseil durant les années 1980 et 1990.

À la suite de l'annonce faite en par Price Waterhouse de procéder à une fusion avec le cabinet Coopers & Lybrand en vue de former un géant mondial des services d'audit, Ernst & Young annonça en octobre de la même année son intention de faire de même avec KPMG[5]. La fusion proposée fut finalement abandonnée en à cause de l'opposition de certains clients, des questions de lois antitrust, des problèmes de coûts et d'une manière générale des difficultés à concilier deux entreprises aux cultures différentes[6].

La branche conseil a été vendue en mai 2000 au Français Capgemini pour 11 milliards de dollars (cash et actions) : la nouvelle entité, d'abord baptisée Cap Gemini Ernst & Young, a ensuite été renommée Capgemini. En 2002, à la suite du scandale du maquillage des comptes de l'entreprise texane Enron, Ernst & Young France a absorbé la branche française d'Arthur Andersen[7].

En 2013, Ernst & Young change sa dénomination pour ne garder que le sigle EY[8]. Cette même année, le cabinet est sollicité par le Vatican pour offrir des prestations d'audit de certaines de ses institutions éclaboussées par des scandales de corruption[9].

En , EY annonce l'acquisition de Parthenon Group, une entreprise américaine de consulting d'environ 8 800 employés, pour un montant non dévoilé[10].

En , EY France annonce la création d'EY Strategy[11], affirmant son positionnement comme cabinet de conseil en stratégie pluridisciplinaire, en parallèle de ses activités traditionnelles d'Audit, trois ans après l'acquisition du cabinet de conseil en stratégie Greenwich Consulting[12].

En 2020, EY annonce fait un partenariat avec la Hult Business School pour offrir à certains de ses employés un MBA de cette institution[13].

En 2021, à la suite de l'affaire Wirecard en Allemagne, EY annonce la création d'une nouvelle zone géographique, Europe West, regroupant France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Espagne et des pays africains[14]. Cette réorganisation soulève des craintes en interne - notamment de Partners français - que les pertes économiques liées au scandale allemand soient partagées avec les autres pays, l'affaire ayant déjà fait perdre à EY plusieurs clients dont Deutsche Telekom et Commerzbank[14]. Selon Atul Shah, professeur de finance à la City University, cette réorganisation reviendrait à « réarranger l'emplacement des transats sur le Titanic » ; EY cherchant selon lui à jouer la carte du too big to fail vis-à-vis des régulateurs[15].

Localisations actuelles[modifier | modifier le code]

Firme multinationale ayant grandi au fur et à mesure de ses fusions successives, EY est présent dans des dizaines de pays. Son organisation reconnait 3 grandes zones géographiques :

Activités[modifier | modifier le code]

Panneau lumineux d'EY à New York.

EY compte dans le monde :

  • 298 965 salariés dans le monde (2021)[17] ;
  • CA : 37,2 milliards de dollars en 2021 ;
  • présent dans plus de 150 pays ;
  • plus de 700 bureaux.

Il est présent dans les domaines suivants :

·      Audit : certification, maîtrise des risques, amélioration de la performance financière, accompagnement et externalisation (expertise-comptable)

·      Consulting : marketing & innovation, performance financière, performance opérationnelle, systèmes d'information

·      Droit et fiscalité : fiscalité des entreprises, droit des affaires, droit social, mobilité internationale

·      Transactions : Due diligences, évaluations, restructuring, fusions & acquisitions


En 2019, EY affirme que 84% des entreprises du Fortune Global 500 sont ses clientes[18].

EY est l'auditeur de nombreuses entreprises de premier plan, membres du classement Fortune 1000. Parmi elles, on peut noter AOL Time Warner, Wal-Mart, Amazon.com, 3M, Oracle, McDonalds, Google, Intel, Hewlett-Packard, Coca-Cola, et Verizon.[réf. nécessaire]

Comme les autres Big Four, EY est également actif dans le secteur du conseil fiscal. En France EY Société d'Avocats est une société d'avocats fiscalistes faisant partie du réseau global d'EY[19].

La Securities and Exchange Commission (SEC) et ses membres issus de la communauté des investisseurs financiers ont commencé à s'inquiéter des potentialités de conflits d'intérêts entre les travaux d'audit et de conseil. Ernst & Young a été le premier des Big Five de l'audit (avec Deloitte, PwC, KPMG et Arthur Andersen) à séparer formellement ses systèmes d'intégration et ses pratiques d'audit.

Son activité se répartit comme suit dans les pays francophones :

En France :

  • 15 bureaux dont un à Monaco ;
  • 6 154 salariés répartis entre les trois métiers de l'audit, du conseil, de la transaction et du droit avec pour ce dernier 500 avocats intervenant dans les domaines juridiques, fiscaux et sociaux ;
  • CA : 1 175 millions d'euros en 2021 ;
  • 1er des Big Four en matière de gros mandats (23 sur le CAC40)[réf. nécessaire].

En Suisse :

  • 2 425 salariés répartis sur 11 sites : Aarau, Berne, Bâle, Lausanne, Lugano, Lucerne, Genève, Vaduz, Zug, St-Gall et Zurich ;
  • CA : 608 millions CHF en 2014/2015[20].

