Guidimakha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guidimakha
Guidimakha
Localisation de la région
Administration
Pays Drapeau de la Mauritanie Mauritanie
Départements
(Moughataas)
4
Chef-lieu Sélibabi
Wali
Mandat
Brahim Ould Moulaye[1]
Depuis 2022
Démographie
Population 267 029 hab. (2013)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 15° 23′ nord, 12° 21′ ouest
Superficie 1 030 000 ha = 10 300 km2

Le Guidimakha (ou Guidimaka, Gidimaxa) est l'une des treize régions administratives ou wilayas de la Mauritanie et est situé à l'extrême sud du pays. Sa capitale est Sélibabi.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Avec une superficie de 10 300 km2[2], c'est la plus petite région et celle qui est située le plus au sud du pays.

Elle est délimitée à l'ouest par la région du Gorgol et au nord-est par celle de l'Assaba. Au sud, le fleuve Sénégal la sépare du Sénégal et l'un de ses affluents, le Karakoro, du Mali.

Organisation territoriale[modifier | modifier le code]

La région de Guidimakha est subdivisée en quatre départements (moughataas) :

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières habitants sont des Diabira ensuite les Soumaré puis les Camara.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les populations nomades sont très peu nombreuses au Guidimakha, la plupart des habitants sont des agriculteurs et fermiers[2]. Beaucoup d'entre eux sont des Soninkés[2], mais on y trouve aussi des Peuls, des Bambaras et des Wolofs, venus du Sénégal ou des autres régions de Mauritanie.

Le Guidimakha comptait 116 436 habitants lors du Recensement général de la population et de l'habitat (RGPH) de 1988. On en dénombrait 177 707 au moment du recensement de 2000[2]. Lors du dernier recensement en 2013, on dénombrait 267 029 habitants[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La wilaya de Guidimakha est dirigée par son wali, Teyib Ould Mohamed Mahmoud[4].

Le chef-lieu de la région est Sélibabi.

Redécoupage administratif[modifier | modifier le code]

Le , le gouvernement mauritanien a adopté un projet de décret donnant lieu à un nouveau découpage administratif de la région[5]. Le département de Ghabou ainsi que les arrondissements de Lahraj et de Tachott sont créés. Ce redécoupage administratif a été remis en question par de nombreuses personnes, notamment à cause de la création de l'arrondissement de Lahraj, que rien ne justifiait et qui est problématique pour les habitants de certaines communes[6].

Le , l'arrondissement de Wompou, dans le département de Sélibabi, devient une nouvelle moughataa à la suite de l'adoption d'un projet de décret par le gouvernement[7].

Économie[modifier | modifier le code]

Située dans une vallée fertile, la région a été moins touchée que d'autres par les grandes sécheresses, même si elle souffre parfois d'un déficit pluviométrique. C'est une région assez bien dotée en ressources agricoles[2],[8], mais l'une des plus enclavées du pays, notamment au moment de l'hivernage (saison des pluies)[9].

Aides humanitaires[modifier | modifier le code]

De nombreuses actions humanitaires sont menées dans la région de Guidimakha pour aider les populations dans le besoin qui ne disposent pas d'aides suffisantes de l'état. Ces actions sont menées dans les différentes communes ou départements de la région notamment par des ONG venant de différents pays, dont de nombreuses françaises.

Ces actions peuvent aider les habitants victimes de pauvreté, de carences alimentaires[10]et de catastrophes naturelles[11] ou bien financer la construction d'infrastructures vitales au développement sociale et économique de la région[12].

L'association Grdr Migration-Citoyenneté-Développement[13] est par exemple une association très présente sur le territoire de Guidimakha qui propose de nombreux projets humanitaires[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Phil N. Bradley, Peasants, soils and classification : an investigation into a vernacular soil typology from the Guidimaka of Mauritania, Department of geography, Newcastle upon Tyne, 1983, 106 p.
  • Philipp Bradley, Claude Raynaut et Jorge Torrealba, Le Guidimaka mauritanien : diagnostic et propositions d'action, War on Want, Londres, 1977, 156 p. (ISBN 0-905990-01-3)
  • Brahima Diabira, Le royaume du Gidimaxa (Guidimakha) ou la formation d'un État Soninke en Mauritanie méridionale (VIIIe-XVIIe siècles), Université de Lille 3, 2001, 402 p. (thèse de doctorat d'Histoire contemporaine)
  • Dominique Laure, L' approvisionnement en eau potable dans le Guidimakha : états des lieux et analyse de la problématique dans une région de Mauritanie, Éd. du Gret, Paris, 2000, 47 p. (ISBN 2-86844-113-0)
  • Roger Lille, Étude géologique du Guidimaka (Mauritanie) : essai de résolution structurale d'une série épimétamorphique, Bureau de recherches géologiques et minières, Orléans, 1968, 399 p. (texte remanié d'une thèse de doctorat de Sciences appliquées soutenue à l'Université de Grenoble en 1967)
  • J. H. Saint-Père, Les Sarakollé du Guidimakha, Larose, Paris, 1925, 188 p.
  • Lucie Steinkamp-Ferrier, Sept villages du Guidimakha mauritanien face à un projet de développement : l'histoire d'une recherche, EHESS, Paris, 1983, 384 p. (thèse de 3e cycle de Géographie humaine)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]