Jeune Chambre économique française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir JCI.
Jeune Chambre Economique Française
Logo de l’association
Cadre
But Créer des changements positifs pour construire une paix universelle, globale et définitive[1]
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 1952
Fondateur Yvon Chotard
Identité
Siège 9/11, rue Alasseur, 75015, Paris, France
Affiliation internationale Jeune chambre internationale
Membres 2 200
Slogan « Le mouvement des jeunes citoyens entreprenants » et « Premier mouvement de formation des jeunes à la prise de responsabilité pour des changements positifs »
Site web http://www.jcef.asso.fr

La Jeune Chambre Economique Française[2] (JCEF) est une association loi de 1901, reconnue d'utilité publique par décret du 10 juin 1976, qui rassemble des citoyens impliqués dans la vie de leur cité, et ayant moins de 40 ans.

Elle fait partie d'une fédération mondiale dénommée Jeune Chambre Internationale.

Historique[modifier | modifier le code]

« Il était une fois une dizaine de jeunes hommes, sortis de la guerre, décidés à construire l’Europe, à la recherche d'une méthode nouvelle pour incarner leur volonté de servir l’intérêt général. Ils découvrirent la Jeune Chambre Économique. Ils redécouvrirent le civisme. Ils le conjuguèrent d’une manière moderne en partant de l’économie et en lui donnant une dimension internationale… » -Yvon Chotard.

Fondée à Paris en 1952 par Yvon Chotard, la Jeune Chambre économique française. Elle est affiliée à JCI[3] Elle est présente dans une centaine de pays. En France, la JCEF est devenue Association reconnue d'utilité publique en 1976 (code de reconnaissance d'utilité publique: 75.000.1106).

Yvon Chotard propose à de jeunes chefs et cadres d'entreprises de fonder la JCEF en se ralliant au concept de Jeune chambre internationale né aux États-Unis. « L'Association des Jeunes Hommes pour le Progrès Civique", Young Men's Progressive Civic Association (YMPCA) fondée en 1915 par Henry Giessenbier, devient « Junior Chamber International » en 1944, lors du 1er Congrès des huit organisations nationales du continent américain à Mexico. La JCEF adhère en 1954 à Jeune chambre internationale lors du IXe Congrès à Mexico grâce à une présence remarquée d'une délégation française représentée à cette occasion par deux membres pour la Délégation Française: Yvon Chotard, président en exercice et Gilles Barast secrétaire général national. C'est à l'occasion de ce IXe Congrès de Mexico en 1954 que la France, par l’intermédiaire de Yvon Chotard, affirmera sa volonté que le français et l'espagnol soient reconnues comme langues officielles de Jeune chambre internationale. L'Association sera indépendante de tout courant politique, religieux ou syndical.

Prix Yvon Chotard Convention Nationale de la JCEF à Metz 2008

Organisation[modifier | modifier le code]

La Jeune Chambre Économique Française porte annuellement 600 projets[réf. nécessaire] et compte 120 implantations locales (JCEL) regroupées en fédérations régionales. Une Jeune Chambre Economique Locale (JCEL)[4] compte au minimum 5 membres, gérés par un bureau élu en assemblée générale par l'ensemble des adhérents à jour de leurs cotisations : le bureau comprend au minimum un président, un secrétaire général, un trésorier, un « Past-président » (président de l'année précédente)[5] et plusieurs vice-présidents (programmes, développement, formation, etc.).

Les membres étant encouragés à prendre des responsabilités, le président et son bureau sont renouvelés dans le cadre d'élections annuelles. Tous les membres sont bénévoles et s'acquittent d'une cotisation annuelle comprenant une part nationale de 160 euros, une part régionale et une part locale (soit une cotisation allant souvent de 200 à 250 euros).

Les 1 900 membres français (qui se nomment entre eux Jaycees en référence au nom que se donnent les membres aux USA) sont issus de l'ensemble des catégories socio-professionnelles. La proportion de cadres et professions libérales est d'environ 25 %. La proportion homme/femme est équilibrée[réf. souhaitée].

Un conseil d'administration de 12 membres gère la JCEF. Tous les mandats électoraux durent un an.

Une organisation similaire est en place au niveau régional et local.

