Camp-Perrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Camp-Perrin [Kanperen]
Camp-Perrin
Administration
Pays Drapeau d'Haïti Haïti
Département Sud
Arrondissement Cayes
Code postal HT8140
Démographie
Gentilé Camp-perrinois, camp-perrinoise
Population 40´962 (en 2009) hab.
Géographie
Coordonnées 18° 19′ 31″ nord, 73° 51′ 46″ ouest
Altitude 246 m
Superficie 151,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haïti

Voir la carte administrative d'Haïti
City locator 14.svg
Camp-Perrin [Kanperen]

Géolocalisation sur la carte : Haïti

Voir la carte topographique d'Haïti
City locator 14.svg
Camp-Perrin [Kanperen]

Camp-Perrin (Kanperen en créole)[1] est une commune de l'arrondissement des Cayes, chef-lieu du département du Sud de la République d'Haïti. Elle s'étend sur une superficie[2] de 151,42 km2, soit environ 10 000 carreaux ou encore 160 000 seizièmes ou vingt-cinq[3]. En 2009, sa population était estimée à plus de 40 000 habitants[4].

L'orthographe de Camp-Perrin ne sera pas fixée avant le milieu du XIXe siècle. Camp est écrit avec un « c » minuscule, quelquefois avec un « C » majuscule ; on écrit « Perrin » ou « Périn ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Camp-Perrin aurait été fondé par Perrin de Saint-Aubin qui arriva de France à Saint-Domingue[5] à la fin du XVIIIe siècle. Perrin de Saint-Aubin aurait établi un camp militaire à l'emplacement de l'actuelle église catholique Sainte-Anne[6].

Pierre Perrin du Fief, né vers 1721 à Cognac (Charente, France)[7], écuyer, ancien seigneur de Saint-Aubin, était écrivain principal de la marine faisant fonction de commissaire général, subdélégué de l’intendant aux Cayes. Pierre Perrin du Fief de Saint-Aubin épousa Marie Louise Fanet ou Fairet (1721-1774) dont il eut un fils, Timothée Perrin du Fief né en 1745 et décédé en 1773, et une fille, Louise Marie Claire née en 1748. Il mourut en 1770 aux Cayes.

Timothée aurait lui-même eu deux fils: Louis Pierre et Timothée Pierre André. Louis Pierre Perrin du Fief de Saint-Aubin (né en 1768 et décédé en France en 1841) possédait en 1803 au moins deux caféières et une sucrerie dans la région dépendante des Cayes [8] Son épouse Marie Anne de Fontaine sera reconnue par la France comme ayant droit de l’indemnité due à son mari.

Timothée Pierre André devint capitaine de la Garde nationale et mourut en 1793 aux Cayes. Dans une note en bas de page de son article « Colons et esclaves du Sud de Saint-Domingue au début de la Révolution » publié dans la Revue française d’histoire d’outre-mer (1974), Bernard Foubert lui attribue cet extrait d’une lettre envoyée depuis les Cayes au Dr Smith à Paris le 22 janvier 1793: « Le peu d’entre nos nègres qui avaient levé l’étendard de la rébellion est actuellement rendu sur la caféière de mon frère et sollicitent de là leur pardon ».

Louise Marie Claire Perrin du Fief (1748-1776) épousa en 1766 Étienne-Louis Moreau, seigneur de Champlois (1729-1790) et engendra trois enfants: Marie Madeleine Augustine Moreau de Champlois (1770), Louis Moreau de Champlois qui s’engagea comme officier dans les chasseurs d’Alsace (France) et Charles Moreau de Champlois qui devint religieux à l’abbaye de Port-Salut.

Dans l’État détaillé des liquidations opérées par la commission chargée de répartir l’indemnité attribuée aux anciens colons de Saint-Domingue, on trouve parmi les propriétaires fonciers Catherine-Thérèse Perrin de Coinche, veuve Perreau de Fontermant, Louis-Marie Perrin de Richemont[9], affilié à Perrin de Saint-Aubin, Louis Perrin de Richemont, Mathurin-Élisabeth Perrin, veuve en secondes noces du sieur Guillotin.

L’instabilité orthographique du français de l’époque font que parfois on écrit Perrain, au lieu du patronyme Perrin. C’est ainsi que dans l’État détaillé des liquidations, on trouve des Perrain de Richemont au lieu de Perrin de Richemont et Du Fief est parfois écrit en un seul mot Dufief. Au plus fort de la guerre indépendantiste, certains colons français ont embarqué pour quitter Saint-Domingue si précipitamment sans emporter aucun document officiel. On eut recours à des témoins pour établir leur identité et leur patrimoine.

