Famille Monnier de Noironte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Monnier de Noironte
Image illustrative de l’article Famille Monnier de Noironte
Armes

Blasonnement D'azur à la bande d'or accompagnée de deux besants du même.[1]
Devise Semper idem[1]
Pays ou province d’origine Drapeau de la Franche-Comté Franche-Comté
Fiefs tenus Noironte, Courvières, Mamirolle, Usier, Nans
Demeures Château de Noironte
Charges Maire de Besançon, Premier président de la Chambre des Comptes de Dole
Fonctions ecclésiastiques Archidiacre de Salins

La famille Monnier de Noironte est une famille éteinte de la noblesse française originaire de Franche-Comté. Il s'agit d'une des deux branches d'une même famille, l'autre branche étant celle des Monnier de Savigna.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bon Monnier, notaire à Besançon, fut anobli en 1636 par l'empereur Ferdinand II et alors que la Franche-Comté de l'époque, appelée Comté de Bourgogne, passa sous domination espagnole, il reçut à sa demande des lettres de confirmation du roi Philippe IV d'Espagne le [2],[3]. Anne Jacquinot, Dame de Noironte, petite-fille de Denis Franchet, se marie le 13 juillet 1635 avec Claude Bon Monnier. De son premier mariage avec Jean Simon de Menou, elle a eu une fille, Etiennette de Menou, qui s'est elle-même mariée avec Anatoile Bon Monnier, fils de Claude Bon Monnier. La seigneurie de Noironte arrive ainsi dans le giron de la famille Monnier. En 1700, à la mort de son beau-père Claude-François Compagny, Charles Monnier hérite des terres d'Usier et de Courvières. Par lettres patentes de septembre 1713, les terres de Noironte, Mamirolle et Courvières sont érigées en marquisat sous le nom de Monnier. Charles Monnier devient le premier marquis de Monnier. En 1760, Etienne Pourcy, magistrat de Salins, vend son domaine de Nans à Claude-François de Monnier.

Armoiries[modifier | modifier le code]

  • Armes : D'azur à la bande d'or accompagnée de deux besants du même[1]. Le blason est timbré d'une ramure de cerf d'or[4].
  • Devise : Semper idem (Toujours le même)

Arbre[modifier | modifier le code]

  • Bon Monnier (1576- )
    x () Jeanne Dayne
    • Claude Bon Monnier ( - )
      x () Anne Jacquinot, Dame de Noironte
      x Charlotte Doroz
      • Anatoile Bon Monnier ( - )
        x (1640) Etiennette de Menou, Dame de Mamirolle
        • Bon Anatoile Monnier ( - ).
          x () Claude-Marguerite de Chaffoy (1881-1913)
          • Charles de Monnier ( à Besançon - 1733).
            x ( à Pontarlier) Marie-Gabrielle Compagny, Dame de Courvières.
            • Jeanne Baptiste de Monnier (1693-1693)
            • Marie Françoise de Monnier (1694- ).
              x () Pierre-François Garnier, Seigneur de Parthey[5].
            • Denise de Monnier (1695- )
            • Jeanne Claude de Monnier (1698- )
            • Charles François de Monnier (1701-1702)
            • Jeanne Baptiste de Monnier (1704- )
            • Claude-François de Monnier ( à Besançon - à Pontarlier).
              x ( à Dole) Claude-Antoinette d'Arvisenet de Lavans ( -1771)
              • Gabrielle de Monnier ( - 1802).
                x ( à Metz) Jacques Marie Le Boeuf de Valdahon (1738-1787)
            • x ( à Trouhans) Sophie de Ruffey (1754-1789)
            • Jeanne Catherine de Monnier, chanoinesse
            • Anne Ignace de Monnier (1708- )
            • Marie Denise de Monnier, ursuline à Besançon
            • Marie Anne de Monnier
            • Anne Claudine de Monnier, chanoinesse à l'Abbaye Royale de Montigny
          • Jean-Baptiste Monnier ( - )
        • Marie Anne Monnier ( à Besançon - à Besançon)
          x ( à Noironte) Philippe Eugène Chifflet (1630-1713)
      • Bon Monnier
    • N. Monnier
    • Bonaventure Monnier
    • Catherine Monnier
    • Jeanne Monnier (1609-1670)
      x (1632) Jean Lampinet

Personnalités[modifier | modifier le code]

Propriétés[modifier | modifier le code]

  • Le château de Noironte
  • Le château de Nans, dit Château Mirabeau

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille de Monnier de Noironte sont[9] :
Hommes : De Fouvens, Fauche de Domprel, Pelissonnier, Compagny de Courvières, d'Arvisenet, de Menou, du Champ, de Montgenet, de Linard, Clerc, Richard de Ruffey, Dayne, Ramey, Doroz, Jacquinot, de Chaffoy, le Maillot, Bonnot, Montrivel, Bouhélier, de Wassorvas, de Loubert.
Femmes : Saule, Brocquart de Bussières, Bouverot, Daclin, Alix, de Lampinet, Mareschal de Bouclans, Mareschal d'Audeux, Garnier de Choisey, Hugon de Poyant, Chifflet, d'Orchamps, de Loriol, Florimond, le Bœuf de Valdahon, de Bréda.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, t. 5 (lire en ligne), p. 78.
  2. Jules Finot, Les annoblissements en Franche-Comté pendant la période espagnole : d'après les registres de la Chambre des comptes et du Parlement, Angers, Imprimerie P. Lachèse, Belleuvre et Dolbeau, , 15 p. (lire en ligne), p. 9.
  3. Honoré Clair, Barreau français : collection des chefs-d'oeuvre de l'éloquence judiciaire en France., vol. 4, Paris, C.L.F. Panckoucke, , 576 p. (ISBN 978-0-260-98768-6, lire en ligne), p. 290.
  4. Roger de Lurion, Notice sur la Chambre des comptes de Dole suivie d'un armorial de ses officiers, , 344 p. (lire en ligne), p. 190.
  5. Nicolas-Antoine Labbey de Billy, Histoire de l'Université du comté de Bourgogne et des différens sujets qui l'ont honorée : Pour faire suite aux ouvrages historiques de M. Dunod, t. 1, Besançon, Claude-François Mourgeon, , 994 p., p. 316.
  6. François-Ignace Dunod de Charnage, Mémoires pour servir à l'histoire du comté de Bourgogne , contenant l'idée générale de la noblesse et le nobiliaire dudit comté, Besançon, Jean-Baptiste Charmet, , 783 p. (lire en ligne), p. 659.
  7. Sylvain Pidoux de la Maduère, Les officiers au souverain parlement de Dole et leur famille, t. 4, Paris, , p. 613.
  8. « Base historique du clergé séculier comtois - De Mabile à Myotte Duquet », sur besancon.mondio16.com (consulté le 30 avril 2019)
  9. Roger de Lurion, Nobiliaire de Franche-Comté, Besançon, (lire en ligne), p. 530.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Humbert, Institutions et gens de finance en Franche-Comté 1674-1790, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 1996 (ISBN 978-2-251-60605-7).
  • François-Alexandre Aubert de La Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse : contenant les généalogies, l'histoire et la chronologie des familles nobles de France, Paris, Chez Antoine Boudet libraire-imprimeur du roi, 1775.
  • Roger de Lurion, Nobiliaire de Franche-Comté, Besançon, Imprimerie de Paul Jacquin, 1890.

Articles connexes[modifier | modifier le code]