Exemple d' Ordre du Jour d'une Assemblée Générale mensuelle des membres d'une JCEL en 2008

Mission[modifier | modifier le code]

La mission générale de la Jeune chambre économique est d'initier des changements positifs dans la société et dans tous les domaines (social, économique, culturel, communautaire…). Cette mission est assurée par les membres, qui ont la particularité de quitter obligatoirement le mouvement à 40 ans.

L'aspect économique de la mission de la Jeune Chambre Économique est beaucoup moins développé que son nom pourrait le laisser entendre. En effet, les aspects sociaux et communautaires ont aujourd'hui pris le pas sur la mission individualiste pensée par Yvon Chotard ancien cadre du CNPF (devenu le MEDEF) et président du groupe des employeurs de l'Organisation Internationale du travail (OIT) : « La jeune chambre Économique est une école de formation des jeunes dans l’action en servant l’intérêt général »[6].

Organisés sous forme de Commissions de travail, les membres choisissent leurs sujets d'action et travaillent bénévolement à leur réalisation.

Cette organisation en commission de travail et la rigueur des procédures parlementaires utilisées dans la vie démocratique du mouvement[7], permettent aux membres de se former par l'action.

Vote en AG procédure parlementaire JCEF, Convention National à Metz 2en 008
Le concept de la Procédure Parlementaire Jeune Chambre

Cette capacité de formation par l'action est une des caractéristiques majeures du mouvement. Nombre de membres apprennent au sein du mouvement des principes de bases qui leur permettent ensuite de progresser tant dans leur vie professionnelle que sociale ou même politique.

Une méthodologie de travail standardisée, basée sur les principes de la Gestion du cycle de projet (GCP), doit être appliquée en respectant les 6 étapes suivantes :

  • Enquête
  • Analyse
  • Planification
  • Action
  • Évaluation
  • Transmission

La dernière phase est essentielle pour le mouvement. En effet, l'objectif est de transmettre l'action lorsque celle-ci aboutit en évitant de se charger de la gestion à long terme de l'action mise en place. Ceci intéresse tout particulièrement les municipalités et les institutions, qui sont régulièrement associées aux actions de la Jeune Chambre Économique.

Les fédérations régionales disposent d'ailleurs généralement d'un siège au sein du Conseil économique, social et environnemental de leur région.

Credo[modifier | modifier le code]

Les membres de la Jeune Chambre Économique, sont animés par un crédo commun fondateur des valeurs qui animent le mouvement[8].

Ce credo est régulièrement rappelé lors des assemblées générales :

  • Nous croyons:
    • Que la foi en Dieu donne à la vie son véritable sens, [9]
    • Que la fraternité humaine transcende la souveraineté des nations,
    • Que la liberté des individus et de l'entreprise assurera mieux la justice économique,
    • Que le gouvernement doit s'appuyer sur la loi et non sur l'arbitraire,
    • Que la personne humaine est la plus précieuse des richesses,
    • Et que servir l'humanité constitue l'œuvre la plus noble d'une vie

Ce credo, fortement inspiré par la culture du début du XXe siècle aux États-Unis, est librement interprété par les membres et en particulier son premier alinéa.

Quoi qu'il en soit, l'Association, tant au niveau national qu'international, se veut aconfessionnelle et est revendique un esprit "libre-penseur" et ouvert.[10]

En outre, l'Association se revendique neutre politiquement, de sorte que si elle peut s'engager sur des questions politiques, elle le fera en cherchant à conserver son indépendance vis-à-vis des partis politiques.

Actions marquantes en France[modifier | modifier le code]

Rencontres d'affaires à très haute vitesse
Livre d’Émeraude, "1968-2008 : 40 ans d'actions au cœur de la cité" de la Jeune Chambre Economique des Hauts-de-Seine (prix de la meilleure action de communication Convention Nationale JCEF à Nîmes-Juin 2010) : Copier-coller le lien ci-dessous : https://sites.google.com/site/jcehds/referentiel/LIVREMERAUDE.pdf
Livre d’Émeraude, "1968-2008 : 40 ans d'actions au cœur de la cité" de la Jeune Chambre Economique des Hauts-de-Seine (prix de la meilleure action de communication Convention Nationale JCEF à Nîmes-Juin 2010) : Copier-coller le lien ci-dessous : https://sites.google.com/site/jcehds/referentiel/LIVREMERAUDE.pdf

