Igor Dodon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Igor Dodon
Illustration.
Igor Dodon en 2017.
Fonctions
Président de la république de Moldavie[n 1]
(mandat suspendu)
En fonction depuis le
(1 an, 9 mois et 23 jours)
Élection 13 novembre 2016
Premier ministre Pavel Filip
Prédécesseur Nicolae Timofti
Vice-Premier ministre

(1 an, 5 mois et 14 jours)
Président Vladimir Voronin
Mihai Ghimpu (intérim)
Premier ministre Zinaida Greceanîi
Prédécesseur Zinaida Greceanîi
Successeur Iurie Leancă
Ministre de l'Économie

(2 ans, 11 mois et 27 jours)
Président Vladimir Voronin
Mihai Ghimpu (intérim)
Premier ministre Zinaida Greceanîi
Prédécesseur Valeriu Lazăr
Successeur Valeriu Lazăr
Biographie
Nom de naissance Igor Nicolaïevitch Dodon
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Sadova, RSS moldave
(URSS)
Nationalité moldave
Parti politique PCRM (jusqu'en 2011)
PSRM (2011-2016)
Indépendant (depuis 2016)
Diplômé de Université d'État de Moldavie

Igor Dodon
Présidents de la république de Moldavie

Igor Dodon, né le à Sadova (en), est un homme d'État moldave, président du Parti des socialistes de la république de Moldavie (PSRM), président de la république de Moldavie depuis le .

Formation[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié l'économie à l'université agricole d'État de Moldavie, il obtient un doctorat de l'Académie moldave des sciences économiques en 1998. Ce doctorat lui est contesté par les professeurs Mihaela Gradu et Ioan Popa de l'académie d'études économiques de Bucarest qui l'accusent d'avoir plagié leurs ouvrages, respectivement Transactions boursières, paru en 1997, et La bourse, paru en 1993[1], travaille à la Bourse de Moldavie et enseigne, un temps, l'économie à l'université internationale libre de Moldavie.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Ministre de l'Économie[modifier | modifier le code]

Membre du Parti des communistes de la république de Moldavie, il est ministre de l'Économie de 2006 à 2009 dans le gouvernement de Zinaida Greceanîi. De 2008 à 2009, il est en outre premier vice-Premier ministre.

Scission du PCRM[modifier | modifier le code]

En 2011, après son échec à l'élection municipale de Chișinău, il met en œuvre la scission consentie du PCRM en deux groupes d'importance égale : l'un reste communiste sous la présidence de Vladimir Voronin, l'autre adhère au Parti des socialistes de la république de Moldavie, dont les effectifs grossissent alors considérablement et dont Dodon devient le président. Depuis, les deux partis sont étroitement coalisés et ont les mêmes positions pro-russes. Favorable à un renforcement de l'union douanière avec la Russie, le PSRM ainsi transformé arrive en tête des élections législatives du [2]. C'est toutefois la coalition pro-européenne sortante qui détient le plus grand nombre de sièges.

Entre 2012 et 2014, Igor Dodon organise périodiquement des manifestations dans la capitale pour exiger la démission du maire Dorin Chirtoacă, l'arrêt des privatisations et un référendum sur ce sujet[3],[4].

Projet de drapeau proposé par Igor Dodon et le Parti communiste.

Le , Igor Dodon propose de changer le drapeau de la Moldavie adopté lors de l'indépendance du pays en 1991, qu'il juge trop semblable à celui de la Roumanie voisine, par un nouveau drapeau[5],[6] symbolisant ce qu'il appelle la « nationalité moldave, différente de la roumaine même si on parle la même langue, car une nation est une construction volontaire qui ne dépend pas de la langue, et nous, nous voulons construire notre propre nation »[7]. À cela ses adversaires (y compris dans son propre parti) répliquent que si cette position était une question de principe, elle devrait s'appliquer à tous les citoyens du pays sans distinction, quelles que soient leurs langues et histoires, or elle ne s'applique qu'aux roumanophones tandis que les Russes, les Ukrainiens et tous les autres sont, pour leur part, libres de se considérer membres de leurs communautés linguistiques respectives, par-delà les frontières de la République[8],[9].

Élection présidentielle de 2016[modifier | modifier le code]

Igor Dodon est élu le président de la Moldavie avec 52,29 % des voix[10] face à la candidate pro-européenne Maia Sandu du Parti action et solidarité[11].

Président de la République[modifier | modifier le code]

Vladimir Poutine et Igor Dodon en 2017.

Le programme politique d'Igor Dodon comprend des mesures pro-russes comme la dénonciation immédiate de l'accord d'association entre la Moldavie et l'Union européenne[12], l'adhésion de la Moldavie à l'union douanière Russie-Biélorussie-Kazakhstan, le maintien de la 14e armée russe en Transnistrie[13] et la fédéralisation accrue de la République, revenant à reconnaître juridiquement la non-intégration de la Transnistrie et de la Gagaouzie dans la souveraineté de la Moldavie[14]. Dans cette logique, il félicite le président russe Vladimir Poutine d'avoir su « exalter le patriotisme des Russes, tandis qu'en Moldavie les leaders moldaves dont Maia Sandu est un exemple, ont tout fait pour saboter le patriotisme moldave au profit du roumain ou d'un cosmopolitisme européen »[15].

Il prend ses fonctions le .

Le , il est suspendu temporairement de ses fonctions par la Cour constitutionnelle pour avoir refusé de signer le décret de nomination du ministre de la Défense[16]. Le , la Cour constitutionnelle le suspend de nouveau temporairement de ses fonctions, justifiant sa décision par le refus de celui-ci de valider la nomination de plusieurs ministres[17]. Il retrouve l'exercice de ses fonctions le 10 janvier 2018[réf. nécessaire].

Le 24 septembre 2018, il est de nouveau suspendu pour les mêmes raisons[18].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Igor Dodon est président de la Fédération d'échecs de Moldavie depuis 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mandat suspendu par la Cour constitutionnelle le , du au et depuis le . Le président du Parlement, Andrian Candu, assure l'intérim.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ro) « Igor Dodon „s-a inspirat”? Suspiciuni de plagiat în teza de doctorat a liderului PSRM », Deschide Știrea,‎ (lire en ligne).
  2. « MOLDAVIE. Mais qui est donc Igor Dodon ? », Courrier international,‎ (lire en ligne).
  3. (ro) « Socialiştii au protestat, din nou, cerând demisia lui Chirtoacă. "Opriţi privatizarea, vrem referendum!" », sur publika.md, .
  4. (ro) « Dodon a organizat proteste pentru demiterea lui Chirtoacă », sur diez.md, .
  5. (ro) « Dodon vrea referendum și cere sprijinul PCRM », sur jurnal.md/ro, .
  6. (ro) « Igor Dodon vrea REFERENDUM pentru a SCHIMBA steagul tricolor al R. Moldova », sur timpul.md, .
  7. (ro) Mariana Rață, « Încă un PARTID MOLDOVENIST în R. Moldova. Președinte este un fost ambasador », Ziarul Național,‎ (lire en ligne).
  8. (ro) Valentin Krylov, « “A pus „Partidul Socialiştilor”, accentuez, „din R. Moldova”, nu în relaţii de parteneriat, ci în serviciul altei ţări” », sur zdg.md, .
  9. (ro) Valentin Crîlov, « Igor Dodon prezintă pericol mare pentru pacea şi stabilitatea din Moldova », sur ipn.md, (consulté le 13 novembre 2016).
  10. « Moldavie : Igor Dodon, un président « ni pro-russe, ni anti-européen, ni anti-roumain » », sur Le Courrier de Russie, .
  11. Benoît Vitkine, « En Moldavie, le candidat prorusse frôle une victoire au premier tour de la présidentielle », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  12. (ro) « Programul lui Dodon: denunţarea Acordului de Asociere cu UE », adevarul.ro,‎ (lire en ligne).
  13. (ro) Alexandru Vakulovski, « Marchel – portretul separatistului », Deschide Știrea,‎ (lire en ligne).
  14. (ro) « Vezi cum Dodon promovează ideea federalizării Republicii Moldova şi a României », sur eurotv.md, .
  15. (ro) « Igor Dodon », Acces Direct.
  16. « Moldavie : le Président Dodon provisoirement suspendu de ses fonctions », sur courrierdesbalkans.fr, (consulté le 4 janvier 2018).
  17. « Moldavie: la Cour constitutionnelle suspend temporairement les pouvoirs du président », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne).
  18. (en) « Moldova strips country's pro-Russia president of his powers », sur The Independent (consulté le 25 septembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]