Gribouille (chanteuse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gribouille.
image illustrant une chanteuse image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant une chanteuse française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Gribouille, nom d'artiste de Marie-France Gaite, née à Lyon le , et morte à Paris le (à 26 ans), est une chanteuse française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie-France Gaite commence à se produire très jeune à Lyon, à seize ans, avant de monter à Paris où elle vit des dessins à la craie, sur le trottoir. Jean Cocteau la croisant dans la rue où elle dessine sur un trottoir, se méprend sur cette « jolie fille pleine de musique qui ressemblait parfois à un joli garçon » et l'aborde. Il la présentera au Bœuf sur le toit, premier maillon pour se lancer dans la chanson. Il dessinera aussi son portrait que — en souvenir de sa méprise — il dédicacera « À mon ami Gribouille ». Elle gardera précieusement ce dessin en ajoutant pudiquement un « e » au mot ami.

Elle enregistre des chansons de Michel Breuzard, puis, collaborant avec des compositeurs comme Charles Dumont, Gérard Bourgeois, Jacques Debronckart, Georges Chelon, elle écrit dans les années 1960 ses textes les plus connus : Mathias, Grenoble, Elle t'attend, On n'a pas le droit, Ostende. Son apparence androgyne et sa voix grave ainsi que ses chansons personnelles et ambiguës lui gagnent le public lesbien.

En 1966, elle chante à Bobino en première partie de François Deguelt.

Le 18 janvier 1968, celle qui chantait Mourir demain meurt d'un excès de barbituriques et d'alcool. Elle est inhumée au cimetière parisien de Bagneux (92), dans la 96e division 8e allée tombe 37.

Discographie[modifier | modifier le code]

45 tours[modifier | modifier le code]

  • Paris Terre mouillée (1963)
  • Si j'ai le cœur en berne (1964)
  • Mourir de joie (1964)
  • Mathias (1965)
  • Mourir demain (1965)
  • À ta santé, Madame (1966)
  • Elle t'attend (1966)
  • Dieu Julie (1966)
  • Ostende (1968)

33 tours[modifier | modifier le code]

  • Gribouille (1968)
  • Mourir de joie (1971)
  • Mourir de joie (1977)
  • Gribouille (1984)

CD[modifier | modifier le code]

  • Mourir de joie (1990)
  • Mathias (1997)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]