En Belgique :

  • 1 335 salariés (au ) répartis entre 12 bureaux : Bruxelles, Charleroi, Courtrai, Gand, Hasselt, Leper, Liège, Mons, Roeselare, Ronse, Saint-Nicolas, Tournai, Turnhout ;
  • CA : 163,6 millions d'euros en 2005/2006.

Au Luxembourg :

  • 1 100 salariés.
  • CA : environ 125 millions d'euros en 2011.

L'activité porte essentiellement sur l'audit de banques, d'assurances et de fonds et sur le conseil en fiscalité.

EY publie annuellement un rapport sur l'attractivité des pays européens[21], qui est parfois repris, notamment en France, par des politiques[22] ou des grands médias[23]. Ce baromètre ne manque pas d'attirer quelques critiques[22].

Le cabinet publie régulièrement des rapports et études, souvent repris dans la presse[24],[25], mais parfois également vertement critiqués : à titre d'exemple, Numerama tance en 2011 une étude « affligeante » d'EY sur la propriété intellectuelle[26].

Scandales[modifier | modifier le code]

Ernst & Young est directement ou indirectement impliqué dans des dizaines de scandales comptables et financiers de grande ampleur, notamment Informix Corporation (en) (1996), Sybase (1997), Cendant (en) (1998), One.Tel (2001), AOL (2002), Enron California (2002), HealthSouth (en) (2003), Chiquita Brands International, ex-United Fruit Company (2004), Sino-Forest Corporation (2011) et Olympus Corporation (2011). D'autres sont détaillés plus bas.

En 2020, le Wall Street Journal constate que « une série d'entreprises ayant implosé ont quelque chose en commun : Ernst & Young les a audité[27]. » La recrudescence des scandales liés à EY en 2020 conduit une ONG anti-corruption à réclamer une interdiction de 3 ans d'EY de concourir à des marchés publics au Royaume-Uni (pays où se trouve le siège social de l'entreprise)[28].

Selon une étude indépendante menée en en 2017, EY est le plus opaque des Big 4[29], et selon une étude de 2020 relayée par The Times, EY a la plus faible qualité d'audit de tous les Big 4[30].

Amendes pour activités liées à l'évasion fiscale (1999 - 2004)[modifier | modifier le code]

En 2013, EY accepte de payer 123 millions de dollars aux autorités américaines pour éviter un procès portant sur ses services d'évasion fiscale proposés de 1999 à 2004 à plus de 200 clients richissimes pour un montant total de plus de 2 milliards de dollars[31].

Peoplesoft, violation des règles d'indépendance de l'audit (2004)[modifier | modifier le code]

Ernst & Young est condamné en 2004 par la justice américaine à ne pouvoir accepter de nouveau client durant 6 mois (une sanction particulièrement lourde pour un grand cabinet comptable[32]), et 1,7 million de dollars d'amende, pour avoir violé les règles d'indépendance de l'audit des sociétés côtés vis-à-vis de son client Peoplesoft, une juge concluant « La mauvaise conduite de Ernst & Young a été flagrante... Rien ne montre dans ce dossier qu'Ernst & Young a la volonté d'accepter les règles d'indépendance de l'audit applicables dans les relations professionnelles avec ce type de clients[33]. »

Condamnation d'un Associé à de la prison pour falsification de documents comptables (2005)[modifier | modifier le code]

En 2005, un Partner américain écope d'une peine d'un an de prison pour avoir, en violation de la loi Sarbanes-Oxley, falsifié des documents comptables de manière à les rendre plus conformes à des résultats d'audit présentés par EY[34].

Lehman Brothers (2008)[modifier | modifier le code]

La faillite de Lehman Brothers en est le point de départ de la crise financière de 2008[35].

Lehman Brothers, grande banque d'investissement américaine, fait faillite en 2008, entrainant dans son sillage une crise financière d'ampleur mondiale[35]. Début 2010, un rapport de la justice américaine révèle que depuis 2007 la banque masquait son endettement : le rapport met en cause les anciens dirigeants, qui ont utilisé de façon abusive une technique comptable, le Repo 105, qui a conduit à « présenter un bilan erroné »[36]. EY, en tant qu'auditeur financier chargé de vérifier les documents comptables de Lehman, était au courant de l'usage du Repo 105 mais n'en a pour autant rien révélé[37].

Les prestations d'audit financier (c'est-à-dire certifier, de manière indépendante, que les comptes présentés par l'entreprise auditée sont sincères et non trafiqués) avaient pourtant rapporté 31 millions de dollars à EY[38]. Alors que la presse économique pointe les similitudes avec le scandale Enron (où des comptes maquillés avaient causé la faillite de l'entreprise, et dans son sillage, de son auditeur financier, Andersen), elle se demande si EY survivra ou non de la faillite de Lehman Brothers[39],[40].

Finalement, EY ne fait pas faillite, mais pour réchapper à des poursuites judiciaires l'accusant d'avoir facilité et couvert une « fraude comptable massive », EY accepte de payer 10 millions de dollars aux autorités New-Yorkaises, et 99 millions de dollars à des investisseurs rassemblés dans une class action[41].

La crise de 2008 cause a minima la destruction de 7 millions d'emplois dans le monde[42].

Audits en lien avec les affaires Madoff (2008)[modifier | modifier le code]

EY attire la controverse pour son rôle dans les affaires Madoff, étant jugée responsable de « négligence » dans ses audits financiers[43].

