Julien Cazelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cazelles.
Julien Cazelles
Fonctions
Parlementaire français
Député
1967-1968
Gouvernement Ve république
Groupe politique SFIO
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Laguépie, Tarn-et-Garonne (France)
Date de décès (à 62 ans)
Lieu de décès Roquebrune-sur-Argens, Var (France)
Nationalité française
Résidence Deuxième circonscription du Var

Julien Cazelles, né le à Laguépie et mort le à Roquebrune-sur-Argens, est un fonctionnaire des finances et homme politique français, membre de la SFIO. Résistant durant la Seconde Guerre mondiale, il est ensuite maire de Roquebrune-sur-Argens de 1961 à sa mort et député du Var de 1967 à 1968.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils d'un tonnelier, Julien Cazelles se marie avec Thérèse Nègre à Manosque en mai 1929. Inspecteur des contributions directes à Draguignan, il est un militant actif de la CGT durant les années 1930 et de la SFIO.

Résistance[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, sous le pseudonyme de « Mouche », il a une activité importante dans la Résistance.

Animateur du mouvement Combat avec Georges Cisson, il devient chef adjoint des MUR [1] pour l'arrondissement de Draguignan et remplace Cisson jusqu'en décembre 1943 quand ce dernier est désigné responsable régional « Provence ». Il participe à plusieurs réseaux de renseignements. Aussi fait-il partie de la commission municipale de Draguignan mise en place le 18 août 1944, deux jours après la Libération de cette ville-préfecture. Il s'occupe des finances, de l'hôpital et du personnel. Parallèlement, il est membre du Comité local de Libération. Non désigné comme conseiller municipal en octobre 1944, son épouse, membre du MLN[2], devient conseillère municipale, en mai 1945, sur la liste « d'Union résistante et républicaine du Parti socialiste et du Mouvement de Libération nationale » et désignée comme quatrième adjointe.

Julien Cazelles était aussi membre du conseil d'administration du journal Résistance, qu'il avait contribué à créer en juillet 1943.

Carrière professionnelle et politique[modifier | modifier le code]

Julien Cazelles, nommé receveur des finances en 1946, devient contrôleur d'État en 1956 ; il est détaché, à partir du 14 mars 1947, à la Commission des finances du Sénat.

Il est élu maire de Roquebrune-sur-Argens en octobre 1961, à la faveur d'une élection partielle et réélu en mars 1965.

Candidat aux élections législatives en novembre 1962 dans la circonscription d'Hyères, il obtient 8 510 voix sur 66 987 inscrits et se désiste pour le candidat communiste qui le précède.

Aux élections législatives suivantes, il est élu député FGDS le 12 mars 1967, dans la deuxième circonscription du Var (Draguignan, Fréjus, Roquebrune-sur-Argens) après avoir obtenu 14 190 voix sur 79 639 inscrits au premier tour, bénéficiant du désistement communiste, il l'emporte avec 31 705 voix au second tour. Il fait partie de la commission des finances, de l'économie générale et du plan à l'Assemblée nationale.

Le 12 mars 1968, il meurt dans le village dont il était devenu maire, un an jour pour jour après avoir été élu député. Son épouse, conseillère municipale, lui succède comme maire et le demeure jusqu'à la fin du mandat, en 1971.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Un complexe sportif et de loisirs porte son nom dans la commune de Roquebrune-sur-Argens.
  • La ville de Draguignan comporte une « avenue Julien Cazelles ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]