Notre-Dame-au-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jezus-Eik)
Aller à : navigation, rechercher
Notre-Dame-au-Bois
(nl) Jezus-Eik
L'église Notre-Dame à Notre-Dame-au-Bois
L'église Notre-Dame à Notre-Dame-au-Bois
Blason de Notre-Dame-au-Bois
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Commune Overijse
Auderghem
Géographie
Coordonnées 50° 47′ 36″ nord, 4° 28′ 57″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Brabant flamand

Voir sur la carte administrative du Brabant flamand
City locator 14.svg
Notre-Dame-au-Bois

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Notre-Dame-au-Bois

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Notre-Dame-au-Bois
Liens
Site officiel (nl) www.jezus-eik.be
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Notre-Dame.

Notre-Dame-au-Bois (ou en néerlandais : Jezus-Eik, littéralement « le chêne de Jésus ») est un hameau belge néerlandophone situé presque entièrement en Région flamande et qui fait presque entièrement partie de la commune d'Overijse. Il ne formait pas une commune avant les fusions de celles-ci, et une petite partie se situe en fait sur la commune d'Auderghem.

Il est limité d'une part par l'autoroute E411 Bruxelles-Namur et d'autre part par la forêt de Soignes. Dans le passé, Notre-Dame-au-Bois exerçait un attrait important comme lieu de pèlerinage. Aujourd'hui, le village doit sa réputation surtout à sa gastronomie et ses nombreux restaurants.

Le contexte de construction de l'édifice commence par une apparition de la Vierge aux habitants et par les miracles de guérison du chêne qui donnera son nom au village. Une chapelle sera alors édifiée en 1635. La première pierre de l'église, devenue paroissiale, est posée en 1650. Elle respecte les plans de Jacques Francquart, architecte du XVIIe siècle.

Histoire du village[modifier | modifier le code]

Existence d'un chêne géant[modifier | modifier le code]

Selon la légende, à l'endroit où se trouve aujourd'hui l'église de Notre-Dame-au-Bois, se dressait un chêne géant qui avait été frappé plusieurs fois par la foudre. On le surnommait le « Chêne du diable ». Il était également appelé le Jezukens-eik (« chêne du petit Jésus » en néerlandais) en référence à une croix qui y avait été apposée auparavant par des bûcherons.

Mise en place d'une statue de la Vierge[modifier | modifier le code]

Autour de 1637, la famille Van de Kerckhoven y fit installer une statue de la Vierge, honorant ainsi une promesse faite au père de famille, Peter, décédé deux ans auparavant. Ce dernier, épicier bruxellois originaire d'Overijse, avait fait l'acquisition de la statue au marché.

Rapidement, le bruit de guérisons miraculeuses par la statue commença à courir. En 1642, on lui attribue la guérison de l'aveugle Dimpna Gillis. L'histoire fait également état d'une certaine Barbel Reyaerts, dont le fils se remit d'une lésion au dos, et de Anna Eregiers, qui fut guérie de la fièvre. Anna aurait fait installer un tronc près du chêne[1]. De nombreux pèlerins affluent sur le site. Les curés de Tervuren et Overijse se sont même disputé le site devant le tribunal et les autorités religieuses. Ce fut Tervuren qui en obtint la tutelle.

Histoire de la paroisse de Jezus-Eik[modifier | modifier le code]

On trouve aussi[2] les formes Jesus-Eyck, Jesukens-Eyck, Quercus-Jesu et Notre-Dame-au-Bois.

En 1642, une première chapelle fut érigée par l'abbaye de Parc, dans la forêt de Soignes, à l'occasion d'une image miraculeuse de la Vierge Marie apparue sur le fameux chêne géant. Le , l'archiduc Léopold posa la première pierre d'une nouvelle chapelle en présence de l'abbé Libert de Pape. On y érigea donc d'abord une chapelle, puis une église[3]. En effet, la chapelle fut érigée en paroisse vers 1700[2].