EY perd en 2015, via l'avis d'un jury populaire, un procès portant sur ses audits liés à des activités frauduleuses de Bernard Madoff, à la suite de l'effondrement de la pyramide de Ponzi de l'escroc américain en 2008[44],[45]. L'affaire a également rebondi au Luxembourg, via la faillite de la Sicav Luxalpha, liées aux activités frauduleuse de Madoff. Les liquidateurs Paul Laplume et Alain Rukavina accusent ainsi EY de « faute professionnelle grave[46]. »

Affaire PSV (2011)[modifier | modifier le code]

En 2011, en Espagne, un juge condamne EY a indemniser un millier de personnes affectées par la faillite de PSV, un constructeur immobilier ; EY étant jugé coupable de négligence dans ses audits et de ne pas avoir dénoncé des irrégularités dans les états financiers de la société[47],[48].

Le scandale Hellas Telecommunications (2015)[modifier | modifier le code]

En 2015, l'office de régulation britannique, l'Institute of Chartered Accountants in England and Wales (en) (ICAEW), a réprimandé Ernst & Young pour son implication dans le scandale Wind Hellas (en) concernant principalement TPG, Apax Partners et Nikesh Arora. EY a accepté de devenir administrateur de Hellas Telecommunications bien qu'ayant été son comptable durant les trois années précédentes. La société reçoit une amende de 250 000 £ (390 850 $) pour violations de l'éthique[49],[50],[51],[52].

Accusations d'implication dans les pratiques d'évasions fiscales (2016)[modifier | modifier le code]

En 2016, EY est accusé par The Independent d'être « de loin l'auditeur financier le plus impliqué » dans les pratiques fiscales controversées des GAFA[53].

Paradise Papers (2017)[modifier | modifier le code]

Les Paradise Papers révélés en par le Consortium international des journalistes d'investigation indiquent la participation de Ernst & Young dans plusieurs montages financiers, dont celui du jet privé de la star britannique Lewis Hamilton[54].

Rapport Les Big Four : une étude de l’opacité (2017)[modifier | modifier le code]

En 2017, un rapport établi par un chercheur pour un groupe du parlement européen pointe le manque de transparence des activités des Big 4, présents collectivement dans 186 « juridictions » et la forte concentration de leurs effectifs dans des paradis fiscaux[29],[55].

Or, le rapport dénonce également EY comme étant le plus opaque des Big Four, les chercheurs n'ayant pas réussi à rattacher 17% de ses effectifs globaux à une juridiction nationale ou étatique[29],[56]. À titre d'exemple, si 579 employés de Deloitte, PwC et KPMG ont été recensés aux îles Caïmans, aucune donnée n'a été retrouvée pour EY[55].

Wirecard (2020)[modifier | modifier le code]

En , Ernst & Young, qui est l'unique commissaire aux comptes de Wirecard depuis 2011, se retrouve impliqué dans le scandale des comptes falsifiés de son client[57]. Faisant suite à un audit indépendant mené par KPMG sur Wirecard qui avait conclu à l'absence de certains documents qui conduisaient l'auditeur à ne pas pouvoir donner un avis définitif concernant l'exactitude des comptes, Ernst & Young a lui aussi refusé d'approuver les comptes de Wirecard fin . Il peut toutefois être reproché à Ernst & Young de ne pas avoir examiné sur le fond 3 articles publiés par le Financial Times à partir de , qui avertissaient au sujet d'une fraude probable liée à des fonds fictifs localisés dans les Philippines. Bien au contraire, au-lieu de contrôler les informations publiées par le Financial Times, les journalistes et certains de leurs collègues avaient été mis en examen par l'Autorité allemande de supervision financière BaFin pour manipulation illicite de cours de bourse[58].

Suite à plusieurs scandales, dont Wirecard et Stagecoach, EY a annoncé en septembre 2021 investir 2 milliards de dollars dans les trois prochaines années pour « améliorer la qualité de son audit. »[59]

Kaloti Jewellery International (2020)[modifier | modifier le code]

En 2020, EY a été condamné payer 10,8 millions de dollars de compensation à un ancien Associé qui avait lancé l'alerte sur un client soupçonné de blanchiment d'argent et de contrebande d'or à Dubaï. La décision a révélé que le cabinet comptable avait enfreint ses obligations professionnelles en manipulant un audit réalisé en 2013 sur Kaloti Jewellery à Dubaï. EY a depuis retiré son appel contre le jugement[60],[61].

NMC Health (2020)[modifier | modifier le code]

En 2020, les administrateurs de NMC Health, une entreprise anciennement cotée à la Bourse de Londres avant son effondrement en 2019[62] indiquent préparer une action en justice pour un total de plus de 1 milliard de livres sterling. EY est accusé d'avoir « activement dissimulé » une fraude de 6 ans[63]. EY auditait NMC Health depuis 2012 (et a empoché près de 14 millions £ à ce titre), la qualité des audit fourni par le cabinet à NMC Health faisait l'objet d'interrogations car le conseil d'administration de l'entreprise comptait des anciens Associés d'EY[64].

