Interflora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (avril 2016).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Une proposition de fusion est en cours entre Société française de transmissions florales et Interflora.

Les avis sur cette proposition sont rassemblés dans une section de Wikipédia:Pages à fusionner. Les modifications majeures apportées, entre temps, aux articles doivent être commentées sur la même page.

Interflora
logo de Interflora

Logo Interflora

Création 1946
Dates clés 1908 : création du concept d’Interflora en Allemagne
1975 : création du groupe d’art floral Interflora
Fondateurs Max Hübner
Forme juridique Société anonyme
Slogan Le Messager de vos émotions
Siège social Drapeau de France Lyon (France)
Direction Eric Ledroux
Activité Fleuriste
Produits Bouquets de fleurs, compositions florales, plantes
Effectif 250 collaborateurs (2014)
Site web www.interflora.fr
Chiffre d’affaires 200 millions € (2014)[1]

Interflora est une marque commerciale qui désigne un service de transmission florale inventé en 1908 en Allemagne.

Son principe est de faire livrer des fleurs fraiches et naturelles. L’expéditeur choisit un bouquet dans un magasin de fleurs, par téléphone ou sur Internet. Sa commande est alors transmise à un fleuriste proche du lieu de livraison, qui réalise le bouquet et le livre au destinataire.

Interflora regroupe environ 45 000 fleuristes dans 145 pays, dont 5 200 en France, qui expédient environ 30 millions de bouquets par an.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1908, un artisan fleuriste de Berlin, Max Hübner (1866-1946) importe des fleurs de la Riviera méditerranéenne pour les expédier vers la Russie des Tsars. Comme les fleurs supportent mal le voyage, il a l’idée d’établir des relations commerciales avec des confrères implantés directement sur les lieux de livraison et constitue un réseau de 98 fleuristes qui se transmettent des commandes de fleurs par télégraphe.

En 1910, les Américains s’intéressent au concept et fondent leur propre service de transmission florale aux États-Unis : le Florists’ Telegraph Delivery (FTD), rebaptisé Florist’s Transworld Delivery en 1925. Le FTD affiche rapidement des ambitions internationales et crée une unité britannique, la British Unit en 1923 qui regroupe des fleuristes anglais et écossais. Elle est rebaptisée Interflora British Group en 1953.

De son côté, Max Hübner s’émancipe sur le marché européen et fonde Fleurop en 1927. Fleurop compte au départ 3 064 fleuristes répartis en Allemagne, en Suisse, en Autriche, aux Pays-Bas et en Belgique. Marié à la Suissesse Klara Krämer avec qui il tient un magasin de fleurs, Max Hübner installe le siège social de Fleurop à Zurich (Suisse). Il en est également le premier Président.

Après la Seconde Guerre mondiale, la nécessité de redynamiser les activités commerciales aboutit à la création d’Interflora Inc. en 1946. Il s’agit de la fusion de Fleurop (Europe continentale), Florist’s Transworld Delivery (Amérique du Nord et du Sud, Philippines, Taïwan, Corée et Japon) et de la British Unit (Royaume Uni, Irlande, Australie, Nouvelle-Zélande, Indonésie, Chine et Afrique du Sud). Le mot Interflora provient de « International florist association ».

Lors de son assemblée constitutive à Copenhague (Danemark), Interflora Inc. adopte un logo commun : le symbole de Mercure[note 1]. Afin de simplifier les transactions entre les continents, Interflora Inc. crée également une monnaie commune : le fleurin, équivalent au franc suisse avant d’être ajusté à l’euro en 2003.

En 1972, Interflora rachète son concurrent Transflor après avoir augmenté son capital grâce à ses fleuristes actionnaires.

En janvier 1999, le groupe Fleurop est scindé en deux entités. La première est l’association Fleurop-Interflora, qui protège les intérêts de la marque et ses noms de domaines dans ses pays membres. La seconde est Fleurop-Interflora EBC (European business company), qui intervient dans la gestion commerciale des ordres floraux internationaux entre les trois entités constituant Interflora Inc. Fleurop-Interflora EBC est rebaptisé Fleurop-Interflora GFS (Global flower services) en 2013.

Le siège d’Interflora Inc. est basé à Southfield (Michigan, États-Unis). La société de droit américain est détenue à parts égales par Florists transworld delivery (FTD, États-Unis, également propriétaire de l’emblème du Mercure), Interflora British Unit (BU, Royaume Uni) et Association Fleurop Interflora (AFI, Suisse). Elle est régie par un comité directeur présidé par Robert Apatoff (FTD) et un conseil d'administration composé de 12 membres.

