Jean Flori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flori.
Jean Flori
une illustration sous licence libre serait bienvenue

Jean Flori.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Jean Flori, né le à Lillebonne et mort le [1], est un historien médiéviste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Disciple de Georges Duby, Jean Flori est un spécialiste de la chevalerie à laquelle il a consacré sa thèse d’État soutenue en 1981.

Docteur d'État ès lettres et sciences humaines (Panthéon-Sorbonne, 1981), il est directeur de recherche au CNRS, centre d'études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers, spécialiste des XIe et XIIe siècles et des idéologies guerrières (chevalerie, croisade, guerre sainte, jihad, eschatologie).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'Idéologie du glaive. Préhistoire de la chevalerie, Genève, (éd. Droz), 1983, 205 p. (préface de Georges Duby)
  • L'Essor de la chevalerie, XIe et XIIe siècles, Genève, (éd. Droz), 1986, 416 p. (préface de Léopold Génicot)
  • La Première Croisade. L'occident chrétien contre l'Islam, Bruxelles, (éd. Complexe), 1992, 290 p., (2e ed. 1997, 3e éd. 2001) (ISBN 2-87027-436-X)
  • La Chevalerie en France au Moyen Âge, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », n° 972, 1995, 128 p. Traduit en polonais (1999) et en japonais (2000).
  • Chevaliers et chevalerie au Moyen Âge, Paris, Hachette, coll. « La Vie quotidienne » 1998, 307 p. (2e édition : 2004) (ISBN 2-7028-1905-2) Traduit en italien (1999), en espagnol (2001), en polonais (2003), en russe (2006), en tchèque (2008).
  • La Chevalerie, Paris, (éd. Gisserot), 1998, 128 p. (ISBN 2-87747-345-7) Traduit en espagnol (2001), en italien (2002), en portugais (2005).
  • Croisade et chevalerie, Louvain, (éd. De Boeck-Wesmael), 1998, 433 p. (ISBN 2-8041-2792-3)
  • Brève histoire de la chevalerie, Gavaudan, (éd. Fragile), 1999 Traduit en anglais (1999).
  • Pierre l'Ermite et la première croisade, Paris, (éd. Fayard), 1999, 647 p. ; prix Histoire et sociologie de l'an 2000 de l'Académie française (ISBN 2-213-60355-3)Traduit en espagnol (2006).
  • Richard Cœur de lion, le roi-chevalier, Paris, (éd. Payot), 1999, 597 p. (ISBN 2-228-89272-6) Traduit en italien (2002 et 2006), en espagnol (2002), en anglais (2004).
  • La Guerre sainte. La formation de l'idée de croisade dans l'Occident chrétien, Paris, (éd. Aubier-Flammarion), 2001, 406 p. (ISBN 2-7028-4475-8) Traduit en italien (2003), en espagnol (2003).
  • Les Croisades, Paris, (éd. Gisserot), 2001, 124 p. (ISBN 2-87747-542-5) Traduit en italien (2003).
  • Philippe Auguste, la naissance de l'État monarchique, Paris, (éd. Tallandier), 2002, 159 p. (2e édition en 2007)
  • Guerre sainte, jihad, croisade. Violence et religion dans le christianisme et l'islam, Paris, 2002 (éd. du Seuil, coll. « Point Histoire ») n° H 309, 333 p. (ISBN 2-02-051632-2) Traduit en espagnol (2004), en roumain (2003), en arabe (2004).
  • Aliénor d’Aquitaine. La reine insoumise, Paris, (éd. Payot), 2004, 544 p. (ISBN 2-7028-9418-6) Traduit en espagnol (2005), en Anglais (2007).
  • L'Islam et la fin des Temps. L'interprétation prophétique des invasions musulmanes dans la chrétienté médiévale, Paris, (éd. du Seuil), 2007, 444 p. (ISBN 978-2-286-02979-1)
  • Bohémond d'Antioche, chevalier d'aventure, Paris, (éd. Payot), 2007
  • La Croix, la tiare et l'épée, Paris (éd. Payot), 2007
  • La Fin du monde au Moyen Âge, Paris, (éd. J-P Gisserot), 2008, 128 p.
  • Les Croisades, Paris (éd. Le Cavalier bleu), 2009, coll. « Idées reçues »
  • Chroniqueurs et propagandistes. Introduction critique aux sources de la Première Croisade, Genève (éd. Droz), 2010
  • Prêcher la croisade. Communication et propagande, XIe – XIIIe siècles, Paris (éd. Perrin), 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean Flori est mort », lhistoire.fr, 19 avril 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]