Accord pour 10 millions de dollars avec la SEC (2021)[modifier | modifier le code]

En août 2021, EY accepte de payer plus de 100 000 000 $ à la Securities and Exchange Commission (SEC) américaine pour mettre fin à des poursuites pour violation des règles d'indépendance de l'audit en vue de gagner un contrat auprès d'une entreprise américaine, Sealed Air[65],[66],[67]. Sealed Air a mis fin à ses activités avec EY à la suite de l'enquête de la SEC[67].

Stagecoach (2021)[modifier | modifier le code]

EY est condamné en août 2021 à 2,2 millions de livres sterling d'amende par les autorités britanniques pour « graves déficiences » dans son audit de Stagecoach[68],[69]. Un Associé d'EY est également personnellement condamné à payer 70 000 £ dans le cadre de cette affaire[68],[69].

Conditions de travail[modifier | modifier le code]

Bien qu'EY mette en avant sa labellisation « Great Place to Work »[18] (un label controversé car payant[70], pour laquelle les déclarations de l'entreprise elle-même comptent pour un tiers de la note, et donc accusé d'être une simple manœuvre marketing pour se donner une bonne image[71],[72]), EY est régulièrement condamné aux Prud'hommes : en 2012 pour licenciement sans cause réelle et sérieuse[73], en 2016 pour harcèlement moral[74], ou encore en 2017 pour travail dissimulé, harcèlement moral et résiliation judiciaire[75].

Volume horaire élevé[modifier | modifier le code]

EY est fréquemment remis en cause pour ses conditions de travail dans divers pays :

  • En Espagne, El Pais rapporte le mail de doléance d'un employé d'EY auprès de ses Associés, se plaignant de travailler 84 heures par semaine et que ce rythme ne serait « pas soutenable »[76]. L'employé était rémunéré 24 000 euros bruts par an[77].
  • Aux États-Unis, le Harvard Business Review publie en 2007 un article sur la quête d'un Partner, qui travaillait de 12h à 14h par jour, afin de tenter d'obtenir d'un meilleur équilibre de vie (sommeil, famille, alimentation, exercice...)[78].
  • En France, la presse se fait en 2020 l'écho d'un « vent de révolte » chez EY France, une intersyndicale CGT-CFTC-UNSA s'étant créée pour « défendre les droits sociaux des salariés et un meilleur partage de la valeur ajoutée », dénoncer que certains employés travaillent jusqu'à 70 heures par semaine[79], et exprimer « le mécontentement des collaborateurs face aux refus de considération de la direction »[80].
  • En 2021, la médiatisation d'un mail d'un manager EY à Hong Kong à ses équipes créé la polémique : le manager attend de ses équipes qu'elles travaillent de 9h30 du matin à 11h30 du soir, ainsi qu'un jour du weekend au bureau, et une autre demi-journée supplémentaire du weekend à travailler de chez soi, appelant à leur « sens de la responsabilité et à la discipline »[81],[82].
  • En 2015 en Israël, des employés d'EY créent un syndicat (une première parmi les Big 4 de ce pays), se plaignant de longues heures et de salaires faibles des salariés[83] au seul bénéfice de la haute rémunération des Partners[84].
  • En 2017 en Suisse, un cadre supérieur d'EY assure que dans son entreprise « nous pouvons travailler jusqu'à 16 heures par jour, et entre 60 et 70 heures par semaine[85]. » Il se prononce pour la fin de la limite supérieure de la durée de travail à 45 heures hebdomadaires, estimant que « on ne peut pas prétendre que travailler 70 heures par semaine est forcément mauvais pour la santé[85]. »

Salaires les plus faibles des Big 4[modifier | modifier le code]

En France, EY présente les salaires moyens les plus faibles des Big 4 pour les profils 3-5 ans, et plus de 10 ans d'expérience[86]. À Londres, une étude montre également que les salaires des auditeurs d'EY sont les plus faibles des Big 4[87]. Un étude de 2021 aux États-Unis donne des résultats similaires[88]. Selon une étude Emolument, si les consultants juniors ont tous les mêmes salaires dans les Big 4, les consultants seniors d'EY au Royaume-Uni sont les plus mal payés, non seulement parmi les Big 4, mais aussi par rapport à d'autres cabinets tels qu'Accenture ou Capco ; de plus, 0% des employés d'EY sondés étaient satisfaits de leur bonus[89].

En Australie, durant la crise du Covid-19, les salaires des employés plongent jusqu'à 20% pour maintenir les revenus des Partners[90], alors qu'en France, France Culture rapporte que « les démissions se multiplient, alors que les embauches stagnent, ce qui met encore davantage de pression sur les salariés, mais augmente les profits de l'entreprise », sans que ces nouveaux profits aient bénéficié aux salariés[91] ; au contraire, en 2020, EY a considérablement augmenté les bonus d'une petite dizaine d'Associés, en toute opacité[92], les dividendes passant de 8 à 24 millions d'euros[91].

Les salaires, faibles au regard des nombreuses heures de travail, sont un sujet de plainte récurrent dans les cabinets d'audit et de conseil[93].

Turnover important, attractivité en baisse[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de turnover global déclaré par EY est de 21,01% (soit plus d'1 salarié sur 5 qui quitte l'entreprise chaque année)[94], soit supérieur à la moyenne des grands cabinets comptables CPA qui s'établit à 17% selon une étude de 2020[95]. Selon Qualtrics, un taux de turnover supérieur à 15% est élevé et correspond à une « mauvaise atmosphère de travail »[96] ; la question du haut turnover au sein des Big 4, et de ses effets négatifs, est ancienne[97].

