Laneuville-sur-Meuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Laneuville-sur-Meuse
Laneuville-sur-Meuse
Église Saint-Nicolas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Stenay
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Stenay
Maire
Mandat
Cédric Pierson
2014-2020
Code postal 55700
Code commune 55279
Démographie
Population
municipale
432 hab. (2016 en diminution de 3,79 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 29′ 32″ nord, 5° 09′ 54″ est
Altitude 171 m
Min. 162 m
Max. 246 m
Superficie 22,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Laneuville-sur-Meuse

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Laneuville-sur-Meuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laneuville-sur-Meuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laneuville-sur-Meuse

Laneuville-sur-Meuse est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Laneuville-sur-Meuse est située au nord du département de la Meuse sur la route reliant Reims à Luxembourg, à deux kilomètres à l'ouest de Stenay, le chef-lieu de canton, et à cinq kilomètres du département des Ardennes.

Localisation de la commune de Laneuville-sur-Meuse

Le territoire de la commune est limitrophe de dix autres communes, dont trois dans le département des Ardennes.

Communes limitrophes de Laneuville-sur-Meuse
Létanne
et Beaumont-en-Argonne
(dans les Ardennes,
accès par la D 30)
Pouilly-sur-Meuse
(accès par la D 30 ou la D 30b),
Luzy-Saint-Martin
et Cesse
(accès par la D 30b)
Belval-Bois-des-Dames
(dans les Ardennes,
accès par la D 947,
puis la D 304 et la D 4)
Laneuville-sur-Meuse Stenay
(accès par la D 947)
Beaufort-en-Argonne
(accès par la D 947 puis la D 30c)
et Beauclair
(accès par la D 947)
Wiseppe
(accès par la D 30)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La partie habitée de la commune est située dans la plaine alluviale, rive gauche, du fleuve Meuse. Le fleuve a donné son nom au village, pourtant son lit mineur ne traverse pas le territoire de la commune. La partie basse du village subit assez fréquemment des débordements lors des crues du fleuve.

Plusieurs ruisseaux ou rivières sont à signaler[1] :

  • Le village est traversé par la Lieuse, ruisseau qui se jette dans la Wiseppe sur le territoire de la commune. En amont du village, la Lieuse prend sa source dans la forêt de Dieulet, sur le territoire de la commune, puis coule sur la commune de Beaufort-en-Argonne, elle marque la limite entre les deux territoires communaux avant de rejoindre définitivement le territoire de Laneuville-sur-Meuse. Elle suit un parcours de 8,4 km et reçoit les eaux d'un affluent de 2,6 km : le ruisseau du Juvenu. Lors de fortes pluies, le Lieuse sort régulièrement de son lit pour envahir les rues basses et les rez-de-chaussées de maisons. Ses crues sont cependant atténuées par un ouvrage en béton qui régule son débit au lieu-dit le barrage.
  • La Wiseppe, de 22,4 km de long, prend sa source à Tailly dans les Ardennes. Elle sert de limite avec le village de Beauclair, on la traverse au lieu-dit le Pont Rouge. Elle arrose le village de Wiseppe et revient sur le territoire de la commune pour marquer la limite avec Stenay. Elle se jette dans la Meuse un peu plus loin sur le territoire de la commune de Stenay.
  • La limite avec le département des Ardennes est en partie matérialisée par le ruisseau de la Wame. Il prend sa source à Belval-Bois-des-Dames et, après un parcours de 10,04 km, il se jette dans la Meuse. On le traverse au lieu-dit le Pont Gaudron.

« Carte hydrologique de Laneuville-sur-Meuse » sur Géoportail (consulté le 23 août 2019).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune a une forme grossière de 8 ; le village, excentré, est situé à l'extrémité sud-est de ce territoire. À l'autre extrémité, vers le département des Ardennes, des fermes isolées sont installées (ferme de la Fontaine aux Frênes et ferme du Pont Gaudron).

Le village est coupé en deux parties par la Lieuse, le ruisseau qui le traverse :

  • Le centre, situé sur la rive gauche, est organisé autour de la place du village et des rues qui y aboutissent (en particulier la Grand'Rue). On trouve autour de la place l'Église, la mairie, la poste, les deux sites de l'école (maternelle-CP, d'une part, et CE-CM, d'autre part), le lavoir. Plusieurs habitations conservent encore les vitrines d'anciens magasins qui ont fermé plus ou moins récemment, le dernier étant la boulangerie-épicerie qui a fermé en 2007.
  • Le lieu-dit le Faubourg, situé sur la rive droite et organisé autour de la place du Faubourg.

