Fourrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fourrier (homonymie).

Le fourrier, ou sergent fourrier, est le sous-officier chargé de l'intendance. Ce terme vient de fourrage.

Historique[modifier | modifier le code]

  • Initialement, sous-officier de cavalerie chargé spécialement des écuries.
  • Un caporal-fourrier ou un sergent-fourrier, grades aujourd'hui disparus, néanmoins l'appellation demeure en tant que fonction.
  • Le terme fourrier est encore employé dans l'armée suisse.
  • Le personnel de la spécialité de fourrier est l'équivalent d'un comptable civil.

Marine nationale française[modifier | modifier le code]

Dans la Marine nationale française, les fourriers étaient chargés de tout ce qui touchait aux dépenses publiques (soldes, gestion du matériel, vivres, frais de déplacements...). De par leur formation et leur savoir-faire, ils étaient considérés comme les meilleurs comptables dans les armées.

Après plusieurs siècles d'existence, la marine a supprimé la spécialité de fourrier en 2010. La plupart des fourriers ont été convertis en spécialité de comptables logisticiens ou de gestionnaire de ressources humaines.

Les fourriers étaient reconnaissables à un insigne d'une bande dorée sur chaque bras de leur vareuse ou veste. Ils étaient les seuls à avoir conservé cette marque de distinction de l'empire napoléonien.

Le terme fourrier remonterait à 1534. Il s'agit alors du chargé du fourrage et du logement de la troupe, véritable homme de confiance du capitaine de compagnie. C'est donc un terme terrien qui fera son entrée dans la marine en 1758 par le biais des corps d'infanterie et d'artillerie de la Marine sous Choiseul qui cumule alors les fonctions de ministre de la marine et de la Guerre, longtemps séparées. Après plusieurs éclipses, le terme de fourrier réapparaît définitivement en 1832. Il est alors chargé des «écritures» et de la comptabilité à bord des bateaux.

Les fourriers de la Marine ont conservé comme insigne distinctif un large galon d'or, identique à celui que portaient les fourriers de l'Empire.

Fourriers célèbres[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Tendre comme le souvenir, correspondance entre Apollinaire et Madeleine Pagès, publiée chez Gallimard (1952).