Si EY est toujours mentionné, comme les autres Big 4, dans les classements Universum, EY est depuis 2017 moins attractif vis-à-vis des étudiants d'écoles de commerce dans plusieurs grandes économies développées et en émergence[98] :

Classement d'attractivité Universum d'EY (de 2017 à 2020 ou 2021) pour les étudiants d'école de commerce dans plusieurs grands pays avancés et émergents[98]
Pays 2017 2018 2019 2020 2021 Tendance entre le classement 2017 et le dernier classement disponible
Drapeau des États-Unis États-Unis 8 7 10 17 N.A. en diminution Baisse (- 9 places)
Drapeau de la France France 10 12 9 8 14 en diminution Baisse (- 4 places)
Drapeau du Canada Canada 2 2 9 14 N.A. en diminution Baisse (- 12 places)
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 14 13 17 21 23 en diminution Baisse (- 9 places)
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 6 9 11 11 15 en diminution Baisse (- 9 places)
Drapeau de l'Italie Italie 41 45 51 53 46 en diminution Baisse (- 5 places)
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 4 6 5 15 39 en diminution Baisse (- 35 places)
Drapeau du Brésil Brésil 31 30 36 41 N.A. en diminution Baisse (- 10 places)
Drapeau de la Turquie Turquie 51 47 78 71 N.A. en diminution Baisse (- 20 places)
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 18 11 32 37 N.A. en diminution Baisse (- 19 places)
Drapeau de la Russie Russie 12 12 20 28 N.A. en diminution Baisse (- 16 places)

Selon un article Les Echos publié en 2020, alors que Mazars juge « illusoire » de combattre le départ de ses salariés, et qu'EY, au contraire, « fait tout son possible » pour les garder, les deux cabinets font pourtant face à un taux de turnover similaire[99].

Le Figaro rapporte qu'en 2020, pour faire face à des difficultés de recrutement, le cabinet pratique des opérations « portes ouvertes » aux étudiants à la Tour First[100].

Accusations ou condamnations pour discrimination, harcèlement, bullying, sexisme[modifier | modifier le code]

Il est rapporté en 2020 par des lanceurs d'alertes qu'EY a « une culture du bullying et de la discrimination[101]. » En 2019, déjà, un groupe bi-partisan de 67 élus du Sénat de New York adressent une lettre au PDG monde d'EY pour dénoncer « la perpétuation d'une culture de harcèlement et de discrimination au travail[102]. »

En 1994, EY est condamné par la justice américaine pour avoir licencié un Partner sur la simple raison de son âge (46 ans)[103], le New York Times notant que cette décision de la justice contre les pratiques d'Ernst & Young pourrait aller dans le sens de la lutte contre les discriminations liées à l'âge dans le monde du travail[104].

En 2020, EY UK publie un rapport dans lequel le cabinet reconnait une différence de salaire (pay gap) moyenne de 32,4% entre les hommes et les femmes, et de 36,7% entre les employés issus de minorités ethniques et ceux qui ne le sont pas[105].

EY est de plus régulièrement accusé de prendre des mesures de représailles contre les victimes de discrimination, par exemple en 2021, un article de The Australian Financial Review accuse EY de menacer de licenciement les personnes rapportant des faits de harcèlement[106]. Au Royaume-Uni, des accusations de discriminations sont portés par des employés issus de minorités ethniques ou transgenres ; le Financial Times rapporte en 2019 que les lanceurs d'alertes estiment que la culture d'entreprise d'EY a tendance à protéger les mauvais agissements de certains Partners[107].

Comme d'autres entreprises de conseil, EY a été mis en cause sur la page Balance ton cabinet, basée sur un principe de name and shame[108], où une ancienne employée mentionne un « environnement toxique » et l'une de « ses pires expériences dans le conseil[109]. »

Si EY affirme défendre l'égalité hommes-femmes[110], le cabinet est mis en cause dans plusieurs accusations de traitements inéquitables, notamment sexistes, de par le monde :

  • Karen Ward, ancienne Associée aux États-Unis, dénonce en 2019 des faits de harcèlement sexuel dont elle s'estimait victime, et s'est retrouvée face à des représailles d'EY[111], jusqu'à son licenciement du cabinet[112]. Par ailleurs, le plus grand nombre d'hommes Partners s'expliquerait selon elle par un « environnement hostile où les femmes sont rabaissées, dévalorisées et isolées[112]. »
  • En 2015, une autre Associée américaine avait également dénoncé des faits de harcèlement sexuel, après avoir appris qu'elle n'en était pas la première victime au sein du cabinet[113]. L'affaire s'était alors réglée par un accord à l'amiable, mais confidentiel[114].
  • En 2015, une employée australienne ayant remontée des actes de harcèlement sexuel d'un de ses supérieurs se voit infliger un cours en ligne sur les « comportements inappropriés » par les RH, cette réaction cause de la colère parmi les employés d'EY Australie[115].
  • En France en 2019, EY Advisory est épinglé pour non-respect de l'Index de l’égalité professionnelle, avec une note parmi les plus faibles des grandes entreprises françaises[116].
  • En 2019 en Espagne, un juge condamne EY pour avoir privé de bonus et d'augmentation de salaire annuelle une employée en raison de son congé maternité[117],[118].

