John Bel Edwards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

John Bel Edwards
Illustration.
Fonctions
Gouverneur de Louisiane
En fonction depuis le
(4 ans et 5 jours)
Élection 21 novembre 2015
Réélection 16 novembre 2019
Lieutenant-gouverneur Billy Nungesser (en)
Prédécesseur Bobby Jindal
Chef des démocrates à la Chambre des représentants de Louisiane

(3 ans, 11 mois et 1 jour)
Prédécesseur Jane H. Smith (en)
Successeur Gene Reynolds
Biographie
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Amite (Louisiane, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Profession Avocat
Religion Catholicisme

Signature de John Bel Edwards

John Bel Edwards
Gouverneurs de Louisiane

John Bel Edwards, né le à Amite (Louisiane), est un avocat et homme politique américain, membre du Parti démocrate et gouverneur de Louisiane depuis le . Il est auparavant élu à la Chambre des représentants de Louisiane de 2008 à 2015 pour le 72e district de l'État et chef de la minorité démocrate à l'assemblée de 2012 à 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

John Bel Edwards naît et grandit à Amite, en Louisiane[1]. Il est issu d'une famille d'officiers de police : son frère, père, grand-père et arrière-grand-père sont shérifs de la paroisse de Tangipahoa[2]. Il rencontre sa future femme, Donna, au lycée[1]. Diplômé de l'Académie militaire de West Point en 1998, il sert huit ans dans la United States Army. Il étudie ensuite la droit à l'université d'État de Louisiane et devient avocat[3].

Il est élu à la Chambre des représentants de Louisiane en 2008.

Gouverneur de Louisiane[modifier | modifier le code]

En 2015, il se présente au poste de gouverneur de Louisiane. Seul candidat démocrate, il arrive largement en tête de la primaire non partisane avec 40 % des voix devant le sénateur républicain David Vitter, autrefois favori[4]. Les divers candidats républicains totalisent cependant 57 % des bulletins exprimés[5]. Durant l'entre deux tours, Edwards met en avant son passé de militaire face à Vitter, touché par un scandale de prostitution en 2007, et tente de lier le républicain au précédent gouverneur, l'impopulaire Bobby Jindal. Dans un État conservateur, il met également en avant son opposition à l'avortement et son soutien au port d'armes[4]. Parmi les candidats républicains du premier tour, il reçoit le soutien du lieutenant-gouverneur Jay Dardenne tandis que Scott Angelle refuse de soutenir Vitter[4],[3]. Le , il est élu gouverneur avec 56 % des suffrages[6].

Lorsqu'il entre en fonction en janvier 2016, il est alors le seul gouverneur démocrate du Sud profond des États-Unis[1]. Par ailleurs, tous les autres postes élus à l'échelle de l'État sont républicains et les deux chambres de la législature de Louisiane sont contrôlées par le Parti républicain[7].

L'une de ses premières actions est l'extension du Medicaid à 300 000 Louisianais pauvres[1]. Pour répondre à la crise budgétaire que connaît l'État, et au déficit laissé par le précédent gouverneur[1], il propose d'augmenter les impôts mais la législature s'y oppose[2]. Au mois de mars, des inondations touchent le nord de la Louisiane[2]. En avril, il fait adopter un décret interdisant la discrimination envers les personnes LGBT pour le gouvernement et les contrats qu'il passe, à l'exception des organisations religieuses. Le procureur général de Louisiane Jeff Landry estime que ce texte n'est pas juridiquement contraignant et contraire à la loi étatique[8].

Durant l'été 2016, des manifestations éclatent après le décès d'un afro-américain tué par un officier de la police de Baton Rouge. Le gouverneur rencontre alors le président Barack Obama et les communautés afro-américaine et policières pour apaiser les tensions[2]. Quelques semaines plus tard, trois policiers sont tués à Baton Rouge[2],[9]. Au mois d'août, l'État connaît de nouvelles inondations endommageant ou détruisant 130 000 foyers. Il négocie alors 500 millions de dollars d'aides fédérales pour la reconstruction. Certains républicains estiment que le gouverneur s'est davantage mobilisé pour ces inondations que pour celles de mars[2].

