Henri Konan Bédié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Henri Konan Bédié
Illustration.
Henri Konan Bédié en 2017.
Fonctions
Président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire-Rassemblement démocratique africain
En fonction depuis le
(27 ans, 4 mois et 27 jours)
Prédécesseur Félix Houphouët-Boigny
Président de la République de Côte d'Ivoire

(6 ans et 17 jours)
Élection 22 octobre 1995
Premier ministre Alassane Ouattara
Daniel Kablan Duncan
Prédécesseur Félix Houphouët-Boigny
Successeur Robert Guéï (de facto)
Laurent Gbagbo (indirectement)
Président de l'Assemblée nationale

(12 ans, 11 mois et 15 jours)
Prédécesseur Philippe Yacé
Successeur Charles Bauza Donwahi
Ministre de l'Économie et des Finances[N 1]

(11 ans, 6 mois et 6 jours)
Président Félix Houphouët-Boigny
Gouvernement Houphouët-Boigny V, VI, VII, VIII et IX
Prédécesseur Raphaël Saller
Successeur Abdoulaye Koné
Biographie
Nom de naissance Aimé Konan Bédié
Date de naissance (87 ans)
Lieu de naissance Daoukro (AOF)
Nationalité Ivoirienne
Parti politique Parti démocratique de Côte d'Ivoire
Conjoint Henriette Konan Bédié
Diplômé de Université de Poitiers
Religion Catholicisme

Henri Konan Bédié
Présidents de la République de Côte-d'Ivoire

Henri Konan Bédié, surnommé « HKB », né le à Daoukro, est un homme d'État ivoirien. Il est président de la République de Côte d'Ivoire du au .

Président de l'Assemblée nationale à partir de 1980, il devient ainsi chef de l’État à la mort de Félix Houphouët-Boigny, « père » de l’indépendance du pays. Élu deux ans plus tard, il est renversé par le général Robert Guéï en 1999.

Soutenu par le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI-RDA), dont il est président, il est à nouveau candidat à l’élection présidentielle de 2010, où il arrive troisième du premier tour ; il se rallie alors à la candidature d’Alassane Ouattara, qui sort vainqueur de la crise de 2010-2011. Il soutient ce dernier pour un deuxième mandat en 2015.

Il retire son soutien à Alassane Ouattara en 2018 et est investi par son parti au scrutin présidentiel de 2020, qu'il décide finalement de boycotter après la décision du président sortant de briguer un troisième mandat, qu’il considère comme illégal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et scolarité[modifier | modifier le code]

Né en pays Baoulé et issu de cette ethnie, il fait des études à l'École normale de Dabou, puis à l'université de Poitiers. Il est issu d'une famille de cultivateurs de cacao[1].

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Il est marié à Henriette Koizan Bomo Konan Bédié[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Après avoir été ambassadeur aux États-Unis (1961-1966)[3], il est délégué aux Affaires économiques et financières (1966-1968), ministre de l’Économie et des Finances (1968-1977) puis président de l'Assemblée nationale (1980-1993) sous la présidence de Félix Houphouët-Boigny.

Président de la République[modifier | modifier le code]

Adoubé par le « Vieux » (le président Félix Houphouët-Boigny)[4], il assure l’intérim de la présidence de la République, en tant que président de l’Assemblée nationale lorsque celui-ci meurt.

Décrit par Le Monde comme un « petit homme rond, aux yeux perçants, affichant en permanence un demi-sourire teinté d’ironie »[4], il est souvent considéré comme « impénétrable », ce qui lui a sans doute valu son surnom, le « sphinx de Daoukro »[4] (du nom de la ville du centre du pays, Daoukro, dont il est originaire).

Le 30 avril 1994, il devient président du PDCI-RDA[5].

Henri Konan Bédié ne jouit surtout pas du charisme et de l'aura de son prédécesseur et se retrouve rapidement accusé de répression politique et de corruption. Il utilise aussi l'idée de l'ivoirité, notion selon laquelle une personne ne serait vraiment ivoirienne, et donc pourrait se présenter à l'élection présidentielle, que si son père et sa mère sont d'origine ivoirienne. Ceci permet notamment d’écarter son principal rival, Alassane Ouattara, à l'élection présidentielle ivoirienne de 1995.

En 1995, il est élu avec 96,44 % des suffrages, tous les autres candidats, à l'exception de Francis Wodié (Parti ivoirien des travailleurs), ayant boycotté l'élection à cause de la réforme controversée du code électoral autour de la notion d'ivoirité.

Son mandat est marqué par une crise sociale majeure consécutive aux problèmes économiques que connait le pays depuis le début des années 1980 malgré des plans d'ajustement structurel et des réformes libérales effectuées de 1990 à 1993. Cette crise est amplifiée par les problèmes croissants de mauvaise gestion et de corruption. Si, économiquement, la Côte d'Ivoire montre des signes timides de reprise, les indicateurs de développement restent en berne tandis que la pauvreté, jadis limitée, augmente progressivement. Afin de relancer la croissance économique du pays, Henri Konan Bédié souhaite mettre en œuvre de vastes chantiers d'infrastructures, dont le projet de pont Riviera-Marcory.

