Grand-Goâve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand-Goâve
Administration
Pays Drapeau d'Haïti Haïti
Département Ouest
Arrondissement Léogâne
Maire PINCHINAT Jean Maxo
Code commune 0123
Démographie
Population 150 000 hab. (2017)
Densité 618 hab./km2
Géographie
Coordonnées 18° 26′ nord, 72° 46′ ouest
Altitude 48 m
Superficie 242,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haïti

Voir la carte administrative d'Haïti
City locator 14.svg
Grand-Goâve

Géolocalisation sur la carte : Haïti

Voir la carte topographique d'Haïti
City locator 14.svg
Grand-Goâve

Grand-Goâve est une commune d'Haïti, située dans le département de l'Ouest, et dans l'arrondissement de Léogâne.

Située à 45 km au sud de Port-au-Prince, Grand Goâve compte 124 135 habitants[1] (recensement par estimation de 2009). Elle est située au cœur du Sud-ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

la rivière de Grand Goâve est le principal fleuve qui a son embouchure à Grand Goâve. La rivière Lavange qui coule à l'Est de la ville, a vu son unique pont détruit. Lors des cyclones et de fortes pluies, les rivières débordent et leurs eaux tumultueuses emportent les habitations et les ouvrages d'art. Le déboisement et le non drainage des rivières aggravent cette situation. Pendant le séisme de 2010 à Haïti, l'un des ponts de Grand Goâve, celui situé sur la rivière Lavange, fut détruit au lieu-dit de Carrefour Fauché. Sa reconstruction en 2011 fut controversée en raison des méthodes de construction et il fut surnommé "pont gongon" c'est-à-dire pont "bidon"[2] qui devient poussière[3]. Lors d'une grave crue de la rivière Grand Goâve et de ses nombreux affluents, le nouveau pont, dit gongon fut emporté. Un autre chantier a été depuis relancé car ce pont est stratégique pour l'approvisionnement, le commerce et les déplacements des personnes vers l'ensemble de la péninsule de Tiburon.

Depuis le séisme de 2010 à Haïti, un barrage en amont de la rivière de Grand Goâve menace de rompre à la suite de sa fragilisation[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée depuis la période précolombienne avec l’établissement des premiers Français sur la partie l'ouest de l'ile en 1627, elle devient la première ville fondée par les aventuriers français. La ville est reconnue comme le berceau de la démocratie à la suite de la révision de la constitution de 1816 instaurant le Bicaméralisme Haïtien, et reconnut la liberté de la presse sous l’égide du Législateur J.B Sabourin et Chery Artais Pompé.

Administration[modifier | modifier le code]

La commune est composée de la ville de Grand-Goâve, et de 7 sections communales :

  • Tête-à-Bœuf 1
  • Tête-à-Bœuf 2
  • Moussambé 3
  • Moussambé 4
  • Grande Colline 5
  • Grande Colline 6
  • Gérard 7

Activités[modifier | modifier le code]

La ville a un hôpital (HGG), 2 clubs Seniors (ASGG/Inter GG), plusieurs clubs Cadets comme AGEFOOT, UNIONFOOT et ASPP. Il existe un réseau de communication très performant avec environs 7 radios et deux chaînes de télévision comme la radio SAKA, la Télé Radio Caciquat (TRAC FM),Radio Aguava FM, la radio démocratie, Création FM, et Zanset FM.

Personnalités originaires de Grand-Goâve[modifier | modifier le code]

  • Jean Baptiste Sabourin, constitutionnaliste 1815-1820
  • Sylvain Franck, fondateur du journal anti-communiste La Croisade, successeur de Joseph Nemours Pierre-Louis, Président par intérim d'Haïti le 7 février 1957
  • Clinton Harry, ancien sélectionné de la ligue de football de Grand Goâve et Ministre des travaux publics sous la présidence de Jean Bertrand Aristide en 2003, Directeur à l'AAN (autorité aéroportuaire national) 2016
  • Bijou Josette, docteur, Ministre de la santé publique sur le gouvernement de Gérard Latortue en 2004.
  • Chery Jean Fedner, militant politique, journaliste social, né en mars 1972, PDG de la radio SAKA 1997-2011, membre fondateur du réseau de Médias communautaires Haïtiens (RAMAK) 2008-2015, Fondateur du journal de gauche MAINS DE SANG, et propriétaire du Télé Radio Caciquat , gagnant du prestigieux « Prix de Leadership dans les Médias » à Washington le 2 juin 2009.
  • Jean Yves Saint Romain, docteur en médecine, endoscopiste .
  • René Rubens, informaticien, co-fondateur d'un réseau sportif en 2015 foot des siècles avec Paul Jefferson , Jackson Séraphin et Camilien Séraphin , d'un troupe culturel podium des stars et participant du club littéraire Makout Boyo.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]