Hispano-arabe (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aralusian

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hispano-arabe.
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Hispano-arabe
Cheval Hispano-arabe monté en Doma Vaquera
Cheval Hispano-arabe monté en Doma Vaquera
Région d’origine
Région Drapeau de l'Espagne Espagne
Caractéristiques
Morphologie Cheval de selle
Taille Entre 1,50 m et 1,62 m
Robe Surtout alezan, bai ou gris
Autre
Utilisation Équitation de travail, Doma Vaquera, loisirs

L’Hispano-arabe (Hispano-árabe en espagnol) ou Aralusian est un cheval issu de croisements entre la race Pure race espagnole et la race Arabe. Ce croisement très ancien dispose de son propre studbook en Espagne, ce qui n'est pas le cas dans la plupart des autres pays. C'est un cheval athlétique, à la morphologie très variable d'un individu à l'autre. Doté d'un tempérament vif, il fait également preuve d'une grande sensibilité. Ces caractéristiques font de lui un cheval polyvalent, plus particulièrement adapté à l'équitation de travail et à la Doma Vaquera. Son élevage est surtout concentré en Andalousie, il est présent dans d'autres régions d'Espagne ainsi que dans plusieurs pays, même si tous les individus ne sont pas répertoriés sous le nom d'Hispano-arabe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le croisement de chevaux ibériques et arabes est ancien. En raison de leur proximité géographique, ces deux races se sont souvent rencontrées au cours des siècles, et ce particulièrement lors des conquêtes arabes sur la péninsule ibérique. Les premières archives faisant l'état d'élevage de chevaux Hispano-arabes en Andalousie remontent au XVIIIe siècle[1], précisément à 1778[2]. En 1883, l'élevage s'organise avec l'importation de reproducteurs arabes de qualité[2]. Ce cheval est élevé pour être utilisé par les gardiens de bétail et par l'armée. Il est souvent comparé avec l'Hispano-anglo-arabe, un autre cruzado dit « trois sangs » (tres sangres), qui lui fait concurrence[1]. L'Hispano-anglo-arabe est préféré à l'Hispano-arabe en Espagne durant une bonne partie du XXe siècle, ce qui cause un déclin considérable[2].

Dans les années 1980, la race a des effectifs réduits et ses reproducteurs sont de mauvaise qualité. L'Hispano-arabe est alors considéré comme « Raza Autóctona en Peligro de Extinción », c'est-à-dire race autochtone en danger d'extinction[3],[4]. Un registre généalogique est créé en 1986 en Espagne[5]. La Cria caballar, sous l'autorité du ministère de la Défense, est chargée de veiller au développement de la race en 1990. Le cheptel est reconstitué avec l'introduction de poulinières Pure race espagnole et Arabe dont les produits sont croisés pour stabiliser les caractéristiques et diversifier les lignées[3]. Le standard de la race est publié en Espagne en 2002 puis modifié en 2005[4]. Depuis 2008, le studbook est tenu par l'association des éleveurs, l'Union Española de Ganaderos de Pura Raza Hispano-Árabe (UEGHÁ)[6]. L'Hispano-arabe fait partie de la catégorie des chevaux de selle en Espagne, l'abréviation officielle de la race est « H-a »[7].

Les deux races à l'origine de l'Hispano-arabe

Description[modifier | modifier le code]

C'est un cheval bien proportionné et harmonieusement constitué, avec des contours fins et des mouvements légers. En raison des origines de la race, il présente une grande variété de morphologies différentes, qui ne constitue cependant pas en soi des raisons de disqualification à l'enregistrement dans le studbook[8]. Les mâles atteignent en moyenne 1,58 m au garrot pour 450 kg et les femelles mesurent en moyenne 1,55 m au garrot pour 400 kg[9].

Morphologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Morphologie du cheval.