Un château est situé en contrebas du village.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est occupé[1] :

  • à 76,1% par la forêt, en particulier la partie haute qui est en grande partie boisée (sur 1 707 ha) par les forêts de Dieulet et de Jaulnay, la forêt domaniale de Dieulet, les bois de Laneuville et de la Haie,
  • à 19,7% par des prairies,
  • à 3% par des terres arables,
  • à 1,2% par des zones urbanisées,
  • à moins de 0,5% par des zones industrielles, commerciales et réseaux de communication.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, la première mention connue du village est Nova-villa[2]. D'autres noms sont à signaler[2],[3] :

  • Neufville a sou la chaucié devant Sathenay en 1244,
  • La Neuve-Vile de cà le pont de Sethenay en 1264,
  • La Nueville en 1483,
  • La Neufville-devant-la-chaulcie-de-Sathenay en 1549,
  • Laneufville-devant-les-Sathenay en 1558
  • Neufville-lez-Sathenay en 1571,
  • Laneufville-devant-Sathenay en 1585,
  • Laneuveville en 1607,
  • La Neufville en 1643 et 1648,
  • La Neuville en 1656, 1700, 1793 et 1801,
  • Laneuville-sur-Meuse en 1872.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg de Laneuville a reçu sa charte d'affranchissement en 1244, de Henri II, Comte de Bar[2], à la suite de sa séparation de Sathenay, aujourd'hui Stenay.

Avant 1790, le village a fait partie du duché de Champagne, puis de Bar, puis du Clermontois. Il suivait alors la coutume de Saint-Mihiel, appartenait au bailliage de Clermont, séant à Varennes, et de la prévôté de Stenay. Sur le plan religieux, il dépendait du diocèse de Trèves, de l'archidiaconé de Longuyon et du doyenné de Juvigny[2].

Le village compte plusieurs immeubles anciens restaurés : château du XVIIe siècle, avec communs et colombier, église Saint-Nicolas (bénie en 1704), avec mobilier ancien et clocher caractéristique, maisons bourgeoises, fermes et maisons du XVIIIe siècle, lavoir. L'église Saint-Nicolas 1704 a été endommagée en 1914-1918, puis restaurée (nef 1779, autel majeur 1735).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Guy Virquin    
mars 2008 mars 2014 Annick Busquant    
mars 2014 En cours Cédric Pierson    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2016, la commune comptait 432 habitants[Note 1], en diminution de 3,79 % par rapport à 2011 (Meuse : -2,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
636693702735766739750723730
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
656662621553552585595598550
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
670554596474547557596511515
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
590561593529439425400427430
2016 - - - - - - - -
432--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Laneuville-sur-Meuse en 1999[7] en nombre d'habitants.
HommesClasse d’âgeFemmes
Avant 1904
12 
1905-1924
25 
27 
1925–1939
39 
46 
1940-1954
44 
42 
1955-1969
41 
27 
1970-1984
41 
40 
1985-1999
39 


Pyramide des âges à Laneuville-sur-Meuse en 2016 [8] en nombre d'habitants.
HommesClasse d’âgeFemmes
100 et +
90-99
80-89
20 
12 
70-79
17 
36 
60-69
34 
28 
50-59
31 
27 
40-49
23 
21 
30-39
26 
19 
20-29
20 
28 
10-19
17 
42 
0-9
24 