Poste militaire[modifier | modifier le code]

L'histoire fait référence en maintes occasions au camp Perrin. Ce camp a joué un rôle très important dans toutes les actions militaires qui émaillèrent le département du Sud aux XVIIIe et XIXe siècles. De par sa position stratégique au pied des montagnes de Plymouth qui séparent le nord et le sud du département, le camp jouait le rôle de verrou.

Carolyn E. Fick dans The Making of Haiti[10] parle du Camp Périn dont le commandant, en 1793, un certain Petit, entretient une correspondance régulière avec le commissaire civil Polverel.

Dans Quelques éclaircissements sur les troubles survenus dans le département du Sud de Saint-Domingue en août 1796, Mandar-Argeaut (pseudonyme de Moreau de Saint-Méry) relate l'insurrection contre le général Desfourneaux et les délégués envoyés par Sonthonax dans le Sud pour contraindre les affranchis mulâtres à exécuter la Proclamation de la liberté générale. Dans cet ouvrage, il fait plusieurs fois mention du camp Perrin, situé aux limites de la dépendance de Jérémie[11]. À cette occasion, Nicolas Geffrard, mulâtre né à Périgny, non loin de là, capitaine des chasseurs du 4e bataillon, père de Fabre Nicolas Geffrard qui allait devenir président d’Haïti (1859-1867), se distingua. Il reçut pour prix de sa valeur le commandement du camp [12]

Au sujet de la guerre du Sud entre Toussaint Louverture et André Rigaud en 1801, Beaubrun Ardouin relate les actions de Demuzaine Lagrenonnière, de Codère et de Jean-Charles Tibi, partisans de Rigaud au camp Perrin[13].

En 1803, pendant la période coloniale, les cultivateurs du camp Perrin s'insurgent et prennent part aux luttes indépendantistes d'un noir, Guillaume Lafleur, et d'un blanc, Lafredinière, ex-commandant du camp qui s'est rangé du côté des indigènes[14].

Pendant la révolution de 1843, le camp Perrin, commandé par Jean-Baptiste Riché, qui deviendra président d'Haïti[15]en 1846, est le centre nerveux de l'insurrection des Piquets, paysans armés de piques, de machettes et de fusils, sous le commandement de Jean-Jacques Acaau, ancien lieutenant de gendarmerie, Dugué Zamor, ancien tambour-major du 13e régiment et de Jean Claude, ancien adjudant-major de la garde nationale du camp Perrin[16]. C'est pendant cette période que le nom « Camp-Perrin », avec un trait d'union, apparaît pour la première fois dans une convention en date du passée entre la Constituante et les commissaires du Camp-Perrin suite à des différends qui ont amené des troubles dans l'arrondissement militaire des Cayes dont dépendait le poste de Camp-Perrin. Les commissaires de Camp-Perrin étaient Jourdain Barbot, Cazeau aîné, Cazeau jeune et Jérôme Zélé[17].

Le , le journal officiel Le Moniteur Haïtien publie l'ordonnance qui attribue le titre de baron au commandant du poste militaire de Camp-Perrin Lazarre Lamonge[18].

Le , les insurgés de Cholette qui occupaient Camp-Perrin sont mis en déroute par le général Fabre Geffrard qui commandait l'arrondissement des Cayes[15].

Section rurale[modifier | modifier le code]

Sous la présidence de Michel Domingue (1874-1876), les communes sont subdivisées officiellement en sections rurales. Camp-Périn devient la cinquième des douze sections rurales des Cayes. Entre-temps, la population civile se multiplie, composée essentiellement d'agriculteurs qui exploitent la fertile plaine des Cayes favorable aux cultures céréalières, ainsi que les hauteurs propices à la culture du café et du cacao.

En 1905, l'église catholique érige sur les ruines de l'ancien camp Perrin l'église dédiée à Sainte-Anne[19].

Quartier[modifier | modifier le code]

Le , les « grands Pouvoirs publics dans le but de répondre aux besoins des populations qui prennent de l'extension » érigent les postes militaires de l'Ile-à-Vache et de Camp-Périn [sic] en quartiers, dépendant de l'arrondissement des Cayes (département du Sud)[20].

Commune et paroisse[modifier | modifier le code]

Le , un an avant la fin de l'occupation américaine, le corps législatif considère que « le développement économique du quartier de Camp-Perrin nécessite qu'il soit érigé en commune ». Le 13 mai suivant, le président Sténio Vincent approuve ladite proposition et élève Camp-Perrin, qui jusque-là relevait de la commune des Cayes, au rang de commune de 5e classe[21], avec pour limites celles de l'ancien « quartier de Camp-Perrin »[22]. Ipso facto, Camp-Perrin devient une paroisse selon la Loi sur les divisions religieuses de 1861 qui stipule que les diocèses, établis dans les départements, comprendront « autant de paroisses distinctes que les départements correspondants comprennent de communes »[23]. Mais en réalité, depuis le 15 juillet 1905 l’église catholique avait élevé Camp-Perrin, chapelle depuis 1893, au rang de paroisse de Sainte-Anne.


