Gribouille (chanteuse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gribouille.
Gribouille
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 26 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Autres informations
Label
Genre artistique
Site web

Gribouille, nom d'artiste de Marie-France Gaite, née à Lyon le , et morte à Paris le (à 26 ans)[1], est une chanteuse française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie-France Gaite commence à se produire très jeune à Lyon, à seize ans, avant de monter à Paris où elle vit des dessins à la craie, sur le trottoir[2]. Jean Cocteau la croisant dans la rue où elle dessine sur un trottoir, se méprend sur cette « jolie fille pleine de musique qui ressemblait parfois à un joli garçon » et l'aborde[3]. Il la présentera au Bœuf sur le toit, premier maillon pour se lancer dans la chanson. Il dessinera aussi son portrait[2] que — en souvenir de sa méprise — il dédicacera « À mon ami Gribouille ». Elle gardera précieusement ce dessin en ajoutant pudiquement un « e » au mot ami.

Elle enregistre des chansons de Michel Breuzard, puis, collaborant avec des compositeurs tels que Charles Dumont, Gérard Bourgeois, Jacques Debronckart, Georges Chelon[2], elle écrit dans les années 1960 ses textes les plus connus : Mathias, Grenoble, Elle t'attend, On n'a pas le droit, Ostende. Son apparence androgyne et sa voix grave ainsi que ses chansons personnelles et ambiguës lui gagnent le public lesbien[4].

En 1966, elle chante à Bobino en première partie de François Deguelt[4].

Le 18 janvier 1968, celle qui chantait Mourir demain meurt d'un excès de barbituriques et d'alcool. Elle est inhumée au cimetière parisien de Bagneux (92), dans la 96e division 8e allée tombe 37.

Postérité et hommages[modifier | modifier le code]

Le chanteur Jean-Claude Annoux lui rend hommage avec sa chanson « Gribouille »[5].

D'après David Bret, le chanteur britannique Nick Drake, découvrant les chansons de Gribouille lors d'un séjour en France, a inclus des notes de « Mathias » dans sa chanson « Hazey Jane II »[6].

Marie-Thérèse Orain a créé un spectacle en son hommage[7]. La chanteuse lyonnaise Chantal Mathieu a fait de même en octobre 2015[8].

Discographie[modifier | modifier le code]

45 tours[modifier | modifier le code]

  • Paris Terre mouillée (1963)
  • Si j'ai le cœur en berne (1964)
  • Mourir de joie (1964)
  • Mathias (1965)
  • Mourir demain (1965)
  • À ta santé, Madame (1966)
  • Elle t'attend (1966)
  • Dieu Julie (1966)
  • Ostende (1968)

33 tours[modifier | modifier le code]

  • Gribouille (1968)
  • Mourir de joie (1971)
  • Mourir de joie (1977)
  • Gribouille (1984)

CD[modifier | modifier le code]

  • Mourir de joie (1990)
  • Mathias (1997)

Livre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gribouille (1941-1968), sur le site de la BNF.
  2. a, b et c Christian Verrouil, « Gribouille », Friendship First, le meilleur de la chanson d'auteurs, sd.
  3. Daniel Lesueur, « Gribouille, grand talent disparu prématurément », Scribium, 23 septembre [année non précisée].
  4. a et b Catherine Gonnard, « Gribouille », in Didier Eribon (dir.), Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Larousse, 2003, p. 229-231.
  5. R. B., « Biographies : Jean-Claude Annoux », Je Chante Magazine.
  6. David Bret, Trailblazers: The Tragic Lives of Gram Parsons, Nick Drake & Jeff Buckley, Aurum Press, 2014.
  7. « Marie-Thérèse Orain – Barbara, hier et aujourd’hui », Regard en coulisse.com, 1er août 2006.
  8. « Gribouille par Chantal Mathieu », Le Parisien/Lyon aujourd'hui, sd.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]