Paul Octave Hébert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paul Octave Hébert
Illustration.
Fonctions
14e gouverneur de Louisiane

(3 ans et 4 jours)
Prédécesseur Joseph Marshall Walker
Successeur Robert C. Wickliffe
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Plaquemine (Louisiane, États-Unis)
Date de décès (à 61 ans)
Lieu de décès Bayou Goula (Louisiane, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Académie militaire de West Point

Paul Octave Hébert ( - ) est un homme politique démocrate gouverneur de la Louisiane du au et militaire américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Paul Octave Hébert.jpg

Paul Octave Hébert naît dans la paroisse d'Iberville en Louisiane[1](p896). Il va au Jefferson College à Convent et termine premier de sa classe. Il entre alors à l'académie militaire de West Point dont il sort diplômé en 1840[1](p896),[note 1].

À l'issue de sa scolarité à West Point, il est nommé le second lieutenant et affecté dans le corps des ingénieurs[2](p519),[1](p896). Il est alors instructeur à West Point de 1841 à 1842

Il démissionne de l'armée le [2](p519). Il devient alors ingénieur pour la Louisiane[1](p896). Il appartient alors à un groupe d'ingénieurs préconisant auprès de la législature de l'État des craintes sur la sécurité du système de digue du fleuve Mississippi et des éventuels impacts sur la population. Avec un autre ingénieur Absalom D. Woolridge, il soutient une approche diversifiée de drains et de digues pour contrôler les inondations[3](p65).

Guerre américano-mexicaine[modifier | modifier le code]

Lors de la guerre américano-mexicaine, il se réengage et obtient une commission de lieutenant-colonel le , et le il est affecté dans le 14th U.S. Infantry[2](p519). Il est aide-de-camp du général Isaac Johnson et sert sous les ordres de Franklin Pierce[4](p653-654).

Au cours de cette guerre il participe à la campagne de Scott et prend part aux batailles de Contreras et de Churubusco[1](p896). Il participe à la bataille de Molino del Rey et obtient un brevet de colonel pour bravoure et conduite méritoire lors de cette bataille[2](p519). Il combat ensuite lors des batailles de Chapultepec et de Mexico[1](p896). Il quitte une nouvelle fois l'armée le [2](p519).

Il retourne alors en Louisiane et s'installe dans une plantation de sucre. En 1849, il souhaite devenir candidat du parti démocrate aux élections du sénat de l'État de Louisiane mais perd l'élection[1](p896). En 1852, il est élu en tant que vingtième gouverneur de Louisiane pour un mandat, succédant à Joseph Marshall Walker, lui aussi démocrate[5],[6](p165). Il défait le candidat whig Louis Bordelon avec 2 000 voix de différence[7](p81).

Pendant son mandat de gouverneur, Hébert apporte des améliorations dans le domaine de l'éducation et les transports ; il renforce le commerce de l'eau et passe quatre contrats pour des chemins de fer. Le retour d'un épisode de fièvre jaune à la Nouvelle-Orléans, et son soutien à l'éducation publique lui font perdre les élections suivantes[7](p82).

Après son mandat, il aide William T. Sherman à obtenir le poste de surintendant du Louisiana Seminary of Learning and Military Academy[4](p654).

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Après la sécession de la Louisiane le , Paul O. Hébert est nommé colonel du 1st Louisiana Artillery[1](p896). Il est nommé brigadier général des volontaires de l'État le [1](p896). Un mois plus tard le il succède au colonel Henry E. McCulloch au commandement du département du Texas[8](p253). Il doit alors évaluer les défenses côtières près de Gavelston[1](p896). Il prévient alors que la côte du Texas est « pratiquement sans défense et pratiquement dans un besoin total d'ouvrages et d'armement ». Conscient que l'Union peut attaquer là où il le veut, il a la conviction que « la tâche de défendre avec succès n'importe quel point contre une attaque de quelque ampleur équivaut à une impossibilité militaire »[9](p130).

Le , Hébert est nommé au commandement du département du trans-Mississippi, poste qu'il tient jusqu'au , devant être remplacé par John B. Magruder mais qui refuse le poste. Thomas C. Hindman succède alors à Hébert.

Le , par l'ordre général no 5, le département du trans-Mississippi est divisé en districts et le district du Texas qui comprend l'État du Texas et le territoire de l'Arizona et qui est commandé par le brigadier général Hébert[10](p731),[note 2].

