Franz Weber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Franz Weber
Image dans Infobox.
Franz Weber vers 1975.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
BerneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Autres informations
Mouvement
Plaque commémorative pour sa contribution à la préservation des vignobles de Lavaux, à Puidoux, au Chemin de la Dame

Franz Weber, né le à Bâle et mort le à Berne[1], est un humaniste, écologiste, écrivain et journaliste suisse[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Franz Weber est le 3e d’une famille de sept enfants. Son père est fonctionnaire de l’État, et il perd sa mère lorsqu'il a dix ans, décédée après une intervention chirurgicale, d'une hernie étranglée. La perte de sa mère et l'erreur médicale dont elle a été victime auraient été à la base de sa volonté de lutter contre les injustices[3],[4].

Après une formation commerciale, il quitte la Suisse en 1949 pour entreprendre des études de lettres à Paris, ville qu'il apprécie. Pour gagner sa vie, il se lance dans le journalisme. Pendant dix ans, il est rédacteur en chef de «La Voix des Poètes» (revue fondée en 1959 avec Simone Chevallier, sa compagne d'alors[5]), tout en parcourant le monde comme grand reporter[3].

En 1965, il débute sa première campagne pour la protection de l'Engadine à Surlej. Il se fait connaître, au niveau international, par ses combats pour la conservation de Lavaux, de Delphes, des Baux-de-Provence, la sauvegarde des bébés phoques, de la forêt alluviale du Danube, des éléphants du Togo ou encore des chevaux sauvages d'Australie.

Il habite dans la région de Vevey en 1968 puis s'installe définitivement à Clarens en 1974[6].

En 1975, il crée en Suisse à Montreux, une fondation qui porte son nom et en 1977, il fonde l'Association Helvetia Nostra à l'origine de nombreuses initiatives populaires en Suisse.

En 1979, il prend également l'initiative de fonder la Cour Internationale de Justice des Droits de l'Animal et, avec l'écrivain Denis de Rougemont, les Nations unies des Animaux (United Animal Nations).

De 2005 à 2011, il s'engage en vain pour la préservation de la gare de Champ-du-Moulin, dans la commune de Brot-Dessous, qui sera finalement détruite par les CFF faute de budget pour la rénover[7],[8].

En , il lance à Genève avec Brigitte Bardot une nouvelle campagne pour interdire la chasse aux phoques sur la banquise canadienne. Avec l'association Helvetia Nostra, il lance une initiative «Contre le bruit des avions de combat à réaction dans les régions touristiques et de détente en temps de paix» qui est soumise à votation populaire le . L'initiative est rejetée à 68,1 %[9].

En 2008, il lance sa troisième initiative pour « Sauver Lavaux », après la première en 1977[10] et la deuxième en 2005, qui furent acceptées par les Vaudois en votation et qui contribuèrent à permettre aux vignobles de Lavaux d'être inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO, le . Cette troisième initiative est balayée par les députés du Grand Conseil au profit du contre-projet par 120 voix pour le contre-projet, 9 contre et 3 abstentions[11]. L'initiative « Sauvez Lavaux 3 » est néanmoins soumise au peuple vaudois le en même temps que le contre-projet du Conseil d'État. Par 68,1 % des voix, l'initiative « Sauvez Lavaux 3 » est refusée, mais le contre-projet accepté par 68,4 % des voix. Le contre-projet renforce néanmoins la protection des vignobles de Lavaux, ce qui satisfait Franz Weber malgré la défaite de sa troisième initiative pour sauver Lavaux[12].

En 2009, il publie un recueil de contes, Entre chien et loup.

Le , son initiative visant à limiter les résidences secondaires à 20 % des logements totaux est acceptée par la population et les cantons. À compter de cette date, Helvetia Nostra dépose des recours contre la plupart des permis de construire des résidences secondaires dans les communes dont le taux dépasse déjà les 20 %. De ces recours, 30 requêtes d'effet suspensif contre des projets de construction dans le Canton du Valais sont déposés au nom de voisins qui ne l'avaient pas mandaté. L'avocat de la fondation de Franz Weber est dénoncé à l'autorité de surveillance des avocats et une plainte pénale est déposée[13]. Le , la Chambre des recours pénale vaudoise classe la plainte contre l'avocat. Le tribunal estime qu'il n'y a pas de dessein d'enrichissement illégitime[14].

De 2016 à sa mort, Franz Weber vit dans une maison de retraite[15].

Famille[modifier | modifier le code]

Le , sa seconde épouse Judith, qu'il a rencontrée quand il a défendu le lac de Sempach, donne naissance à leur fille Vera[3].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Il a obtient plusieurs prix internationaux, dont le Prix allemand de la protection de la Nature (1978), la médaille allemande de la protection de l'environnement (1979), le prix européen pour l'aménagement du territoire (1981). En 1997, en présence de diverses personnalités, dont les écrivains Émile Gardaz et Jean-Pierre Thiollet, Franz Weber se voit accorder le titre de citoyen d'honneur de Delphes[16].

Fondation Weber[modifier | modifier le code]

Journal Franz Weber
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Zone de diffusion Suisse
Langue français
Périodicité 4 fois par année
Genre Ecologie
Ville d’édition Berne

Rédacteur en chef Vera Weber et Matthias Mast
Site web Journal Franz Weber

En 2014, sa fille Vera lui succède à la fondation Weber. Diplômée de l'école hôtelière de Lucerne en 1999, elle a exercé la fonction de vice-présidente de la Fondation Weber dès 1999[17].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'écologiste Franz Weber n'est plus », sur Tribune de Genève, (consulté le )
  2. Émission Confidences (2006), La Télé, 4 avril 2019
  3. a b et c Franz Weber, Ecolo avant l’heure, Coopération (journal), 19 août 2013
  4. Franz Weber aura 90 ans jeudi, dans la sérénité, Tribune de Genève, 25 juillet 2017
  5. « Franz Weber ou le rêve d’une Suisse intacte », sur revue.ch (consulté le ).
  6. 24 Heures, 18 janvier 1994
  7. « "Nous vaincrons!" », L'Express,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  8. Jean-Michel Pauchard, « Une nouvelle gare en décembre », L'Express,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  9. rsr.ch
  10. Jean-Philippe Chenaux, « "Sauver Lavaux": Franz Weber et ses amis ouvrent le feu" », Gazette de Lausanne,‎
  11. 24 Heures, 21 janvier 2014.
  12. « L'initiative vaudoise "Sauver Lavaux" refusée au bénéfice du contre-projet », 18 mai 2014, Radio télévision suisse
  13. Le Temps, .
  14. L'avocat d'Helvetia Nostra blanchi par la justice vaudoise, 2 février 2014, Radio télévision suisse
  15. Franz Weber se repose d'une vie de combat, '20 minutes (Suisse), 25 juillet 2017
  16. « Fondation Franz Weber », sur Fondation Franz Weber (consulté le ).
  17. Vera Weber peut-elle faire aussi fort que son père ?, Le Matin (Suisse), 24 septembre 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Corinne Pulver, Franz Weber ou La Fureur d'aimer, éditions Pierre Marcel Favre, 2002 (ISBN 978-2-8289-0706-8)
  • René Langel, Franz Weber. L'homme aux victoires de l'impossible, éditions Pierre Marcel Favre, 2004 (ISBN 978-2-8289-0787-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]