Hugues Marmier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hugues Marmier
Titre Chevalier
Autres titres
Années de service 1507 - 1554
Autres fonctions
  • Chef du conseil de Marguerite d'Autriche
  • Conseiller de Charles Quint
  • Lieutenant-général du Bailli d'Amont
  • Maître des requêtes du parlement (1512)[1]
  • Président du Parlement (1517-1519)
Biographie
Dynastie Famille Marmier
Naissance Vers 1475
Gray

Flag of Franche-Comté.svg Comté de Bourgogne
(Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire)

Décès 1553 ou 1554
lieu incertain
Père Jean Marmier
Mère Simone de Falletans
Conjoint
  • Louise Gauthiot
  • Anne de Poligny
Enfants Jean, Simon, Hugues, Claude, Claudine et Jeanne

Blason de Hugues Marmier

Hugues Marmier, seigneur de Gastey, né vers 1475 à Gray et décédé en 1553 ou 1554, est un homme politique comtois connu pour avoir été président du Parlement de Franche-Comté de 1517 à 1545[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Hugues Marmier appartient à une famille de Langres, fixée à Gray depuis un siècle. [4] Il est le fils de Jean de Marmier et Simone de Falletans. Il est diplômé en droit, probablement à L’université de Dole.

Le château de Moissey, une des principales résidences d'Hugues Marmier

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1507, il est lieutenant général du bailliage d'Amont à Vesoul, puis en 1512 il devient maître des requêtes au Parlement de Dole. En 1517, il est nommé président du même Parlement. En 1522 il devient chef du conseil de Margueritte d'Autriche à Malines[5]. Il est aussi conseiller de l'empereur Charles Quint. En 1538, il est violemment attaqué devant les Etats de Franche-Comté, par la famille de Rye, puis dénoncé à l'Empereur par l'archevêque de Besançon l'abbé de Saint-Claude, l'évêque de Genève et Claude de là Baume. Les uns lui reprochent d’être un président intéressé et vénal, les autres de prêter main forte à son beau-frère Simon Gauthiot d'Ancier, chef du parti des huguenots à Besançon. Il défi devant les Etats, ses accusateurs de prouver un seul de ces faits, et personne n'ose relever le défi. Mais en 1545, le 14 avril, ses ennemis le font suspendre de ses fonctions: Charles-Quint, en le suspendant, le condamnait,à diverses restitutions envers des familles dont il avait acheté des propriétés en litige[6]. En effet durant son mandat de président, ce dernier s'était considérablement enrichit et avait acheté nombre de propriétés et de seigneuries. Mais il se défend devant l'empereur qui le réhabilite en 1546.[5] En 1548, très riche, ce dernier avec d'autres aristocrates comtois consent un prêt conséquent à l'Empereur.

Il avait épousé, le 27 mai 1508, Louise Gauthiot, qui testa le 33 sept. 1535, et il se remaria à 70 ans avec Anne de Poligny dont il eut sept enfants. Il meurt en 1553 ou 1554 et est inhumé à la Basilique Notre-Dame de Gray.

Il aimait les arts et fit don aux églises de Dole et de Gray de deux tableaux d'autel peints par un élève de Raphaël[6].

Sa mort[modifier | modifier le code]

Selon les ouvrages, le lieu et la mort d'Hugues Marmier sont très différents:

  • L'historien comtois Paul Delsalle le fait mourir à Gray le 7 décembre 1553[5]
  • Louis Gollut, déclare qu'il est mort 15 janvier 1554 en Espagne alors qu'il essayait de voir l'empereur[7]

Titres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.google.fr/books/edition/Haute_Saone/Q4fQfXw7YNgC?hl=fr&gbpv=1&dq=hugues+marmier+gouverneur+dole&pg=RA1-PA28&printsec=frontcover
  2. Louis Suchaux, Galerie biographique du département de la Haute-Saône, Typographie de A. Suchaux, (lire en ligne)
  3. Jean Henri Gatin et Louis Besson, Histoire de la ville de Gray et de ses monuments, Breitenstein-Ramey, (lire en ligne)
  4. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois et Badier, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes et l'état des grandes terres du royaume ...: On a joint à ce dictionnaire le tableau généalogique et historique des maisons souveraines de l'Europe et une notice des familles étrangères, les plus anciennes, les plus nobles et les plus illustrés, Schlesinger frères, (lire en ligne)
  5. a b et c Paul Delsalle, Charles Quint et la Franche-Comté: portraits et lieux de mémoire, Cêtre, (ISBN 978-2-87823-187-8, lire en ligne)
  6. a et b Gilbert Cousin de Nozeroy University of Michigan, La Franche-Comté au milieu du XVIe siècle: ou, Description de la Haute ..., L. Declume, (lire en ligne)
  7. Louis Gollut, Les mémoires historiques de la république séquanoise et des princes de la Franche-Comté de Bourgougne, A. Javel, (lire en ligne)