La Jeune Chambre Économique Française se revendique être l’initiatrice de nombreux projets. On trouvera[Qui ?] ci-dessous une liste des projets qui, parmi ceux revendiqués, sont les plus connus du grand public[Information douteuse] [?], tout en notant que cette liste ne fait pas l'unanimité, comme détaillé en fin de paragraphe :

  • Le projet économique de La Défense
  • Le 18, le centre de traitement de l'alerte (CTA) des sapeurs-pompiers
  • La Nuit des Galeries à Nice, Rencontre du Monde de "l'Art et de l'Entreprise" avec les associations cofondatrices : Carrefour Culturel Méditerranéen et l'association Alain Couturier
  • Contribution à la création de la Journée Universelle des Droits de l’Enfant qui donne lieu à une loi
  • La promotion de « métiers délaissés »
  • Les « parcours d'accompagnement et insertion de chômeurs »
  • L'implication des retraités dans l'éducation des enfants avec Alexandre Jardin
  • La création du statut de « garde malades à domicile »
  • Création du concept des rues Piétonnes en France.
  • Recyclage du verre
  • Le 119, numéro national d’appel pour l’enfance maltraitée
  • Le parrainage des jeunes chefs d'entreprise dans le cadre d'évènements de rencontres d'affaires à très haute vitesse avec l'EGEE[11][réf. insuffisante]
  • Le concours Européen de l'Entreprise Innovante.
  • La Charte de l'Humanisme, signée en 1995 lors de la 33e Conférence Européenne JCI par le Président Mondial JCI
  • ParlemEntreprise[12][réf. insuffisante], une rencontre sur le mode "vis ma vie" entre députés et membres Jeune Chambre[13]

Jusqu'à 800 projets sont été mis en œuvre annuellement par la Jeune chambre économique française au travers de 110 associations locales.

Si l'implication associative des membres de la JCE est importante, la communication (sites Web, plaquettes) autour des actions entreprises reste néanmoins sujette à caution. Afin de donner plus de visibilité au mouvement, l'association a en effet tendance à s'approprier indûment l'originalité et la paternité de certaines actions d'envergure, confondant parfois le fait de participer à des actions (participation aux réflexions, mise en place de relais locaux, etc.) avec le fait d'en être à l'origine.

Quelques exemples de projets dont la paternité de la Jeune Chambre Économique Française peut être contestée :