La première messe a été célébrée par l'abbé Jean Maes. Notons que cette paroisse fut desservie presque continuellement par les chanoines de Parc jusqu'au XXe siècle. La statue miraculeuse de la Vierge Marie fut couronnée solennellement par le Cardinal Mercier en 1924[2].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Jezus-Eik n'allait cependant pas devenir un haut-lieu de pèlerinage. Sa vocation religieuse fut progressivement éclipsée par ses attraits gastronomiques et le village devint une section de la commune d'Overijse.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-au-Bois[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Découvrez comment la « wikifier ».

Histoire de l'édifice[modifier | modifier le code]

En 1635[Contradiction], une chapelle est édifiée en l'honneur des différentes apparitions de la Vierge sur un chêne miraculeux.

En 20 avril 1650, la première pierre de l'église de Notre-Dame-au-Bois est posée par le gouverneur-général, l'archiduc Léopold-Guillaume, frère de Ferdinand III[4]. Les plans sont réalisés par l'architecte brabançon Jacques Francquart[5].

Ce qui fait la particularité de cet édifice et qui subsiste actuellement est le presbytère[6]. Celui-ci est accolé au chevet du chœur. Trois vaisseaux étaient prévus mais, par manque d'argent, ils n'ont jamais été construits[7].

En 1667, un portique en chêne est conçu. Il comporte une triple entrée et quatre colonnes, une sur chaque coin.

En 1767, ce portique est à nouveau modifié ainsi qu'en 1868.

Durant cette dernière année, les quatre colonnes sont transformées et présentent une particularité: la partie inférieure se compose de cannelures rentrées et celle supérieure, de cannelures bombées[8]. Une tour néogothique est ajoutée à l'extérieur devant la façade principale. Sur les autres façades, les croisillons des fenêtres du presbytère et les petits pavillons sur la toiture ont disparu.

En 1946, une demande de restauration est posée devant la Commission de Monuments. En effet, pendant la Seconde Guerre mondiale, l'église a subi énormément de dommages.

Ce n'est qu'en 1968 que la demande est reçue et accordée. Le prêtre de l'époque, Hoeffenagels, et l'abbé De Rijk ont la volonté de retrouver la façade principale telle que l'a conçue Francquart. Cette restauration se fait à partir d'une gravure et Paul Saintenoy en est l'architecte[9]. La tour néogothique est alors enlevée mais la façade présente énormément de fissures et l'écroulement est imminent. Celle-ci finira par tomber quelques mois plus tard[10]. Un grand travail de restauration et de reconstruction selon la gravure est entrepris et se finira en 1973[11].

En 2007, une restauration totale, extérieure comme intérieure, débute. Cela rend la lisibilité des traces de l'édifice et de son histoire difficile[10].

Description de l'édifice[modifier | modifier le code]

Façade sud-est
Façade occidentale

L'église de Notre-Dame-au-Bois présente des façades en brique et des contours en pierre de Gobertange. La façade occidentale est la principale. Celle-ci est symétrique. Elle présente une porte en bois de chêne encadrée par deux niches. Ces niches contenaient en 1650 une statue de Saint Jean l'Évangéliste et de Saint Norbert[5]. Elles ont disparu aujourd'hui. La porte est surmontée d'un frontispice gravé. Dans le registre médian, une baie en plein cintre est couronnée d'un œil-de-bœuf[5]. Sur le niveau supérieur, deux lanterneaux trônent sur les pignons des extrémités. Au centre, une croix latine posée sur un globe serti d'une couronne domine la façade. Tous les contours des portes, niches, fenêtres, chaînes d'angle, sont soulignés par de la pierre de taille, appelée pierre de Gobertange. Enfin un escalier en pierre à quatre registres amène à la porte en bois.

Les façades latérales nord et sud se composent de cinq baies en plein cintre séparées par cinq contreforts. Ces derniers se terminent par des volutes sous la corniche. Les façades se terminent avec une sixième baie. Deux fenêtres rectangulaires se dressent sur le registre inférieure. Elles sont surmontées par une baie plus grande et plus imposante que celles de la nef.

