Jean Auba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Auba, né le à Barbaste (Lot-et-Garonne) et mort le (dans sa centième année) à Saint-Rémy-lès-Chevreuse[1], est un haut fonctionnaire et pédagogue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École normale supérieure (1937), agrégé de lettres, il est par la suite inspecteur général de l'Instruction publique. Après avoir été conseiller technique de plusieurs ministres de l'Éducation nationale, il a notamment été de 1967 à 1983 directeur du Centre international d'études pédagogiques de Sèvres (CIEP)[2].

Spécialiste en sciences de l'éducation, correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques, il a exercé de nombreuses fonctions à l'étranger (Copenhague, Londres) et en France (Foix, Grenoble, Paris). Il exerce ou a exercé de nombreuses responsabilités associatives, comme vice-président-fondateur de la Fédération internationale des professeurs de français, vice-président de l'Alliance française de Paris, ou président de l'Association des membres de l'ordre des palmes académiques (AMOPA). Il est fondateur de l'Association francophone d'éducation comparée (AFEC). Il a présidé le Centre de recherche et d'information sur la littérature pour la jeunesse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raymond Le Loch, « Décès de Jean Auba, directeur du Centre international d'études pédagogiques, de 1966 à 1983 », sur AFEF,
  2. Dossier de carrière conservé aux Archives nationales à Fontainebleau sous la cote 20080243/4.