Un arrêté présidentiel de Sténio Vincent, en date du , attribue à la nouvelle commune de Camp-Perrin les 3e, 5e et 6e sections rurales de la commune des Cayes à savoir les sections de Lévy, de Camp-Perrin et du poste militaire de Camp-Perrin[24].

En 1945, les Oblats de Marie-Immaculée fondent le Petit Séminaire de Mazenod pour accueillir et former de jeunes séminaristes. C'est l'actuel Petit Séminaire-Collège de Mazenod qui reçoit des jeunes pour les études secondaires. Les élèves de Mazenod figurent régulièrement au palmarès des meilleurs résultats nationaux aux examens de fin d'études[25].

En août 1964[26], l'ouragan Cleo (en) ravage l'église catholique qui est reconstruite en 1966 par les pères Armand et André Brédard[19]. L'ouragan Matthew emportera une fois de plus l'église en octobre 2016.

Géographie[modifier | modifier le code]

Camp-Perrin se situe à 22 km au nord de la Ville des Cayes. Camp-Perrin se situe à 18°19′ de latitude nord et 73°52′ de longitude ouest. Ses communes limitrophes sont Duchity et Pestel au nord, Maniche à l'est, les Cayes au sud, Torbeck à l'ouest.

Camp-Perrin est divisé administrativement en trois sections communales réparties sur quelques dizaines de localités, appelées couramment « zones »[27] :

  1. Lévy/Mersan;
  2. Champlois;
  3. Tibi Davezac.

Camp-Perrin est traversé du nord au sud par la Ravine du Sud, plus grand cours d'eau du département qui prend sa source dans les hauteurs de la chaîne de Plymouth (source Perrin) et finit sa course sur la plage de Gelée, près des Cayes.

Zones de Camp-Perrin.

Températures[modifier | modifier le code]

La température maximale moyenne est de 31 °C en juillet et la température minimale de 20 °C en janvier et février. Les mois les plus pluvieux vont de mai à octobre.

Relief[modifier | modifier le code]

À une dizaine de kilomètres de la ville des Cayes, chef-lieu du département du Sud, Camp-Perrin s'assied dans la plaine des Cayes et s'adosse sur les contreforts du massif de la Hotte.

Avec ses pics (Ka Renmon, Lapòt), ses mornes et ses plateaux boisés (Nanso), ses fabuleux escarpements (Joumpatann), ses rivières et leurs affluents (Opak, Lasous, Nan vivye), ses cascades (Telisma), ses nombreux étangs (Letan Dwat, Letan Lacho), sa vaste plaine, sa vue plongeante sur les côtes, sur la mer des Caraïbes et, au-delà, sur l'Île-à-Vache, Camp-Perrin présente un concentré de géographie physique. C'est la commune la plus haute du département avec une altitude moyenne de 200 mètres. Cette altitude, ainsi que les vingt-cinq points d'eau dont sept rivières, onze sources, six étangs[28] (Camp-Perrin reçoit plus de 5 mètres de pluie par an[29]) et la végétation dense procurent un micro-climat frais. Ainsi Camp-Perrin a longtemps été un lieu de villégiature des familles aisées de la ville des Cayes.

Langues[modifier | modifier le code]

Le créole[modifier | modifier le code]

100 % des camp-perrinois parlent et comprennent couramment le créole haïtien. On écrit de plus en plus dans cette langue, surtout dans les messages échangés sur les réseaux sociaux électroniques. Mais l'orthographe n'est pas universelle, elle se confond souvent ou se rapproche de l'orthographe des mots correspondants en français. Le créole émaille toutes les conversations, même dans une autre langue, pour exprimer les émotions fortes.

Le français[modifier | modifier le code]

Le français est la langue d'enseignement dans les écoles. Depuis les années 1970-1980, les familles font beaucoup d'effort pour envoyer leurs enfants à l'école, malgré le coût exorbitant (écolages, livres et autres fournitures, uniformes, transport) si bien que beaucoup de camp-perrinois comprennent assez bien cette langue. C'est la langue des documents officiels, celle des discours des grandes occasions, celle de certaines interventions publiques (quelques émissions de radiodiffusion, par exemple).

L'anglais[modifier | modifier le code]

Il n'est pas rare d'entendre parler anglais à Camp-Perrin, surtout pendant les vacances d'été. Cela est dû au fait que les enfants des familles émigrées aux États-Unis y retournent pendant cette période et s'expriment naturellement dans cette langue. Bien que la grammaire de cette langue soit enseignée dans les écoles, la pratique n'est pas efficiente et ne permet pas aux écoliers de la parler couramment.

