Jacques Hébert (homme politique, 1920-2018)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Hébert et Hébert.

Jacques Hébert
Illustration.
Fonctions
Député français

(10 ans, 4 mois et 14 jours)
Circonscription 5e de la Manche
Législature IIe, IIIe, IVe
Groupe politique UNR-UDT (1962-1967)
UDVe (1967-1968)
UDR (1968-1973)
Prédécesseur René Schmitt
Successeur Louis Darinot
Biographie
Nom de naissance Jacques Edmond Georges Paul Hébert
Date de naissance
Lieu de naissance Falaise (France)
Date de décès (à 97 ans)
Nationalité Français
Fratrie Bernard Hébert
Profession Médecin du travail

Jacques Hébert, né le à Falaise en France et mort le , est un militaire, médecin et homme politique français.

Il est fait compagnon de la Libération en 1945.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Hébert est le fils de l'industriel Pierre Hébert.

Il commence des études de médecine en 1940, mais les interrompt alors qu'il décide de rejoindre le général de Gaulle à Londres sitôt qu'il entend l'appel du 18 juin. Il embarque avec son frère Bernard — qui sera également compagnon, puis maire de Verson —, sur le bâtiment polonais Batory, puis s'engage dans les Forces françaises libres (FFL)[1].

Avec la Compagnie de chars de la France libre, il participe alors à plusieurs opérations en Afrique (Dakar, Cameroun, Gabon, Libye, El Alamein, Tunisie) et en Syrie puis intègre la 2e division blindée. Lieutenant, il débarque sur les plages normandes le et participe alors à la bataille de Normandie, comme officier de transmissions, aux Libérations de Paris et de Strasbourg, puis combat en Allemagne jusqu'au bunker d'Hitler à Berchtesgaden, où il est blessé[1].

Après avoir quitté l'armée en , il reprend ses études de médecine. Après avoir soutenu une thèse d'exercice intitulée De l'origine congénitale du rétrécissement aortique, il devient médecin-chef du Centre interprofessionnel de médecine du travail de Cherbourg. C'est dans cette ville qu'il entame une carrière politique sous l'étiquette gaulliste, succédant à René Schmitt comme maire et député[1].

Il laisse le combat des législatives de 1973 à son adjoint Charles Dumoncel, lequel perd face au socialiste Louis Darinot. Ce dernier lui succède également comme maire en 1977.

Jacques Hébert meurt le 15 février 2018 à l’âge de 97 ans[2],[3] .

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats électifs[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux
Mandats locaux

Œuvre[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Biographie de Jcques Hébert, sur le site ordredelaliberation.fr, consulté le 18 février 2018.
  2. « Décès de Jacques Hébert, Compagnon de La Libération », lefigaro.fr, 17 février 2018.
  3. Nicolas Denoyelle et Jean-Jacques Lerosier, « Décès de l’un des derniers compagnons de la Libération, l'ex-député Jacques Hébert », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2018)
  4. « Légion d’honneur : Marion Cotillard et Raymond Depardon parmi les décorés du 14 juillet », sur lemonde.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]