Jean-Pierre Tempet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Pierre Tempet
Image illustrative de l’article Jean-Pierre Tempet
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (66 ans)
Humbercourt (Somme)
Taille 1,87 m (6 2)
Poste gardien de but
Parcours junior
Années Club
1970-1972RC Lens
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1972-1978Drapeau : France RC Lens076 (0)
1978-1978Drapeau : France FC Nantes000 (0)
1978-1983Drapeau : France Stade lavallois151 (0)
1983-1984Drapeau : France RC Lens045 (0)
1984-1987Drapeau : France FC Mulhouse117 (0)
1987-1990Drapeau : France US Valenciennes100 (0)
1973-1990Total 489 (0)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1977-1982Drapeau : France France A'002 (0)
1982-1983Drapeau : France France005 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).

Jean-Pierre Tempet est un footballeur français, né le à Humbercourt dans le département de la Somme. Il joue au poste de gardien de but du début des années 1970 à la fin des années 1980.

Formé au RC Lens, il évolue ensuite au Stade lavallois, au RC Lens, au FC Mulhouse et termine sa carrière à l'US Valenciennes-Anzin. Il est sélectionné à cinq reprises en équipe de France de 1982 à 1983.

Carrière[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Tempet commence le football au Racing Club de Doullens[1] dans l'équipe des cadets alors qu'il est encore benjamin[2]. Son frère Jean-Jacques signant au RC Lens où il joue quelques matchs en D2, il le rejoint et joue dans les équipes minimes du club[3]. Il est alors interne au lycée de Doullens, et rejoint le club avec son frère chaque week-end. Il gravit régulièrement les échelons sportifs et débute en équipe première pour le dernier match de la saison 1973-1974 lors d'un match disputé à l'extérieur face au Nîmes Olympique. Lors de ce match, il est blessé gravement au genou par Mario Mendoza et pendant deux ans ne rejoue pas[2]. Il est alors employé à la comptabilité de la mairie de Lens.

Revenu à son meilleur niveau, il prend la succession d'André Lannoy dans le but artésien en fin de saison 1976[4]. L'année suivante, il se partage les buts avec Dominique Leclercq et au terme de la saison, les Lensois terminent vice-champion de France derrière l'AS Saint-Étienne. La saison suivante, Il réalise avec les « Sang et Or » un beau parcours en Coupe de l'UEFA notamment lors d'une victoire mémorable face à la Lazio de Rome (0-2, 6-0 a.p.)[5]. Il connait alors sa première sélection en équipe de France B le sept . Dans un match opposant les espoirs français aux internationaux B, il entre en jeu à la mi-temps en remplacement de Philippe Bergeroo[6]. En championnat, le club enchaine les mauvais résultats, il termine à la 18e place, synonyme de relégation.

Le RC Lens recrute alors un nouveau gardien, Francis Hédoire et Jean-Pierre Tempet, poussé vers la sortie, quitte le club. Il est alors prêté au FC Nantes comme doublure de Jean-Paul Bertrand-Demanes mais le retour sur blessure de Jean-Marc Desrousseaux, le second gardien, provoque son transfert au Stade lavallois en . Il déclare alors : « A mon arrivée en Mayenne, j'ai été surpris par le caractère amateur du club, il n'y avait rien du point de vue installations. Laval venait de monter. Au niveau du groupe, en revanche, je n'avais jamais connu une ambiance pareille. Fantastique[7] ».

Après une saison d'adaptation où il est en concurrence avec Jacques Rose, il s'impose au poste de gardien de but et devient l'un des meilleurs gardiens français[8]. Le Stade lavallois joue alors les premiers rôles en championnat et termine 5e en 1982 et en 1983. Il est alors de nouveau sélectionné en équipe de France B, le , pour un match amical contre l'équipe du Luxembourg (1-0)[9].

Les bonnes performances de Tempet attirent l'attention du sélectionneur national, Michel Hidalgo, qui cherche un titulaire indiscutable après les prestations en demi-teinte de Jean-Luc Ettori et de Jean Castaneda à la Coupe du monde 1982. Il le lance en équipe de France en match amical le face aux Pays-Bas (victoire 2-1 à l'extérieur)[10]. Hidalgo le prévient cependant que le futur titulaire du poste sera Joël Bats, dès que celui-ci aura terminé de jouer les qualifications du championnat d'Europe espoirs. Tempet, l'esprit libre, effectue le reste de la saison internationale 1982-83 comme titulaire dans le but tricolore[3].

En fin de contrat avec les « Tangos », Jean-Pierre Tempet rejoint alors le RC Lens avec lequel il réalise un bon début de saison, atteignant de nouveau les huitièmes de finale de la Coupe de l'UEFA. Il est appelé une dernière fois sous le maillot tricolore comme remplaçant de Joël Bats, le , pour un France-Espagne se déroulant au Parc des Princes (1-1)[11]. Le RC Lens connaît après son épopée européenne une baisse de régime et finit à la 13e place du championnat avec la 19e défense et Tempet n'est pas épargné par les critiques. Dans le même temps, ses concurrents Philippe Bergeroo et Albert Rust réalisent d'excellentes saisons et ce sont eux qui se verront appelés par Michel Hidalgo pour épauler Bats à l'Euro 84, lors duquel les « Bleus » remportent leur premier grand titre.