En France[modifier | modifier le code]

En 1923, la Florists’ Telegraph Delivery (FTD) crée une unité française de transmission florale. Celle-ci est rebaptisée Association des fleuristes de France (AFF) en 1927, lors d’un congrès qui se déroule à Orléans (Loiret). La même année, la France intègre le groupement européen de transmission florale Fleurop. Le premier président de l’AFF est Louis Chevalier[note 2]

En 1939, la Seconde Guerre mondiale met un terme aux échanges de transmission florale. Durant l’occupation de la France par l'Allemagne, l’association des fleuristes de France se réfugie à Lyon (Rhône). Le 10 décembre 1946, elle signe l’arrivée officielle d’Interflora en France avec la création de la Société française de transmissions florales (SFTF), dont le siège est toujours basé à Lyon. La SFTF adopte le logo d'Interflora en 1950. À partir de 1956, son premier président-directeur général est Raymond Moreux, qui est également le président d’Interflora Inc.

En 1952, la France accueille à Paris le premier congrès mondial de Fleurop-Interflora[note 3]

En 1974, le prix de l’association des journalistes de l’horticulture récompense la rose Interflora de couleur rouge vermillon créée par la maison Meilland. L’année suivante, Interflora crée le groupe d’art floral (GAF) composé par des artisans fleuristes primés au niveau national[note 4]. Les principaux objectifs du GAF sont de créer les nouvelles tendances de l’art floral, mettre au point les collections de la marque Interflora et représenter la France dans les compétitions florales internationales.

En 1983, la Banque française Interflora informatique (FBII) est créée en association avec la Banque française pour le commerce et l'industrie.

Sous l’égide du GAF, la France remporte deux fois la coupe du monde des fleuristes avec Jean-Michel Mertens en 1979 à Melbourne (Australie) et Gilles Pothier[2] en 1997 à Amsterdam (Pays-Bas). En collaboration avec la fédération française des artisans fleuristes[3] (FFAF), le GAF participe également à la formation continue des fleuristes du réseau Interflora et à la valorisation de la profession auprès de la nouvelle génération avec le collège d’art floral (COAF) ou la Flor’Academy (2004).

En 1991, Interflora crée la coupe espoir, un concours national qui se déroule une fois tous les deux ans et met en compétition des jeunes fleuristes sélectionnés au niveau local et départemental[note 5]

La SFTF met en place un service de commande de fleurs par téléphone à partir de 1989. Le premier album présentant la collection de bouquets Interflora paraît en 1993. Il est distribué dans les magasins de fleurs qui composent le réseau national puis présenté sur Internet avec la création du site www.interflora.fr en février 1998.

En 1997, la SFTF est reprise par la famille Hazak[4].

En 2003, la famille Hazak s’associe à Barclays Private Equity, filiale de capital-investissement de la banque britannique Barclays. La SFTF devient actionnaire à 100 % de la société Renaud Distribution, grossiste en accessoires et fournitures pour les professionnels de la fleur[4].

En 2006, Barclays est remplacé par 21 Centrale Partners, le fonds d'investissement de la famille italienne Benetton.

En 2008, la SFTF acquiert 63 % d’Interflora Espagne.

En 2011, la SFTF est rachetée par les fonds d'investissement français Chevrillon associés et HLD.

En partenariat avec l’association Toutes à l’école, le Fonds des Nations unies pour l'enfance et le Rotary International, Interflora et son réseau de fleuristes participent à partir de 2007 à l’opération Rose Marie Claire[5], initiée par le magazine Marie Claire en 2006, qui vient en aide aux petites filles déscolarisées. Suivent différents partenariats avec AIDES, Handicap International ou l’Association pour la recherche sur la maladie d'Alzheimer, qui débouchent en 2012 sur la création du Fonds de dotation Interflora, Réussir ensemble. Le fonds Interflora mène des actions pour la lutte contre le cancer, la sauvegarde des abeilles et la défense des métiers de l’artisanat.

En 2013, la SFTF rachète les activités de vente en ligne de BeBloom[6].

Depuis 2014, le président d’Interflora France est Gilles Pothier, artisan fleuriste à Paris, meilleur ouvrier de France et champion du monde des fleuristes. Il préside également le GAF. La Société française de transmissions florales (SFTF) est dirigée par Eric Ledroux, qui représente la France aux conseils d’administration d’Interflora Inc., Fleurop-Interflora et Global Flower Services (GFS).

En 2015, Chevrillon associés et HLD sont remplacés par Montefiore[7] et LFPI [8].

En 2015, Le groupe Interflora rachète le site Internet cadeaux.com[9].

