Jules Liégeois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liégeois.
Jules Liégeois
Liegeois 1891.JPG
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
image illustrant un juriste image illustrant la psychologie
Cet article est une ébauche concernant un juriste et la psychologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jules Joseph Liégeois (Damvillers, - Bains-les-Bains, ) est un juriste français membre de l'École de Nancy, connu pour ses travaux sur l'hypnose et les suggestions criminelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jules Liégeois voit le jour dans une famille aisée, son père est notaire à Damvillers. Il soutient une thèse de doctorat en droit, intitulée Du prêt à intérêt en droit romain et en droit français à l'université de Nancy en 1863[1]. Il devient successivement attaché à la préfecture de la Meuse (1851-1854), chef de cabinet du préfet de la Meurthe (1854-1866). Il est durant quelques mois sous-chef de cabinet au ministère de l'Intérieur, avant d'être nommé professeur de droit administratif à Nancy (1865-1904) puis devient professeur honoraire en 1904. C'est là qu'il rencontrera Hippolyte Bernheim, Ambroise-Auguste Liébeault et Henri Beaunis. Avec eux il crée il crée l'École de la suggestion, dite aussi « École de Nancy », spécialisée dans les recherches sur l’hypnose. Avec Bernheim et Beaunis, il effectue, en qualité de juriste, des expériences sur les suggestions criminelles. Il travaille également sur le somnambulisme et démontre que dans cet état, les suggestionnés par peuvent commettre des crimes, des vols, des assassinats sans avoir leur libre conscience.

Jules Liégeois était un fidèle curiste des eaux thermales de Bains-les-Bains[2], où il meurt dans un accident d'automobile[3] le 15 août 1908.

Distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

  • Il reçoit en 1904 la croix de chevalier de la Légion d'honneur, sur contingent du ministère de l'instruction publique et des beaux-arts[4].
  • Il est membre correspondant de l'Académie des sciences morales et politiques (1899)[5]
  • À Damvillers :
    • Une place porte son nom.
    • Un monument à sa mémoire, avec un buste de bronze, avait été érigé en 1909. Pendant la Première Guerre mondiale, il fut retiré par l'armée allemande pour être fondu. En 1997, un nouveau buste est installé sur le piédestal de pierre d'origine[6].
  • Un monument à sa mémoire dans le parc de l'établissement thermal de Bains-les-Bains

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Tarif des douanes et le prix du blé, 1881, [lire en ligne]
  • Vésication par suggestion hypnotique, éd. Sordoillet et fils, 1885
  • Le Tarif des douanes et le prix du blé, 1881, [lire en ligne]
  • La Question des suggestions criminelles, ses origines, son état actuel, 1897
  • De la suggestion et du somnambulisme dans leurs rapports avec la jurisprudence et la médecine légale, 1899, [lire en ligne]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Klein, « Nouveau regard sur l’École hypnologique de Nancy à partir d’archives inédites », Le Pays Lorrain, 2010/4, p. 337-348.
  • L'Informateur des aliénistes et des neurologistes, éd. Delarue, Paris, 1909, p. 209

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :