Inchiri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Mauritanie
Cet article est une ébauche concernant la Mauritanie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Wilaya d'Inchiri
Localisation de la région
Localisation de la région
Administration
Pays Drapeau de la Mauritanie Mauritanie
Département
(Moughataa)
1
Chef-lieu Akjoujt
Démographie
Population 11 500 hab. (2006)
Densité 0,25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 20° 04′ Nord 15° 04′ Ouest / 20.066666666667, -15.066666666667
Superficie 4 680 000 ha = 46 800 km2

L'Inchiri (arabe : إينشيري) est l'une des régions administratives (wilaya) de la Mauritanie, située dans l'ouest du pays. Sa capitale est Akjoujt.

Géographie[modifier | modifier le code]

La superficie de l'Inchiri est d'environ 47 000 km2[1]. Il est limité au nord et à l'ouest par la région du Dakhlet Nouadhibou – une partie du Parc national du Banc d'Arguin empiète sur le territoire de l'Inchiri –, au sud par le Trarza et à l'est par l'Adrar. Il possède une petite façade atlantique, entre Nouâmghâr et El Mhaijrat.

Le climat et chaud et sec, avec des maxima de température avoisinant 35°9 en moyenne et des minima de 21°4. L'amplitude thermique journalière très forte provoque souvent l’éclatement des roches, ce qui par la suite génère la formation de sable[2]. Quoique désertique, la région est proche de l'océan, elle subit donc l’influence combinée de l’alizé maritime et l’alizé continental, auxquels s'ajoute la mousson hivernale[2].

Orientés S-O/N-E, dans la direction des vents dominants, les alizés[2], les massifs dunaires parallèles de l'Azefâl et de l'Akchâr encadrent la dépression du Tijirît. Le paysage s'y partage entre ergs et regs.

Trois types de sol sont présents : à l'ouest, des sols d’apport sur dépôts marins ou lacustres ; au centre et au nord des sols brun-rouge subarides sur sable éolien et parfois des dunes de type barkhane ; enfin, à l'est, les sols d’ablution des déserts sur différentes roches[2].

La végétation est rare et clairsemée[2]. Le manque de végétation favorise la remise en mouvement des dunes auparavant fixées par une maigre biodiversité végétale[2]. Sur les dunes on trouve quelques herbes désertiques dominantes (Stipagrostis pungens, Panicum turgidum) et des plantes telles que Maerua crasifolia[2]. Dans les lits des oueds sont présents des groupements d’Acacia raddiana, sur les terres salées des Tamarix senegalensis, et dans le sud de la région, le Commiphora africana[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom Inchiri reste controversée[3]. Il pourrait signifier en zenaga (langue berbère) « l’endroit aux arbres ». En effet charan est un mot zenaga qui signifie « arbre ». Cette explication surprend aujourd'hui, s'agissant d'une région avant tout désertique.

Organisation territoriale[modifier | modifier le code]

La moughataa d'Akjoujt

L'Inchiri compte une seule moughataa, Akjoujt, et deux communes toutes deux situées dans le sud-est de la région:

Population[modifier | modifier le code]

L'Inchiri est l'une des régions les moins peuplées de Mauritanie. Le déclin de la population s'est encore accentué à partir de la fin des années 1970 en raison des sécheresses successives[1]. En 1977, la région comptait environ 18 000 habitants[1]. Le recensement de 1988 chiffrait leur nombre à 14 613[1]. Celui de 2000 en dénombrait 11 500[4], dont près de 8 000 à Akjoujt, capitale régionale, chef-lieu d'arrondissement et seul vrai centre urbain.

Économie[modifier | modifier le code]

Le destin de l'Inchiri, zone semi-désertique, est lié à l'exploitation des ressources de cuivre et d'or. Le reste des activités se limitent à l'élevage (en particulier de chameaux) et à l'agriculture, en particulier à Akjoujt qui est doté de nombreux jardins, irrigués grâce à des eaux souterraines, dont l'Inchiri est particulièrement riche.

Le sud-est de la région est traversé par l'axe routier bitumé qui relie la capitale du pays, Nouakchott, à la capitale de l'Adrar, Atar. La nouvelle route Nouakchott-Nouadhibou traverse également la région à l'ouest.

Akjoujt possède un aéroport (coide AITA : AJJ), mais pour l'essentiel la circulation des biens et des personnes se fait par la route.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Anthony G. Pazzanita, « Inchiri », in Historical dictionary of Mauritania, Scarecrow Press, Lanham (Maryland) ; Toronto, Plymouth (Royaume-Uni), 2008 (3e éd.), p. 264-265 (ISBN 9780810855960)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (fr) Inchiri : cadre géographique [1]
  3. (fr) M’Hammed Ould Ahmed Youra, « Le Livre des Lettrés renseignés sur l’histoire des puits » (traduit par Paul Marty), in Bulletin du Comité d’éudes historiques et scientifiques, 1920, tome 3 [2]
  4. (fr) Résultats du Recensement général de la population et de l'habitat (RGPH) 2000 des Wilayas [3]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Anthony G. Pazzanita, « Inchiri », in Historical dictionary of Mauritania, Scarecrow Press, Lanham (Maryland) ; Toronto, Plymouth (Royaume-Uni), 2008 (3e éd.), p. 264-265 (ISBN 9780810855960)
  • (fr) Pierre Elouard et Hugues Faure, Quaternaire de l'Inchiri, du Taffoli et des environs de Nouakchott, Université de Dakar, Dakar, 1967, 62 p.
  • (fr) Ahmed Lamine Ech Chenguiti, « L'Inchiri », in El Wasît : littérature, histoire, géographie, mœurs et coutumes des habitants de la Mauritanie (extraits traduits de l'arabe par Mourad Teffahi), Centre IFAN-Mauritanie, Saint-Louis du Sénégal, 1953, p. 27-29

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Inchiri (site de l'Office national du tourisme)