Paul Marty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marty.
Paul Marty
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
TunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Le lieutenant-colonel Paul Marty ( - ) est un officier supérieur, un administrateur colonial, un interprète fin connaisseur de la langue arabe et un érudit français. Il fut notamment un grand spécialiste de l'islam subsaharien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Marty est né à Boufarik en Algérie le . Il était par son père originaire d'une famille paysanne de Varaire (Lot), et par sa mère de Digne (Alpes-de-Haute-Provence). De cette ascendance paysanne, il avait hérité la simplicité de vie, une ténacité patiente et l'amour du travail.

D'abord élève de l'école primaire de Castiglione (Alger), il poursuivit des études secondaires au petit séminaire de Saint-Eugène (Alger). Cette éducation chrétienne qui était dans la ligne de la tradition familiale eut sans doute une influence décisive sur ses convictions religieuses. Il fut toujours un fervent catholique.

Il fit des études à la faculté de droit d'Alger.

Il eut très tôt, grâce à son professeur l’abbé Rossano, une inclination particulière pour l'étude de la langue arabe.

Il s'engage au 1er régiment de zouaves le 9 novembre 1901, passe le concours d'interprète militaire dans le sud tunisien où il restera cinq ans.

Attaché au Bureau des Affaires indigènes à Tunis jusqu'en 1907, il est en poste à Casablanca de 1907 à 1911. En 1912, il rejoint Dakar et prend la tête du Service des Affaires musulmanes créé auprès du Gouvernement général de l'Afrique occidentale française en 1913. De 1922 à 1925, il dirige le Collège musulman de Fès. En 1925, il rejoint le Service des Affaires indigènes à Rabat, puis en devient le directeur en 1930. En 1935, il quitte Rabat pour Tunis[1].

Alors attaché à l'état-major du Commandant supérieur de Tunisie, il meurt à l'hôpital militaire Louis-Vaillant de Tunis le .

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dossier personnel de l'interprète lieutenant-colonel Paul Marty, Archives militaires françaises, Château de Vincennes
  • L. Bercher, « Paul Marty (1882-1938) », in Revue tunisienne, no 33–34, 1938, p. 15–17 (nécrologie)
  • Arthur Pellegrin, Un Africain, le lieutenant-colonel Marty ; sa vie et son œuvre (préface de Louis Massignon), La Kahéna, Tunis, 1939, 48 p.
  • Arthur Pellegrin, Paul Marty
  • Hommes et destins : dictionnaire biographique d'outre-mer, volumes 7-8, Académie des sciences d'outre-mer, 1975, p. 329-330
  • Donal Cruise O'Brien, « Les négociations du contrat social sénégalais : Paul Marty, initiateur du contrat, et ses disciples... », in Donal Cruise O'Brien, Momar Coumba Diop et Mamadou Diouf, La Construction de l'État au Sénégal, Karthala, 2003, p. 84-93 (ISBN 2-84586-229-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]