Jean-Pancrace Chastel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pancrace (homonymie).
Jean-Pancrace Chastel
Nom de naissance Jean-Pancrace Chastel
Naissance
Avignon
Décès (à 66 ans)
Aix-en-Provence
Nationalité française
Pays de résidence France
Profession

Jean-Pancrace Chastel, né à Avignon en 1726, et mort à Aix-en-Provence le , est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pancrace Chastel entre en apprentissage en 1745 chez le sculpteur Jean-Baptiste Ier Péru (1676-1744) à Avignon, puis s'établit à Aix-en-Provence. Le , il épouse Suzanne Touche dont il aura deux filles : Marie Julie et Claire Marie. Veuf, il se remarie le avec Anne Granier qui lui donne un fils, Jean-Chastel Hippolyte.

Il travaille dans les hôtels particuliers et les châteaux environnants ; il installe des ateliers dans lesquels ouvriers et apprentis sculptent sous sa direction. En 1774, il devient le premier professeur de sculpture à l'école d'Aix-en-Provence. Il se lie d'amitié avec Joseph-Alphonse-Omer de Valbelle qui l'emploie à la décoration de son château de Tourves. La Révolution le prive de sa clientèle aristocratique et donc de toute ressource. Pauvre et malade, il meurt à l'hôpital des Incurables le [1].

Les principales œuvres de Jean-Pancrace Chastel sont visibles à Aix-en-Provence.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Le Rhône et la Durance, fronton de la halle aux grains d'Aix-en-Provence.
  • Aix-en-Provence :
    • no 8 boulevard Pasteur : monument édifié par Joseph Sec, menuisier et marchand de bois. Les décorations sont attribuées à Jean-Pancrace Chastel par certains[2]. Pour d'autres, comme Michel Vovelle, il semble impossible que Chastel ait contribué à l'édification de ce monument réalisé en 1792 alors qu'à cette époque il a été reçu comme malade incurable et paralytique à l'hôpital Saint-Jacques ; il est cependant indiscutable que Joseph Sec ait connu l'artiste[3].
    • halle aux grains, fronton : Le Rhône et la Durance, haut-relief en pierre[4].
    • musée Granet :
    • musée Paul Arbaud : Homme assassiné, statue provenant du jardin de Joseph Sec où elle était placée jusqu'à la fin du XIXe siècle[5].
    • place des Prêcheurs : fontaine[6].
    • route des Milles, château de la Pioline[7].
    • rue Espariat : fontaine des Bagniers, en collaboration avec Georges Vallon (1756-1759)[8].
  • Saint-Chamas, pont Flavien : réfection du pont. Il travaille d'abord en collaboration avec Tronc, tailleur de pierre de La Fare-les-Oliviers, pour la restauration d'un arc du pont, puis il réalisera seul la sculpture des trois lions manquants sur les quatre qui se trouvaient à l'origine au sommet de chacun des arcs placés à chaque extrémité du pont. Pour cette dernière tâche il bénéficiera d'une somme de 650 livres octroyées par marché du [9].
  • Toulon, place Pierre Puget : les trois dauphins de la fontaine réalisée par l'architecte Toscat[10].
  • Localisation inconnue : Monument funéraire du comte de Valbelle, son protecteur, un des meilleurs travaux de l'artiste (œuvre détruite)[11]

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ambroise Roux-Alphéran, Les rues d'Aix : Recherches historiques sur l'ancienne capitale de la Provence, Aix-en-Provence, Typographie Aubin, , 664 p. (lire en ligne), p. 620-621
  2. Michel Vovelle, L'irrésistible ascension de Joseph Sec, bourgeois d'Aix, Aix-en-Provence, Édisud, , 95 p. (ISBN 2-85744-008-1), p. 40
  3. Michel Vovelle, L'irrésistible ascension de Joseph Sec, bourgeois d'Aix, Aix-en-Provence, Édisud, , 95 p. (ISBN 2-85744-008-1), p. 41
  4. Notice no PM13001060, base Palissy, ministère français de la Culture
  5. Notice no PM13002586, base Palissy, ministère français de la Culture
  6. Notice no PA00081007, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Notice no PA00080992, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Notice no PA00081004, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Paul Lafran et Gustave Plantier, Saint-Chamas, des origines à 1851, Les amis du vieux Saint-Chamas, , 240 p., p. 55
  10. Guides Bleus : Provence, Alpes, côte-d'azur, Hachette, , 907 p. (ISBN 2-01-011427-2), p. 786
  11. Paul Masson (dir.), Gustave Arnaud d'Agnel, Victor-Louis Bourilly, Raoul Busquet et al., Les Bouches du Rhône : Encyclopédie départementale, t. III, Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, , 868 p., chap. XXVII (« Les Arts : Sculpture, architecture, industries artistiques »), p. 820.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Masson (dir.), Gustave Arnaud d'Agnel, Victor-Louis Bourilly, Raoul Busquet et al., Les Bouches du Rhône : Encyclopédie départementale, t. III, Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, , 868 p., chap. XXVII (« Les Arts : Sculpture, architecture, industries artistiques »), p. 820
  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte, (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 120.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :