Marie Thérèse Sophie Richard de Ruffey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie Thérèse Sophie Richard de Ruffey
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 35 ans)
GienVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Sophie de MonnierVoir et modifier les données sur Wikidata

Marie Thérèse Sophie Richard de Ruffey, marquise de Monnier (9 janvier 1754 – 8 septembre 1789), dite Sophie de Monnier, fut la maîtresse de Mirabeau avec qui elle échangea une importante correspondance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née le 9 janvier 1754, Marie Thérèse Sophie Richard de Ruffey est la fille de Gilles Germain Richard de Ruffey, président de la chambre des comptes de Bourgogne, et d'Anne Claude de La Forest. Si l'on a, selon ses propres dires, un moment envisagé pour elle un mariage avec Buffon[1], ami de son père [2], Sophie est mariée le 1er juillet 1771, à 17 ans, au marquis de Monnier[3], premier Président de la Chambre des comptes de Dole et de 49 ans son aîné.

À l'occasion de ce mariage et non sans une clairvoyante ironie, Voltaire envoya ses félicitations à M. de Ruffey, le père de Sophie: «Je ne savais pas, mon cher président, que M. Le Monnier (sic) fût un jeune homme à marier. Je lui en fais mon compliment, et je le trouve très heureux d'épouser mademoiselle votre fille»[4].

Sophie et Gabriel[modifier | modifier le code]

En 1775, Sophie, marquise de Monnier, fait la connaissance de Gabriel, comte de Mirabeau, alors enfermé au fort de Joux, près de Pontarlier, tout en jouissant d'une certaine liberté de mouvement. Devenue sa maîtresse, celle que Thomas Carlyle qualifiera de « lovely, sad-heroic young wife » [5] le rejoint en Suisse où il s'était rendu clandestinement, et s'enfuit avec lui en Hollande.

Mirabeau a consigné une chronologie des évènements dans des «Souvenirs tracés de sa main, depuis Pontarlier jusqu'à son arrivée à Amsterdam avec Sophie, du 25 mai 1775 au 7 octobre 1776», où il écrit notamment: «J'arrive le 25 mai à Pontarlier. Mois de juin. Sophie vient au château de Montpelat. Mois de juillet. Fêtes pour le sacre. Je ne parais plus chez le marquis de Monnier. 25 octobre. À son retour de ses terres, j'y vais. Voyage en Suisse en Novembre. 13 décembre. Je fus heureux. Le 14 janvier 1776. Je me cache chez Sophie pour ne pas remonter au château. (...) Jeudi 14 mars. Je passe la nuit à la Perspective avec Sophie. (...) Première évasion, tentée avec Le Gay le mardi 14 mai, empêchée par Montherot. Seconde, dans la nuit du vendredi 24 au samedi 25, avec le chevalier de Mâcon. (...) Je pars dans la nuit de mardi 13 août au mercredi 14, pour Verrières. (...) J'arrive le vendredi 23. Samedi 24, Sophie arrive aux Verrières à onze heures et demie du soir. Vendredi 15. Départ des Verrières à dix heures du soir. Le jeudi 26. Arrivé à Roterdam. Lundi 7 octobre 1776. Arrivé à Amsterdam» [6].

Sophie et Gabriel séjourneront neuf mois à Amsterdam en 1776 et 1777[7]. Arrêtés ensemble, ils seront reconduits en France sous escorte policière en mai 1777. Sophie, enceinte, est placée en maison de santé chez Mlle Douay[8], à Paris. Après son accouchement, elle est séparée de son enfant et enfermée au couvent des sœurs de Sainte-Claire, à Gien, tandis que Mirabeau, condamné à mort par contumace, est enfermé par lettre de cachet au donjon de Vincennes[9].

C'est à cette époque qu'une correspondance s'échange entre eux, dont les lettres seront publiées, en partie, en 1792 par Pierre Louis Manuel, admirateur du comte de Mirabeau [10], sous le titre de Lettres à Sophie[11]. Leur fille, prénommée Gabrielle Sophie, périt à l'âge de deux ans [12].

Après 42 mois d'emprisonnement, Mirabeau s'installe à Paris (janvier 1781). En mai 1781, il rend une visite secrète à Sophie au couvent de Gien [13]. Mais il la quittera rapidement, s'attachant à trouver un arrangement définitif avec sa famille et le marquis de Monnier, avec l'accord de Sophie [14], et se tourne vers la politique[9]. Pierre Gaxotte écrit: «À peine sorti de prison, le voici à nouveau emporté par le tumulte de sa vie»[15] .

Dans Une étude sur Mirabeau, Victor Hugo résume ainsi: «La première partie de la vie de Mirabeau est remplie par Sophie, la seconde par la révolution. Un orage domestique, puis un orage politique, voilà Mirabeau.» [16].

Sophie, héroïne romantique de l'amour[modifier | modifier le code]

Au couvent de Gien, pendant cinq ans, Sophie mena une vie retirée, recevant de rares visites. À la mort du marquis de Monnier (4 mars 1783), redevenue libre, elle s'installa dans un nouveau logis attenant au couvent et «souvent se rendait dans les châteaux environnants, où partout son esprit et son amabilité lui assuraient un accueil empressé» [17]. Elle fit ainsi la connaissance et se lia avec Edme Benoît de Poterat, ancien capitaine de cavalerie, lieutenant des Maréchaux de France qu'elle devait épouser lorsqu'il mourut des suites d'une maladie de poitrine [18] . Sophie, restée seule, se donna la mort par asphyxie, le 8 septembre 1789, à l'âge de 35 ans [19]. «Son âme ardente, qui avait toutes les forces de la passion, écrit Lamartine, n'avait pas celle de la résignation»[20]. Selon certaines sources, «c'est à l'Assemblée nationale que Mirabeau fut informé de la funeste nouvelle. Il sortit avec un air tout en désordre et fut deux ou trois jours sans reparaître» [21].

Jeune prisonnier au fort de Joux, Mirabeau traça le portrait de celle qui lui inspira la passion la plus violente: «Elle est douce, et n'est ni pusillanime ni nonchalante, comme sont tous les naturels doux; elle est sensible, et n'est point facile; elle est bienfaisante, et sa bienfaisance n'exclut ni le discernement, ni la fermeté» [22]. Il avait par ailleurs déclaré aux frères mêmes de Sophie: «Vos parents ne connaissent pas madame de Monnier, ils l'ont toujours vue douce et modérée, et ils ne savent apparemment point que les passions d'une femme douce, peut-être plus lentes à émouvoir, sont infiniment plus ardentes que toutes les autres, et vraiment invincibles quand elles sont bien enflammées» [23].

Dans une lettre datée de juillet 1777 à Mme de Ruffey, sa mère, Sophie résumait ainsi la décision qu'elle avait prise de quitter le marquis de Monnier et de suivre Mirabeau dans sa fuite en Hollande: « L'avenir ne m'offrait que trois perspectives: la mort, l'esclavage accompagné du désespoir, et le bonheur. J'ai choisi celui-ci; qui aurait pu hésiter ?...». Alors qu'on essayait de la persuader de retourner auprès du marquis, Sophie s'écriait: « L'interêt jamais ne me guidera; on peut tout m'ôter, hors ma façon de penser et mes sentiments; jamais je ne rentrerai chez lui, je le déclare: je préfèrerais l'échafaud !» [24]. Elle a été ainsi fidèle jusqu'au bout à la haute idée qu'elle se faisait de sa conscience libre: «Nulle personne au monde, écrit-elle. n'a le pouvoir de dominer ma conscience et je crois devoir refuser obstinément tout ce qui la blesse».

Sophie restait bien celle que Mirabeau aima et admira: «Telle que tu as juré d'être toujours, chérissant ton amour, et tes tourments et tes peines, et le danger d'aimer; repoussant, abhorrant la froide indifference» [25].

Henry de Jouvenel pourra dire: «Sa vocation, à elle, était d'aimer» [26]. Sophie n'écrivait elle pas à son amant, le 1er août 1776, avant de le rejoindre à Verrières: «Oui, oui, Gabriel, je le dis comme toi: vivons ensemble ou mourons; je n'y tiendrais pas trois mois !» Et, ainsi que le rappelle José Ortega y Gasset dans son essai sur Mirabeau et le Politique[27], «elle utilise l'une des premières devises romantiques» quand elle s'écrie: «Je te le répète: Gabriel ou la mort !» [28].

Portraits de Sophie[modifier | modifier le code]

  • Portrait de Sophie de Monnier, reproduit en 1903 dans La Nouvelle Revue Rétrospective, dirigée par Paul Cottin [3]. Cette miniature représente «Sophie à l'âge de vingt ans. Son authenticité ne peut être mise en doute, car elle provient de la famille du Saillant à laquelle les Mirabeau sont alliés».
  • Portrait de Sophie de Ruffey, marquise de Monnier - 1775 [4]. Cette estampe - titrée ainsi: Sophie - In bel corpo anima bella - est placée en tête de la traduction des Baisers de Jean Second que Mirabeau fit en prison «pour Sophie»[29] et qu'il lui commenta ainsi: «Si l'on y trouve des choses trop ardentes, il faut s'en prendre au Poète qui, tout Hollandais qu'il était, a écrit sous la dictée de l'Amour (...). Tout le changement que j'y ai fait, a été de substituer ton nom à celui de Nééra, sa maîtresse, parcequ'il m'eût été impossible d'adresser à une autre qu'à Sophie des choses si tendres»[30].
  • Portrait de Sophie de Monnier, à trente ans environ, par Johann Julius Heinsius - reproduit dans: Paul Cottin - Sophie de Monnier et Mirabeau, d'après leur correspondance secrète inédite (1775-1789) - Paris, Plon-Nourrit, 1903 [5]
  • Sophie de Ruffey en robe de soie ivoire ceinturée de bleu (1789), miniature sur ivoire peinte par Louis Marie Sicard, dit Sicardi (1743 - 1825) [6]
  • Selon Paul Cottin, «Sophie était grande, forte, brune. Elle avait des yeux noirs, le nez retroussé, des lèvres épaisses, le menton court, une articulation assez peu distincte. Sa taille n'était pas sans défaut, mais elle avait des bras et une poitrine dont Mirabeau vantait la forme et la blancheur et une grande fraîcheur de teint (...). Mme de Monnier a surtout dû le charme qu'elle exerçait à son enjouement, à la vivacité de son esprit, à ses qualités intellectuelles, et aussi, à la bonté de son cœur»[31].
  • Se référant à des «portraits et des traditions domestiques conservés dans la maison même de l'auteur de cette histoire, que Sophie habita quelques mois, au commencement de ses malheurs», Lamartine donne cependant une toute autre description de Sophie: «Blonde d'une de ces teintes trop ardentes et presque dorées qui reflètent le soleil comme un métal (...), son front élevé, arrondi, plein de reflexion, ses yeux d'un bleu profond, un peu proéminents sous les paupières, son nez court et relevé, ses lèvres sculptées (...), son cou large et ondoyant de plis gracieux comme les nœuds du jonc sous l'écorce, sa taille molle et flexible, quoique avec une stature ferme et bien assise, ses bras, ses mains, ses pieds modelés par une abondante nature avec la prodigalité de sève qui ajoutait la force à la grâce et que recouvrait une vive blancheur de carnation: telle était Sophie à l'âge où elle apparut à Mirabeau» [32].
  • Dans les Lettres à Julie, Mirabeau décrit abondamment le caractère de Sophie: «Quant à l'histoire de Sophie, écoutez moi: je vous jure devant Dieu que Sophie serait périe par le poison si je n'eusse volé à sa voix; elle était décidée à ne pas subir la privation de sa liberté, pas même momentanée; c'est la femme la plus douce, la plus aimable, la plus aimante qui fût jamais; mais la plus impétueuse avec l'extérieur le plus tranquille. (...) Sophie a une mesure d'esprit infiniment rare; elle m'a étonné souvent, moi qui n'en manque point; elle a un caractère très fort et très élevé, un courage inflexible. (...) Eh bien, je n'ai pu la surprendre encore à avoir une volonté vis-à-vis de moi, ni l'obtenir d'elle. Vous remarquerez que très douce par nature, elle est cependant très tranchante et très décidée; que très voluptueuse en amour, elle a cependant des sens assez peu inflammables, qu'elle les a absolument ignorés jusqu'à moi, et que l'on n' obtiendrait rien d'elle si l'on attendait ce qu'on appelle le moment d'ivresse: d'où vient donc cet extrême ascendant qui me deplaît parcequ'il ressemblerait au despotisme aux yeux de quiconque ne me connaîtrait pas ? De son incalculable tendresse» [33].

Documents[modifier | modifier le code]

  • Lettre autographe, chiffrée en partie, de Sophie de Monnier à Gabriel de Mirabeau (30 mars 1780), contenant un plan du couvent des Saintes-Claires, à Gien, dessiné par Sophie. (Michel Delon - Lettres d'amour, lettres de combat - Revue de la Bibliothèque Nationale de France 2010/2 - No 35 - pages 18 à 24) [7]
  • Sophie au couvent des Saintes-Claires, à Gien, avec des vues du cloître, du promenoir et de l'habitation de Sophie. (Paul Cottin - Le Roman d'amour de Sophie de Monnier et Mirabeau - La Revue hebdomadaire - Tome V - Librairie Plon - Paris, avril 1902 - pages 419 et suiv.) [8]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Œuvres de Mirabeau - Tome IV - Lettres à Sophie - Tome 1er - Lecointe et Pougin, libraires éditeurs - Paris, 1834 [9]
  • Œuvres de Mirabeau - Tome V - Lettres à Sophie - Tome 2e - Lecointe et Pougin, libraires éditeurs - Paris, 1835 [10]
  • Œuvres de Mirabeau - Tome VI - Lettres à Sophie - Tome 3e - Lecointe et Pougin, libraires éditeurs - Paris, 1835 [11]
  • Les amours qui finissent ne sont pas les nôtres - Lettres à Sophie de Monnier - Édition établie et annotée par Jean-Paul Desprat - Tallandier - Paris, 2010
  • Mirabeau - Lettres à Julie, écrites du donjon de Vincennes - éditées par Dauphin Meunier - Librairie Plon - Paris, 1903. Outre une intéressante introduction aux lettres écrites par Mirabeau à Julie Dauvers (octobre 1780 - avril 1781), et à leur romanesque circonstance, cet ouvrage contient un très utile dictionnaire des noms propres [12]
  • Mémoires biographiques, littéraires et politiques de Mirabeau - Tome III - Auguste Aufray - Paris - 1834. Ces Mémoires ont été édités par Jean-Marie Nicolas Lucas de Montigny, fils adoptif de Mirabeau. Le Tome III contient des «rectifications indispensables au sujet de Sophie», concernant notamment les cinq dernieres années de sa vie à Gien (page 284 et suiv.) [13]
  • Mémoires sur Mirabeau et son époque - Tome I - Bossange frères, libraires - Paris, 1824 [14]
  • Mémoires sur Mirabeau et son époque - Tome II - Bossange frères, libraires - Paris, 1824 [15]
  • Élégies de Tibulle, suivies des Baisers de Jean Second - Tome II - Traduction de Mirabeau - Paris, 1798 [16]
  • Paul Cottin - Sophie de Monnier et Mirabeau, d'après leur correspondance secrète inédite (1775-1789) - Plon-Nourrit - Paris, 1903 [17]. Cet ouvrage contient près de cent lettres de Sophie, principalement adressées à Mirabeau, mais aussi à sa mère, Madame de Ruffey et à Boucher. Ce dernier était un officier de police qui «fut chargé de s'occuper du prisonnier de Vincennes et de présider notamment à sa correspondance avec Sophie. Il s'acquitta de cette mission avec une bienveillance qui lui valut la confiance, l'amitié et la reconnaissance des deux protégés et ce surnom de Bon Ange, dont ils faisaient usage entre eux pour le désigner». (Mirabeau - Lettres à Julie, écrites du donjon de Vincennes - éditées par Dauphin Meunier - Librairie Plon - Paris, 1903 - page 356)
  • Paul Cottin (directeur) - La Nouvelle Revue Retrospective - Paris, 1903 - Numéros de Juillet - Décembre 1903 [18] et Janvier - Juin 1904 [19]. On trouve dans cette revue près de cent-vingt lettres de Sophie, qui forment un complément très considérable et intéressant aux lettres publiées par Paul Cottin dans son ouvrage sur Sophie de Monnier et Mirabeau.
  • Benjamin Gastineau, Les amours de Mirabeau et de Sophie de Monnier, suivis des lettres choisies de Mirabeau à Sophie, de lettres inédites de Sophie, et du testament de Mirabeau - Paris, 1864 [20]
  • Alphonse de Lamartine - 1789: Les Constituants - Méline, Cans et Compagnie - Bruxelles, 1853 [21]
  • Louis de Loménie - Les Mirabeau - Tome III - E. Dentu, éditeur - Paris, 1889
  • Jean Richepin - Sophie Monnier, maîtresse de Mirabeau - Coll. Les grandes Amoureuses - C. Marpon et E. Flammarion - Paris, 1896 [22]
  • Joseph Mérilhou - Essai historique sur la vie et les ouvrages de Mirabeau - Chez Brissot - Thivars, libraire - Paris, 1827 [23]
  • Charles Augustin Sainte-Beuve - Causeries du lundi - Mirabeau et Sophie - Garnier frères, libraires - Paris, 1853 [24]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'idée même de ce projet de mariage évoqué par Sophie à plusieurs reprises, est discutée dans: Henri Nadault de Buffon - Correspondance inédite de Buffon - Tome I - Librairie Hachette - Paris, 1860 - page 376 [1]
  2. Lettre de Buffon au président de Ruffey, le père de Sophie - 29 juillet 1769 [2]
  3. Claude François de Monnier (1705 -1783), magistrat, premier Président de la Chambre des comptes de Dole. En 1726, il avait épousé en premières noces Antoinette d'Arvisenet dont il eut une fille unique, Jeanne Antoinette Gabrielle, qui, pour épouser M. de Valdahon, s'opposa à son père lors d'un retentissant procès en 1771 (Valdahon vs Monnier). Ainsi, il semblerait que le projet de son mariage avec Sophie ait été conçu par le marquis de Monnier comme un moyen de déshériter sa propre fille
  4. Paul Cottin, Sophie de Monnier et Mirabeau, d'après leur correspondance secrète inédite (1775-1789), Paris, Plon-Nourrit, 1903 - page X
  5. Charmante, triste-héroïque jeune épouse. Voir : Thomas Carlyle, Mirabeau, in : Critical and miscellaneous essays, Vol III, Chapman and Hall, London, 1899, page 495. Réédition : Cambridge University Press, 2010
  6. Mémoires sur Mirabeau et son époque - Tome I - Bossange frères, libraires - Paris, 1824 - pages 243 à 246
  7. Enfermé au fort de Joux, Mirabeau obtient la permission de visiter la ville de Pontarlier. Il en profite, après un passage par Dijon (et son château-prison) sous le nom de marquis de Lancefaudras, pour s'enfuir en Suisse, où Sophie le rejoindra, avant de poursuivre son périple avec elle vers les Provinces-Unies
  8. La maison de Mlle Douay, n° 26, rue de Chantilly à Paris, était une maison de santé pour femmes folles et une maison de discipline pour femmes s'étant mal comportées (Jacques Hillairet, Connaissance du Vieux Paris. Rive droite / Rive gauche. Les îles et les villages, Paris, Rivages, coll. « Rive droite », 2001, p. 326-327)
  9. a et b Mirabeau et l'armoire de fer : Les Grandes Énigmes du temps jadis, place des éditeurs, 23 février 2012, 53 pages
  10. Mémoires sur Mirabeau et son époque - Tome I - Bossange frères, libraires - Paris, 1824 - page 251
  11. Lettres originales de Mirabeau : écrites du donjon de Vincennes, pendant les années 1777, 1778, 1779 et 1780, contenant tous les détails sur sa vie privée, ses malheurs et ses amours avec Sophie Ruffei, marquise de Monnier, recueillies par P. Manuel - Paris, 1792
  12. Gabrielle Sophie meurt le 23 mai 1780, des suites de convulsions, à la Barre près de Deuil, où elle avait été mise en nourrice. Dans une lettre à Mirabeau, le 2 juin 1780, Sophie écrit: «Quel affreux malheur, ô mon bien-aimé! Quoi! Notre enfant n'est plus! Je ne la reverrai plus et tu ne l'as jamais vue...» cité d'après Paul Cottin - Sophie de Monnier et Mirabeau, d'après leur correspondance secrète inédite (1775-1789)- Plon-Nourrit - Paris, 1903 - page 150
  13. Louis de Loménie - Les Mirabeau - Tome III - E. Dentu, éditeur - Paris, 1889 - page 383 et suiv.
  14. Une transaction fut en effet signée le 14 août 1782, qui stipulait en particulier que Sophie «restera pendant la vie de M. de Monnier son époux, et encore un an après la mort de celui-ci, dans le couvent où elle est actuellement depuis 1778». - Mémoires sur Mirabeau et son époque - Tome II - Bossange frères, libraires - Paris, 1822 - page 112 et suiv.
  15. Pierre Gaxotte - La Révolution française - Nouvelle édition établie par Jean Tulard - Éditions Complexe - Paris, 1988 - page135
  16. Victor Hugo - Une étude sur Mirabeau - in Mémoires biographiques, littéraires et politiques de Mirabeau - Tome I - Louis Hauman - Bruxelles, 1834 - page XXVI
  17. Paul Cottin, Sophie de Monnier et Mirabeau, d'après leur correspondance secrète inédite (1775-1789), Paris, Plon-Nourrit, 1903 - page CCXLVII]
  18. Mémoires biographiques, littéraires et politiques de Mirabeau - Tome III - Auguste Aufray - Paris - 1834 - page 293
  19. Charles Augustin Sainte-Beuve - Causeries du lundi - Mirabeau et Sophie - Garnier frères, libraires - Paris, 1853 - page 39
  20. Alphonse de Lamartine - 1789: Les Constituants - Méline, Cans et Compagnie - Bruxelles, 1853 - page 65
  21. Paul Cottin, Sophie de Monnier et Mirabeau, d'après leur correspondance secrète inédite (1775-1789), Paris, Plon-Nourrit, 1903 - page CCLVIII
  22. Lettre à Sophie, 20 mars 1778 - Œuvres de Mirabeau - Tome IV - Lettres à Sophie - Tome 1er - Lecointe et Pougin, libraires éditeurs - Paris, 1834 - page 361
  23. Mémoires biographiques, littéraires et politiques de Mirabeau - Tome III - Auguste Aufray - Paris - 1834 - page 300
  24. Paul Cottin, Sophie de Monnier et Mirabeau, d'après leur correspondance secrète inédite (1775-1789), Paris, Plon-Nourrit, 1903 - page 77
  25. Paul Cottin, Sophie de Monnier et Mirabeau, d'après leur correspondance secrète inédite (1775-1789), Paris, Plon-Nourrit, 1903 - page 102, 134 et 110, respectivement
  26. Henry de Jouvenel - La vie orageuse de Mirabeau - Librairie Plon - Paris, 1928 - page 239
  27. José Ortega y Gasset - Le Spectateur - traduit de l'espagnol par Christian Pierre - Rivages poche - Paris, 1992
  28. Lettre de Sophie à Mirabeau, 1er août 1776 - in Paul Cottin - Sophie de Monnier et Mirabeau, d'après leur correspondance secrète inédite (1775-1789) - Plon-Nourrit - Paris, 1903 - page 19
  29. Mirabeau - Lettres à Julie écrites du donjon de Vincennes - éditées par Dauphin Meunier - Librairie Plon - Paris, 1903 - page 178
  30. Élégies de Tibulle, suivies des Baisers de Jean Second - Tome II - Traduction de Mirabeau - Paris, 1798 - page 392
  31. Paul Cottin - Sophie de Monnier et Mirabeau, d'après leur correspondance secrète inédite (1775-1789)- Plon-Nourrit - Paris, 1903 - pages LXXIV et LXXV . Cette description de Sophie est, en particulier, fondée sur des signalements fournis à la police par le marquis de Mirabeau qui cherchait à faire arrêter les fugitifs
  32. Alphonse de Lamartine - 1789: Les Constituants - Méline, Cans et Compagnie - Bruxelles, 1853 - page 58
  33. Mirabeau - Lettres à Julie écrites du donjon de Vincennes - éditées par Dauphin Meunier - Librairie Plon - Paris, 1903 - pages 122, 123 et 143

Articles connexes[modifier | modifier le code]