Jüri Ratas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jüri Ratas
Illustration.
Jüri Ratas en .
Fonctions
Député estonien
En fonction depuis le
(14 ans, 1 mois et 29 jours)
Élection 4 mars 2007
Réélection 6 mars 2011
1er mars 2015
3 mars 2019
Législature XIe, XIIe, XIIIe et XIVe
Groupe politique EKE
Président du Parti du centre d'Estonie
En fonction depuis le
(4 ans, 5 mois et 28 jours)
Prédécesseur Edgar Savisaar
Premier ministre d'Estonie

(4 ans, 2 mois et 2 jours)
Président Kersti Kaljulaid
Gouvernement Ratas I et II
Législature XIIIe et XIVe
Coalition EKE-SDE-IRL (2016-2019)
EKE-EKRE-Isamaa (2019-2021)
Prédécesseur Taavi Rõivas
Successeur Kaja Kallas
Maire de Tallinn

(1 an, 4 mois et 21 jours)
Prédécesseur Tõnis Palts
Successeur Edgar Savisaar
Biographie
Date de naissance (42 ans)
Lieu de naissance Tallinn, RSS d'Estonie
(URSS)
Nationalité Estonienne
Parti politique EKE
Diplômé de Université de technologie
de Tallinn

Université de Tartu

Jüri Ratas
Premiers ministres d'Estonie

Jüri Ratas, né le à Tallinn, est un homme d'État estonien, membre du Parti du centre d'Estonie (EKE). Il est député depuis le et Premier ministre du au .

Maire de Tallinn entre et , il est ensuite vice-président du Riigikogu jusqu'en . En , il est élu président du Parti du centre et chargé de diriger le gouvernement après la chute de Taavi Rõivas. Il annonce sa démission en , après la mise en cause de son parti dans des affaires de corruption.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Il étudie à l'université de technologie de Tallinn où il obtient un baccalauréat en administration des affaires en [1], puis une maîtrise en économie en [1] avant d'étudier à l'Institut de droit de l'université de Tartu en [1],[2].

Maire de Tallinn[modifier | modifier le code]

En , il devient conseiller économique auprès du maire de Tallinn, puis adjoint au maire en . Le , après l'écrasante victoire du Parti du centre aux élections municipales, Jüri Ratas est investi à 27 ans maire de la capitale[1].

Député[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives du , il est élu député au Riigikogu dans la troisième circonscription. En conséquence, il démissionne de son mandat de maire. Il est alors désigné second vice-président du Parlement. Sur sa proposition en , la Commission européenne lance une compétition qui récompense la capitale verte de l'Europe[2].

En , lors du congrès du Parti du centre d'Estonie, il est candidat à la direction du parti mais avec 634 votes en sa faveur, soit 41 % des suffrages, il ne parvient pas à s'imposer face au président sortant réélu Edgar Savisaar[3].

Il se représente aux élections législatives du , du et du et est réélu à chaque fois.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Lors d'un congrès extraordinaire, il est élu à la présidence du Parti du centre le . 15 jours plus tard, à la suite de la chute du gouvernement, il est chargé par la présidente de la République Kersti Kaljulaid de former le nouvel exécutif. Il bénéficie alors du soutien de l'Union de la patrie et Res Publica (IRL) et du Parti social-démocrate (SDE) soit 56 députés sur 101[4]. Le , son gouvernement est investi par le Parlement par 53 voix pour et 33 contre et entre en fonction deux jours plus tard.

À la suite des élections législatives du , qui voient le Parti du centre devancé par le Parti de la réforme, Ratas remet sa démission le suivant[5]. Deux jours plus tard, il conclut un accord avec Isamaa et le Parti populaire conservateur (EKRE) pour une nouvelle coalition[6]. Après l'échec de Kaja Kallas, du Parti de la réforme, de former un gouvernement, Ratas est chargé de cette mission par la présidente du pays. Le , il obtient l'approbation du Parlement par 55 voix sur 101[7].

Il annonce sa démission le , alors que le Parti du centre est impliqué dans des soupçons de corruption liés à son financement et à des prêts d’État accordés en retour[8]. Kaja Kallas lui succède.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié et père de trois enfants[2]. Il parle l'anglais, le russe et le suédois[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (ekk)/(en) Jüri Ratas, ratas.ee. Dernière consultation le 2 juillet 2012.
  2. a b et c (sv)/(en) Speakers presentations. Site officiel de la ville de Stockholm. Dernière consultation le 2 juillet 2012.
  3. (en) Kristopher Rikken, « Ratas Says Unsuccessful Bid Only Beginning of Changes in Centre », sur err.ee, (consulté le 2 juillet 2012)
  4. (en) Dario Cavegn, « President Kaljulaid tasks Jüri Ratas with forming new government », sur news.err.ee/, (consulté le 20 novembre 2016).
  5. « Démission du gouvernement estonien », sur rtl.be,
  6. « En Estonie, l'extrême droite rejoint une coalition gouvernementale », sur Radio Canada,
  7. « En Estonie, Juri Ratas reste au pouvoir, au prix d’une alliance avec l’extrême droite qui a le vent en poupe », sur La Libre Belgique,
  8. (en-GB) Silver Tambur, « A political crisis in Estonia: Prime minister Jüri Ratas resigns », sur Estonian World, (consulté le 13 janvier 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]