Jacques David Martin de Campredon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Campredon.
Jacques David Martin,
baron de Campredon
Portrait par Im Thurm Alexander Emil(1829-1889)[1]
Portrait par Im Thurm Alexander Emil
(1829-1889)[1]

Naissance
Montpellier
Décès (à 76 ans)
Montpellier (Hérault)
Origine Drapeau de la France France
Arme Génie
Grade Général de division
Années de service 1791-1835
Distinctions Baron de l'Empire
Grand officier de la Légion d'honneur
Grand-croix de Saint-Louis
grand-croix de l'Ordre royal des Deux-Siciles
Hommages nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile, 27e colonne.

Jacques David Martin de Campredon, né le à Montpellier et mort dans la même ville le , est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de service[modifier | modifier le code]

Il entre de bonne heure dans le corps royal du génie, et ne tarde pas à se faire distinguer par son exactitude et son application. Les connaissances qu'il acquit lui méritèrent un avancement rapide pendant les guerres de la première République française.

Il est professeur-adjoint de fortification à l'École centrale des travaux publics de 1794 à 1795, future École polytechnique[2].

Chef de bataillon du génie en l'an V, distingué par le général en chef Napoléon Bonaparte, et mentionné dans ses rapports, il est promu au grade de général de brigade d'artillerie le 4 novembre 1799.

En l'an VIII, chargé d'achever et de perfectionner les ouvrages que Suchet a fait élever à la tète du pont du Var, pour défendre cet important passage contre les Autrichiens, il s'acquitte de cette mission avec autant d'intelligence que de zèle, et se fait connaître comme un des officiers les plus habiles de son arme.

L'Empereur le fait en l'an XIII, membre de la Légion d'honneur le 19 frimaire, commandant de l'Ordre le 25 prairial, et lui confie en l'an XIV, la direction des travaux de Mantoue.

Nommé commandant du génie à l'armée de Naples, il mérite des éloges pour sa belle conduite pendant le siège de Gaeta, qui est pris en février 1806, et contribue puissamment aux brillants succès qu'obtient Masséna dans le cours de cette campagne. Le 10 août de la même année, Napoléon Ier le récompense de ses importants services en le nommant général de division le 15 août 1806.

Employé depuis, presque constamment en Italie, il passe au service de Naples, lorsque la couronne de cet État a été placée sur la tête de Joseph Bonaparte. Revêtu le 19 mai 1808, de la dignité de grand-croix de l'Ordre royal des Deux-Siciles, il est chargé, en 1809, du portefeuille de la guerre pendant l'absence du général Reynier.

En 1813, il accompagne en Russie les troupes napolitaines et se signale dans plusieurs rencontres avec l'ennemi.

Après la retraite, il se renferme dans Dantzig, où il commande l'arme du génie pendant le siège. Ses lumières, son expérience et le courage qu'il déploie dans différentes sorties, sont d'un grand secours au général Rapp qui défend la place. Ayant été fait prisonnier et conduit à Kiev, malgré les conditions stipulées dans la capitulation, il envoie en juin 1814, son adhésion aux actes du sénat.

La paix le ramène en France, et le 27 juin, il est nommé chevalier de Saint-Louis, deux jours après, on l'élève au rang de grand officier de la Légion d'honneur, et il reçoit, le 24 septembre de la même année, la confirmation du titre de baron de l'Empire qu'il tenait de la munificence impériale. Toutes ces faveurs ne l'empêchent pas de prendre sa retraite lors du licenciement de l'armée. Toutefois, Louis XVIII le nomme le 24 août 1823, commandant de l'ordre du mérite militaire (en fait l'ordre royal et militaire de Saint-Louis). Quatre ans après en novembre 1827, il est fait Grand-Croix du même ordre.

En 1825, il est attaché à la commission chargée de prononcer l'admission des élèves à l'École polytechnique. Une ordonnance du 11 septembre 1835 l'appelle à la Chambre des pairs, et il meurt le 11 avril 1837.

Son nom est gravé sur l'arc de triomphe de l'Étoile, côté Sud.

Il est inhumé au Cimetière protestant de Montpellier.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext baron de l'Empire GOLH.svg
Blason de Jacques David Martin de Campredon (1761-1837).png
Armes de Jacques David Martin, baron de Campredon et de l'Empire

D'argent, à un chevalier, armé de toutes pièces, tenant une épée levée, et monté sur un cheval galopant, le tout de gueules, soutenu d'une terrasse de sinople.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Huile sur toile, 1856, 86 x 72 cm. Paris, Musée de L'Armée
  2. Jacques David Martin de Campredon, sur le site de la Sabix.