Japhet N'Doram

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Japhet N'Doram
Image illustrative de l’article Japhet N'Doram
Biographie
Nationalité Drapeau : Tchad Tchadien
Naissance (55 ans)
N'Djaména (Tchad)
Taille 1,82 m (6 0)
Poste Milieu offensif / attaquant
Parcours junior
Années Club
...-1985 Drapeau : Tchad Tourbillon FC
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1985-1988 Drapeau : Tchad Tourbillon FC
1989-1990 Drapeau : Cameroun Tonnerre Yaoundé 032 0(18)
1990-1997 Drapeau : France FC Nantes 229 0(87)
1997-1998 Drapeau : France AS Monaco 016 0(3)
1989-1998 0 Total 277 (108)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1989-1998 Drapeau : Tchad Tchad 036 0(13)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
2005-2007 Drapeau : France FC Nantes (responsable du recrutement)
2007 Drapeau : France FC Nantes (co-entraîneur)
2014-2015 Drapeau : France ES Haute-Goulaine (U15)
2015-2020 Drapeau : France ES Haute-Goulaine (amateur)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).

Japhet N'Doram, est un footballeur international, entraîneur et responsable sportif tchadien né le à N'Djaména (Tchad). Il est le frère du footballeur international tchadien Jonathan Beassel et le père du footballeur français Kévin N'Doram.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur en club[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts en Afrique[modifier | modifier le code]

Il fait partie d'une famille nombreuse qui compte six sœurs et un frère. Il commence à travailler jeune comme pointeur, chargé de la surveillance et du contrôle, dans une entreprise sucrière[1].

Il commence sa carrière dans les équipes de jeunes du Tourbillon FC, le club de la capitale tchadienne N'Djaména. Il intègre l'équipe première en 1985. Il gagne le championnat tchadien et la coupe du Tchad en 1987, ainsi qu'une seconde fois la coupe du Tchad en 1988[1].

L'équipe du Tonnerre Kalara Club de Yaoundé le remarque à l'occasion d'un tournoi organisé à N'Djaména. Il fait ses débuts avec le club dans le championnat camerounais en 1989. Il gagne cette saison-là la coupe du Cameroun mais son équipe finit deuxième du championnat à un point du Racing Bafoussam[1].

Détection et carrière en France[modifier | modifier le code]

À l'occasion d'un stage avec l'équipe nationale du Tchad à Saint-Brévin-les-Pins en Loire-Atlantique, le conseiller technique régional Marcel Maon le repère. Il participe au recrutement du Tchadien par le FC Nantes, club avec lequel il signe un contrat en 1990 à l'âge de 24 ans.

En France, il joue pour le FC Nantes. Il y marque de nombreux buts importants dont le 2000e but de l'histoire du club en Ligue 1 (sur penalty, contre le Lille OSC, victoire 1-0) et un but lors de la victoire (3-2) en match retour de la Ligue des champions contre la Juventus.

À Nantes, il est dirigé par Jean-Claude Suaudeau qui participe à déployer le « jeu à la nantaise ». Il atteint la finale de la Coupe de France en 1993 avec le club. Deux ans plus tard, il remporte le titre de champion de France en 1995 après 31 matchs sans défaite. Lors des saisons 1995-1996 et 1996-1997, il est replacé avant-centre. Pour sa dernière saison au club, toujours entraîné par Jean-Claude Suaudeau, il inscrit 21 buts en championnat et permet au FC Nantes de terminer à la troisième place.

Il poursuit sa carrière à l'AS Monaco de Jean Tigana lors de la saison 1997-1998. L'équipe dispute cette année-là la Ligue des champions. Cependant il joue peu car une sévère blessure au genou en décembre 1997 le contraint à prendre sa retraite de joueur à l'issue de la saison.

Carrière de joueur en équipe nationale[modifier | modifier le code]

Il dispute 36 matchs et marque 13 buts avec l'équipe nationale tchadienne. Cependant le contexte politique du Tchad empêche sa sélection de pouvoir s'inscrire aux éliminatoires des Coupes du monde 1990, 1994 et 1998. L'équipe est même contrainte d'abandonner la Coupe d'Afrique des Nations de 1994 organisée en Tunisie[1].

Carrière d'entraîneur et de responsable sportif[modifier | modifier le code]

Après sa carrière de joueur, Japhet N'Doram rejoint le staff technique de Monaco en tant que recruteur de 1998 à 2005.

Le 28 juin 2005, à la suite de l'assemblée générale du FC Nantes, il est nommé responsable du recrutement en remplacement de Robert Budzynski. Le club change également de président et Rudi Roussillon succède à Jean-Luc Gripond[2].

Le , comme solution interne, il est nommé co-entraîneur du FC Nantes aux côtés de Michel Der Zakarian, en remplacement de Georges Eo. Il est limogé le [3].

En 2008, le Ministère des Sports du Tchad le convainc d'assurer le développement du centre technique de Milezi-Farcha à N'Djaména[4]. Le projet est soutenu par la FIFA dans le cadre du « Programme Goal » pour le développement du football. Il a pour but de développer le football national tchadien. La mauvaise gestion des dirigeants de la Fédération tchadienne de football (FTFA) le pousse à quitter ses fonctions en 2012[5].