En 1998, sur recommandation de la Banque mondiale, le gouvernement liquide l'entreprise nationale Énergie électrique de Côte d'Ivoire et transfert ses actifs à la Compagnie ivoirienne d'électricité (CIE), une entreprise privée[6].

Le pays s'enfonce progressivement dans une crise politique à dimension ethnique, liée à l'application de l'ivoirité. La crédibilité du président et de l'ensemble de son administration, déjà perçue comme corrompue[7], est mise à mal lorsque éclate en l'affaire des 18 milliards de l'Union européenne[8]. Cette aide destinée à être investie dans du matériel médical au profit des hôpitaux ivoiriens a été détournée par différentes personnalités de l’État, dont le ministre de la Santé Maurice Kakou Guikahué[9]. Le Président et sa femme ont longtemps été suspectés d'avoir également participé ou joué un rôle dans ce détournement massif[réf. nécessaire][10], tandis que le gouvernement a promis de rembourser la somme détournée, correspondant à 38 % du total des fonds offerts[8],[9]. Cette affaire entraîne un remaniement ministériel avec le limogeage des personnes incriminées[11], mais aussi le désengagement de nombreux investisseurs et partenaires financiers dont la Banque mondiale et le Fonds monétaire international.

Une mutinerie dégénère en un coup d'État militaire le 24 décembre 1999 et le président Bédié doit quitter son palais en catastrophe à bord d’un hélicoptère de l’armée française[4]. Robert Guéï s'installe à la Présidence.

Président du PDCI et candidat à l'élection présidentielle de 2010[modifier | modifier le code]

Henri Konan Bédié en avril 2019 à Abidjan pour les 73 ans du PDCI.

Après deux ans d'exil à Paris, il rentre en Côte d'Ivoire en 2001 pour participer au Forum de réconciliation nationale.

Membre de droit du Conseil constitutionnel de Côte d'Ivoire, il est investi en 2006 par le PDCI-RDA pour être candidat à l'élection présidentielle, reportée à plusieurs reprises. Il est alors considéré comme le champion politique des Baoulés[12].

Le , il est candidat à l'élection présidentielle ivoirienne et obtient 25,2 % au premier tour[13], faisant de lui un « faiseur de roi  » au second tour[12]. Après avoir exigé un recomptage des votes[14], il appelle finalement à voter Alassane Ouattara contre Laurent Gbagbo[15], ce qui s’avérera déterminant pour la victoire du premier.

En septembre 2014, il prononce un discours affirmant sa volonté de ne pas présenter de candidat à l'élection présidentielle de 2015 et de soutenir Alassane Ouattara dès le premier tour, un engagement rentré dans l'histoire sous le nom d'« appel de Daoukro »[16]. Le soutien à Ouattara est approuvé par 98,84 % des militants du parti[17].

Rupture avec Ouattara et boycott de la présidentielle de 2020[modifier | modifier le code]

Henri Konan Bédié rompt avec Alassane Ouattara en 2018 à la suite de plusieurs divergences, dont la principale serait le refus de ce dernier de céder à la revendication de Bédié de soutenir à son tour un candidat commun cette fois issu du PDCI[4],[18].

En juin 2020, il annonce se présenter à la candidature du PDCI en vue de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 ; il est le seul candidat à cette investiture après l'abandon des différents autres candidats possibles[19],[20]. Il dépose sa candidature le 27 août suivant[21]. Le mois suivant, le PDCI l’investit comme candidat[22].

Le Monde Afrique présente alors Henri Konan Bédié comme le principal candidat de l’opposition[23]. L'ancien président confie son inquiétude sur les troubles qui menaceraient l'élection et affirme que « Alassane Ouattara viole la Constitution en se présentant pour un troisième mandat ». Il déclare par ailleurs qu'il aurait souhaité que Laurent Gbagbo puisse se présenter et attribue son élimination au « souhait du président Ouattara d’être le candidat unique de cette élection »[23].

Il appelle, fin septembre 2020, à la « désobéissance civile »[24]. Par la suite, il précise que ce mot d’ordre concerne plusieurs revendications : retrait de la candidature du président Alassane Ouattara, jugée « illégale » ; réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) et du Conseil constitutionnel ; audit des listes électorales ; retour au pays et libération des « prisonniers politiques », dont Laurent Gbagbo et Guillaume Soro[25]. En octobre, la Cedeao appelle l'opposition à Alassane Ouattara à « reconsidérer sérieusement » les appels à la désobéissance civile[26].

