Nattages

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nattages
Église paroissiale Saint-Pierre de Nattages.
Église paroissiale Saint-Pierre de Nattages.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Canton Belley
Intercommunalité Communauté de communes Bugey Sud
Code postal 01300
Code commune 01271
Démographie
Gentilé Nattageois
Population 569 hab. (2013)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 53″ nord, 5° 45′ 52″ est
Altitude Min. 220 m
Max. 663 m
Superficie 10,33 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Parves-et-Nattages
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 15.svg
Nattages

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 15.svg
Nattages

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Nattages

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Nattages

Nattages est une ancienne commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le , elle fusionne avec la commune de Parves pour former la commune nouvelle de Parves-et-Nattages.

Les habitants de Nattages s'appellent les Nattageois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située à 8 km à l'est de Belley, sur les bords du Rhône. Elle est située dans la zone d'appellation AOC des vins du Bugey.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Massignieu-de-Rives Rose des vents
Parves (Parves-et-Nattages)
Virignin
N
O    Nattages    E
S
Yenne (Savoie)

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1692, les registres paroissiaux du village furent communs avec ceux de Nattages puis le furent une nouvelle fois entre 1718 et 1739[1].

En 1792, les communes de Nattages, Parves et Chemillieu de Parves fusionnent sous le nom de commune Parves-Nattages mais Parves redevient une commune le [1].

Près de 150 ans plus tard, le , les deux communes ne refont qu'une pour donner Parves-et-Nattages.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu mars 2008 Michel Ducellier    
juin 1995 mars 2001 Lucien Collard    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 569 habitants, en augmentation de 3,64 % par rapport à 2008 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
644 596 563 554 563 540 472 506 503
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
393 390 351 336 322 300 266 232 231
1982 1990 1999 2004 2009 2013 - - -
266 322 393 485 559 569 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ruines du château de Montbel.
  • Maison Hugonnier, possible ancien établissement templier.
  • Église reconstruite au XVIIe siècle.
  • Chapelle romane de Chemillieu.
  • Présence de vestiges gallo-romains.
  • Pont suspendu de Yenne.

Zones naturelles protégées[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]