La façade sud-est est difficile à décrire. Elle correspond au chevet du chœur caché par le presbytère. Celui-ci se compose d'une façade en pignon.

L'intérieur de l'église de Notre-Dame-au-Bois s'ouvre sur une nef unique et se termine dans le chœur de huit mètres de profondeur.

Vue de la travée jusqu'au chœur

La nef se compose de murs latéraux composés d'un lambris faisant leur pourtour. Quatorze pilastres séparent quatorze vitraux[8]. Ces vitraux racontent différentes histoires de personnes guéries grâce au chêne miraculeux[7].

Le registre supérieur est scandé par une corniche en stuc imitation marbre rouge royal[12]. Celui-ci longe les pilastres sans discontinuité. Les vitraux sont rehaussés d'un arc en plein cintre du même stuc que celui de la corniche. Une voûte surplombe l'ensemble. Elle est composée de fausses croisées d'ogives quadripartites. Chaque croisée d'ogive est séparée par un arc en stuc d'imitation de marbre rouge royal qui rejoint la corniche supérieure.

voûte

L'entrée du chœur est encadré par deux pilastres supportant un arc en plein cintre couronné d'un frontispice. Celui-ci représente un écusson du gouverneur Maximilien-Emmanuel de Bavière (commanditaire de l'église). Il est supporté par deux lions[13] . L'ensemble est symétrique. L'intérieur du chœur est composé d'un lambris en bois en faux marbre de type rouge royal et vert[14]. Cette boiserie est couronnée d'une scène céleste avec des angelots et une colombe entourés d'une nuée dans la partie centrale. À l'arrière du lambris se trouve une porte cachée et encastrée dans le mur. Elle donne accès au presbytère. Deux tribunes se font face sur les côtés du chœur. Pour chacune des deux, une baie se laissent entrevoir et illumine le chœur.

Style de l'édifice[modifier | modifier le code]

L’analyse stylistique comprend des commentaires recensés par différents auteurs sur l’église. Dans l’ouvrage de Da Costa Kaufmann, L’art flamand et hollandais, Belgique et Pays-Bas. 1520-1914[15], le style de l’époque utilisé par l’architecte Francquart est un mélange entre une inspiration classique italienne et une incorporation d’ornements architecturaux baroques. Dans un livre de Sutton[16] cette fois-ci, on apprend qu’au baroque flamand, l’emploi des pierres blanches ainsi que des corniches et encadrements soulignés sont importants

L’auteur Van Ackere[17] explique que la façade d’entrée est un type de transition qui accepte des motifs baroques dans une surface renaissante. Cela se ressent par son rythme et sa conception plane dans l’architecture.