  • La création des numéros à deux chiffres 17 et 18 : la JCEF communique régulièrement sur le sujet avec des accroches telles que : « Le numéro 18 d’appel d’urgence des pompiers est issu d’une commission locale de la JCE de Nantes sur les questions de sécurité incendie à l’école »[14], « 1985 - Création du numéro d’appel d’urgence unique : les pompiers au 18 », « Savez-vous qui a créé le numéro à deux chiffres ? »[15]. Or la possibilité de joindre les pompiers par le biais d'un numéro automatique à 2 chiffres remonte à la fin des années 1920/début des années 1930. Le 18 apparaît dans les annuaires téléphoniques dès 1928-1929[16],[17]. Après une phase de gestion par la gendarmerie, le décret no 88-623 du 6 mai 1988 confie officiellement aux pompiers la gestion de l'alerte : l'article 31 précise que « pour répondre aux demandes de secours, les Centres de Traitement de l'Alerte des services d'incendie et de secours sont dotés d'un numéro d'appel téléphonique unique, le 18 ». Au sens strict, le numéro à deux chiffres 18 permettant de joindre les pompiers est donc apparu 24 ans avant la fondation de la JCEF et les affirmations de cette dernière sont donc inexactes. Il en va de même pour le 17 que l'association prétend également avoir créé (« Mettre en place un numéro d'appel unique, le 17, numéro qui permet de joindre la police ou encore le « 18 » pour joindre les pompiers »). Le numéro court 17 pour joindre Police Secours a en fait été lancé dès 1930[18],[19].
  • Le recyclage du verre et la Ligue Contre le Cancer : La JCEF affirme que « le 1 Projet National Récupération du verre est né à la JCE de Vichy en 1976 »[14] et prétend être à l'origine du "concept de recyclage des verres au profit de la lutte contre le Cancer" et des "containers de récupération du verre (JCE de Vichy en 1976)". Ces affirmations sont inexactes voire mensongères. En effet, la collecte de verre a été démarrée en 1974. Le premier conteneur a été installé à Autreville-sur-la-Renne (52). C'est Jean Tournier-la-Ravoire, alors directeur d'une usine verrière à Reims, qui a le premier l'idée en 1976 d'étendre le recyclage, jusque-là essentiellement pratiqué en usine (recyclage des déchets ou "calcin" de production), à du verre issu de la consommation des ménages. Mais il faut proposer un élément de motivation supplémentaire au grand public pour qu'il accepte de devenir trieur : ce sera une grande cause humanitaire, en association pour commencer avec le Comité Champagne-Ardenne de la Ligue contre le Cancer[20],[21],[22]. De son côté, la Ligue Contre le Cancer identifie même quant à elle le début de sa campagne de recyclage à 1973[23].
  • Les rues piétonnes en France : la JCEF affirme être à l'origine de la « création du concept des rues Piétonnes en France (JCE de Lyon, JCE de Nantes - 1973) »[24] et même du « concept de zone piétonne en centre-ville ». Une rapide recherche montre pourtant que la rue du Gros-Horloge à Rouen fut la première voie piétonne en France, en 1970-1971[25]. En 1975, la ville de Sceaux crée la 1re ville piétonne d'Île-de-France[26].
  • La création de la Journée Universelle des Droits de l’Enfant (JUDE) : Il est cette fois prétendu par la JCEF que « la JUDE est, en 1989, une action locale de la JCE de Romilly/Seine. […] Reprise par d’autres JCEL les années suivantes, puis par des JCE étrangères en 1993-94, elle est reconnue par JCI en 1995. La JCEF sensibilise des députés et obtient en avril 1996 - loi 96-296 - la reconnaissance du 20 novembre comme Journée Nationale des Droits de l’Enfant. En 1998, à l’issue de la Conférence de Zone Europe qui se tient à Monaco, Son Altesse Sérénissime Le Prince Albert de Monaco accepte d’être porteur, devant l’Assemblée Générale des Nations unies, d’une résolution visant à la création d’une Journée Universelle des Droits de l’Enfant. Plus de 23 pays s’engagent à soutenir la démarche. En 2002, l’ONU inscrit le 20 novembre au calendrier des manifestations internationales comme Journée Mondiale de l’Enfance. »[27]. Or l'association oublie de préciser que l'instauration de ce jour a été préconisé par l'ONU en 1954 - résolution 836 (IX), qui laissait le choix de la date aux pays. La date du 20 novembre s'est en fait imposée à travers le monde comme date anniversaire de la signature de la Déclaration des Droits de l'Enfant (20/11/1959) et de la signature de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (20/11/1989)[28],[29]. La JCEF entretient ici la confusion entre paternité du principe même de la JUDE et participation aux réflexions visant à fixer la date de cette Journée pour la France.
  • La thermographie aérienne pour repérer les déperditions de chaleur des bâtiments énergivores : "La première thermographie aérienne est initiée début 2007 par une JCE Locale, située à Reims. Partant du constat que le plus grand consommateur d’énergie en France est le bâtiment et que 30 % des déperditions thermiques des bâtiments sont dues à la toiture, la JCE de Reims a ainsi l’idée de faire réaliser des cartes thermiques permettant de mesurer la déperdition des bâtiments afin d’agir sur leur isolation et de réduire les dépenses énergétiques" (Action « J’Isol’Où »)[30],[31],[32]. Ces affirmations sont inexactes, puisque plusieurs communautés de communes avaient déjà engagé des programmes identiques antérieurement : Dunkerque en 2004[33],[34], Marseille en 2006[35],[36].
  • Le numéro d'appel 119 « Allo Enfance maltraitée » : l'association prétend être également à l'origine de la « Création de numéros d’urgence uniques : le 119 Allo Enfance maltraitée »[37],[38]. La réalité semble plus complexe puisque le système de dépistage/prévention téléphonique est en fait issu des travaux d'une commission, mise en place en 1988, composée de représentants de l’État, des département et des associations. Afin d'améliorer le dépistage et la prise en charge des cas de maltraitance, cette commission avait pour objectif d'établir un état des lieux et de faire des propositions d’actions. Le dispositif italien « Il telefono azzurro »[39] a ainsi été identifié comme un modèle intéressant et la reprise de son principe a donc été proposée par la commission. L'article 71 de la loi 10 juillet 1989, reprenant les travaux de la commission, a mis en place le Système National d'Aide Téléphonique pour l'Enfance Maltraitée (SNATEM), gestionnaire du numéro 119 « Allo Enfance Maltraitée »[40],[41].
  • « Si tu prends ma place, prends mon handicap » : « Sur un plan plus large, la Jeune Chambre Économique Française est à l'origine des Rues Piétonnes, du slogan "Si tu prends ma place, prends mon handicap […] »[42], « Proposer un slogan percutant pour sensibiliser la population au respect des places de parking réservées aux personnes handicapées, slogan qui aujourd'hui est repris sur des panneaux de signalisation. »[43]. Cette affirmation a de quoi étonner, puisque plusieurs sources attribuent en fait la trouvaille de ce slogan à la société d'assurance mutuelle MAIF en 2000 dans le cadre d'une campagne de communication/sensibilisation[44],[45].

