Fosse n° 5 - 5 bis des mines de Bruay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fosse no 5 - 5 bis des mines de Bruay dite Port Arthur
La fosse no 5 - 5 bis après sa modernisation.
La fosse no 5 - 5 bis après sa modernisation.
Puits n° 5
Coordonnées 50,476033, 2,523278[BRGM 1]
Début du fonçage
Mise en service 1898
Profondeur 950 mètres
Étages des accrochages 221, 334, 448, 564, 679 et 794 mètres[1]
Arrêt 1969 (extraction)
Remblaiement ou serrement 1971
Puits n° 5 bis
Coordonnées 50,476281, 2,523839[BRGM 2]
Début du fonçage
Mise en service 221, 334 mètres...
Profondeur 787 mètres
Étages des accrochages mètres
Arrêt années 1950 (extraction)
1969 (service)
Remblaiement ou serrement 1971
Administration
Pays France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Commune Divion
Caractéristiques
Compagnie Compagnie des mines de Bruay
Groupe Groupe de Bruay
Groupe d'Auchel-Bruay
Unité de production UP de Bruay
Ressources Houille
Concession Bruay
Protection Patrimoine mondial Patrimoine mondial (2012)[note 1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fosse no 5 - 5 bis des mines de Bruay dite Port Arthur

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
Fosse no 5 - 5 bis des mines de Bruay dite Port Arthur

La fosse no 5 - 5 bis dite Port Arthur de la Compagnie des mines de Bruay est un ancien charbonnage du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, situé à Divion. Les travaux commencent en et en 1892 pour les puits nos 5 et 5 bis, l'extraction commence en 1898. Un puits d'aérage no 5 ter est ouvert en 1901, sur un autre carreau, à 865 mètres au sud-sud-ouest. Des cités sont établies à proximité de la fosse. Quatre terrils nos 1, 1A, 18 et 29 sont édifiés aux quatre points cardinaux autour de la fosse.

La Compagnie des mines de Bruay est nationalisée en 1946, et intègre le Groupe de Bruay. La fosse est modernisée, les chevalements des puits nos 5 et 5 bis sont respectivement changés en 1951 et 1955. L'extraction cesse en 1969, et les puits sont remblayés deux ans plus tard. Le chevalement du puits no 5 est détruit en 1972, celui du no 5 bis l'année suivante. Seul le bâtiment des bains-douches n'est pas démoli.

Après l'exploitation de la houille, c'est le grisou qui l'est. Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France matérialise les têtes des puits nos 5 et 5 bis. Une partie des cités minières a été rénovée, une autre est destinée à la démolition. L'exploitation du terril conique no 1 a cessé vers 2010. Les cités pavillonnaires des Musiciens et des Musiciens bis ont été inscrites le 30 juin 2012 sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

La fosse[modifier | modifier le code]

Après la mise en service de la fosse no 4 - 5 à Bruay-la-Buissière en 1881[A 1], la Compagnie prépare à la fin des années 1880 l'ouverture d'une nouvelle fosse, elle aussi constituée de deux puits dès son origine. Ceci entraîne également le renommage du puits no 5 en 4 bis. Pour la première fois de son histoire, la Compagnie de Bruay ouvre une fosse ailleurs que dans Bruay-la-Buissière[A 2],[A 3].

Fonçage[modifier | modifier le code]

Le puits no 5 est commencé en à Divion, près des limites avec Bruay-la-Buissière, entre les rivières de la Lawe et de la Biette[SA 1]. Le puits no 5 bis est commencé en [A 1], à 47,82 mètres[SA 1] à l'est-nord-est du puits no 5[note 2].

Le puits no 5 atteint le terrain houiller à la profondeur de 89[JC 1] ou 91,50 mètres[SA 1]. Il a été creusé par le procédé Chaudron, son fonçage a présenté de très grande difficultés à cause de la nature très ébouleuse des morts-terrains jusque vers 40 mètres de profondeur[SA 1]. Le cuvelage y est en fonte sur une hauteur de 92,91 mètres, y compris 2,55 mètres de faux cuvelage à la base. La puits a un diamètre utile de 3,90 mètres, son orifice est à l'altitude de 54 mètres[JC 1],[SA 1]. Les accrochages sont établis à 221 et 334 mètres. Il est profond de 355,77 mètres[SA 1].

