Bobby Jindal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bobby Jindal
Bobby Jindal en 2015.
Bobby Jindal en 2015.
Fonctions
55e gouverneur de Louisiane

(7 ans 11 mois et 28 jours)
Élection
Réélection
Lieutenant-gouverneur Mitch Landrieu
Scott Angelle (en)
Jay Dardenne (en)
Prédécesseur Kathleen Blanco
Successeur John Bel Edwards
Représentant des États-Unis
pour le 1er district de Louisiane

(3 ans et 11 jours)
Prédécesseur David Vitter
Successeur Steve Scalise
Biographie
Nom de naissance Piyush Jindal
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Baton Rouge, Louisiane
(États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Profession Consultant
Religion Catholique

Signature de Bobby Jindal

Bobby Jindal
Gouverneurs de Louisiane

Piyush Jindal dit Bobby Jindal, né le à Baton Rouge (Louisiane), est un homme politique américain membre du Parti républicain. Il est représentant de la Louisiane au Congrès des États-Unis de 2005 à 2008 et gouverneur de l'État du au .

Il est le seul Indo-Américain à siéger au cours du 109e congrès (mandature de 2005 à 2007) et le second Indien à avoir été élu au Congrès fédéral après Dalip Singh Saund (en). Il est également le premier Indo-Américain à diriger un État des États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfances et études[modifier | modifier le code]

Né de parents immigrés d'Inde, il abandonne au lycée l'hindouisme et se convertit au catholicisme.

Diplômé avec mention en biologie et en politique publique à l'université Brown, il bénéficie d'une bourse scolaire Rhodes pour acquérir une maîtrise en politique à l'université d'Oxford.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Bobby Jindal est successivement secrétaire du département de la Santé et des Hôpitaux de l'État de Louisiane, directeur exécutif de la commission nationale bipartisane sur la réforme de Medicare et le plus jeune président d'université de Louisiane.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 2003, Bobby Jindal se lance dans une carrière politique en se présentant à l'élection de gouverneur de Louisiane. Aux primaires du Parti républicain, il arrive en tête des prétendants avec 33 % des suffrages et est donc sélectionné comme candidat républicain. Aux élections du , il est cependant battu avec 48 % des suffrages par la candidate conservatrice du Parti démocrate, Kathleen Blanco, qui obtient 52 % des votes. Selon les observateurs, la défaite de Jindal serait due aux électeurs blancs conservateurs du Nord de l'État qui auraient refusé de voter pour lui parce qu'il n'était pas blanc bien que républicain. En outre, le Parti démocrate avait fait le choix judicieux de sélectionner une candidate conservatrice signifiant ainsi que les électeurs conservateurs du Sud pouvaient toujours voter pour un démocrate, et même une femme, du moment que ce candidat était lui-même étiqueté notoirement comme conservateur.

En 2004, Jindal est élu avec 78 % des suffrages à la Chambre des représentants des États-Unis.

Gouverneur de Louisiane[modifier | modifier le code]

De nouveau candidat au poste de gouverneur de Louisiane au côté de onze autres prétendants, Bobby Jindal est élu dès le premier tour, le , avec 699 672 voix soit 54 % des suffrages contre 226 364 voix soit 18 % à Walter J. Boasso, son adversaire démocrate le plus proche. Selon beaucoup, sa victoire est due à la gestion désastreuse des conséquences de l'ouragan Katrina en août et septembre 2005 par l'administration démocrate de l'État. Il prend ses nouvelles fonctions le .

Le , il est réélu gouverneur au premier tour avec 66 % des voix.

Début mai 2008, des membres de l'équipe de campagne de John McCain évoquent le nom de Bobby Jindal comme possible colistier pour le ticket républicain à l'élection présidentielle de novembre 2008.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1997, Bobby Jindal épouse Supriya Jolly, avec qui il a trois enfants : Celia, Shaan et Slade.

Convictions politiques[modifier | modifier le code]

Bobby Jindal est un républicain conservateur. Il a déclaré être totalement opposé à l'avortement mais est cependant favorable aux méthodes de contraception d'urgence, bien que celles-ci puissent être considérées comme des techniques d'avortement. Son État est le premier à avoir établi la peine de mort pour les personnes condamnées pour viol d'enfant n'ayant pas entraîné la mort de la victime. Mais une décision de la Cour suprême déclare inconstitutionnelle cette loi.

Jindal a aussi signé en 2008 une loi ordonnant aux tribunaux d'imposer la castration chimique en cas de récidive de certains crimes sexuels[1].

Il a également soutenu un amendement constitutionnel pour protéger le drapeau des États-Unis de tout outrage.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dan Bilefsky, « Europeans Debate Castration of Sex Offenders », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]