Akjoujt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Mauritanie
Cet article est une ébauche concernant la Mauritanie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Akjoujt
(ar) أكجوجت
Carrefour à Akjoujt
Carrefour à Akjoujt
Administration
Pays Drapeau de la Mauritanie Mauritanie
Région Inchiri
Démographie
Population 7 904 hab. (2000)
Géographie
Coordonnées 19° 45′ 00″ Nord 14° 23′ 00″ Ouest / 19.75, -14.3833
Altitude 141 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mauritanie

Voir la carte administrative de Mauritanie
City locator 14.svg
Akjoujt

Géolocalisation sur la carte : Mauritanie

Voir la carte topographique de Mauritanie
City locator 14.svg
Akjoujt

Akjoujt (en arabe : أكجوجت, Fort Repoux à l'époque coloniale[1]) est une ancienne ville minière et une commune du centre-ouest de la Mauritanie. Capitale de la région (wilaya) de l'Inchiri, la localité se trouve à proximité de la limite avec la région de l'Adrar.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1936 elle est rebaptisée Fort Repoux, en hommage au capitaine Henri Repoux (1876-1908), tué en Mauritanie[2].

La petite ville a d'abord été le chef-lieu du cercle d'Akjoujt[3].

Population[modifier | modifier le code]

Vers 1960 Akjoujt comptait 2 150 habitants, dont 150 Européens[3].

Lors du recensement de 2000, elle en comptait 7 904[4].

Économie et transports[modifier | modifier le code]

Ville minière, l'exploitation des mines de cuivre cessa en 1978, depuis la ville ne survit que grâce au passage de la route vers Atar.

Sociétés ayant exploité : MICUMA - SOMIMA - SNIM.

Akjoujt possède un aéroport (code AITA : AJJ).

Personnalités[modifier | modifier le code]

Le général Mohamed Ould Abdel Aziz, président de la République, est né à Akjoujt, de même que l'ancien Ministre de la Santé du premier Gouvernement du Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi constitué le 28 avril 2007, Dr Mohamed-Lemine Ould Raghani, le diplomate Hamoud Ould Abdel Wedoud, l'ingénieur des mines Mohamed Saleck Ould Heyine et le réalisateur et acteur Med Hondo.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Michel Malherbe, Quand l'histoire change les noms de lieux, L'Harmattan, Paris, 2008, p. 70 (ISBN 978-2-296-05761-6)
  2. Hommes et destins : dictionnaire biographique d'outre-mer, vol. 9, Académie des sciences d'outre-mer, 1989, p. 398
  3. a et b Grand Larousse encyclopédique en dix volumes, vol. 1, Larousse, Paris, 1960-1964, p. 200
  4. Recensement général de la population et de l'habitat (RGPH) de 2000

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Anthony G. Pazzanita, « Akjoujt », in Historical dictionary of Mauritania, Scarecrow Press, Lanham (Maryland) ; Toronto, Plymouth (Royaume-Uni), 2008 (3e éd.), p. 54-55 (ISBN 9780810855960)
  • Remarques sur la politique minière ; Les mines de la région d'Akjoujt ; Peut-on calculer rationnellement l'amortissement industriel ? ; Note sur le gisement de Beaulieu, Annales des Mines, Paris, 1958, 196 p.
  • Jean Paul Destombes et J. P. Spindler, Sur la structure de la région d'Akjoujt (Mauritanie), Bureau de recherches géologiques et minières, Dakar, 1961, 24 p.
  • Robert Giraudon, La série d'Akjoujt et la mine de cuivre du Guelb Mogrein : bibliographie (janvier 1964), Bureau de recherches géologiques et minières, Dakar, 1964, 69 p.
  • Jean Sougy, Livret-guide de l'excursion géologique en Mauritanie : Atar-Akjoujt, 10 au 14 décembre 1963, Laboratoire de géologie de la Faculté des sciences de l'Université de Dakar, Dakar, 1963, 44 p.
  • Roland Trompette, Mission Akjoujt, 1962-1963 : reconnaissance géologique du Tamkarkart, Bureau de recherches géologiques et minières, Dakar, 1963, 51 p.