L'espagnol[modifier | modifier le code]

L'espagnol est aussi enseigné dans les écoles, mais peu pratiqué dans la réalité quotidienne. Au début du siècle passé, de nombreux camp-perrinois avaient émigré à Cuba et en République dominicaine. Ces « viejos » savaient s'exprimer couramment en espagnol mais il n'en reste pratiquement aucun survivant aujourd'hui. Ainsi, l'espagnol a presque disparu de la vie quotidienne, à part entre les médecins cubains ou les techniciens dominicains expatriés en mission dans le village.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture et le commerce représentent encore les activités principales des Camp-Perrinois. L'industrie y est peu développée, en dehors des ateliers-écoles[30] de mécanique agricole qui fabriquent principalement des produits en métal. Au niveau de l'artisanat, on confectionne des habits traditionnels avec des dessins appliqués, on travaille le bois pour fabriquer des meubles.

Une prise d'eau aménagée dans la Ravine du Sud à Balanier et un réseau de canaux d'irrigation, construits en 1765 par le colon Pierre Valentin d'Avezac, permet d'arroser près de 3 000 carreaux de terre de la plaine des Cayes où sont cultivés maïs, petit-mil, pois, tabac, etc.

La partie haute du village, s'appuyant sur la chaîne de Plymouth, donne lieu à la culture de caféiers, de cacaoyers et d'arbres fruitiers (manguiers, avocatiers, etc.) ainsi que de tubercules (patates douces, ignames, maniocs, etc.).

Élevage[modifier | modifier le code]

L'élevage est pratiqué par des paysans qui élèvent quelques bovins, porcs, chèvres et poules destinés à l'alimentation ainsi que des coqs de combat pour les gaguères (les arènes dédiées aux combats de coq).

Mines[modifier | modifier le code]

Les mines de charbon, de lignite en particulier, dont on faisait état à la fin du XIXe siècle n'ont jamais été exploitées. En 1881, le Français M. A. Strauss à qui l'État avait concédé l'exploitation n'a jamais pu le faire, faute de capitaux. D'autres tentatives sont restées infructueuses[15].

Commerce[modifier | modifier le code]

La Fédération nationale des maires d'Haïti (FENAMH) recense en 2005 environ 173 boutiques[28]. Autrefois, la position-clé entre le nord et le sud de la presqu'île a aussi favorisé le commerce à Camp-Perrin. Les commerçants locaux achetaient les produits agricoles des paysans de Plymouth qu'ils revendaient aux habitants des régions du sud; ils vendaient aux paysans les produits manufacturés qu'ils achetaient aux négociants des Cayes. L'amélioration des routes tend à faire disparaître ce rôle clé des commerçants camp-perrinois.

Finances[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, selon la FENAMH, on trouve à Camp-Perrin en 2005 près de 300 banques de borlette (établissements de jeux de loterie), trois caisses d'épargne et de prêt, huit bureaux de change et cinq « maisons d'affaires » (organismes de prêt sur gage).

La route nationale qui relie Camp-Perrin à Jérémie, chef-lieu du département de la Grande-Anse, longe la rive gauche de la Ravine du Sud. En l'absence de pont, cette situation a valu à la commune un développement unilatéral: la plupart des infrastructures (écoles, marché, magasins, services administratifs, résidences privées) sont situées de ce côté gauche de la rivière. La construction d'une passerelle piétonne n'a pas réussi à rendre attractif le côté droit de la rivière.

Rôle de la diaspora[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970-1980, beaucoup de camp-perrinois ont émigré en Amérique du Nord, principalement dans les villes de New York et Miami. Ils s'y sont faits rejoindre par leur famille.

Actuellement, cette diaspora joue un rôle important dans l'économie locale, en faisant des dons réguliers aux membres de leur famille demeurant encore dans le village, en y faisant construire leurs résidences secondaires, en y fondant des entreprises (Radio-Télé La Brise), en mettant sur pied des organisations non gouvernementales d'intervention dans plusieurs domaines notamment celui de l'éducation (Projet Sainte-Anne[31]).

Religions[modifier | modifier le code]

Christianisme[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de statistiques disponibles en matière de pratiques religieuses[32] des habitants de Camp-Perrin. Même s'il n'y a pas de religion officielle en Haïti, le fait est que le catholicisme romain occupe à Camp-Perrin une position dominante, comme partout en Haïti, surtout à travers leur prépondérance dans le domaine de l'instruction scolaire.

D'autres églises chrétiennes, la plupart venant des États-Unis, tentent de convertir la population à un puritanisme protestant.

