Jacques Glowinski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le mathématicien, voir Roland Glowinski. Pour les autres significations, voir Glowinski.
Jacques Glowinski
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Administrateur (d)
Collège de France
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Drapeau : France française
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Distinctions

Jacques Glowinski, né le à Paris, est un pharmacien et chercheur en biologie spécialisé en neurobiologie et neuropharmacologie[1] pour laquelle il est considéré comme l'un des pères fondateurs en France[2]. Il est professeur au Collège de France dont il fut également l'administrateur. Il est membre de l'Académie des sciences[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève du Professeur Denise Albe Fessard, Jacques Glowinski fait ses premiers pas dans la recherche en 1960 à l’Institut Marey (Collège de France) et au Laboratoire des isotopes radioactifs de l’Institut Pasteur (Directeurs Gérard Milhaud et J.P Aubert). Après avoir réalisé la synthèse de la dopamine radioactive, il réalise les premières études sur le métabolisme cérébral de la dopamine et de la noradrénaline marquées[4].

De 1963 à 1966, il est invité à poursuivre ses travaux au National Institute of Health (Bethesda, États Unis) au sein de l’équipe de Julius Axelrod (Prix Nobel de Médecine en1972) dans le prestigieux Laboratoire de Sciences Cliniques dirigé par S. Kety, pionnier avec L. Sokolof des études sur la circulation cérébrale. Pendant ce stage, Jacques Glowinski collabore également avec L. Iversen et S. Snyder et publie, parmi ses centaines de publications, une vingtaine d’articles sur le métabolisme cérébral des catécholamines et démontre notamment le mécanisme d’action des antidépresseurs tricycliques[5].

A son retour, Jacques Glowinski est nommé chargé de recherche Inserm[6]. Il crée un petit groupe de recherche au Collège de France dans la Chaire de Neurophysiologie du Professeur Alfred Fessard et établi rapidement une collaboration fructueuse avec l’industrie pharmaceutique. Ce groupe devient rapidement une Unité de recherche Inserm et n’a cessé de se développer, notamment après la nomination de Jacques Glowinski comme titulaire de la Chaire de Neuropharmacologie du Collège de France (1981). Ce laboratoire a formé de très nombreux chercheurs, dont plusieurs ont fondé leur propre laboratoire en France et à l’étranger.

Apport scientifique[modifier | modifier le code]

Neurotransmission, neuropeptides (tachykinines, notamment), propriétés métaboliques et fonctionnelles des systèmes régulateurs monoaminergiques et cholinergiques, circuits neuronaux des ganglions de la base, relations entre le cortex préfrontal et les ganglions de la base, développement des systèmes dopaminergiques, propriétés des astrocytes[7] et relations astrocyto-neuronales, maladie de Parkinson, schizophrénie, toxicomanie, neurotoxicité, tels ont été les principaux axes de recherche de ce laboratoire à l’origine de diverses voies de recherche.


Son intérêt pour la politique scientifique, ses talents d’organisateur et son goût pour l’architecture et l’urbanisme l’ont aussi amené à participer à d’autres projets[8]. Ainsi, peu après sa nomination de Vice-président de l’Assemblée des professeurs du Collège de France (1991), Jacques Glowinski est chargé par ses collègues de la responsabilité du projet de rénovation de l’Institution dans le cadre des Grands Travaux du Président de la République, mission poursuivie pendant ses fonctions d’Administrateur (2000-2006) et qui se terminera en 2013[9],[10]. Après avoir été membre de la commission du Plan Campus (2008), Jacques Glowinski a été chargé par Madame Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche d’une mission de coordination scientifique et urbanistique du plan campus du Plateau de Saclay (2009-2010)[11].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs prix ont couronné les travaux de Jacques Glowinski et de ses collaborateurs : prix de biologie et de médecine Richard Lounsbery (1986), grand prix de la Fondation pour la Recherche Médicale (2002), prix d’honneur de l’Inserm (2005) et Europeen Collège of  Neuropsychopharmacology Life time Award (2008).   Jacques Glowinski a été membre de plusieurs commissions nationales et du Conseil de Direction de l’Inserm (CODIS, 1982-1991), président de la Société des neurosciences (1995-1999), co-fondateur et président du conseil scientifique de la Fédération de la Recherche sur le Cerveau (FRC) et, plus récemment, chargé de la préparation d’un plan national du cerveau et des maladies du système nerveux (2007).
  • Il devient membre titulaire de l'Académie des sciences en 1992[3].
  • 2002 : Grand prix de la Fondation pour la recherche médicale[12]
  • 2005 : Prix d'honneur de l'Inserm[13]
  • Nommé Docteur Honoris causa de l’HEC[14]
  • Nommé membre du comité éditorial de la revue le Grand Paris 2011
  • Nommé Président du Conseil Scientifique de l’École d’architecture Val de Seine ( 2011)    
  • Jacques Glowinski a publié en 2016 un livre sur son parcours rédigé avec François Cardinali «  Le Cerveau Architecte » le Collège de France dans le XXIème siècle[8],[15]. Fondation Hugot du Collège de France, Collège de France et éditions Michel de Maule[16]
  • Commandeur de la Légion d'honneur[17] et commandeur dans l'ordre national du Mérite[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]