Fidal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fédération italienne d'athlétisme.

Fidal
logo de Fidal

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société d'exercice libéral par actions simplifiée
Slogan "Our talents, your business"
Siège social Paris (16e arrondissement), France
Direction Yves de Sevin (président du directoire) et Régis Lassabe (directeur général)
Effectif env. 2400 (dont 1400 avocats)
Site web www.fidal.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Chiffre d'affaires 367 millions d'euros (2018)

Fidal, avec environ 1400 avocats et juristes en France et des partenaires dans 150 pays, est le premier cabinet d’avocats d’affaires en France et deuxième en Europe continentale par la taille et le chiffre d’affaires.

Activités[modifier | modifier le code]

Fidal conseille et défend les intérêts de 80 000 clients composés à la fois d'entreprises du CAC 40, de groupes internationaux, d'ETI, de PME, de collectivités publiques, d’associations et d’organismes sans but lucratif, tant au niveau local qu’à l’international.

Le chiffre d'affaires du cabinet est en croissance de 8 % en 2017-2018, pour atteindre 363,2 millions d'euros au cours de l'exercice clos le 30 septembre 2018, ce qui conforte la place du cabinet comme premier cabinet d'avocats d'affaires français de par le chiffre d'affaires et l'effectif d'avocats[1].

Les activités du cabinet sont réparties entre les avocats selon le modèle de la multi-spécialisation. Elles recoupent ainsi tous les domaines du droit des affaires, déclinés en différents départements : droit fiscal, droit des sociétés, droit social, droit de la concurrence et de la distribution, droit de la propriété intellectuelle et des technologies de l'information, droit public, règlement des contentieux.

À ces départements s'ajoutent d'assez nombreux pôles d'expertise couvrant plusieurs domaines d'activité traditionnels, ainsi que des expertises sectorielles: droit boursier, droit de l'environnement, droit de la santé, droit des organisme sans but lucratif (OSBL), etc.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1922, Albert Liothaud, expert-comptable, s’inspirant des fiduciaires suisses établit à Grenoble La Fiduciaire de France.

En 1923, les frères Fernand et Léon Galtier, dirigeants d’un cabinet d’expertise, rejoignent le comité de direction de La Fiduciaire de France et s’attellent à la fiscalité : « C’est par la fiscalité qu’il faut commencer, car c’est elle qui forcera à la rigueur comptable ». Le cabinet quitte ses modestes locaux et s’installe rue de Penthièvre à Paris.

En 1924, Albert Meary entre au conseil de direction. Il développe les activités de conseil juridique, fiscal et comptable. Il impulse la décentralisation qui permet d’être plus près du client et donc plus rapidement à sa disposition. Installation à Paris au 12 rue de Penthièvre.

En 1925, l'entreprise compte 3 directions et bureaux (Lyon, Nancy et Lille), 16 collaborateurs et 100 abonnés. Fin 1928, la Fiduciaire de France compte déjà 10 directions régionales et 24 bureaux.

En 1935, l'entreprise compte 43 directions et bureaux, 235 collaborateurs, 5000 abonnés. En 1936, La Fiduciaire fête son dixième million de francs d’honoraires (anciens francs).

En 1945, L'ordonnance créant l’Ordre des experts comptables impose la scission entre les activités comptables d’une part, et les activités juridiques et fiscales d’autre part. La Fiduciaire de France (futur KPMG SA) est conservée comme société d’expertise comptable et la Société Juridique et Fiscale de France (futur FIDAL) est créée de manière indépendante pour regrouper les activités de conseil juridique et fiscal. Cependant, jusqu'en 2003, les deux cabinets partageront les mêmes locaux que ce soit au siège de Levallois-Perret ou en province[2].

En 1955, le service Fiscal compte 140 personnes et réalise 4,12 millions de francs d’honoraires avec 200 directions et bureaux, 235 collaborateurs, plus de 25000 abonnés en France métropolitaine et en Afrique du Nord. Décès de M. Méary. En 1967, le service Fiscal compte 235 personnes et réalise 23,5 millions de francs d’honoraires.

En 1971, une Loi réglemente la profession juridique et crée le titre de "Conseil juridique", en vue de rapprocher les avocats et les conseils juridiques (effectif en 1992). La Société Juridique et Fiscale de France exclut de son actionnariat toute personne n‘étant pas conseiller juridique ou avocat.

En 1992, l'entreprise adopte de manière définitive le nom de Fidal, Société d’Avocats.

En 1997, le capital de Fidal est détenu de manière exclusive par des avocats en activité au sein du cabinet Fidal.

En octobre 2012, Régis Lassabe et Yves de Sevin ont été nommés respectivement Président du directoire et Directeur général de Fidal.

En octobre 2018, Yves de Sevin est élu Président du directoire. Il occupera ces fonctions jusqu’en 2020, aux côtés de Régis Lassabe, désormais Directeur général.

En février 2019, 130 avocats du cabinet Fidal, tous exerçant au sein du bureau parisien et principalement au sein du département droit fiscal, annoncent simultanément leur départ vers le cabinet d'audit et de commissariat aux comptes KPMG, lequel avait récemment créé une activité d'avocats d'affaires. Cette annonce a conduit la direction générale de FIDAL à dénoncer une manœuvre déloyale de son ancien partenaire, lequel aurait violé un accord de non-débauchage initialement conclu entre les deux structures[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]