Vaudou[modifier | modifier le code]

En général, on croit dans le vaudou[33], au moins comme moyen d'incarnation et de mobilisation de forces du mal : idée inculquée par les religions chrétiennes, adversaires résolus du vaudou. Les protestants vivent leur foi comme un rempart contre lesdites forces maléfiques.

Le vaudou n'est pas une religion exclusiviste. Il n'interdit pas à ses adeptes la pratique d'autres rites religieux. Des fidèles d'autres religions peuvent à s'adresser à un houngan ou une manbo (prêtre et prêtresse du vaudou) en cas d'adversité tenace, maladies, querelles, malchances.

Autres religions[modifier | modifier le code]

Les autres obédiences catholiques, la foi musulmane, les religions orientales sont pratiquement inconnues à Camp-Perrin. Certains camp-perrinois fréquentent des loges maçonniques aux Cayes.

Éducation[modifier | modifier le code]

Éducation formelle[modifier | modifier le code]

L'éducation formelle se fait principalement à travers l'école, dans une moindre mesure par les parents. La carence ou l'absence de structures étatiques laissent aux églises chrétiennes un véritable monopole dans le domaine de l'éducation des enfants.

Les congrégations catholiques jouissent d'à priori positifs, pour dispenser les bonnes manières et le savoir-vivre en société. Les églises protestantes aussi se sont engouffrées dans cette brèche. La religion vaudoue n'intervient pas dans ce domaine.

Éducation informelle[modifier | modifier le code]

Tout adulte, lié de près ou de loin à un enfant à travers de liens de parenté ou de voisinage, a un droit de regard sur son éducation. Les punitions corporelles sont en théorie interdites, mais il n'est pas rare que de tels moyens soient utilisés.

Sept stations de radio et une chaîne de télévision diffusent diverses émissions de savoir-vivre, de santé et d'éducation religieuse.

Habitudes alimentaires[modifier | modifier le code]

Les repas sont pris trois fois dans la journée, si les moyens financiers le permettent:

Déjeuner[modifier | modifier le code]

Café, patates, bananes vertes, œufs brouillés, spaghettis, bouillie de maïs, pain accompagné de bananes mûres constituent ce repas pris le matin avant de commencer les activités de la journée.

Dîner[modifier | modifier le code]

Riz ou maïs, purée de haricot, légumes cuits, viande de poulet ou de porc sont souvent servis lors de ce repas, le principal de la journée. Il a souvent lieu dans le courant de l'après-midi et est souvent servi avec une boisson sucrée.

Souper[modifier | modifier le code]

Ce repas, pris le soir avant d'aller au lit, considéré comme léger selon les haïtiens, peut être de l'akasan (une sorte de bouillie de maïs épicée, sucrée et mélangée avec du lait de vache), ce peut être aussi du griot (viande de porc frite) et des bananes pesées. Il est souvent préparé et vendu par une marchande du quartier.

À part les fruits, la plupart des aliments sont cuits. Traditionnellement, la cuisinière sert une assiette à chaque membre de la famille qui prend son repas comme il lui plaît, séparément. Si la table est mise lors de fêtes ou d'occasions spéciales, chaque convive se sert lui-même une part du plat placé au centre. Il est rare que la cuisinière, que ce soit la maîtresse de maison ou une servante, rejoigne à table le reste de la maisonnée.

Relations amoureuses[modifier | modifier le code]

Couples[modifier | modifier le code]

L'âge de la majorité sexuelle est de 18 ans. Les interactions sexuelles entre adultes et mineurs sont considérées comme du viol. Dans le couple, les hommes sont généralement plus âgés et financièrement plus aisés que leurs partenaires.

Les sentiments amoureux ne sont guère manifestés publiquement. Il y a rarement des signes et des gestes d'intimité. On ne s'embrasse pas dans la rue, on ne se tient même pas la main. L'abstinence de la femme est valorisée tandis que l'homme peut se vanter de ses conquêtes féminines.

Homosexualité[modifier | modifier le code]

Les relations homosexuelles sont perçue très négativement, quand elles ne soulèvent pas une véritable hostilité, des moqueries et des violences verbales et physiques.

Prostitution[modifier | modifier le code]

La prostitution n'est pas interdite légalement, mais elle est très mal considérée socialement.

Loisirs[modifier | modifier le code]

Danse[modifier | modifier le code]

Les Camp-Perrinois aiment danser au rythme du kompa, la musique nationale. Des bals dont l'entrée est payante sont régulièrement organisés dans des night-clubs. En général, la soirée dure de 22 ou 23 h jusque vers h du matin. On danse en couple, serrés de près, si bien qu'en principe, à moins qu'il ne puisse y avoir aucune ambiguïté, une fille ne danse qu'avec son amoureux.