Formations[modifier | modifier le code]

La formation revêt un rôle tout particulier au sein de la Jeune chambre économique. Pour faciliter la transmission du savoir, cette dernière propose des livrets complets, aussi bien pour ses formateurs que pour les personnes formées.

Le Centre National de Formation (CNF) est agréé par l'État[46] et dispense des formations complémentaires d'organisation et de développement personnel. Les formations reposent sur le concept "apprendre par la pratique".

Les thèmes du programme de formation de la JCEF sont les suivants : Talents de communication, Relations Humaines, Création, Gestion du temps, International, Aptitude au Leadership, Esprit d'équipe, Travail de groupe, Résolution de problèmes par une dynamique d'actions, Planification de projets etc.

Formation "vendre un projet" JCEF

La Jeune Chambre Economique Française forme son propre réseau d'animateurs et de formateurs.

Anciens membres francophones célèbres dans le monde[modifier | modifier le code]

Chefs d'États et de gouvernements - Organisations internationales[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Sénateurs JCI[modifier | modifier le code]

Une fois l'âge de 40 ans atteints, les membres sont invités à quitter l’Association. Ils peuvent alors adhérer au Club des Anciens Membres de la JCEF ou s'impliquer dans d'autres associations et mouvements.

Les membres de la JCI qui ont rendu des services remarquables à l’organisation se voient remettre le titre de « Sénateur » ; ils deviennent Sénateurs du mouvement international (JCI) et le restent leur vie durant. Leur rôle est d'apporter l'aide nécessaire aux membres actifs dans la réalisation de leurs travaux en commissions. JCI comprend ainsi l’Association Française des Sénateurs (AFS) créée en 1972, qui fédère les 2 000 sénateurs français et qui a créé le Cercle des Sénateurs Francophones (CSF) en 2004[47].

Références[modifier | modifier le code]