Jean-Pierre Tempet, poussé vers la sortie par les dirigeants lensois et l'éclosion de Gaëtan Huard, rejoint alors le FC Mulhouse en division 2. Le club termine second du groupe A en 1985 et s'incline au niveau des barrages d’accession à la division 1 face au Stade rennais (5-2 sur les deux matchs). La saison suivante, les Mulhousiens finissent également 2e du groupe B et en barrage ne parviennent pas à s'imposer face au 18e de division 1, l'AS Nancy (2-3 sur les deux matchs). Jean-Pierre Tempet et ses coéquipiers s'inclinent une nouvelle fois en barrage la saison suivante et il quitte le club pour rejoindre l'US Valenciennes-Anzin, autre pensionnaire de division 2.

Après deux saisons au milieu du classement, l'USVA joue la montée lors de la saison 1989-1990. Le club est également qualifié pour les 7e de finale de la coupe de France où il se retrouve opposé à l'AS Saint-Étienne, club de division 1. Alors que le score est de 1-1, Tempet sort au devant de Philippe Tibeuf et dans le choc, se fait une entorse du genou avec rupture du ligament et fissure du fémur, synonyme de fin de carrière[12].

Après un an de rééducation, il devient responsable administratif au sein de l'USVA, poste qu'il occupe pendant cinq ans, jusqu'au dépôt de bilan du club[3]. Il devient ensuite responsable relations entreprise d'une société d'immobilier à Valenciennes[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous résume les statistiques en match officiel de Jean-Pierre Tempet durant sa carrière de joueur professionnel[13],[14].

Saison Club Pays Championnat Coupes nationales Coupe d'Europe Sélection
Division Matchs Buts Matchs Buts Type Matchs Buts Matchs Buts
1973 - 1974 RC Lens Drapeau de la France France Division 1 1 0 - - - - - - -
1974 - 1975 RC Lens Drapeau de la France France Division 1 - - - - - - - - -
1975 - 1976 RC Lens Drapeau de la France France Division 1 9 0 1 0 - - - - -
1976 - 1977 RC Lens Drapeau de la France France Division 1 22 0 6 0 - - - - -
1977 - 1978 RC Lens Drapeau de la France France Division 1 30 0 1 0 C3 6 0 - -
1978 - octobre→1978 FC Nantes Drapeau de la France France Division 1 - - - - - - - - -
octobre→1978 - 1979 Stade lavallois Drapeau de la France France Division 1 3 0 1 0 - - - - -
1979 - 1980 Stade lavallois Drapeau de la France France Division 1 33 0 1 0 - - - - -
1980 - 1981 Stade lavallois Drapeau de la France France Division 1 36 0 1 0 - - - - -
1981 - 1982 Stade lavallois Drapeau de la France France Division 1 35 0 5 0 - - - - -
1982 - 1983 Stade lavallois Drapeau de la France France Division 1 31 0 5 0 - - - 5 0
1983 - 1984 RC Lens Drapeau de la France France Division 1 34 0 5 0 C3 6 0 - -
1984 - 1985 FC Mulhouse Drapeau de la France France Division 2 34 0 8 0 - - - - -
1985 - 1986 FC Mulhouse Drapeau de la France France Division 2 33 0 8 0 - - - - -
1986 - 1987 FC Mulhouse Drapeau de la France France Division 2 32 0 2 0 - - - - -
1987 - 1988 U.S.Valenciennes Anzin Drapeau de la France France Division 2 34 0 1 0 - - - - -
1988 - 1989 U.S.Valenciennes Anzin Drapeau de la France France Division 2 34 0 - - - - - - -
1989 - 1990 U.S.Valenciennes Anzin Drapeau de la France France Division 2 29 0 2 0 - - - - -
Total 430 - 47 - - 12 - 5 -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ses parents y sont commerçants en bestiaux.
  2. a et b « Les derniers remparts du Stade », sur www.stadelavallois-museum.com (consulté le )
  3. a b c et d « Jean-Pierre Tempet Interview », sur r.c.lens.chez-alice.fr (consulté le )
  4. « Jean-Pierre TEMPET, de la descente en D2 à l'équipe de France », sur lestade.over-blog.fr (consulté le )
  5. « Face à Face : 16ème de finale retour UEFA 1977/78 RC Lens - Lazio Rome », sur www.sitercl.com (consulté le )
  6. « France Espoirs 2 - 0 France B », sur selectiona.free.fr (consulté le )
  7. « Amateur ? Professionnel ? », France Football, no 1939,‎
  8. Michel Jouneaux, Le Stade lavallois, une histoire, Siloë, 1994, p. 215.
  9. « Luxembourg 0 - 1 France », sur selectiona.free.fr (consulté le )
  10. « Feuille du match Pays-Bas 1-2 France », sur FFF.fr,
  11. « Feuille du match France 1-1 Espagne », sur FFF.fr,
  12. « Saint-Étienne détruit la belle dynamique valenciennoise », sur www.lavoixdessports.com, La Voix du Nord, (consulté le )
  13. « Fiche de Jean-Pierre Tempet », sur footballdatabase.eu
  14. « Fiche de Jean-Pierre Tempet », sur FFF.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]