Jeux[modifier | modifier le code]

On remarque souvent des hommes sous une galerie ou sous un arbre en train de jouer aux dominos, au poker ou au bésigue. Certains jours, ils se réunissent dans les gaguerres. Entre deux combats de coq, ils profitent pour jouer à d'autres jeux de hasard.

Sport[modifier | modifier le code]

Le sport le plus pratiqué est le football masculin. Pendant les vacances, plusieurs championnats ont lieu, qui opposent des équipes de différentes zones de la commune. Quelquefois, des compétitions de basket-ball sont organisées. Il existe très peu de loisirs sportifs spécifiquement dédiés aux femmes. Néanmoins, elles constituent une bonne partie du public lors des manifestations sportives.

Autres loisirs[modifier | modifier le code]

À l'occasion de la fête patronale, d'autres genres d'activités culturelles et sportives ont parfois lieu : représentations théâtrales, spectacles de danses folkloriques, courses de vélo, courses à pied, foires agro-artisanales, etc.

Intérêts touristiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs sites à Camp-Perrin éveillent un intérêt touristique. L'état des routes, en plus des fréquents embouteillages aux sorties de Port-au-Prince ainsi que des troubles politiques qui peuvent affecter la sérénité des voyageurs ne favorisent pas le développement du tourisme dans le pays de manière générale. Mais le touriste ne regrettera pas d'être venu à Camp-Perrin, généralement calme et avenant, pour y découvrir d'inoubliables joyaux.

Habitat[modifier | modifier le code]

Se promener dans Camp-Perrin permet d'admirer de belles demeures dans leurs écrins de verdure, au milieu de grands arbres fruitiers, de jardins de fleurs sauvages, de chants d'oiseaux, de cris d'animaux de basse-cour en liberté.

Quelques maisons paysannes témoignent encore du travail des artisans locaux : toits de chaume, murs en claire-voie et en maçonnerie, portes, fenêtres et jalousies en bois travaillé, distribution minimale pratique.

La Prise[modifier | modifier le code]

Camp-Perrin ne se trouve pas au bord de la mer. La plage de Gelée aux Cayes est à vingt minutes en voiture. Les plages de Port-Salut et de l'île-à-Vache sont à moins d'une heure. Toutefois, le village n'a rien à envier à ses voisins de la côte. La Prise du canal d'Avezac à Balanier a été amenagée en un site de distraction et de bien-être. La population et les visiteurs se baignent dans l'eau fraîche des différents bassins ou dans la rivière. Durant la semaine de la fête du village, autour du 26 juillet, des groupes musicaux s'y produisent régulièrement. On peut s'y rendre à pied, en suivant le canal d'irrigation depuis Pied-Camp afin d'admirer sur le parcours le travail de Pierre Valentin d'Avezac.

Kounoubois[modifier | modifier le code]

Pour atteindre la grotte de Kounoubois, on traverse la Ravine et on monte une colline pendant une heure environ. On peut alors admirer le travail de la nature qui a forgé cette immense grotte, pleine de stalactites et de stalagmites. Les visiteurs et les guides ont donné des noms à certains spéléothèmes : la cathédrale, Statut de saint Christophe, Maître Carrefour, le Serpent, le Cheval.

On raconte que cette grotte a servi aux esclaves, puis aux Haïtiens, de lieu de culte du vaudou interdit à différents moments de l'histoire du pays.

Saut-Mathurine[modifier | modifier le code]

Saut-Mathurine est la plus grosse cascade du pays avec plus de 30 mètres de haut et autant de large. On peut y accèder en voiture, mais y aller à pied (deux heures de marche) est une belle balade qui passant par Perrigny (Pereni en créole), au bord de l'immense lit blanc de la Ravine. Lorsque l'eau n'est pas détournée vers la petite centrale hydro-électrique qu'elle alimente pour la production d'électricité du département, c'est une merveille de brouillard et d'arc-en-ciel qui s'offre à l'admiration des visiteurs.

Quelques chiffres (2005)[modifier | modifier le code]

Selon les chiffres de la FENAMH établis en 2005 :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2005, on estimait la population à 36 777 habitants (densité : 275 habitants/km2) dont 105 hommes pour 100 femmes. Entre 1982 et 2003, le taux moyen d'accroissement démographique annuel a été de 1 %.

Groupes d'âge
  • Moins de 15 ans : 36,3 % ;
  • Entre 15 et 64 ans : 57 % ;
  • 65 ans et plus : 6,7 %.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

  • 62 établissements scolaires dont dix de niveau préscolaire, quarante-et-un de niveau primaire et onze de niveau secondaire.
  • 6 centres d'alphabétisation.
  • 5 institutions techniques et professionnelles.

