Fernand Grenard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grenard.
Fernand Grenard
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Archives conservées par

Joseph-Fernand Grenard (né à Paris le et mort en 1945) est un explorateur et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'École des sciences politiques et de l’École des langues orientales[1], il participe en 1891 à l’expédition de Jules-Léon Dutreuil de Rhins dans le Turkestan oriental dont le but était d'atteindre Lhassa alors interdite aux étrangers. Il est, pour sa part, chargé de l'histoire, de la linguistique et de l'ethnographie[2]. Les deux hommes traversent alors le Tibet par la Russie et le Turkestan russe.

Ils atteignent Khotan dans le Turkestan chinois (été 1892) qui devient leur camp de base. D'octobre à , ils traversent le Tibet occidental par Keriya et Polour[3] et arrivent à Leh, capitale du Ladakh avant de revenir à Khotan par la route du col du Karakoram (5 600 m)[4].

En , ils franchissent l'Altyn-Tagh et l'Arka Tag et atteignent les hauts plateaux du Tibet oriental. Ils passent par le col de Tang La (5 100 m) puis redescendent vers le lac du Tengri-Nor qui est atteint le , mais épuisés, à court d'approvisionnement et les autorités leur interdisant d'entrer dans Lhassa, sont contraints de faire demi-tour.

Le , Dutreuil de Rhins est tué par un groupe de bandits à Tom-Boumdo[5] (province du Qinghai). Grenard tente en vain de le sauver mais parvient à s'échapper. Tous les documents de l'expédition sont alors volés. Il réussit à atteindre Xining () puis Pékin () où il persuade les autorités chinoises à prendre des mesures contre les criminels pour que les documents soient rendus[6].

À son retour en France, il entre au ministère des Affaires Étrangères, devient diplomate, vice-consul de l'Empire ottoman (Siwas, Erzeroum, Bosna-Seraï) (1905) puis consul à Riga, à Odessa et à Liverpool, attaché commercial dans les pays du Levant (1916) puis consul général à Moscou (1917) et se consacre à l'écrire d'ouvrages sur l'Asie centrale.

Chargé de mission en Pologne (1919), il gère la légation française de Belgrade et devient ambassadeur de France en Yougoslavie (1927).

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Médaille Dupleix - Société de Géographie Commerciale de Paris, 1898
  • Chevalier[7] de la Légion d'Honneur, 1919
  • Officier de la Légion d'Honneur, 1924.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Mission scientifique dans la Haute-Asie, 1890-1895, 3 vol., 1897-1898
  • La Légende de Satok Boghra Khân et l'histoire, 1900
  • Le Tibet : le pays et les habitants, Hachette, 1904
  • Une secte religieuse d'Asie Mineure : les Kyzyl-Bâchs, 1904
  • Haute-Asie, Géographie Universelle publiée sous la direction de Paul Vidal de la Blache et de Lucien Gallois, Tome VIII, Armand Colin, 1929, p. 235-394.
  • Baber, fondateur de l'Empire des Indes, 1783-1530, Firmin-Didot, 1930
  • La Révolution Russe, Armand Colin, 1933
  • Gengis-Khan, 1935
  • Grandeur et décadence de l'Asie, 1939

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, vol.3, 1893, p. 321
  • R. de Saint-Arroman, Les missions françaises, 1895, vol.2, p. 1-68
  • Numa Broc, Dictionnaire illustrée des Explorateurs français du XIXe siècle, Vol.2, Asie, CTHS, 1992, p. 223-224 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Aymon Baud, Philippe Forêt, Svetlana Gorshenina, La Haute-Asie telle qu'ils l'ont vue, 2003, p. 67
  • Svetlana Gorshenina, Explorateurs en Asie centrale, 2003, p. 214

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Numa Broc, Dictionnaire illustrée des Explorateurs français du XIXe siècle, Vol.2, Asie, CTHS, 1992, p.223
  2. Broc, op.cit.
  3. Grenard décrit Polour comme un misérable village. Le lieu n'est pour l'instant pas localisé.
  4. Broc, op.cit, p.224
  5. Transcription vraisemblablement orale d'un nom tibétain dont la localisation exacte n'a pas encore été identifiée.
  6. Numa Broc, op.cit
  7. « Archives nationales (France) - Présentation de la base de données Leonore (Légion d'honneur) », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le 5 mai 2018)

Autre lecture[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]