Attraits du village[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame-au-Bois (Onze Lieve Vrouwenkerk) de style baroque date du XVIIe siècle. Le chœur date de 1650 et la nef de 1667. Elle abrite de nombreux portraits de pèlerins qui auraient été guéris miraculeusement (des enfants surtout). On y retrouve également des vitraux relatant l'histoire du village. Sous l'autel, une baie vitrée permet de voir ce qui reste du fameux chêne dont Jezus-Eik tire son nom. Sur le dessus trône la statue de la Vierge couverte d'un manteau somptueux. L'intérieur de l'église a été restauré en 2007. Sa dernière restauration remontait à 1924.
  • La partie de la forêt de Soignes située en bordure du village abrite un domaine appartenant à la Donation Royale (Koninklijke Schenking), comprenant entre autres, outre la villa Clémentine du prince Laurent (non accessible au public), un arboretum et une longue promenade bordée de grands hêtres. Cette section englobe également le bois des Capucins (Kapucijnenbos),qui doit son nom à un couvent, dont il ne reste que des ruines largement couvertes par la végétation.
  • Les nombreux restaurants situés en bordure de la chaussée de Bruxelles (Brusselsesteenweg) dans le centre du village. Côté gastronomique, Notre-Dame-au-Bois s'est surtout fait connaître par ses fameuses tartines au fromage blanc (platte kaas).
  • Les serres où on cultive encore des raisins de façon artisanale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. B. Raskin, De strijd om Jezus-Eik, Historische rivaliteit tussen Tervuren en Overijse, Randkrant, jaargang 8 nr. 4, 2004
  2. a, b et c J.E. Jansen, L'Abbaye norbertine du Parc-le-Duc - Huit siècles d'existence - 1129-1929, H. Dessain, Malines, 1929, p. 149-150.
  3. P. Vandenbranden, Van bedevaartsoord tot villadorp, 1984.
  4. (nl) De kerk doorheen de eeuwen sur jezus-eik.be
  5. a, b et c HOEFFENAGELS, L., 1924, p. 115.
  6. HOEFFENAGELS, L., 1924, p. 114.
  7. a et b HOEFFENAGELS, L., 1924, p. 118.
  8. a et b GOOSSENS, F., 2011, p. 21.
  9. HOEFFENAGELS, L., 1924, p. 116.
  10. a et b GOOSSENS, F., 2011, p. 29.
  11. DEPROFT, R., Gerestaureerde Onze-Lieve-Vrouwekerk van Jezus-Eik wordt dit week-eind plechtig in gebruikgenomen in De Serriest, Het nieuws van de week, vendredi 25 mai 1973.
  12. CNUDDE, C., HAROTIN, J.-J, 1990, p. 136.
  13. HOEFFENAGELS, L., 1924, p. 119.
  14. NADAÏ, M., 2008, p. 62 à 65.
  15. DA COSTA KAUFMANN, T., 2001, p. 63 à 67.
  16. SUTTON, I., 2001, p. 213.
  17. VAN ACKERE, J., 1972, p. 11.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Overijse, la commune dont Notre-Dame-au-Bois fait partie

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • BERTONCELLO, J.-FR., FOUIN, J., Les matériaux naturels, décorer, restaurer et construire, Rodez, 2006.
  • BRISAC, C., Le vitrail, Paris, 1994.
  • CNUDDE, C., HAROTIN, J.-J., MAJOT, J.-P., Pierres et marbres de Wallonie. Stenen en marmers van Wallonie, Bruxelles, 1990.
  • COLE, E., Grammaire de l’architecture, Paris, 2004.
  • DACOSTA KAUFMANN, T., L’art flamand et hollandais, Belgique et Pays-Bas. 1520-1914, Paris, 2001 (L’Art et les grandes civilisations).
  • DEPROFT, R., Gerestaureerde Onze-Lieve-Vrouwekerk van Jezus-Eik wordt dit week-eind plechtig in gebruikgenomen in De Serriest, Het nieuws van de week, vendredi 25 mai 1973.
  • Eugène De Seyn, « Overijsche », in: Dictionnaire historique et géographique des communes belges, Bruxelles : Bieleveld, 1925, tome second, p.214)
  • FROIDEVAUX, Y.-M., Techniques de l’architecture ancienne. Construction et restauration, Liège, s.d..
  • GOOSSENS, F., Onze-Lieve-Vrouwekerk.Materieel en geestelijk erfgoed, Jezus-Eik, 2011.
  • HOEFFENAGELS, L., Notre-Dame-au-bois. Essai historique, Bruxelles, 1924.
  • LEFUMAT, P., L’Art du Faux Marbre. The Art of Faux Marble, Turin, 2009.
  • NADAÏ, M., Art et Technique de la peinture décorative. Decorative Painting, Turin, 2008.
  • SUTTON, I., L’Architecture occidentale de la Grèce à nos jours, Paris, 2001.
  • TIJS, R., Architecture renaissance et baroque en Belgique, Bruxelles, 1999.
  • Encyclopaedia Universalis, Le grand atlas de l’architecture mondiale, Paris ,1982.
  • VAN ACKERE, J., Belgique baroque et classique (1600-1789). Architecture, art monumental, Bruxelles, 1972.
  • « L'évolution linguistique et politique du Brabant (I) », Courrier hebdomadaire du CRISP 1970/1 (n° 466-467), p. 1-51. DOI 10.3917/cris.466.0001

Liens externes[modifier | modifier le code]