Bernard Plongeron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bernard Plongeron
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (87 ans)
MeauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Religion
Membre de
Société d'histoire religieuse de la France (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Bernard Plongeron, né le (87 ans) à Meaux (Seine-et-Marne), est un prêtre catholique français, enseignant, historien et chercheur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Bernard Plongeron est né le 5 mars 1931 à Meaux (Seine-et-Marne) du mariage de Fernand Plongeron, professeur, et de Germaine Frentz[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires au Lycée Saint-Louis-de-Gonzague et au lycée Saint-Jean de Passy, il est élève de l'Institut d'études politiques de Paris et au séminaire des Carmes, séminaire universitaire de l'Institut catholique de Paris. Il termine ses études diplômé de l'IEP Paris, docteur en Histoire moderne, docteur d’État, docteur en théologie[1].

Il est ordonné prêtre le 23 décembre 1964[1] au sein du diocèse de Paris et depuis 1966, incardiné au diocèse de Nanterre[2].

Carrière d'enseignant et de chercheur[modifier | modifier le code]

À partir du milieu des années 1960, Bernard Plongeron enseigne l'histoire et la géographie aux élèves de classe terminale à l'Institution Notre-Dame de Sainte-Croix à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)[3]. Il est professeur à l'université de Strasbourg (1968-1969), puis à l'université de Louvain (1969-1973) et à l'Institut catholique de Paris (ICP) (1973-1998)[1].

Il entre au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1963 où il est attaché de recherche, puis en 1968 chargé de recherche, maître de recherche en 1974, directeur de recherche en 1983 puis directeur émérite ; de 1985 à 1992 il y dirige le Groupement de recherches d'histoire religieuse moderne et contemporaine. Il y est membre du comité national (section histoire moderne et contemporaine) de 1969 à 1980 puis de 1987 à 1991[1].

Parallèlement à cette activité au sein du CNRS, il est membre du Comité des travaux historiques et scientifiques (section histoire moderne et contemporaine et révolution française) de 1966 à 2002, membre du comité scientifique de la Mission du bicentenaire de la révolution de 1986 à 1989, membre de la Société d'histoire religieuse de la France depuis 1986 et membre de l'Académie San Carlo Borromeo de Milan (Italie) depuis 1986[1].

Thèse de doctorat d’État[modifier | modifier le code]

Le 18 mars 1972 devant un jury présidé par Mgr Paul Poupard, recteur de l'Institut catholique de Paris et composé notamment de René Rémond, président de l'université de Nanterre, Bernard Plongeron soutient sa thèse de doctorat en théologie : Théologie et politique au siècle des lumières (1770-1820) et en sous-titre Histoire d'une sécularisation manquée. C'est une réflexion théologique sur une période de crise dont les circonstances — influence des encyclopédistes, révolution, concordat — et le désir de l’Église de se réformer ont créé une « problématique » aux options difficiles pour les consciences chrétiennes. Cette thèse est le résultat de dix ans de recherches. le jury a été particulièrement frappé par l'enjeu de la thèse : la notion complexe de sécularisation, et par la méthode : souci d'une « relecture » des événements en théologien et en historien ; rétablissement d'une continuité par la notion d'une « génération » attelée à un projet commun ; documentation vaste aux textes peu connus, dont ceux de l'abbé Grégoire. À l'issue d'une courte délibération, le jury reçoit Bernard Plongeron « docteur en théologie » avec la mention maxima cum laude[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Bernard Plongeron a publié et participé à la publication d'un grand nombre d'ouvrages. Il est également l'auteur de nombreux articles, notamment au sein de l'Encyclopædia Universalis.

Sélection d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Réguliers de Paris devant le Serment constitutionnel. Sens et conséquences d'une option (1789-1801), Paris, 1964, 488 pages, étude critique de Pierre Chevallier in Revue d'histoire de l'Église de France, tome 51, no 148, 1965. p. 175-178, [lire en ligne]
  • Conscience religieuse en Révolution, 1969
    • « En 1969, dans Conscience religieuse en Révolution, Bernard Plongeron renouvelait profondément l'histoire religieuse de la Révolution en proposant des pistes de recherche originales, qui ont inspiré la plupart des travaux menés depuis sur le sujet.[4] »
  • Théologie et politique au siècle des Lumières , 1973
  • La Vie quotidienne du clergé français au XVIIIe siècle , 1974
  • Le Christianisme populaire, 1976
  • Religion et sociétés en Occident , 1979
  • Histoire des saints et de la sainteté chrétienne, 1987
  • L'abbé Grégoire (1750-1831) ou l'Arche de la fraternité , 1989. Pour France Culture, cet ouvrage est l'un des quatre ouvrages de référence sur l'abbé Grégoire[5].
  • De la charité à l'action sociale , : religion et société, actes du 118e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pau, 25-29 octobre 1993 , 1995
  • Catholiques entre monarchie et république : Mgr Freppel en son temps : 1792-1892-1992, actes du colloque national de l'Université catholique de l'Ouest, Angers, 23-25 septembre 1992 , 1995
  • L'abbé Grégoire et la République des savants, 2001
  • Des résistances religieuses à Napoléon (1799-1813), Paris, Letouzey & Ané, coll. Mémoire chrétienne au présent (3), 2006, 364 p., étude critique de Paul Chopelin in revue Chrétiens et sociétés, 13/2006, [lire en ligne]

Articles de l'Encyclopædia Universalis[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur des cinq articles Clergé constitutionnel, Clergé réfractaire, Daunou, Pierre Claude François (1761-1840), Grégoire Henri, dit l'Abbé (1750-1831) et Septembre, massacres de (1792)[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bernard Plongeron est officier de l'ordre national du Mérite, croix de la Médaille militaire, officier de l'ordre des Arts et des Lettres[1].

L'Académie française lui remet le prix Broquette-Gonin en 1965 pour son ouvrage Les réguliers de Paris devant le Serment constitutionnel et de nouveau en 1975 pour son ouvrage La vie quotidienne du clergé français au XVIIIe siècle[7].

En 1974, il reçoit le prix Drouyn de Lhuys de l'Académie des sciences morales et politiques[1]..

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Who's Who in France, édition 2013, p. 1782.
  2. Sa fiche sur le site de la BnF.
  3. a et b Bulletin de Sainte-Croix-de-Neuilly, pentecôte 1972, pages 52-53.
  4. Paul Chopelin, « Bernard Plongeron, Des résistances religieuses à Napoléon (1799-1813), Paris, Letouzey & Ané, coll. Mémoire chrétienne au présent (3), 2006, 364 p. », Chrétiens et sociétés, no  13, 2006. Lire en ligne
  5. Site de France Culture
  6. Site de l'Encyclopædia Universalis.
  7. Site de l'Académie française.