Santé[modifier | modifier le code]

  • Quatre établissements dont trois cliniques et un centre de santé avec lit.
  • Quinze médecins, deux dentistes, huit infirmières, seize auxiliaires, trois techniciens de laboratoire et une sage-femme.

Religion[modifier | modifier le code]

Il existe 59 lieux de culte dont quinze de confession baptiste, quatorze relevant de l'Église de Dieu, onze églises catholiques ainsi qu'un temple et huit péristyles vaudous.

Socio-politique[modifier | modifier le code]

  • Sept partis politiques.
  • Douze organisations sociopolitiques.
  • Quatre coopératives.
  • Quatre organisations non gouvernementales (ONG).

Énergie[modifier | modifier le code]

  • 26 heures par semaine de courant fourni par Électricité d'Haïti (EDH)[34].
  • Quelques génératrices et inverters (onduleurs) privés.

Médias[modifier | modifier le code]

  • Sept stations de radio.
  • Une station de télévision.
  • Pas de presse écrite.

Économie[modifier | modifier le code]

  • 173 établissements commerciaux dont 55 grandes boutiques et 48 petites boutiques.
  • 5 hôtels (une quinzaine en 2019)
  • 3 caisses populaires.
  • 8 bureaux de change.
  • 5 maisons d'affaires (monts-de-piété)
  • 285 banques de borlette (établissements de jeux de loterie)

Administration et justice[modifier | modifier le code]

  • 1 bureau des contributions[35].
  • 1 commissariat de police.
  • 1 tribunal de paix (deux en 2019)
  • 1 bureau d'état civil.

Divertissements[modifier | modifier le code]

  • Deux bibliothèques.
  • Six night-clubs.
  • Deux places publiques.
  • Quatre gaguères.
  • Deux salles de théâtre.
  • Huit sites touristiques et monuments.