En mai 2019, il annonce qu'il est prêt à signer une loi interdisant l'avortement dès que le battement de cœur du fœtus est détecté[10], ce qui peut arriver dès six semaines, avant que de nombreuses femmes ne réalisent être enceintes[11]. Malgré les critiques du Parti démocrate national, il estime agir « en accord avec son historique de vote impeccablement pro-vie durant [ses] années de législateur et de gouverneur »[10]. Il ratifie la loi le . Si elle prévoit des exceptions en cas de danger pour la vie de la mère ou de grave handicap de l'enfant à naître, elle s'applique en cas de viol ou d'inceste[11].

Edwards est candidat à un second mandat à l'automne 2019. Lors de la primaire du , il rassemble un peu de moins de 47 % des suffrages et est contraint à un second tour. Il affronte alors l'homme d'affaires conservateur Eddie Rispone (27 %), qui devance de peu le représentant républicain Ralph Abraham (24 %)[12],[13]. Dans cet État ayant donné 20 points d'avance à Donald Trump en 2016, le président participe à plusieurs meetings en faveur de Rispone[14]. Edwards est toutefois réélu gouverneur le suivant, avec un peu plus de 51 % des voix[15]. Le gouverneur bénéficie notamment de la forte participation de l'électorat afro-américain et de bons scores dans les banlieues de Bâton-Rouge et La Nouvelle-Orléans[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b c d et e (en) Richard Fausset et Jeremy Alford, « New Louisiana Governor, John Bel Edwards, Is Off to a Volatile Start », sur nytimes.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  2. a b c d e et f (en) Elizabeth Crisp, « Floods, shootings, politics: Gov. John Bel Edwards' first eight months marked by crisis after crisis », sur theadvocate.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  3. a et b (en) David Mark, « Democrat John Bel Edwards wins Louisiana governor's race », sur cnn.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  4. a b et c (en) Douglas McCollam, « John Bel Edwards defeats David Vitter in Louisiana governor’s race », sur washingtonpost.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  5. (en) Kevin Robillard, « Edwards beats Vitter in Louisiana governor’s race », sur politico.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  6. (en) Campbell Robertson, « John Bel Edwards, Democrat, Defeats David Vitter in Louisiana Governor’s Race », sur nytimes.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  7. (en) « Exclusive Poll: Most voters pleased with Gov. John Bel Edwards », sur ksla.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  8. (en) Melinda Deslatte, « Attorney General Jeff Landry challenges Gov. John Bel Edwards' LGBT rights order », sur theadvocate.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  9. (en) « Baton Rouge police shooting updates: Gunman had been in city for several days before attack, police say », sur latimes.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  10. a et b (en) Nicholas Wu, « Democratic Louisiana Gov. John Bel Edwards prepares to sign restrictive abortion bill », sur usatoday.com, (consulté le 13 octobre 2019).
  11. a et b (en) Richard Gonzales, « Louisiana's Democratic Governor Signs Abortion Ban Into Law », sur npr.org, (consulté le 13 octobre 2019).
  12. (en) Tim Craig, « Louisiana’s Democratic governor forced into a runoff, a boost for Republicans and President Trump », sur washingtonpost.com, (consulté le 13 octobre 2019).
  13. (en) Daniel Strauss, « Democrat Edwards will face runoff in Louisiana governor's race », sur politico.com, (consulté le 13 octobre 2019).
  14. a et b (en) Sarah Ewall-Wice et Aaron Navarro, « John Bel Edwards wins Louisiana governor's election », sur cbsnews.com, (consulté le 17 novembre 2019).
  15. Agence France-Presse, « La Louisiane réélit son gouverneur démocrate, un revers pour Trump », sur journaldemontreal.com, (consulté le 17 novembre 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]