Baasisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Drapeau du Baasisme.

Baasisme ou Baathisme (en arabe البعثية al-Ba'athiya) est le nom indiquant l'idéologie politique de la mouvance politique nationaliste arabe connue comme Baas (Parti de la résurrection arabe et socialiste, en arabe: حزب البعث العربي الاشتراكي, Hizb al-Ba'ath al-Arabî al-Ishtirâkî).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'idée du Baas ou de la résurrection[1] (de la nation arabe) nait en Syrie au début du XXe siècle.

L'Empire Ottoman qualifié d’ « homme malade de l’Europe » tire clairement vers sa fin et les puissances occidentales commencent à occuper l'Afrique du Nord et encerclent le Moyen-Orient. En Turquie, le mouvement des Jeunes-Turcs fondé en 1889 réagit à l'autoritarisme interne et à la faiblesse du sultan Abdul Hamid II (1842-1918) face à l'agressivité des empires et des nationalismes européens en alimentant un nationalisme turque[2]. Ce mouvement est accueilli par une vague d’enthousiasme dans l’ensemble des provinces arabes, dans un premier temps. Mais l'enthousiasme dure peu, car l'arrivée au pouvoir, en 1909, du Comité de l'Union et du Progrès (CUP ) et ses politiques de "turquification de l’Empire" vont très vite décevoir les élites arabes [3].

Une conscience nationale arabe, commence à prendre forme, selon les historiens, avec l'organisation en 1919 à Paris du Congrès général arabe[3]. Mais avec le temps le nationalisme arabe se divisera en plusieurs courants.

Parmi les nombreuses personnalités intellectuelles pan-arabistes, les précurseurs du modèle Baassiste de réunification de la "Oumma" ou "grande nation arabe" sont les intellectuels syriens Michel Aflak, Salah Eddine Bitar et Zaki al-Arzouzi.

Le premier Parti Baas (Baath, Ba'ath ou Ba'as) est créé en 1947 à Damas, et il a pour but l'unification des différents États arabes en une seule et grande nation: la Oumma[4].

Idéologie[modifier | modifier le code]

La doctrine baassiste s'inscrit dans la logique du nationalisme arabe et du panarabisme mais s'inspire aussi des idéaux d'égalité et de justice sociale du socialisme[5] en général et du socialisme arabe en particulier[4].

« Par conséquent le nationalisme oriental n’a pas de préférence déterminée pour ce qui est propre à la nation à laquelle on appartient. Il ne condamne pas non plus les doctrines nouvelles et les institutions du progrès. Il est foncièrement libéral, il ne connaît d’ennemi que la domination étrangère et le conservatisme fanatique et moyenâgeux. Il se propose de briser les chaînes qui pèsent sur lui de l’asservissement de l’Occident en réformant les fondements de son existence nationale. »[6]

Les fondateurs de ce mouvement appartiennent à différents groupes culturels et religieux et considèrent la laïcité comme un des piliers de base d'une unité dont le ciment a été non pas l'appartenance religieuse mais la culture et la langue arabe[7]. Même si les fondateurs du baassisme sont en général chrétiens, druzes et musulmans appartenant à des schismes minoritaires, une place spéciale est réservée à la religion musulmane.

« Je suis musulman avant d’être arabe parce que l’islam est la religion de l’humanisme. L’humanisme prime sur le particularisme. Si le nationalisme est une échelle vers cette religion, je suis le premier à sacrifier ma plume, ma langue, mes biens et mon sang pour mon arabisme qui n’a jamais cessé de combattre l’injustice et la tyrannie ; combat qui est l’une des caractéristiques de l’Islam. »[6]

La devise du parti est Wihda, Hurriya, Ishtirrakiya (وحدة حرية اشتراكية) ou « Unité, Liberté, Socialisme »[8].

Diffusion[modifier | modifier le code]

La doctrine Baasiste a connu une large diffusion au Moyen Orient et en Afrique du Nord. Le Partis Baas prend le pouvoir en Syrie en 1963 et en Irak en 1968 (Coup d'État de 1968 en Irak (en)). Des sections du Parti Baas sont créées également dans plusieurs autres pays du monde arabe:

Sources, références et bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Traduction de "résurrection" en Arabe », sur Reverso Dictionnaire (consulté le 29 avril 2017)
  2. Lisa Romeo, « Jeunes-Turcs et révolution de 1908 dans l’Empire ottoman », Les clés du Moyen-Orient,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Lisa Romeo, « Nationalisme arabe : les origines », Les clés du Moyen-Orient,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Michel Aflak, Textes (lire en ligne)
  5. (en) Michel Aflak, Textes (lire en ligne), On Socialism
  6. a et b Ihsan al-Djabri, « Nationalisme arabe et nationalisme occidental », La Nation Arabe,‎ juillet-août-septembre 1932 (lire en ligne)
  7. Mohammad Imara, « Signification du nationalisme arabe », www.ism-france.org (traduit du site Free Arab Voice),‎ (lire en ligne)
  8. « La constitution officielle du Parti Baas arabe socialiste », sur Site du Parti Baath

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Zarcone, La Turquie: De l'Empire ottoman à la République d'Atatürk, Paris, Gallimard, 2005, 160 p. (ISBN 2070306585)
  • Charles Saint-Prot, Le Mouvement national arabe. Émergence et maturation du nationalisme arabe de la Nahda au Baas, Paris, Ellipses, 2013.
  • Youssef M. Choueiri, Arab Nationalism: A History Nation and State in the Arab World, Wiley, 2001 - 284 pages (en).
  • Vincent Cloarec, Henry Laurens, Le Moyen-Orient au 20e siècle, Paris, Armand Colin, 2005.
  • Catherine Kaminsky, Simon Kruk, Le Nationalisme arabe et le nationalisme juif, Paris, Presses Universitaires de France, 1983.
  • Henry LaurensL’Orient arabe. Arabisme et islamisme de 1798 à 1945, Paris, Armand Colin, 2004.
  • Pierre Guingamp, Hafez El Assad et le parti Baath en Syrie, édition L'Harmattan, 1996,  (ISBN 2738446787).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]