Les présidents d'Interflora en France[modifier | modifier le code]

Année Président
1927 Louis Chevalier, président de l’Association des fleuristes de France (AFF)
1956 Raymond Moreux, également Président d’Interflora Inc.
1959 Maurice Debrie, également vice-président d’Interflora Inc.
1960 Charles Passeron
1962 Jan Lecomte
1965 Paul-Claude Silveri
1989 Jean Donzier
1992 Denis Fastout
1994 Jean-Louis Lurde
1997 Philippe Monville, également vice-président de Fleurop-Interflora EBC
2004 Jean-Paul Raconnat
2008 Josiane Coupry
2014 Gilles Pothier

Coupe du monde des fleuristes Interflora[modifier | modifier le code]

La Coupe du monde des fleuristes[10] est une compétition d’art floral internationale organisée par fleurop-Interflora. La Fleurop-Interflora World Cup se déroule tous les deux à cinq ans et oppose des artisans fleuristes primés dans les concours nationaux.

Année Ville organisatrice Champion du monde Pays vainqueur
1979 Melbourne, Australie Jean-Michel Mertens France
1985 Détroit, Etats-Unis Klaus Wagener Allemagne
1989 Shizuoka, Japon Fumihiko Muramatsu Japon
1993 Stockholm, Suède Sue Arust Royaume Uni
1997 Amsterdam, Pays-Bas Gilles Pothier France
2002 Haarlemmermeer, Hollande[note 6] Per Benjamin Suède
2004 Melbourne, Australie David Denyer Royaume Uni
2010 Shanghai, Chine Stein Are Hansen Norvège
2015 Berlin, Allemagne Alex Choi[11] Corée du Sud

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mercure est le Dieu du commerce dans la mythologie romaine.
  2. Louis Chevalier est fleuriste à Rouen ; on lui prête l’idée de célébrer la fête des Mères avec des fleurs dès 1930.
  3. Cet événement s’ouvre avec un défilé sur l' Avenue des Champs-Élysées et s’achève par la Nuit des fleurs au Palais de Chaillot, avec un feu d’artifice tiré depuis la Tour Eiffel.
  4. La plupart ont obtenu le titre de Meilleur ouvrier de France (MOF).
  5. Pour participer, les candidats doivent être âgés de moins de 30 ans, être titulaires d’un CAP fleuriste ou justifier d’une expérience de quatre années d’activité professionnelle ininterrompue. La Coupe Espoir ouvre la voie vers des sélections pour la Coupe de France, d’Europe et du monde des fleuristes, ainsi qu’au concours de Meilleur ouvrier de France (MOF).
  6. Prévue à Chicago, la Coupe du monde 2002 des fleuristes est annulée à la suite des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. La compétition est finalement organisée en Hollande.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le leader de l'envoi de fleurs Interflora mis en vente », sur lesechos.fr,‎
  2. (fr) « L'Espoir de l'année : Gilles Pothier est jury artisan fleuriste », sur M6.fr (consulté le 29 avril 2016)
  3. « Bienvenue - Fédération Française des Artisans Fleuristes (F.F.A.F.) », sur Bienvenue - Fédération Française des Artisans Fleuristes (F.F.A.F.) (consulté le 25 avril 2016)
  4. a et b Marie-Annick Dépagneux, « Interflora France : les dirigeants prennent le contrôle avec Barclays Private Equity », sur www.lesechos.fr, Les Échos,‎ (consulté le 10 juillet 2014)
  5. « Les boursières de La Rose Marie Claire », sur Marie Claire (consulté le 29 avril 2016)
  6. Centre France, « Interflora rachète l’activité Internet de la PME orléanaise Bebloom », sur www.larep.fr (consulté le 25 avril 2016)
  7. HLD, « LFPI et Montefiore Investment entrent en négociations exclusives avec les Groupes Chevrillon et HLD pour l’acquisition d’Interflora. - groupehld.com » (consulté le 25 avril 2016)
  8. latitude pub, « Groupe LFPI - Portefeuille. LFPI, Financière Patrimoniale d'Investissement », sur www.lfpi.fr (consulté le 25 avril 2016)
  9. « Le groupe Interflora rachète Cadeaux.com pour 5,4 millions d'euros », sur www.journaldunet.com (consulté le 25 avril 2016)
  10. « Alex Choi from South Korea wins the Fleurop-Interflora World Cup 2015 | World Cup 2015 », sur worldcup-berlin2015.com (consulté le 25 avril 2016)
  11. (fr) « You searched for coupe du monde - Fleur Magazine », sur Fleur Magazine (consulté le 25 avril 2016)