Sa tête est de taille moyenne avec une forme pyramidale. Le chanfrein est droit voire légèrement convexe avec des arcades bien marquées au niveau des yeux. Son encolure est de bonne longueur, plutôt arquée et allongée. Le garrot est haut, proéminent et plutôt sec. La poitrine est bien profonde et la cage thoracique bien visible. L'avant-bras est long tout comme l'épaule qui est également oblique. Le genou est large et les tendons bien visibles. Le dos, bien incurvé, se termine sur une croupe légèrement oblique. Les reins sont larges, forts et plats. Ses épaules se présentent longues et inclinées. Les membres sont robustes[10],[1].

Robe[modifier | modifier le code]

Article connexe : Robe (cheval).

Les robes les plus présentes chez la race sont l'alezan, le bai et le gris. Des robes plus atypiques peuvent également être rencontrées[1].

Tempérament et allures[modifier | modifier le code]

Il est d'un tempérament vif et réactif, ce qui n'empêche nullement une grande rusticité[1]. Il possède un bon mental, l'envie de travailler et s'avère d'une grande sensibilité[11]. C'est un cheval doté de sang, d'un fort influx nerveux et de vitesse. Il est souple, rapide et très fin aux aides[10]. Ses allures naturelles le prédisposent à tout le travail rassemblé[11].

Sélection[modifier | modifier le code]

Le registre d'élevage est composé de plusieurs sections. Un premier enregistre les naissances, un second définit les reproducteurs, un troisième nommé « auxiliaire » répertorie les chevaux sans origines connues et enfin un dernier registre recense les chevaux ayant passé avec succès les tests morphologiques et fonctionnels. Tout poulain peut être inscrit au registre des naissances si ses deux parents sont des reproducteurs approuvés ou s'il est le produit d'un croisement autorisé entre un Pure race espagnole et un cheval arabe. Le pourcentage de sang arabe est toujours présenté à côté du nom de l'animal[8],[3].

Utilisations[modifier | modifier le code]

L'Hispano-arabe est adapté à toutes les disciplines équestres selon les prédispositions de l'individu, comme le saut d'obstacles, le dressage, le complet, l'endurance, le TREC et la randonnée équestre. Il est surtout utilisé comme cheval de travail et particulièrement adapté à la pratique de la Doma Vaquera, discipline dans laquelle il excelle et pour laquelle il a longtemps été sélectionné[4],[10],[12]. En endurance, l'Hispano-arabe Ganador s'est notamment illustré aux États-Unis avec sa cavalière Rebecca Howell[13].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

L'Hispano-arabe est une race transfrontière à diffusion internationale[14]. L'élevage se concentre principalement en Andalousie. Il est également présent dans les régions de Castille-et-León, Castille-La Manche, Catalogne et Extremadure[1]. Fin 2010, 5 835 chevaux sont enregistrés au studbook, dont environ 60 % en Andalousie[4]. Le conservatoire national de la race se trouve à la Yeguada militar de Écija (Séville)[7]. Fin 2013, 8 028 hispano-arabes sont enregistrés au registre généalogique sur le territoire espagnol et 111 individus dans le reste du monde. Ce nombre est minoré, car de nombreux individus ne sont pas enregistrés[1].

Si un studbook existe en Espagne, ce n'est pas le cas dans tous les pays. C'est ainsi le cas en Grande-Bretagne et en Allemagne, mais pas en France. Ce croisement est pourtant fréquent dans le sud-ouest du pays (il existe par exemple un élevage dans la vallée d'Ossau[15]), mais les chevaux nés de cette union sont enregistrés soit en origine constatée (OC), soit au registre du demi-sang arabe[11]. En Australasie, les chevaux Hispano-arabes peuvent être enregistrés auprès de l'Andalusian Horse Association of Australasia[16] et en Grande-Bretagne, ils peuvent l'être auprès de l'association britannique pour la Pura Raza Hispano-Árabe, créée en 2010[17].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

