Georges Martin (ingénieur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Georges Martin et Martin.
Georges Martin
Cervos-Gavin et Martin.jpg
Johnny Servoz-Gavin et Georges Martin, Le Mans 1969
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Conjoint
Colette Jouvet
Œuvres principales

Georges Martin, né le à La Ferté-Alais (Seine-et-Oise) et mort le [1] aux Sables-d'Olonne (Vendée), est un ingénieur français de l'École spéciale des travaux publics, section «  mécanique-électricité » qui a conçu des moteurs thermiques automobiles, notamment le « moteur Poissy » qui motorise la Simca 1100 dès octobre 1967 ainsi que le moteur V12 Matra Sports engagé en Formule 1.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Beltoise, Georges Martin et Chris Amon au Grand Prix de Monaco 1971.
La première victoire de Matra aux 24 heures du Mans 1972. Bernard Boyer, Georges Martin, Jean-Luc Lagardère, Henri Pescarolo.

Georges Martin entre chez Simca en 1959, c'est là qu'il va découvrir les contraintes de la grande série, par opposition la compétition, son futur emploi, là où l'on se soucie moins des coûts de fabrications. Au bureau d'étude de chez Simca, il a conçu le fameux « moteur Poissy » qui va apparaître sur la Simca 1100 en octobre 1967. Ce moteur s'est toujours caractérisée par sa fiabilité, sa puissance et son couple appréciables pour la cylindrée, mais présente l'inconvénient d'une distribution bruyante, évoquant le bruit d'une machine à coudre, en voulant faire solide, préférant une double chaîne sans tendeur à une simple chaîne avec tendeur. La sécurité a été privilégiée sur le confort[2].

Il passe chez Matra fin 1966, grâce à son ancien collègue de chez Simca : Philippe Guédon (qui deviendra par la suite PDG de Matra Automobile).

En arrivant chez Matra, il ne sait pas vraiment ce qui est attendu de lui. C'est Jean-Luc Lagardère qui lui annonce, à sa surprise, qu'il va travailler pour la Formule 1. L'objectif est de concevoir un moteur qui doit développer 150 ch par litre. Il conçoit le moteur V12 Matra Sports de Formule 1[3],[4].

Le 25 avril 2012, la salle d'exposition des moteurs du musée Matra de Romorantin-Lanthenay prend son nom en son honneur[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auto Passion, no 69 - juin 1992.
  • L'Auto-Journal, 15 mars 1990.

Liens externes[modifier | modifier le code]