La commune est à vingt minutes en voiture de la mer des Caraïbes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La première version de cet article a été rédigée par Jude Perrin et mise en ligne en juin 2019.
  2. Ernst Pédro Casséus, Dictionnaire géographique et toponymique de la République d'Haïti, Imprimerie Henri Deschamps, 2004.
  3. À Camp-Perrin, l'unité de mesure de la surface des terrains est le « carreau », lequel équivaut à 1,29 ha. Le seizième ou le vingt-cinq équivaut à 1/16 de carreau, soit 806,25 m2
  4. Population totale, population de 18 ans : Ménages et densités estimés en 2009 - IHSI, mars 2009, p. 39 [PDF].
  5. Christophe Colomb arriva sur l'île d'Haïti le . L'île était alors peuplée d'Arawaks et de Caraïbes qu'il prit pour des Indiens. Il nomma l'île Hispaniola, en l'honneur du royaume d'Espagne pour le compte duquel il avait entrepris l'expédition maritime. Les premiers habitants furent vite décimés par les colonisateurs et remplacés par des esclaves nègres amenés d'Afrique. Il est vraisemblable que le camp Perrin a été fondé pendant la guerre de sept ans (1756-1763) comme camp de repli et de réserve au cas où les Anglais, établis à la Jamaïque, attaqueraient le Sud. En 1697, les Français et les Espagnols se partagèrent l'île. La partie occidentale revint à la France qui l'appela « Saint-Domingue ». Ce nom perdura jusqu'à l'indépendance en 1804 lorsque le nouvel État fut renommé « Haïti », comme l'appelaient les premiers habitants. « Haïti » signifiait en leur langage « terre montagneuse ».
  6. Lorsque vers 1830 la France réclamera à Haïti d’indemniser les anciens colons, sont cités un certain Perrin de Saint-Aubain comme allié à Louis-Marie Perrin de Richemont et une certaine Louise-Marie Claire Perrin, veuve d’Étienne-Louis Moreau de Champlois.
  7. Serait-il frère ou cousin de Louis Nicolas Perrin de Coinche et de Jean-Louis Marcel Julien Perrin de Coinche, maire de Cognac, qu’on retrouve parmi les colons sans propriété foncière à indemniser après l’indépendance d’Haïti, conformément à la légende qui veut que trois frères Perrin auraient débarqué à Saint-Domingue au milieu du XIXe siècle, deux restant aux Cayes, l’autre allant à Jacmel?
  8. Affiches américaines de Saint-Domingue, numéro 14, lundi 7 février 1803
  9. Les Perrin de Richemont ne seraient pas de la famille des Perrin du Fief de Saint-Aubin. Ils proviendraient de la souche de Claude Perrin, « baron de Richemont, imposteur qui se faisait passer pour fils de Louis XVI, d’après une note de Oliver Gliech
  10. (en) Carolyn E. Fick, The Making of Haiti : The Saint Domingue Revolution from Below, University of Tennessee Press, 1990.
  11. Mandar-Argeault, Quelques éclaircissements sur les troubles survenus dans le département du Sud de Saint-Domingue : En Fructidor, an 4e (août 1796, vieux style), 1797, Imprimerie P.F. Fauche, p. 43 [lire en ligne].
  12. Céligny Ardouin, Essais sur l’histoire d’Haïti, 1865, T. Bouchereau, Port-au-Prince, p. 117 [lire en ligne].
  13. Beaubrun Ardouin, Études sur l'histoire d'Haïti, tome quatrième, 1853, Dezobry et E. Magdeleine, Paris, p. 266.
  14. (en) Carolyn E. Fick, The Making of Haiti, p. 231.
  15. a b et c Semexan Rouzier, Dictionnaire géographique et administratif universel d'Haïti, 1891, Imprimerie Charles Blot, Paris, pp. 166-167.
  16. Thomas Madiou, Histoire d'Haïti, 1843-1846, Tome 8, Éditions Henri Deschamps.
  17. Convention passée entre la constituante et les délégués du Camp-Perrin - République haïtienne, 4 avril 1844 (sur Gallica) [PDF].
  18. Le Moniteur haïtien, 1er décembre 1849 - Gallica.
  19. a et b Camp-Perrin : Église Sainte-Anne - Youri Thomas, Le monde en images, 2015.
  20. Loi érigeant en quartier les postes militaires de l'Île-à-Vaches et de Camp-Périn - Moniteur, 27 octobre 1909 [PDF].
  21. Selon la loi de 1821 sur la perception des droits de patentes, les communes, paroisses de l'un quartiers de la République sont classées en six classes.
  22. Loi érigeant en commune de 5e classe le quartier de Camp-Perrin : 9 mai 1933 - Bibliothèque numérique du CIAT [PDF].
  23. Arrêté portant division religieuse de la République : 12 mars 1861 - Bibliothèque numérique du CIAT [PDF]
  24. Arrêté sur les limites de la commune de Camp-Perrin : 19 juillet 1937 - Bibliothèque numérique du CIAT [PDF]
  25. Congrégation des missionnaires oblats de Marie immaculée - Séminaire Collège de Mazenod.
  26. Image de la trajectoire de l'ouragan Cleo de 1964 sur Wikimedia Commons.
  27. Le décret du 22 juillet 2015 cite les trois sections communales de Camp-Perrin de l'arrondissement des Cayes dans le département du Sud.
  28. a et b Camp Perrin - FENAMH.
  29. Climat (modélisé) Camp Perrin - Meteoblue.com.
  30. Les Ateliers écoles de Camp-Perrin - Centre de production d'équipements et de formation d'artisans de la Plaine des Cayes
  31. Projet Sainte-Anne Website http://www.projectstanne.org
  32. Haiti : Constitution, 1987, Article 30 : Toutes les religions et tous les cultes sont libres. Toute personne a le droit de professer sa religion et son culte, pourvu que l'exercice de ce droit ne trouble pas l'ordre et la paix publics.
  33. Le vaudou haïtien a longtemps été diabolisé et réprimé. Des idées négatives sont encore véhiculées à son encontre. Voir Alfred Metraux, Le Vaudou haïtien, Éditions Gallimard, 1958.
  34. EDH - Électricité d’Haïti https://www.edh.ht/
  35. DGI - Direction Générale des Impots https://dgi.gouv.ht/

Photos et vidéos[modifier | modifier le code]

Champlois. Vue depuis Bourg-Joli, 6 mois après l'ouragan Matthew.
Etang Lachaux
Morn Mytil (Bourg-Joly avan Route Nef)
Ka Renmon. Vue depuis Bourg-Joli.
La Prise en été 2017
Vielle Maison 5 - Juillet 2019
Vielle Maison 2 - Juillet 2019
Vielle Maison 3 - Juillet 2019
Vielle Maison 4 - Juillet 2019
Vielle Maison 5 - Juillet 2019
Vielle Maison 6 - Juillet 2019
Nature 7 - Juillet 2019
Nature 1 - Juillet 2019
Nature 2 - Juillet 2019
Nature 3 - Juillet 2019
Nature 4 - Juillet 2019
Nature 5 - Juillet 2019
Nature 6 - Juillet 2019
Nature 7 - Juillet 2019
Saut-Mathurine 1 - Juillet 2019
Saut-Mathurine 2 - Juillet 2019.
Saut-Mathurine 3 - Juillet 2019.
Saut-Mathurine 4- Juillet 2019.
Saut-Mathurine 2 - Juillet 2019.