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le château de Laneuville-sur-Meuse, ancienne résidence de la famille de Lapisse de Lamothe, date des XVIIe et XIXe siècles et possède une façade principale sur cour, une porte d'entrée à fronton triangulaire, des dépendances, un colombier et un parc.
  • Un lavoir, place de l'église, est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1981[9].
  • Un monument aux morts, situé à la limite du département des Ardennes au lieu dit Pont-Gaudron, commémore les combats de mai et juin 1940. Il honore en particulier les morts de la 1re division d'infanterie coloniale.
  • De nombreuses maisons sont datées XVIIe et XIXe siècles.
  • La mairie est une ancienne maison de brasseurs construite vers 1830. Des bâtiments industriels existent toujours à l'arrière (malterie transformée en habitations).
  • Un four à pain.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  1. Une chaire à prêcher en chêne du XVIIIe siècle, classée aux monuments historiques en 1985[11]. Selon la base Palissy, elle "est composée, d'une cuve de plan hexagonal, terminée par une base pyramidale, d'un escalier presque droit, volée à gauche, d'une rampe ornée de quatre panneaux rectangulaires représentant les quatre évangélistes. Le dorsal et l'abat-voix sont légèrement arrondi, ce dernier est sommé d'ailerons."
  2. Six chandeliers portant des fleurs de lys, en bois taillé, peint et doré du XVIIIe siècle, inscrits aux monuments historiques en 1991[12].
  3. Un tableau et son cadre du XVIIIe siècle, l'Annonciation, classés aux monuments historiques en 1994[13]. Selon la base Palissy, la "toile est une copie d'un tableau non connu d'un peintre du XVIIIe siècle. On connaît en Lorraine une autre toile avec la même composition (avec quelques modifications dans la partie supérieure) dans l'église de Montigny-sur-Chiers (Meurthe-et-Moselle) et deux autres tableaux très voisins à Charlenne et Oiselay (Haute-Saône) en Franche-Comté. Les différences sont à noter au niveau du traitement des angelots."
  4. Un autel et son retable en bois taillé et peint du XVIIIe siècle, inscrits aux monuments historiques en 1995[14]
  5. Des boiseries peintes avec des représentations d'apôtres du XVIIIe siècle, inscrits aux monuments historiques en 1995[15].
  6. Un tableau et son cadre du XVIIe siècle, Extase de saint Ignace, inscrits aux monuments historiques en 1995[16].
  7. Une statue du XVIIIe siècle, Vierge à l'Enfant sous un dais à ailerons, inscrite aux monuments historiques en 2004[17].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000[18] sur le territoire de la commune :

  1. Le site Vallée de la Meuse (secteur de Stenay) FR4112005 occupe la partie de la plaine alluviale de la Meuse qui est principalement composée de prairies semi-naturelles. Le relief de la plaine est pratiquement inexistant et le sol est constitué d'une alternance de couches de marne et de calcaire. C'est un complexe humide d'intérêt exceptionnel de la vallée alluviale de la Meuse qui héberge une avifaune riche et diversifiée comprenant de nombreuses espèces de l'annexe I de la directive 79/409/CEE Oiseaux.
  2. Le site Vallée de la Meuse (secteur de Stenay) FR4100234 concerne la même zone. C'est un complexe humide d'intérêt exceptionnel de la vallée alluviale de la Meuse comportant des marais, des prairies inondables, des fragments de forêts alluviales, des cours d'eau lents et rapides. Il abrite en particulier des plantes rares et différentes espèces de chiroptères[19].
  3. Le site Forêt de Dieulet FR4100186 concerne une petite zone de 7 ha de la grande forêt du Dieulet. Il est remarquable par la présence d'une très belle forêt alluviale à Orme lisse comportant dans son cortège dendrologique des individus âgés. Il est situé dans la dépression argileuse de la Woëvre, bordé par la Wiseppe. Inondable et marécageux il est situé sur une zone présentant une couche limoneuse très épaisse (60 cm) d'origine alluviale. Ce site est désigné Natura 2000 depuis mars 2008[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic, Le Patrimoine des communes de la Meuse, Flohic Éditions (1999)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Laneuville-Sur-Meuse sur le SIGES Rhin-Meuse consulté le 23 août 2019
  2. a b c et d Félix Liénard, Dictionnaire topographique du département de la Meuse, 1872, p. 124 (lire en ligne)
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Pyramide des âges, Recensement 1999 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site de l'INSEE
  8. Pyramide des âges, Recensement 2016 sur le site de l'INSEE
  9. Notice no PA00106550, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Notice no PA00106549, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no PM55000299, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. Notice no PM55001966, base Palissy, ministère français de la Culture
  13. Notice no PM55000995, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. Notice no PM55001965, base Palissy, ministère français de la Culture
  15. Notice no PM55001964, base Palissy, ministère français de la Culture
  16. Notice no PM55001963, base Palissy, ministère français de la Culture
  17. Notice no PM55001967, base Palissy, ministère français de la Culture
  18. Natura 2000
  19. Document d’objectifs – vallée de la Meuse secteur de Stenay
  20. Arrêté du 17 mars 2008