Famille de Bavoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille de Bavoz.

Famille de Bavoz
Armes de la famille.
Armes de la famille : Famille de Bavoz

Blasonnement De sable au mufle de lion d'argent
Branches Bavoz de Billième
Bavoz du Villaret
Période XIVe siècle - XVIIIe siècle
Pays ou province d’origine Bugey savoyard
Fiefs tenus Billième, Oncieu, Les Terreaux, Villaret
Demeures Billième, Villaret.
Charges Avocat général au Sénat de Savoie
Président de Chambre au Sénat de Savoie
Fonctions militaires Lieutenant d'artillerie

La famille de Bavoz, parfois Bavoux, Bavouz (bavisilien en latin)[1], est un lignage noble originaire de Savoie qui remonterait au XIVe siècle.

Possessions et titres[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Charges[modifier | modifier le code]

Des membres de la famille ont été châtelains pour les comtes de Savoie de[2] :

Possessions[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive des possessions tenues en nom propre ou en fief de la famille de Bavoz :

Historique[modifier | modifier le code]

La famille s'éteindra au XVIIIe siècle, en la personne de Benoît de Bavoz qui fut le dernier du nom.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Famille de Bavoz

Les armes de la famille de Bavoz se blasonnent ainsi :

De sable au mufle de lion d'argent[3],[4]. Blason apparu vers le ...

Devise des Bavoz est ...

Branches

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Jean de Bavoz[5], époux de Amédée d'Oncieu, fille du seigneur de Chemilieu (Nattages).
  • Hugon de Bavoz[5] (vivant en 1436), homme lige de Galois de Chevelu.
  • Hugues de Bavoz[5] (vivant en 1590) ; il épouse, en 1590, une demoiselle de Prélian.
  • Godefroi de Bavoz[5] (vivant en 1586 et encore cité en 1600), nommé avocat général au Sénat de Savoie le , se verra nommé le , président de Chambre de ce dernier. Il fut l'auteur d'un traité de droit criminel. Il acquiert en 1602 la maison forte d'Oncieu.
  • Anthelme de Bavoz[5] (vivant en 1656), cousin de Louis auquel il cède la maison forte de Billième.
  • Louis de Bavoz[5] (vivant en 1656), seigneur d'Oncieu, cousin de Anthelme dont il acquiert la maison forte de Billième.
  • Laurent de Bavoz[6] (vivant en 1675), seigneur du Villaret. Il assiste à Yenne à la réunion de la noblesse du petit Bugey, à l'occasion de l'avènement[7] de Victor-Amédée II de Savoie.
    • Charles Philibert de Bavoz[6], (vivant en 1730 ou 1735), fils de Laurent, marié à Anne de Saint-Martin, veuve du sire de Gerbaix.
  • Louis de Bavoz[5] (vivant en 1690). Il récupère en 1680 la maison forte d'Oncieu.
  • Georges de Bavoz[5] (vivant en 1757), habitant Billième, probablement au château de Sômont (Saint-Jean-de-Chevelu), est présent en 1757, dans la maison forte de Prélian, comme témoin au testament de François d'Arcollières, seigneur de Prélian.
  • Joseph de Bavoz[8] (vivant en 1768), nommé avocat général au Sénat de Savoie le .
  • Benoît de Bavoz[8] (†1775), lieutenant d'artillerie dans un régiment français, dernier du nom, meurt en 1775 au Malabar.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicole Bouter, Les religieuses dans le cloître et dans le monde: des origines à nos jours (volume 2), Université de Saint-Etienne, , p. 288.
  2. « SA - Comptes des châtellenies, des subsides, des revenus et des judicatures », sur le site des Archives départementales de la Savoie - enligne.savoie-archives.fr (consulté en février 2018), p. 2
  3. SSHA, p. Volume 45 - 1907 - p.16.
  4. Foras, p. V1 - p.135-139.
  5. a b c d e f g et h Jean Létanche, Les vieux châteaux, maisons fortes et ruines féodales du canton d'Yenne en Savoie, Le livre d'Histoire-Lorisse, 2007 (ISBN 9782843738135) p. 15.
  6. a et b Jean Létanche, op. cit., p. 45.
  7. Sous la tutelle de sa mère, régente de Savoie.
  8. a et b Jean Létanche, op. cit., p. 16.