La race Hispano-arabe est citée dans L'Ambassadrice, roman de Nathalie de Raguse paru en 1930, et issu de ses correspondances. Elle décrit ces chevaux comme des « fées blanches aux naseaux rosés » qui « partent en flèche, sans toucher le sol de leurs sabots »[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Hispano-Árabe » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b, c, d, e, f et g Mayrand 2014, p. 47
  2. a, b et c (en) « The Hispano-Arabe », Arabian magazine online, (consulté le 6 juin 2015)
  3. a, b et c Mayrand 2014, p. 48
  4. a, b, c et d (es) « Raza equino caballar PURA RAZA HISPANO-ÁRABE », sur Ministerio de Agricultura, Alimentación y Medio Ambiente (consulté le 4 juin 2014).
  5. (en) Valerie Porter, Mason's World Dictionary of Livestock Breeds, Types and Varieties, CABI, (ISBN 085199430X et 9780851994307), p. 182.
  6. (es) « Unión Española de Ganaderos de Pura Raza Hispano-Árabe » (consulté le 4 juin 2014).
  7. a et b (es) Jesús Ignacio Fernández Domingo, El caballo y el derecho civil, Editorial Reus, coll. « Jurídica General », (ISBN 8429016082 et 9788429016086, lire en ligne), p. 148-149
  8. a et b (es) Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación, « ORDEN APA/3277/2002, de 13 de diciembre, por la que se establecen las normas zootécnicas de la raza equina Hispano-Árabe » (consulté le 4 juin 2014)
  9. (en) « Breed data sheet: Hispano-Arabe/Spain », sur Domestic Animal Diversity database of the Food and Agriculture Organization of the United Nations
  10. a, b et c Collectif 2006, p. 40
  11. a, b et c Mayrand 2014, p. 49
  12. (en) « Breed profile », sur British Association for the Pure Raza Hispano-Árabe (consulté le 4 juin 2014)
  13. (en) Ann Hyland, The endurance horse: a world survey from ancient civilizations to modern competition, J.A. Allen, (ISBN 0851314708 et 9780851314709), p. 76
  14. (en) Rupak Khadka, « Global Horse Population with respect to Breeds and Risk Status », Uppsala, Faculty of Veterinary Medicine and Animal Science - Department of Animal Breeding and Genetics, , p. 63.
  15. Collectif, Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Pau-Béarn 2013, Petit Futé, coll. « Guides Départements », (ISBN 2746967545 et 9782746967540, lire en ligne), p. 166
  16. (en) « Andalusian Horse Association of Australasia » (consulté le 5 juin 2015)
  17. (en) « Hispano-Árabe UK » (consulté le 5 juin 2015)
  18. Nathalie de Raguse, L'Ambassadrice, Nouvelles Éditions Latines, , 270 p. (ISBN 9782723305792), p. 84

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages spécialisés[modifier | modifier le code]

  • [Benítez 1994] (es) Manuel Jiménez Benítez, El caballo en Andalucía: orígenes e historia, cría y doma, Ediciones Agrotécnicas, , 2e éd., 396 p.
  • [Pleguezuelo 2006] (es) José Aguilera Pleguezuelo, El caballo español e hispano-árabe en la historia y en los manuscritos de Al-Ándalus, Almuzara, , 131 p. (ISBN 9788488586292)

Article de presse[modifier | modifier le code]

  • [Mayrand 2014] Lise Mayrand, « L'hispano-arabe, l'entre-deux », Cheval magazine, no 510,‎ , p. 46-49 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Ouvrages généralistes[modifier | modifier le code]

  • [Collectif 2006] Collectif, « Hispano-arabe », dans Les races de chevaux et de poneys, Éditions Artémis, , 127 p. (ISBN 9782844163387, lire en ligne), p. 40 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Behling 2011] (es) Silke Behling, « Hispano-Árabe », dans Razas de caballos, Editorial HISPANO EUROPEA, , 144 p. (ISBN 9788425519611), p. 54
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 21 juin 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.