Autres accusations de non-respect de la législation[modifier | modifier le code]

En 2021, un article révèle que EY et Associés en France a - durant plusieurs années - « omis » de compter la rémunération des Partners dans les dotations annuelles de son Comité Social et Economique, ne modifiant ses pratiques que sous la menace d'une procédure judiciaire[119].

Communication[modifier | modifier le code]

Identité visuelle (logotype)[modifier | modifier le code]

Lobbying[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2020, EY France déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant compris entre 25 000 et 50 000 euros[120].

EY est inscrite depuis 2012 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Le groupe déclare en 2019 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 400 000 et 500 000 euros[121].

Les dépenses de lobbying d'EY aux États-Unis s'élèvent pour l'année 2019 à 3 130 000 dollars[122].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Global Review 2020 ».
  2. (en) « Big Four: revenue by function 2020 », sur Statista (consulté le )
  3. « Ernst & Young LLP », sur www.bloomberg.com (consulté le )
  4. (en) Patrick Poulin, « Ernst & Young Stock Doesn’t Exist. Here's Why. », sur Investopedia (consulté le )
  5. (en) « Ernst & Young, KPMG Mulling a Merger », sur Los Angeles Times,
  6. (en) « KPMG, Ernst & Young Cancel Proposed Merger », sur Los Angeles Times,
  7. Valérie de Senneville et Christophe Palierse, « Ernst & Young et Andersen veulent fusionner dès que possible en France », sur Les Echos,
  8. (en) Tom Banks, « BrandPie rebrands Ernst & Young as EY », sur Design Week,
  9. « Le Vatican demande un audit de son gouvernorat à Ernst & Young », sur Challenges (consulté le )
  10. (en) Michael Rapoport, « Ernst & Young to Buy Consulting Firm Parthenon Group », sur The Wall Street Journal,
  11. « EY veut dynamiter le marché du conseil en stratégie à Paris », sur lesechos.fr, (consulté le )
  12. « EY acquiert Greenwich Consulting », sur lesechos.fr, (consulté le )
  13. (en-US) Allana Akhtar, « Accounting giant EY is letting all its employees get an online MBA for free », sur Business Insider (consulté le )
  14. a et b « EY Europe revamp has partners worried over Wirecard damage », sur Financial Times, (consulté le )
  15. (en-GB) « EY to centralise power in Europe in break from typical Big Four model », sur CityAM, (consulté le )
  16. (en) « Our locations », sur www.ey.com (consulté le )
  17. « Rapport RSE 2021 », sur www.ey.com (consulté le )
  18. a et b (en) « Facts and figures », sur www.ey.com (consulté le )
  19. http://www.ey-avocats.com/global/content.nsf/France_Tax/home Société d'avocats.
  20. [1]
  21. (en) « Foreign investors back Europe , but is Europe back? », sur www.ey.com (consulté le )
  22. a et b « La France et le miroir magique de l’attractivité », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. « Économie - Attractivité: la France toujours première en Europe en 2020 », Le Matin,‎ (ISSN 1018-3736, lire en ligne, consulté le )
  24. Par Le Parisien avec AFP Le 26 janvier 2021 à 12h09, « Covid-19 : il faut aider la culture, «poids lourd de l’économie européenne», selon une étude », sur leparisien.fr, (consulté le )
  25. « Selon une étude, créer une entreprise en France n'est pas si difficile », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. Guillaume Champeau, « L'étude affligeante d'Ernst & Young sur la propriété intellectuelle », sur Numerama, (consulté le )
  27. (en-US) Patricia Kowsmann, Mark Maurer and Jing Yang, « String of Firms That Imploded Have Something in Common: Ernst & Young Audited Them », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le )
  28. (en) « Call for three-year ban on EY bidding on public contracts », sur the Guardian, (consulté le )
  29. a b et c (en) Richard Murphy, « The Big Four: a study of opacity »,
  30. (en) Niall Brady, « EY scores worst in big four audit by watchdog IAASA », The Times,‎ (ISSN 0140-0460, lire en ligne, consulté le )
  31. (en) « Ernst & Young to pay US regulators $123m over tax avoidance schemes », sur the Guardian, (consulté le )
  32. « Ernst & Young lourdement sanctionné », sur Les Echos, (consulté le )
  33. « Ernst & Young condamné pour trop grande proximité avec PeopleSoft », sur www.journaldunet.com (consulté le )
  34. (en-US) Stephen Taub, « Former E&Y Partner Gets Jail Time », sur CFO, (consulté le )
  35. a et b « Il y a dix ans : la faillite de Lehman Brothers déclenche la crise financière », sur TV5MONDE, (consulté le )
  36. Stéphanie Fontenoy, Lehman Brothers trichait sur son bilan financier, La Croix du 17/03/2010.
  37. (en) Rosalind Wiggins, Rosalind L. Bennett et Andrew Metrick, « The Lehman Brothers Bankruptcy D: The Role of Ernst & Young », SSRN, Social Science Research Network, no ID 2588551,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. (en) « Auditors' role in Lehmans collapse unites opposition in calls for reform », sur the Guardian, (consulté le )
  39. (en-US) John Carney, « Will Ernst & Young Survive The Lehman Fiasco? », sur Business Insider (consulté le )