Une partie de ses hommes lui sont retirer, et en octobre 1862, Gavelston est capturé par les forces de l'Union. Il tente alors de recruter et d'entraîner davantage d'hommes, mais une fois encore ses hommes sont transférés ailleurs[4](p654).

Hébert retourne ensuite en Louisiane pour commander le sous-district de Louisiane du Nord. Il participe aux opérations qui tentent de soulager la pression mise par le siège de Vicksburg[1](p896). Il prend part à la bataille de Milliken's Bend en juin 1863[7](p82).

En janvier 1865, Hébert est affecté au sous-district oriental du Texas, du Nouveau-Mexique et de l'Arizona[1](p896).

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Paul O. Hébert obtient le pardon du président Andrew Johnson et peut alors reprendre des activités politiques. Il dirige alors un groupe du parti démocrate de Louisiane qui soutient le candidat du parti républicain libéral Horace Greeley en 1872[1](p896). Cependant, il devient républicain pendant la reconstruction s'attirant l'inimité de beaucoup[4](p654).

Un an plus tard, le gouverneur républicain carpetbagger William P. Kellogg nomme Hébert à un siège du conseil d'administration des ingénieurs de Louisiane. En 1874, il est nommé au conseil d'administration des ingénieurs des États-Unis de la commission du fleuve Mississippi responsable de la construction d'un système de digues[1](p896).

Il devient aussi le beau-frère de l'ancien brigadier général confédéré James P. Major en épousant sa sœur[4](p654).

Il meurt à la Nouvelle-Orléans des suites d'un cancer de la langue et est enterré à St. Raphaels à 5 milles (8 km) au nord de Bayou Goula[11](p97).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Jayne E. Blair, The Essential Civil War: A Handbook to the Battles, Armies, Navies and Commanders, McFarland, , 320 p. (ISBN 9780786424726). 
  • (en) William Edwards Clement, Plantation Life on the Mississippi, Pelican Publishing, , 235 p. (ISBN 9781455610570). 
  • (en) Craig E. Colten, Transforming New Orleans and its environs : centuries of change (ISBN 9780822972198, OCLC 889341661, lire en ligne). 
  • (en) Walter G. Cowan, Louisiana governors : rulers, rascals, and reformers, University Press of Mississippi, (ISBN 9781604733204, OCLC 503441538, lire en ligne). 
  • (en) Francis B. Heitman, Historical Register and Dictionary of the United States Army, from it's Organization, September 29, 1789, to March 2, 1903, Washington, Government Printed Office, (lire en ligne). 
  • (en) Kenneth Wayne Howell, The Seventh Star of the Confederacy: Texas During the Civil War, University of North Texas Press, , 348 p. (ISBN 9781574412598). 
  • (en) Terry L. Jones, Historical dictionary of the Civil War, Scarecrow Press, (ISBN 9780810866119, OCLC 607145150, lire en ligne). 
  • (en) Deborah Kalb, Guide to U.S. elections (ISBN 9781483380384, OCLC 935494263, lire en ligne). 
  • (en) Spencer Tucker, James R. Arnold, Roberta Wiener et Paul G., Jr. Pierpaoli, American Civil War : the definitive encyclopedia and document collection (ISBN 9781851096824, OCLC 827082865, lire en ligne). 
  • (en) The war of the rebellion: a compilation of the officials records of the Union and Confederate armies., vol. IX, Washington, Government Printing Office, . 
  • (en) Jack D. Welsh, Medical histories of Confederate generals, Kent State University Press, (ISBN 9780873386494, OCLC 45729700, lire en ligne). 

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est de la même promotion que les futurs généraux George Washington Getty, William Hays, William Tecumseh Sherman, George Henry Thomas, Stewart Van Vliet et Richard Stoddert Ewell, Bushrod Rust Johnson, Thomas Jordan, James Green Martin, Robert P. Maclay, John Porter McCown, William Steele. Les cinq premiers dans les rangs de l'Union et les sept derniers dans ceux de la Confédération.
  2. La date de fin de commandement d'Hébert fournie par Jayne E. Blair correspond à la date des ordres généraux n° 5 qui réorganise le département du trans-Mississippi.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m et n Spencer Tucker, James R. Arnold, Roberta Wiener, Paul G. Pierpaoli Jr.
  2. a b c d et e Francis B. Heitman
  3. Craig E. Colten
  4. a b c d et e Terry L. Jones
  5. Deborah Kalb
  6. William Edwards Clement
  7. a b et c Walter G. Cowan
  8. Jayne E.Blair
  9. Kenneth Wayne Howell
  10. The war of the rebellion
  11. Jack D.Welsh

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]