Lors de la saison 2014-2015, il s'occupe de l'équipe de jeunes U15 de l'ES Haute-Goulaine. La saison suivante, à la demande de la direction du club, il prend la tête de l'équipe A des séniors de Haute-Goulaine. Il quitte son poste d'entraîneur à l'été 2020, remplacé par Pascal Delhommeau[6].

Depuis 2007, il est chargé de l'encadrement des jeunes à la direction des sports du Conseil départemental de la Loire-Atlantique[7]. Depuis 2017, il anime deux fois par semaine des séances d'entraînement pour des mineurs isolés étrangers[8].

Malgré la réélection de Mahamoud Moctar en tant que président de la Fédération tchadienne de football (FTFA) le 12 décembre 2020[9], le ministère de la Jeunesse et des Sports du Tchad décide de retirer définitivement sa délégation de pouvoirs à la FTFA le 11 mars 2021[10]. Un « comité national de gestion provisoire du football » est mis en place par décret le 12 mars pour douze mois non renouvelables. Japhet N'Doram en prend la présidence[11].

Style de jeu et personnalité[modifier | modifier le code]

Joueur à la technique remarquable doté d'une très bonne vision du jeu, il est surnommé « le sorcier de la Beaujoire ».

Il peut évoluer aussi bien au poste de meneur de jeu qu'à celui d'avant-centre.

Il est touché par de nombreuses blessures au cours de sa carrière. En décembre 1997, alors qu'il est arrivé en juin 1997 à l'AS Monaco, il se blesse gravement au genou. Il subit plusieurs opérations mais est contraint d'arrêter sa carrière à l'issue de la saison 1997-1998[12].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Japhet N'Doram
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B M B M B C M B M B
1989-1990 Drapeau du Cameroun Tonnerre Yaoundé D1 32 18 - - - - - - - - - 32 18
Sous-total 32 18 - - - - - - - - - 32 18
1990-1991 Drapeau de la France FC Nantes D1 19 2 3 1 - - - - - - - 22 3
1991-1992 Drapeau de la France FC Nantes D1 25 4 1 0 - - - - - - - 26 4
1992-1993 Drapeau de la France FC Nantes D1 31 10 5 0 - - - - - - - 36 10
1993-1994 Drapeau de la France FC Nantes D1 26 8 4 0 - - - - C3 1 0 31 8
1994-1995 Drapeau de la France FC Nantes D1 31 12 - - 1 1 - - C3 8 3 40 16
1995-1996 Drapeau de la France FC Nantes D1 24 15 - - 1 1 1 0 C1 7 3 33 19
1996-1997 Drapeau de la France FC Nantes D1 35 21 - - - - - - C4 5 6 40 27
Sous-total 192 72 13 1 2 2 1 0 - 21 12 229 87
1997-1998 Drapeau de la France AS Monaco D1 13 1 - - - - 1 2 C1 2 0 16 3
Sous-total 13 1 - - - - 1 2 - 2 0 16 3
Total sur la carrière 237 91 13 1 2 2 2 2 - 23 12 277 108

Repères[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En tant que joueur[modifier | modifier le code]

Drapeau du Tchad Tourbillon FC

Drapeau du Cameroun Tonnerre de Yaoundé

Drapeau de la France FC Nantes

Drapeau de la France AS Monaco

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France ES Haute-Goulaine

Carrière d'entraîneur / dirigeant[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Joyeux anniversaire, Monsieur Japhet ! », sur France Football (consulté le )
  2. Par Jean-Yves Queignec Le 29 juin 2005 à 00h00, « Roussillon et N'Doram au pouvoir », sur leparisien.fr, (consulté le )
  3. « Un nouveau tandem d'entraîneurs au FC Nantes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Football : Japhet N’Doram tire à boulets rouges sur la fédération tchadienne – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  5. « N'Doram, la voix des champs », sur ouest-france.fr, (consulté le )
  6. « Football. Un ancien du FC Nantes succède à Japhet N'Doram sur le banc de l'ES Haute-Goulaine », sur actu.fr (consulté le )
  7. S'inscrire, « Japhet N'Doram : "A Nantes, ils sont en train de se tirer dans les pattes" », sur Actufoot, (consulté le )
  8. « Japhet N’Doram enseigne le « jeu à la nantaise » à des migrants », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  9. Allaramadji Innocent, « Tchad : la FIFA félicite Mahamoud Moctar pour sa réélection à la tête de la Fédération Tchadienne de Football Association », sur Actualités du Tchad, (consulté le )
  10. « Tchad : Retrait définitifs de pouvoir à la Fédération de Football | Africa Foot United », sur africafootunited.com (consulté le )
  11. « Tchad : voici les tâches du comité de gestion provisoire du football », sur Tchadinfos.com, (consulté le )
  12. « Japhet N'doram : "Je suis très reconnaissant envers l'AS Monaco" », sur Actufoot, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]