  40. (en) Emily Chasan- Analysis, « Could Lehman be Ernst & Young's Enron? », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. (en) Karen Freifeld, « Ernst & Young settles with N.Y. for $10 million over Lehman auditing », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. (en) « Financial crisis ‘led to the loss of 7m jobs’ », sur The Independent, (consulté le )
  43. (en-US) Jacqueline Palank, « Jury Says Ernst & Young Liable for Madoff Investor’s Losses », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le )
  44. (en) Nate Raymond, « Jury finds Ernst & Young liable over investor's Madoff losses », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. Sophia Pearson and Elizabeth Amon, « Ernst & Young Loses Trial for Not Vetting Madoff-Tied Audits », sur www.bloomberg.com, (consulté le )
  46. Lëtzebuerger Land, « Dans le monde d’après depuis dix ans déjà », sur Lëtzebuerger Land, (consulté le )
  47. « El Supremo condena a Ernst & Young a indemnizar a mil afectados por el caso PSV,Noticias Jurídicas | Abogados - Bufetes - Sentencias | Jurídico | Expansión.com », sur www.expansion.com (consulté le )
  48. (es) Julio M. Lázaro, « Ernst & Young, condenada a indemnizar por el 'caso PSV' », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  49. (en) « Another Greek tragedy », The Economist (consulté le )
  50. (en) « EY fined for conflict of interest over Hellas », Reuters (consulté le )
  51. (en) « United States Bankruptcy Court Southern District of New York », Hellas Telecommunications (Luxembourg) II SCA (consulté le )
  52. (en) « Greek co wants damages from Indian-origin investor and Softbank VC Nikesh Arora », Financial Express (consulté le )
  53. (en) « Ernst & Young – a common thread in the current tax controversy », sur The Independent, (consulté le )
  54. « Paradise Papers : Lewis Hamilton ou la course à l’offshore en jet privé », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le )
  55. a et b Thomas Lemahieu, « Mondialisation. Les multinationales de l’audit s’activent dans les paradis fiscaux », sur L'Humanité,
  56. Thomas Lemahieu, « Les petits secrets des grands cabinets d’audit qui facilitent l’évasion fiscale », sur L'humanité,
  57. « Wirecard, une épine de plus dans le pied d'EY », Les Echos,‎ (lire en ligne, consulté le )
  58. « Wirecard : comment l'Allemagne a tiré sur le FT, porteur de mauvaises nouvelles », Les Echos,‎ (lire en ligne, consulté le )
  59. Kate Beioley, « EY to spend $2bn on improving audit quality after scandals », Financial Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. (en) « EY ordered to pay $10m to Dubai whistleblower », sur Financial Times (consulté le )
  61. (en) « EY drops appeal against $11m Dubai whistleblower case », sur Financial Times (consulté le )
  62. « Article Bloomberg », sur www.bloomberg.com (consulté le )
  63. (en) « Ernst & Young accused of concealing NMC Health audit fraud », sur www.aljazeera.com (consulté le )
  64. Daniel Thomas et Tabby Kinder, « EY faces £1bn lawsuit over audit work for NMC Health », Financial Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  65. (en) « Ernst & Young, auditors to pay over $10 mln to settle SEC charges », sur Reuters, (consulté le )
  66. (en-US) Dave Michaels, « Ernst & Young to Pay $10 Million to Settle SEC Probe of Bid Violations », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le )
  67. a et b « Ernst & Young to pay $10m to settle SEC charges - Big Four accounting firm and three partners accused by regulator of audit independence misconduct », sur Financial Times, (consulté le )
  68. a et b (en-US) Kristin Broughton and Adrià Calatayud, « U.K. Accounting Watchdog Fines EY $3 Million Over Stagecoach Audit », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le )
  69. a et b (en) « EY fined 3.5 mln stg for failings in Stagecoach audit », sur Reuters, (consulté le )
  70. « Great Place to Work. Quelle crédibilité ? – ChooseMyCompany » (consulté le )
  71. « Peut-on croire les palmarès des entreprises où il fait bon travailler ? », sur FranceTVInfo, (consulté le )
  72. Jean-Christophe Vuattoux et Tarik Chakor, « Qualité de vie au travail : bienvenue dans l’ère du « greatwashing » », sur The Conversation (consulté le )
  73. « Cour d'appel de Versailles, 18 janvier 2012, 10/04733 », sur Legifrance
  74. « Cour d'appel de Versailles, 17 mars 2016, n° 14/02922 », sur Doctrines.fr
  75. « Un Directeur Exécutif de Ernst & Young obtient 166 000 euros en appel pour travail dissimulé, harcèlement moral et résiliation judiciaire (CA Versailles 12 oct. 2017) », sur Chhum avocats,
  76. (es) Álvaro Sánchez, « Auditores de EY en España denuncian ante sus jefes semanas de trabajo de 84 horas: “Es insostenible” », sur EL PAÍS, (consulté le )
  77. (en) Elisabet Escriche, « Working 84 hours a week for €24,000 a year: EY auditors complain », sur Ara in English, (consulté le )
  78. « Manage Your Energy, Not Your Time », Harvard Business Review,‎ (ISSN 0017-8012, lire en ligne, consulté le )
  79. « Vent de révolte chez EY & associés: l'intersyndicale dénonce les conditions de travail dans l'entreprise », sur BFM, (consulté le )
