Gamma Mensae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gamma Mensae
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 05h 31m 53,01393s[1]
Déclinaison −76° 20′ 27,4779″[1]
Constellation Table
Magnitude apparente 5,19[2]

Localisation dans la constellation : Table

(Voir situation dans la constellation : Table)
Mensa IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral K2 III[3],[4]
Indice U-B +1,18[2]
Indice B-V +1,13[2]
Astrométrie
Vitesse radiale +56,7 ± 0,8 km/s[5]
Mouvement propre μα = +142,50 mas/a[1]
μδ = +286,85 mas/a[1]
Parallaxe 31,89 ± 0,81 mas[1]
Magnitude absolue +2,70[6]
Caractéristiques physiques
Masse 1,04 M
Rayon 4,99 R
Gravité de surface (log g) 2,76[3]
Luminosité 21 L
Température 4 491 K[3]
Métallicité +0,22
Âge 10,60 G a
Binaire
Compagnon γ Men B[7]
Demi-grand axe (a) 51 ± 10 "
Excentricité (e) 0 59 ± 0 15
Période (P) 7,455 ± 4,857 an
Inclinaison (i) 53 ± 8°
Argument du périastre (ω) 124 ± 74°
Longitude du nœud ascendant (Ω) 117 ± 90°
Époque du périastre (τ) 1 995,111 ± 4,085 JJ

Autres désignations

γ Men, CD−76 222, HD 37763, HIP 25918, HR 1953, SAO 256201[8]

Gamma Mensae, γ Mensae, est une étoile binaire orange de la constellation australe de la Table. La magnitude apparente visuelle de 5,19[2] indique qu'elle est faiblement visible à l'œil nu. Sur la base d'une parallaxe annuelle de 7,70 mas[1], elle est à environ 102 années-lumière du Soleil. A cette distance, la magnitude visuelle est diminuée d'un facteur d'extinction de 0,033 à cause de la poussière interstellaire[9]. Le système montre les propriétés cinématiques de vitesse élevée d'une étoile de population II, mais possède des abondances solaires pour la plupart des éléments[10].

C'est une probable binaire astrométrique[4], avec des éléments orbitaux mal connus. Le membre visible, composante A, est une étoile géante évoluée de type spectral K2 III[3]. Âgée d'environ 10,6 milliards d'années, elle a presque la même masse que le Soleil mais a gonflé pour atteindre cinq fois le rayon du Soleil[9]. Elle émet 21 fois la luminosité du Soleil depuis sa photosphère étendue à une température effective de 4491 K[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f F. van Leeuwen, « Validation of the new Hipparcos reduction », Astronomy and Astrophysics, vol. 474, no 2,‎ , p. 653–664 (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752)
  2. a b c et d H. L. Johnson, B. Iriarte, R. I. Mitchell et W. Z. Wisniewskj, « UBVRIJKL photometry of the bright stars », Communications of the Lunar and Planetary Laboratory, vol. 4, no 99,‎ (Bibcode 1966CoLPL...4...99J)
  3. a b c d et e R. O. Gray, C. J. Corbally, R. F. Garrison, M. T. McFadden, E. J. Bubar, C. E. McGahee, A. A. O'Donoghue et E. R. Knox, « Contributions to the Nearby Stars (NStars) Project: spectroscopy of stars earlier than M0 within 40 pc-The Southern Sample », The Astronomical Journal, vol. 132, no 1,‎ , p. 161–170 (DOI 10.1086/504637, Bibcode 2006AJ....132..161G, arXiv astro-ph/0603770)
  4. a et b P. P. Eggleton et A. A. Tokovinin, « A catalogue of multiplicity among bright stellar systems », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 389, no 2,‎ , p. 869–879 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2008.13596.x, Bibcode 2008MNRAS.389..869E, arXiv 0806.2878)
  5. J. H. J. de Bruijne et A.-C. Eilers, « Radial velocities for the HIPPARCOS-Gaia Hundred-Thousand-Proper-Motion project », Astronomy & Astrophysics, vol. 546,‎ , p. 14 (DOI 10.1051/0004-6361/201219219, Bibcode 2012A&A...546A..61D, arXiv 1208.3048)
  6. E. Anderson et Ch. Francis, « XHIP: An extended hipparcos compilation », Astronomy Letters, vol. 38, no 5,‎ , p. 331 (DOI 10.1134/S1063773712050015, Bibcode 2012AstL...38..331A, arXiv 1108.4971)
  7. W. I. Hartkopf, B. D. Mason et C. E. Worley, Sixth Catalog of Orbits of Visual Binary Stars, United States Naval Observatory, (lire en ligne)
  8. (en) * gam Men -- High proper-motion Star sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  9. a et b Robert A. Wittenmyer, Fan Liu, Liang Wang, Luca Casagrande, John Asher Johnson et C. G. Tinney, « The Pan-Pacific Planet Search. V. Fundamental Parameters for 164 Evolved Stars », The Astronomical Journal, vol. 152, no 1,‎ , p. 15 (DOI 10.3847/0004-6256/152/1/19, Bibcode 2016AJ....152...19W, arXiv 1605.00323)
  10. R. Foy, « Detailed analysis of high velocity stars », Astronomy and Astrophysics, vol. 85, no 3,‎ , p. 287–294 (Bibcode 1980A&A....85..287F)