Edwin Edwards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Edwards et Edwin Edwards (homonymie).
Edwin Edwards
Image illustrative de l'article Edwin Edwards
Fonctions
Gouverneur de Louisiane

(3 ans, 11 mois et 26 jours)
Prédécesseur Buddy Roemer
Successeur Murphy J. Foster, Jr.

(4 ans et 2 jours)
Prédécesseur Dave Treen
Successeur Buddy Roemer

(7 ans, 10 mois et 1 jour)
Prédécesseur John McKeithen
Successeur Dave Treen
Représentant des États-Unis
pour le 7e district de Louisiane

(6 ans, 8 mois et 7 jours)
Prédécesseur Ashton Thompson
Successeur John Breaux
Biographie
Date de naissance (90 ans)
Lieu de naissance Marksville (Louisiane, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate

Edwin Edwards est un homme politique démocrate américain, né le dans la paroisse des Avoyelles en Louisiane.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edwin Edwards est originaire de Marksville dans le centre de la Louisiane. Son père, Clarence Edwards, était un métayer presbytérien à moitié cadien et sa mère, Agnès (Brouillette) Edwards, était une cadienne catholique francophone. À la maison, Edwin Edwards parlait l'anglais et le français cadien.

Il sert dans la United States Air Force à la fin de la Seconde Guerre mondiale. De retour en Louisiane, il obtient un Bachelor of Laws de l'université d'État de Louisiane en 1949 et devient avocat[1].

Il est élu au conseil municipal de Crowley de 1954 à 1962 puis au Sénat de Louisiane en 1964. L'année suivante, il est élu à la Chambre des représentants des États-Unis à l'occasion d'une élection partielle provoquée par la mort de T. Ashton Thompson (en)[1]. Il est réélu en 1966, 1968 et 1970[1] dans le 7e district de Louisiane[2].

Il fut gouverneur de Louisiane durant trois mandats (1972–1980, 1984–1988 et 1992–1996) et le gouverneur ayant servi le plus longtemps à ce poste. Edwards fut aussi, depuis le XIXe siècle, le premier gouverneur catholique et premier gouverneur francophone de Louisiane. Sans doute l'un des gouverneurs les plus populaires qu'ait connu cet État, à l'exception de Huey Long, il était une personnalité haute en couleur et figure légendaire de la politique louisianaise mais fut poursuivi le long de sa carrière par des accusations de corruption.

En 2001, il fut condamné à 10 ans de prison pour racket. Edwards débuta l'exécution de sa peine en octobre 2002 à Fort Worth au Texas et fut par la suite transféré dans la prison d'Oakdale, en Louisiane. À l'occasion de son 80e anniversaire, en aout 2007, plusieurs personnalités dont David C. Treen et J. Bennett Johnston, Jr. qu'Edwards avait battu aux élections ont demandé le pardon présidentiel pour l'ancien gouverneur, pardon non accordé. Edwards a été libéré le 13 janvier 2011.

Il est l'auteur d'une des phrases politiques les plus célèbres des États-Unis. Interrogé sur la popularité dont il s'enorgueillissait, il déclara que personne ne pouvait le battre, à moins qu'il ne soit « pris en flagrant délit au lit avec un garçon vivant ou une fille morte[3] ».

Il tente un retour en politique en 2014 en se présentant à la Chambre des représentants dans le 6e district de Louisiane, un district considéré comme sûr pour les républicains[2]. Il aurait préféré se présenter au poste de gouverneur mais la loi interdit aux anciens condamnés d'être candidat dans les 15 ans suivant leur sortie de prison[4]. Edwards arrive en tête du premier tour (jungle primary) avec 30 % des suffrages devant le républicain Garret Graves à 27 %. Cependant, le total des votes républicains atteint 64 %. Rassemblant 38 % des voix au second tour, il est battu par Graves[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Entre 1949, jusqu'à leur divorce en 1989, il est marié à Elaine Edwards, qu'il nomma de façon intérimaire sénatrice de Louisiane en 1972.

En 2011, peu après sa sortie de prison, il épouse Trina, de cinquante ans sa cadette. Une émission sur leur vie privée (The Governor's Wife) devait être diffusée sur la chaîne A&E mais a été annulée. En 2013, ils ont un enfant prénommé Eli[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « EDWARDS, Edwin Washington, (1927 - ) », sur Biographical Directory of the United States Congress (consulté le 14 décembre 2016).
  2. a, b et c (en) Will Sentell, « Newcomer Garret Graves delivers election defeat to Edwin Edwards », sur theadvocate.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  3. « Fin de partie pour Hillary », Bakchich.info.
  4. (en) Lauren McGaughy, « It's official: Edwin Edwards is running for Congress », sur nola.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  5. (en) The Associated Press, « Former Gov. Edwin Edwards, 85, and his wife, Trina, 34, are parents of new baby boy », sur nola.com, (consulté le 14 décembre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles annexes[modifier | modifier le code]