Hourya Benis Sinaceur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hourya Sinaceur)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sinaceur.

Hourya Benis Sinaceur est une philosophe et mathématicienne marocaine née en 1940 à Casablanca.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hourya Sinaceur est historienne et philosophe des mathématiques et de la logique. Son ouvrage le plus connu est Corps et modèles publié en 1991 en français et 2003 en anglais.

Elle a été maîtresse de conférences à l'université Panthéon-Sorbonne puis directrice de recherche au CNRS. Sa carrière s'est effectuée en grande partie au sein de l'Institut d'Histoire et Philosophie des Sciences et des Techniques (IHPST), unité mixte de recherche commune à l'université Panthéon-Sorbonne et au CNRS. Elle y est toujours directrice de recherche émérite, rattachée à l'équipe « Logique, langage, philosophie des mathématiques »[1]. Elle a également travaillé au sein de l'université Internationale de Rabat.

Elle co-dirige avec Michel Blay la collection de Logique et Épistémologie « Mathesis », fondée en 1990 chez J. Vrin.

Travaux[modifier | modifier le code]

Ses travaux portent notamment sur l’école allemande de mathématique structurale réunie autour de David Hilbert à Göttingen dans le premier tiers du XXe siècle, sur la constitution et les problèmes de la théorie des modèles et de la sémantique formelle. Elle s'est notamment focalisée sur l’œuvre d’Alfred Tarski, sur la fécondité opératoire des démarches faisant jouer l’analogie et l’interprétation. Parallèlement, travaux sur les œuvres des tenants de l’épistémologie française qui ont principalement appliqué leur réflexion aux mathématiques et à la logique : Jean Cavaillès, Jean-Toussaint Desanti, Gilles-Gaston Granger notamment[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hourya Sinaceur est membre associée de l'Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts, elle fait partie du conseil scientifique qu'elle a intégré en 2012 avec Abdeslam Cheddadi[3]. Elle est actuellement membre du Comité National Français d'Histoire et de Philosophie des Sciences (CNFHPS). Elle est également membre du Comité National d'Histoire et Philosophie des Sciences de l'Académie des Sciences de Paris, vice-présidente de l’Institut International de Philosophie (IIP), membre du Conseil d'administration du Collège International de Philosophie (CIPH).

Elle reçoit le Prix du Maroc du livre en 1991 dans la catégorie Sciences exactes et expérimentales avec Assad Chaara et Layla Zniber.

« La philosophe marocaine [Hourya Sinaceur] a énormément enrichi la recherche et la réflexion féminine marocaine » a indiqué la secrétaire générale de la commission marocaine pour l'UNESCO, Mina El Maghri, en marge du colloque Cheminements philosophiques: les femmes philosophes et leurs œuvres à l'occasion de la journée mondiale de la philosophie[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Hourya Sinaceur, Corps et modèles, Vrin, (ISBN 978-2-71161038-9, lire en ligne)
    • publié en anglais Fields and Models - From Sturm to Tarski and Robinson, 2003, ed. Birkhauser Boston, (ISBN 978-0-8176-4114-6).
  • Hourya Sinaceur « Le langage des idéalités », dans Hommage à Jean-Toussaint Desanti, ouvrage collectif avec les contributions de Simone Debout, Sylvain Auroux, Bernard Besnier, Maurice Caveing, Gérard Granel, Pierre Jacerme, Patrice Loraux, Pierre-François Moreau, Jean Petitot, René Schérer, Bernard Sichère, Trans Europ Repress, 1991
  • Jean-Toussaint Desanti. Une pensée et son site, ouvrage collectif sous la direction de Georges Ravis-Giordani, avec notamment les contributions de Sylvain Auraux, Maurice Caveing, Jean-Paul Dollé, Roger-Pol Droit, Maurice Godelier, Pierre Guenancia, Hourya Sinaceur, Jean-Jacques Szczeciniarz, ENS Éditions, Paris, 2000.
  • Jean-Michel Salanskis (dir.) et Hourya Sinaceur (dir.), Le Labyrinthe du continu: colloque de Cerisy, Springer-Verlag, (ISBN 9782287003899)
  • Jean Cavaillès Lettres à Étienne Borne (1930-1931). Présentées et commentées par Hourya Sinaceur, dans Philosophie no 107 (2010), p. 3-45.
  • Hourya Sinaceur, Jean Cavaillès. Philosophie mathématique, Paris, PUF, 1994, (ISBN 2 13 046550 1).
  • Hourya Sinaceur, Cavaillès, Paris, Les Belles Lettres, 2013.
  • Hourya Sinaceur, « La pensée mathématique de l’infini », sur Lycée Henri-IV, conférence du 2 février 2004.
  • Hourya Sinaceur, « Roshdi Rashed, Les Mathématiques infinitésimales du IXe au XIe siècle (London : Al-Furqân islamic heritage foundation), 21,5 x 29 cm, vol. I : Fondateurs et commentateurs : Banu Musá, Ibn Qurra, Ibn Sinân, al-Khâzin, al-Quhi, Ibn al-Samh, Ibn Hud (1996) », Revue d'histoire des sciences, vol. 54, nos 54-3,‎ , p. 405-409 (lire en ligne)
  • La pensée de Gilles-Gaston Granger, sous la direction d'Antonia Soulez, avec la collaboration d'Arley R. Moreno, avec les contributions de Hourya Sinaceur, Guilherme Carvalho, Philippe Lacour, Arley R. Moreno, Michel Paty, Joëlle Proust, Antoine Ruscio, Anne Sédès, Antonia Soulez, Horacio Vaggione, Norma Claudia Yunes Naude, Éditions Hermann, 2010
  • Richard Dedekind (trad. Hourya Sinaceur), La création des nombres, Vrin, coll. « Mathesis », , 352 p. (ISBN 978-2-71162-146-0, lire en ligne)
  • Georg Cantor : Über eine elementare Frage zur Mannigfaltigkeitslehre, Jahresbericht der Deutschen Mathematiker-Vereinigung 1, 1891 (fr) Traduction et introd. H. Sinaceur : Sur une question élémentaire de la théorie des ensembles, in « Logique et fondements des mathématiques, Anthologie (1850-1914) », Paris, Payot, p. 197-203.
  • Alfred Tarski Life and Logic, Recension par Hourya Sinaceur [5]
  • Hourya Sinaceur : "Alfred Tarski: Semantic shift, heuristic shift in metamathematics", Synthese 126: 49-65 (2001)

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]