Jean Bollack

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Bollack
Jean-Bollack.JPG

Jean Bollack en février 2011.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint

Jean Bollack, né à Strasbourg le et mort à Paris le , est un philosophe, philologue et critique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à Bâle, il s'installe à Paris, où il commence à travailler sous la direction de l'helléniste Pierre Chantraine[1],[2].

Il fonde ensuite à Lille le Centre de recherche philologique, qu'il dirigera pendant des années et auquel son ami Heinz Wismann participera[2],[3]. Selon Barbara Cassin, son travail philologique est remarquable par son « extraordinaire vigilance textuelle »[4].

Outre ses travaux d'helléniste avec son épouse et collaboratrice Mayotte Bollack, il a publié des études sur la poésie de Paul Celan, auteur dont il demeure l'un des exégètes les plus pénétrants[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Empédocle 1 : introduction à l'ancienne physique, Paris, Minuit, coll. "Le sens commun", 1965, (rééd. des 3 volumes) coll. « Tel » Gallimard.
  • Empédocle 2 : «Les Origines», Édition et traduction des fragments et des témoignages, Paris, Minuit, coll. "Le sens commun", 1969.
  • Empédocle 3 : «Les Origines», Commentaire, Paris, Minuit, coll. "Le sens commun", 1969.
  • Héraclite ou la séparation, en collaboration avec Heinz Wismann, Paris, Minuit, coll. "Le sens commun", 1972. [Ouvrage de référence]
  • La Pensée du plaisir. Epicure : textes moraux, commentaire, Paris, Minuit, 1975.
  • La Grèce de personne : les mots sous le mythe, Paris, Seuil, coll. "L'ordre philosophique", 1997.
  • Euripide, Iphigénie à Aulis, trad. en coll. avec Mayotte Bollack, Paris, Minuit, 1990.
  • Pierre de cœur, (Un poème inédit de Paul Celan), Pierre Fanlac Éditeur, 1991.
  • Euripide, Andromaque, trad. en coll. avec Mayotte Bollack, Paris, Minuit, 1994.
  • La naissance d’Œdipe, (traduction et commentaires d'Œdipe roi), Gallimard, 1995.
  • Euripide, Hélène, trad. en coll. avec Mayotte Bollack, Paris, Minuit, 1997.
  • Sophocle, Antigone, trad. en coll. avec Mayotte Bollack, Paris, Minuit, 1999.
  • Sens contre sens. Comment lit-on? Entretien avec Patrick Llored. La Passe du vent, 2000.
  • Poésie contre poésie (Celan et la littérature), PUF, "Perspectives germaniques", 2001.
  • Piedra de corazón. Un poema póstumo de Paul Celan. Avec le concours d'Arnau Pons. Madrid, Arena Libros, 2002.
  • L'écrit. Une poétique dans l'œuvre de Celan, PUF, "Perspectives germaniques", 2003.
  • Euripide, Les Bacchantes, trad. en coll. avec Mayotte Bollack, Paris, Minuit, 2004.
  • Poesía contra poesía. Celan y la literatura. Avec le concours d'Arnau Pons. Madrid. Trotta, 2005.
  • Jean Bollack, Dionysos et la tragédie, Bayard,
  • Jean Bollack, Parménide, de l'étant au monde, Lagrasse, Verdier poche, (ISBN 286432475X)
  • Abdelwahab Meddeb, Christian Jambet, Jean Bollack, La conférence de Ratisbonne, Enjeux et controverses, Bayard, (ISBN 2227476834)
  • Jean Bollack, L'Agamemnon d'Eschyle: Le texte et ses interprétations, Du Septentrion, (ISBN 2859391878)
  • Jean Bollack, Au jour le jour. Paris, Presses Universitaires de France, (ISBN 2130619053)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christoph König, Denis Thouard (éd.), La philologie au présent : pour Jean Bollack, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010 (collection Cahiers de philologie)
  • Christoph König, Heinz Wismann (éd.), "La lecture insistante. Autour de Jean Bollack", Paris, Albin Michel, 2011 (Colloque de Cerisy).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Hugot, « In memoriam Jean Bollack », bsa.biblio.univ-lille3.fr,‎ .
  2. a, b et c John E. Jackson, « Jean Bollack, philologue et helléniste », Le Monde,‎
  3. Robert Maggiori, « Jean Bollack, la tête grecque », Libération,‎
  4. Barbara Cassin sur France Culture : [1] Consulté le 05.10.2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]