Le puits no 5 bis a le même diamètre et la même profondeur que le puits no 5, et il a été foncé par les mêmes procédés. Son cuvelage mesure 92,72 mètres de hauteur, y compris 2,37 mètres de faux cuvelage à la base[SA 1].

Exploitation[modifier | modifier le code]

La fosse au début du XXe siècle.

La fosse commence à extraire en 1898. Le puits d'aérage no 5 ter est ouvert en 1901, sur un autre carreau[A 1], à 865 mètres au sud-sud-ouest du puits no 5[note 2]. La fosse no 5 - 5 bis est située à 960 mètres au sud-sud-ouest de la fosse no 3 - 3 bis - 3 ter, et à 1 570 mètres à l'ouest de la fosse no 4 - 4 bis - 4 ter[note 2]. Les puits nos 5 et 5 bis assurent l'extraction, tandis que le 5 ter est affecté à l'aérage.

Le , Raymond Poincaré, président de la république, vient rendre visite aux mineurs de la fosse no 5 - 5 bis, et visite les installations du fond. Il demande aux mineurs de « produire encore plus » afin de compenser les exploitations passées aux mains des Allemands[2].

La Compagnie des mines de Bruay est nationalisée en 1946, et intègre le Groupe de Bruay[B 1]. Peu après, la modernisation des installations commence. Onze mineurs décèdent le à la profondeur de 679 mètres, dans une explosion survenue dans un quartier préparé pour l'exploitation. En 1951, un chevalement à molettes superposées est installé au-dessus du puits no 5. Il est équipé d'une machine d'extraction à poulie Koepe. En 1955, le puits no 5 bis est équipé d'un nouveau chevalement, de plus petite taille. Un nouveau lavoir est également construit sur le site. Le puits no 5 assure alors l'extraction, et le puits no 5 bis le service[B 1].

L'extraction cesse en 1969, après que la fosse a produit 30 159 000 tonnes de houille depuis sa mise en service. En 1971, les puits nos 5 et 5 bis, respectivement profonds de 950 et 787 mètres sont remblayés, et les molettes du puits no 5 sont envoyées à la fosse Ledoux à Condé-sur-l'Escaut. Le chevalement du puits no 5 est détruit en 1972, celui du no 5 bis l'année suivante[B 1].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Charbonnages de France se sert ensuite du site pour extraire le grisou contenu dans les anciens travaux via sa filiale Gazonor, ensuite rachetée en 2008 par European Gas Limited. Au début du XXIe siècle, Charbonnages de France matérialise les têtes des puits nos 5 et 5 bis. Le BRGM y effectue des inspections chaque année[3]. La partie sud du carreau est occupée par une zone d'activités. Le seul vestige de la fosse est le bâtiment des bains-douches[1]. Une maquette de la fosse fidèle au 1/10e est exposée au musée de la mine du Molay-Littry[4].

Les terrils[modifier | modifier le code]

Le terril no 1[note 3].
Le terril no 1A.
Le terril no 18.
Le terril no 29.

Quatre terrils résultent de l'exploitation de la fosse no 5 - 5 bis[5].

Terril no 1, 5 de Bruay Nord[modifier | modifier le code]

50° 28′ 49″ N, 2° 31′ 10″ E

Le terril no 1, situé à Divion, est l'un des quatre terrils de la fosse no 5 - 5 bis, et le principal. Ce terril conique était avant son exploitation l'un des plus hauts du bassin minier avec ses 130 mètres. Il n'en reste plus que l'assise[6].

Terril no 1A, 5 de Bruay Sud[modifier | modifier le code]

50° 28′ 36″ N, 2° 30′ 57″ E

Le terril no 1, situé à Divion, est situé au sud de l'ancien terril conique, et à l'ouest du carreau de fosse. C'est un terril plat[7].

Terril no 18, 5 bis de Lillers[modifier | modifier le code]

50° 28′ 26″ N, 2° 31′ 31″ E

Le terril no 18, situé à Divion, est un terril plat, initialement haut de treize mètres, et partiellement boisé[8].