  1. La but de la Jeune Chambre, cf doc "Connaissance du mouvement", Centre National de Formation (initiative du CNF de Franche-Comté), 2000, page 34.
  2. Le mot « économique » dans l’intitulé de l'association est une spécificité française, absente de la dénomination de la plupart des Junior Chambers des autres pays du monde
  3. "Junior Chamber International" : La JCI intervient à travers le monde dans quatre zones spécifiques :
    zone A : Afrique
    zone B : Asie
    zone C : Amérique, Caraïbes
    zone D : Europe
    La JCI utilise quatre langues officielles : l'anglais, le japonais, le français et l'espagnol.
  4. "Livre des 40 ans d'une Jeune Chambre locale" - 40 ans d'actions au cœur de la cité ! https://sites.google.com/site/jcehds/referentiel/LIVREMERAUDE.pdf
  5. La Jeune chambre économique locale, Connaissance du mouvement, Centre national de formation (initiative du CNF de Franche-Comté), 2000, page 39.
  6. Citation d'Yvon Chotard, Connaissance du mouvement, Centre national de formation (initiative du CNF de Franche-Comté), 2000, page 39.
  7. les Assemblées Générales et l'application de la procédure parlementaire pour les décisions importantes sont souvent source d'étonnement amusé pour les observateurs extérieurs.
  8. 1re version du crédo proposé par C. William Brownfield en juillet 1946
  9. Cette première phrase du crédo a été ajoutée au texte en 1950 pour s'appuyer sur une philosophie globale et commune. « "Dieu" se rapporte à une puissance suprême omnipotence : cette phrase signifie que vous devez croire à quelque chose… », Connaissance du mouvement, Centre National de Formation (initiative du CNF de Franche-Comté), 2000, page 38.
  10. La parole aux jeunes en Tunisie 25 février 2011
  11. Prix 2006 du meilleur projet de développement économique JCI primé à Alès
  12. « Rapport Parlementreprise de la JCEF », Jeune Chambre Economique Française,‎ (lire en ligne)
  13. ParlemEntreprise http://www.jce3c.fr/pageLibre00010182.html
  14. a et b http://www.jcef.fr/pageLibre00010723.aspx
  15. http://www.jceangers.com/media/flyer_dev_jce__054100300_2059_04042012.jpg
  16. Thèse de Christophe DUPORTAL, Université Lyon 2, 2003 - http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2003/duportal_c#p=0&a=top et http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2003.duportal_c&part=75653
  17. http://www.sdis54.fr/article.php3?id_rubrique=12
  18. http://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/Actualites/Prevention/Connaissez-vous-le-17-Police-Secours
  19. http://omnilogie.fr/O/Vous_avez_demand%C3%A9_le_17_Police_Secours
  20. http://www.verre-avenir.fr/Le-recyclage-du-verre/L-histoire-du-recyclage
  21. http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/trente-sept-medailles-pour-1-200-ans-en-verrerie
  22. http://www.marcelgreen.com/article/38-ans-de-recyclage-du-verre-en-France-3398
  23. http://liguecancer-internet.customers2.les-argonautes.net/article/download/4181
  24. http://www.jcenantes.fr/historique-des-actions-de-la-jeune-chambre-economique-de-nantes-art64.html
  25. http://www.rouentourisme.com/histoire-revolution.html
  26. http://www.sceaux.fr/fileadmin/Arbo/espace_public/velocite_104.pdf
  27. www.jcef.fr/pageLibre00010732.aspx
  28. http://www.timeanddate.com/holidays/un/universal-childrens-day
  29. http://www.humanium.org/en/childrens-day/
  30. http://www.jce-rochefort.org/IMG/pdf/Dossier-presse-20080303.pdf
  31. http://www.jce3c.fr/pageLibre000101a1.html
  32. http://www.jce-orleans.fr/site/tag/thermographie-aerienne/
  33. http://www.localtis.fr/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCExperience/Experience&cid=1245645215667
  34. http://www.communaute-urbaine-dunkerque.fr/fileadmin/user_upload/pdf/Institution/Presse_pdf/Thermo.pdf
  35. http://www.lemoniteur.fr/143-immobilier/article/actualite/526071-marseille-traque-les-deperditions-d-energie-de-ses-batiments
  36. http://www.arpe-paca.org/files/20100706_VDMn3Thermographie.pdf
  37. http://jce-saintes.santonum.eu/IMG/pdf/plaquette-jce-13-600dpi-q50.pdf
  38. http://www.jcebagnols.fr/fr/actions/actions_passees/droits_de_lenfant.htm
  39. http://www.azzurro.it
  40. http://www.cairn.info/revue-enfances-et-psy-2002-2-page-38.htm
  41. http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=ad312634.pdf - Haut Conseil pour la Santé Publique - ADSP no 31 juin 2000
  42. http://www.jce-poitiers.org/wp-content/uploads/2012/06/LaPictavienneJuin.pdf
  43. http://www.jce-poitiers.org/jcef/quelques-actions-nationales/
  44. Ouvrage Gouvernance : Exercices de pouvoir (page85), de Stéphane Callens, Dimitri Uzunidis - Cahiers d’Économie et de Gestion de la Côte d'Opale - Éditions L'Harmattan, 2009
  45. Le sens du travail en Économie Sociale et Solidaire. Apports d'Hannah ARENDT et d'Amartya SEN - Pour une économie démocratique, P. Braconnier - XIe Rencontres du RIUESS - Réseau inter-universitaire de l’économie sociale et solidaire, Poitiers, 15-17/06/2011.
  46. La Jeune Chambre Économique Française, organisme de formation, est enregistrée sous le no 11 75 42643 75 auprès du Préfet de région d’Ile de France.]
  47. http://csf.jci.free.fr/

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]