Jean de Genève (comte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aymon de Genève.

Jean de Genève
Titre comte de Genève
(1369-1370)
Prédécesseur Amédée IV (son frère)
Successeur Pierre (son frère)
Biographie
Dynastie Maison de Genève
Naissance ?
Comté de Genève
Décès
Père Amédée III de Genève
Mère Mathilde d'Auvergne

Blason ville fr La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie).svg

Jean (Janus) de Genève (en latin Johannes de Gebennis), mort en 1370, est comte de Genève[Note 1] de 1369 à 1370. Il est le fils de Amédée III, comte de Genève, et de Mathilde d'Auvergne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Jean ou Janus est le fils du comte de Genève Amédée III, et de Mathilde d'Auvergne, dite « Mahaut d'Auvergne », dite aussi « de Boulogne », fille de Robert VII, comte d'Auvergne et comte de Boulogne (1314-1325), et de Marie de Flandres, sa seconde femme[2],[3],[4],[5]. Son année de naissance est inconnue.

Il a quatre frères, Aymon († 1367), Amédée († 1368), Pierre († 1393), Robert (né vers 1342-† 1394), qui se succèderont à la tête du comté[3].

Formation[modifier | modifier le code]

Il étudie le droit canonique à Bologne[6].

On le retrouve chanoine à Lyon en 1359, puis à Paris quatre ans plus tard[6]. Il est nommé chanoine de Reims, Amiens, Valladolid et Tours en 1365[6].

Règne[modifier | modifier le code]

Son frère aîné, Amédée, qui a succédé à leur frère Aymon à la tête du comté de Genève, meurt le [7],[8]. Jean devient ainsi le nouveau comte de Genève.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'historien Paul Guichonnet rappelle dans son article consacré au « Genève (de) » que la traduction de comes gebennensis est « comte de Genève ». Certains auteurs ont commis l'erreur de parfois le traduire sous la forme « comte de Genevois »[1], notamment le Régeste genevois (1866).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Guichonnet, « Genève (de) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  2. Jean-Daniel Blavignac, « Armorial Genevois. Livre cinquième. Armoiries des comtes de Genevois et de Savoie », Mémoires et Documents, Genève, vol. VII, Société d'histoire et d'archéologie de Genève,‎ , p. 17-170 (lire en ligne), p. 98 (Note n°5).
  3. a et b Personnages illustres des Savoie 2007, p. 270.
  4. Daniel Martin (sous la dir.), L'identité de l'Auvergne: mythe ou réalité historique : essai sur une histoire de l'Auvergne des origines à nos jours, Éditions Créer, , 717 p. (ISBN 978-2-90979-770-0, lire en ligne), p. 251.
  5. Duparc 1978, p. 302 (Lire en ligne).
  6. a b et c Robert Gane, Le Chapitre de Notre-Dame de Paris au XIVe siècle : étude sociale d'un groupe canonial, vol. 11, Université de Saint-Etienne - Centre européen de recherches sur les congrégations et ordres religieux, coll. « Travaux et recherches », , 431 p. (ISBN 978-2-86272-156-9, lire en ligne), p. 324.
  7. Léon Kern, Études d'histoire ecclésiastique et de diplomatique, Payot, Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire de la Suisse romande, Lausanne, 1973, 221 pages, p. 8.
  8. Duparc 1978, p. 309 (Lire en ligne).