  80. « Big Four : vent de révolte chez EY & Associés », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  81. (en) « Leaked email exposes crippling workload expectations at EY », sur Australian Financial Review, (consulté le )
  82. (en) « Leaked email suggests Big Four employees work longer hours than bankers », sur eFinancialCareers, (consulté le )
  83. (he) « E&Y becomes first Israeli accounting firm to unionize - Globes », sur en.globes.co.il, (consulté le )
  84. (he) « Ernst & Young Israel unionizing - Globes », sur en.globes.co.il, (consulté le )
  85. a et b « Suisse – En route vers la semaine de 70 heures de travail? », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne, consulté le )
  86. « La vérité sur les salaires dans les Big Four en France en 2019 », sur eFinancialCareers, (consulté le )
  87. Kco Ltd- http://www.kco.ie, « PwC, Deloitte, KPMG or EY, which Big Four firm pays the most? », sur IFSC (consulté le )
  88. (en-US) « [2021] Big 4 Accounting Firms Salary Breakdown [Updated Info] », sur Crush The CPA Exam, (consulté le )
  89. (en) « Are you earning as much as you could be in consulting? », sur www.emolument.com (consulté le )
  90. (en) « Cuts to staff pay help EY maintain partner profit », sur Australian Financial Review, (consulté le )
  91. a et b « L'entreprise du monde d'après : la révolte des cadres », sur France Culture (consulté le )
  92. « Les boîtes noires du top management d'EY - 26/10/2020 », sur La Lettre A, (consulté le )
  93. (en) « Why you'll love and hate life at PWC, Deloitte, EY and KPMG », sur eFinancialCareers, (consulté le )
  94. (en) « Facts and Figures - EY Global review », sur www.ey.com (consulté le )
  95. (en-US) « ICYMI | Employee Retention: The State of Engagement in Public Accounting Firms and Why It Matters », sur The CPA Journal, (consulté le )
  96. « Calcul du Taux de Turnover », sur Qualtrics (consulté le )
  97. Terence R Mitchell; Brooks C Holtom; Thomas W Lee; Ted Graske, « How to keep your best employees: Developing an effective retention policy », The Academy of Management Executive,‎ (lire en ligne)
  98. a et b (en-GB) « Company Ranking », sur universumglobal.com (consulté le )
  99. Vincent Bouquet, « Les cabinets d'audit et de conseil face au défi du turnover », sur Les Echos Executives, (consulté le )
  100. « Le cabinet EY lance une opération séduction auprès des étudiants », sur LEFIGARO (consulté le )
  101. (en-GB) Ian Moss, « EY has culture of bullying and discrimination say whitleblowers », sur Accounting Insight News, (consulté le )
  102. (en) « Bipartisan Group Of 67 Legislators Rebukes Ernst & Young Over Arbitration Policy », sur NY State Senate, (consulté le )
  103. « Fired Accounting Firm Partner Wins Age Discrimination Case », sur AP NEWS (consulté le )
  104. (en-US) Marianne Lavelle, « On the Edge of Age Discrimination », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  105. EY UK, « Pay Gap Report 2020 »
  106. (en) « EY staff allege bullying as firm threatens ‘dismissal’ to leaker », sur Australian Financial Review, (consulté le )
  107. « EY deals partners accused of bullying and discrimination », sur www.ft.com (consulté le )
  108. Charlotte Hervot, « Balance ta start-up, ton stage, ton cabinet… Le monde du travail témoigne sur Instagram », sur Ouest-France,
  109. Widoobiz, « Balance ton cabinet : « Je n’invente rien, mon but n’est ni de dénigrer, ni de diffamer » », sur Widoobiz, (consulté le )
  110. (en) « Women. Fast forward », sur www.ey.com (consulté le )
  111. Robert Armstrong, « Ernst & Young hit with new sexual harassment claim », sur www.ft.com (consulté le )
  112. a et b (en) Emily Peck, « 'Women Do Not Succeed Here' », sur HuffPost, (consulté le )
  113. (en) Leslie Picker, « Ernst & Young partner files sexual harassment claim against firm after alleging 2015 groping », sur CNBC, (consulté le )
  114. (en) Brendan Pierson, « Ernst & Young partner settles complaint over sexual assault », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  115. (en) « EY staff angry over its response to sexual harassment complaint », sur Australian Financial Review, (consulté le )
  116. Manon Leterq, « Voici la liste des entreprises dont on a réussi à retrouver l'index d'égalité femmes-hommes », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  117. (es) Laura Olías, « Condena a Ernst & Young por discriminar a una trabajadora a la que no dio un bonus por su baja de maternidad », ElDiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le )
  118. (es) Álvaro Zarzalejos, « EY, condenada por discriminar a una empleada: "La maternidad es un hecho biológico inherente a la mujer" », sur www.vozpopuli.com, (consulté le )
  119. « EY se met (presque) en conformité pour le financement du CSE - 19/05/2021 », sur La Lettre A, (consulté le )
  120. « Fiche Ernst & Young Societe D' Avocats », sur HATVP (consulté le )
  121. (en) « Ernst & Young Core Business Services BV (EY CBS) | LobbyFacts Database », sur lobbyfacts.eu (consulté le )
  122. (en) « Ernst & Young Lobbying Profile », sur OpenSecrets (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]