François Zabaleta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zabaleta.
François Zabaleta
Description de cette image, également commentée ci-après
François Zabaleta (autoportrait, septembre 2017)
Naissance (58 ans)
Niort, Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession écrivain, plasticien, photographe et cinéaste

François Zabaleta (né le à Niort) est un écrivain, plasticien, photographe et cinéaste français. Il vit à Gien (Loiret).

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille de l'artiste

Issu d'une famille basque espagnole qui a donné plusieurs musiciens et sportifs (branches espagnole[1] et argentine[2] des Zabaleta), il est le petit-fils du rugbyman bayonnais David Zabaleta[3].

Son travail sur l'écrit

C'est à la fin des années 1980 qu'il publie son premier roman, Les Innocents, puis d'autres récits et essais ainsi qu'un livre pour enfants, Un alligator pour la vie, illustré par Dupuy-Berberian.

Son travail d'écriture se poursuit aujourd'hui, au service de ses projets visuels.

Son travail sur l'image

Alliant photographie et vidéo, il travaille essentiellement en France mais aussi en Espagne et aux États-Unis, sur de nombreux projets parmi lesquels :

  • Le Capital humain, essai sur la recherche d’amour et de sexe sur Internet,
  • Missing, travail autour des avis de recherche de personnes disparues,
  • Mon objet préféré, inventaire des rapports identitaires que les individus entretiennent avec les objets,
  • Le magasin de solitude, méditation sur le quotidien des artistes et la sédentarité dans l’Europe du début du troisième millénaire,
  • La douce impatience de vivre, journal photographique.

Il a aussi réalisé en 2009 une adaptation cinématographique de sa propre pièce de théâtre, La Vie intermédiaire, présentée dans la sélection de l'Acid[4], le « off » du Festival de Cannes. Son travail photographique et cinématographique est une méditation conceptuelle sur le portrait photographique contemporain centrée sur les rapports de l’image et du langage écrit (mots, signes, symboles)[5].

Principaux ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Le premier qui meurt réveille l'autre, 2006
  • Les Rôdeurs, 2006
  • La Vie intermédiaire, 2007
  • La dernière fois, 2009
  • La Saveur du chaos, 2010
  • Mongolie intérieure, 2010
  • Le Cimetière des mots usés, 2011
  • Toi et aucun autre, 2012
  • Mon mari, 2012
  • Le Magasin de solitude, 2015
  • Étoile montante, 2015
  • Les Envoûtés, 2017
  • Mes péchés sont tout ce qu'il me reste, 2017
  • Sorrow in the wind, 2017
  • Couteau suisse, 2018[Lien à corriger]

Œuvres photographiques et cinématographiques[modifier | modifier le code]

  • Trav’lin all alone (photos et vidéo)
  • Memories-Sample Sale (photos et vidéo)
  • Le capital humain (photos et vidéo)
  • Missing (photos et vidéo)
  • L’habitude d’être (photos et vidéo)
  • Cancer mon amour (moyen métrage)
  • La Vie intermédiaire[7] (long métrage)
  • Fin de séjour sur terre[8] (court métrage)
  • September song (moyen métrage)
  • Ton cœur est plus noir que la nuit (long métrage)
  • Mon objet préféré (long métrage)
  • La douce impatience de vivre (journal photographique)
  • Sud profond (long métrage)
  • Étoile montante (long métrage)
  • Sister blood (court métrage)
  • Les Démons meurent à l'aube (long métrage)
  • Fuck l'amour (court métrage)
  • Le Musée des au revoir (moyen métrage)
  • Dernière danse, lettre à Pina B. (court métrage)
  • Souvenir écran (court métrage)
  • Grand-père (moyen métrage)
  • Les Envoûtés (long métrage)[9],[10]
  • Aucun homme ne mérite les larmes d'un femme (moyen métrage)
  • Eternity minus one (court métrage)[11]
  • La Nuit appartient aux enfants (court métrage)
  • Travelling alone (moyen métrage)[12]
  • Derniers jours du temps de l'innocence (moyen métrage)
  • Sorrow in the wind (long métrage)[13]
  • Il est toujours minuit quelque part sur la terre (court métrage)
  • N'entre pas qui veut dans la maison du passé (court métrage)
  • La femme de ton prochain (court métrage)
  • Le Bâtard imaginaire (long métrage)
  • La Part sombre du cœur (moyen métrage)
  • Zéro figure (moyen métrage)
  • Couteau suisse (moyen métrage)

Expositions[modifier | modifier le code]

Festivals et récompenses[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dont le harpiste Nicanor Zabaleta
  2. Dont le tennisman Mariano Zabaleta et le footballeur Pablo Zabaleta
  3. Voir sur Geneanet les travaux du généalogiste Pierre-Valéry Archassal
  4. Voir le Site de l'Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion
  5. Voir la vidéo "Pourquoi filmez-vous ?"
  6. Olympio était une maison d'édition généraliste créée en 2000 par François Bourin pour publier exclusivement sur Internet des manuscrits originaux et inédits. Elle n'existe plus aujourd'hui.
  7. Voir la fiche sur Pop+Films
  8. Voir la fiche sur Pop+Films
  9. Voir la fiche sur le site officiel
  10. Voir la critique [1]
  11. Voir la critique [2]
  12. Voir la critique [3]
  13. Voir la critique [4]
  14. Voir le site officiel
  15. Voir la fiche sur le site officiel
  16. Voir la fiche sur le site officiel
  17. Lire le synopsis sur le site Mk2
  18. Voir la fiche sur le site officiel
  19. Voir la critique du film sur Pop+Films
  20. Voir la fiche sur le site officiel
  21. Voir la fiche sur le site officiel
  22. Voir la fiche sur le site officiel
  23. Voir la critique sur Pop+Films
  24. Voir la vidéo
  25. Voir la page officielle
  26. Voir la présentation
  27. Voir la fiche sur le site officiel