Terril no 29, 5 de Bruay Est[modifier | modifier le code]

50° 28′ 40″ N, 2° 31′ 41″ E

Le terril no 29, situé à Divion, est plat et haut de dix mètres, il est situé à l'est du carreau[9].

Les cités[modifier | modifier le code]

Des cités ont été bâties par la Compagnie des mines de Bruay à proximité de la fosse, sur le territoire des communes de Divion et de Bruay-la-Buissière. La cité pavillonnaire des Musiciens à Bruay-la-Buissière et la cité pavillonnaire des Musiciens bis à Bruay-la-Buissière et Divion font partie des 353 éléments répartis sur 109 sites qui ont été inscrits le 30 juin 2012 sur la liste patrimoine mondial de l'Unesco. Elles constituent le site no 94[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. L'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco concerne les cités pavillonnaires des Musiciens et des Musiciens bis.
  2. a, b et c Les distances sont mesurées grâce à Google Earth. Dans le cas de puits, la distance est mesurée d'axe en axe, et arrondie à la dizaine de mètres la plus proche. Les têtes de puits matérialisées permettent de retrouver l'emplacement du puits sur une vue aérienne.
  3. Le sommet du terril no 10, 3 de Bruay Ouest, de la fosse no 3 - 3 bis - 3 ter apparaît en arrière-plan.
Références
  1. a et b (fr) Jean-Louis Huot, « Mines du Nord-Pas-de-Calais - La fosse no 5 - 5 bis des mines de Bruay », http://minesdunord.fr/
  2. « Il y a près d'un siècle, le président de la République Raymond Poincaré descendait au fond de la fosse 5 de Bruay », sur http://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord,
  3. [PDF] Bureau de recherches géologiques et minières, « Article 93 du Code minier - Arrêté du 30 décembre 2008 modifiant l’arrêté du 2 avril 2008 fixant la liste des installations et équipements de surveillance et de prévention des risques miniers gérés par le BRGM - Têtes de puits matérialisées et non matérialisées dans le Nord-Pas-de-Calais », http://dpsm.brgm.fr/,
  4. « Visite du musée », sur ville-molay-littry.fr.
  5. Liste des terrils du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, fournie par la Mission Bassin Minier, voir Terrils du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais.
  6. « Fiche du terril no 001 », sur http://www.chainedesterrils.eu/, La Chaîne des Terrils
  7. « Fiche du terril no 001A », sur http://www.chainedesterrils.eu/, La Chaîne des Terrils
  8. « Fiche du terril no 018 », sur http://www.chainedesterrils.eu/, La Chaîne des Terrils
  9. « Fiche du terril no 029 », sur http://www.chainedesterrils.eu/, La Chaîne des Terrils
  10. [PDF] « Liste des biens du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, par commune », sur http://www.bmu.fr/, Association Bassin Minier Uni & Mission Bassin Minier,
Références aux fiches du BRGM
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome I,
Références à Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome II,
Références à Jules Gosselet, Les assises crétaciques et tertiaires dans les fosses et les sondages du Nord de la France : Région de Béthune, vol. III, Imprimerie nationale, Paris,
  1. a et b Gosselet 1911, p. 138
Références à Alfred Soubeiran, Études des gîtes minéraux de la France : Bassin houiller du Pas-de-Calais, sous-arrondissement minéralogique de Béthune, Imprimerie nationale, Paris,
  1. a, b, c, d, e, f et g Soubeiran 1898, p. 252

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : Des origines à 1939-45, t. I, , 176 p., p. 143-145. 
  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : De 1946 à 1992, t. II, . 
  • Jules Gosselet, Les assises crétaciques et tertiaires dans les fosses et les sondages du Nord de la France : Région de Béthune, vol. III, Imprimerie nationale, Paris, , 138 p. 
  • Alfred Soubeiran, Études des gîtes minéraux de la France : Bassin houiller du Pas-de-Calais, sous-arrondissement minéralogique de Béthune, Imprimerie nationale, Paris, , 399 p. (lire en ligne), p. 252.