L'opposition appelle au « boycott actif » de l'élection présidentielle et forme le Conseil national de transition, qui souhaite « un retour à la légalité constitutionnelle » et l'« organisation d'élections justes, transparentes et inclusives ». Présidé par Henri Konan Bédié, le CNT conteste en particulier le caractère constitutionnel de la candidature d’Alassane Ouattara. Début novembre, après le scrutin, qui est largement remporté par le président sortant, la résidence de Konan Bédié est encerclée par la police et des proches de celui-ci sont arrêtés[27],[28]. Le 11 novembre, Henri Konan Bédié et le président Ouattara se rencontrent au Golf Hôtel afin de « rétablir la confiance » entre le pouvoir et l'opposition. Le blocus de la résidence d'Henri Konan Bédié est levé[29]. Le 9 décembre, l’ancien président met fin au régime de transition annoncé par l’opposition[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Délégué aux Affaires économiques et financières jusqu'au 23 septembre 1968.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié, le « sphinx » qui veut renaître de ses cendres », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « Daoukro : Le Premier ministre Patrick Achi présente ses condoléances au président Henri Konan Bédié | FratMat », sur www.fratmat.info (consulté le )
  3. « Henri Konan Bédié… Le plus jeune ambassadeur africain aux Nations unies », article de l'Intelligent d'Abidjan sur abidjan.net publié le 16 mai 2013.
  4. a b c d et e Thomas Hofnung, « « La soif de revanche de Bédié, symbole d’une horloge politique ivoirienne bloquée » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. « De l'élection d'Henri Konan Bédié au projet de révision constitutionnelle », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  6. Aurélien Bernier, « Batailles commerciales pour éclairer l’Afrique », (consulté le )
  7. « Malgré ses atouts agricoles, la Côte d'Ivoire s'enfonce dans la crise sous le régime particulièrement corrompu du nouveau président. », « Coup d'État en Côte d'Ivoire », article d'herodote.net.
  8. a et b Marc Le Pape et Claudine Vidal, Côte d'Ivoire : l'année terrible, 1999-2000, éditions Karthala, 2002, p. 17-18.
  9. a et b L'endettement de la Côte d'Ivoire sur le portail juridique loidici.com.
  10. Jérôme Dupuis et Jean-Marie Pontaut, « Main basse sur l'aide européenne », sur Lexpress.fr, (consulté le )
  11. « Côte d'Ivoire : remaniement ministériel », Le Monde, dépêche parue dans l'édition du 12 août 1999.
  12. a et b « Le pays baoulé au coeur du combat électoral ivoirien », L'Express,‎ (lire en ligne)
  13. Théophile Kouamouo, « Présidentielle : le second tour opposera Gbagbo à Ouattara », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  14. Baudelaire Mieu, « Présidentielle : Bédié, devancé par Gbagbo et Ouattara, dénonce une volonté de tripatouillage », Jeune Afrique,‎ .
  15. AFP, « Côté d'Ivoire : Bédié appelle à voter Ouattara », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  16. « Le Monde.fr - Actualité à la Une », sur Le Monde.fr (consulté le )
  17. « Côte d’Ivoire : « l’appel de Daoukro » adopté dans un unanimisme brejnévien », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. Fanny Pigeaud, « Côte d’Ivoire : lâché de toutes parts, le président Ouattara consent à quelques concessions », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Présidentielle en Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié annonce sa candidature à l’investiture du PDCI », sur jeuneafrique.com, (consulté le )
  20. « Présidentielle en Côte d'Ivoire: la revanche du «Sphinx de Daoukro» aura-t-elle lieu? », sur rfi.fr, (consulté le )
  21. « Henri Konan Bédié a déposé sa candidature à la présidentielle en Côte d’Ivoire », sur jeuneafrique.com, (consulté le )
  22. « Présidentielle en Côte d’Ivoire : investi candidat, Bédié dévoile son programme et attaque Ouattara », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. a et b « Pour Henri Konan Bédié, la prochaine élection peut mener la Côte d’Ivoire vers « des troubles importants » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. Le Point Afrique, « Côte d'Ivoire : Henri Konan Bédié appelle à la « désobéissance civile » », sur lepoint.fr, (consulté le )
  25. « Côte d’Ivoire : Bédié et Affi maintiennent leur mot d’ordre de désobéissance civile », sur financialafrik.com, (consulté le )
  26. Le Point Afrique, « Côte d'Ivoire : entre négociations et violences pré-électorales », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  27. Vincent Duhem, « Côte d’Ivoire : « Terrorisme », « complot »… Ce que le procureur reproche aux opposants », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  28. Benjamin Roger et Vincent Duhem, « Côte d’Ivoire : arrêtés, relâchés, en résidence surveillée… Le point sur le sort des opposants », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  29. Vincent Duhem, « Côte d’Ivoire : entre Ouattara et Bédié, une rencontre pour « rétablir la confiance » », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  30. « En Côte d'Ivoire, l'opposant Henri Konan Bédié met fin au régime de "transition" », sur france24.com, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Baulin, La succession d'Houphouët-Boigny, Karthala (ISBN 2845860919).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :